La langue française

Kanuri

Sommaire

  • Définitions du mot kanuri
  • Phonétique de « kanuri »
  • Citations contenant le mot « kanuri »
  • Traductions du mot « kanuri »

Définitions du mot kanuri

Wiktionnaire

Adjectif

kanuri \ka.nu.ʁi\ masculin et féminin identiques

  1. Variante orthographique de kanouri.
    • Docteur en géographie de la même université, Maman Waziri Mato est un Nigérien d’origine kanuri mais familier du sud-est du Niger, à dominante hausaphone (comprenant aussi d’importantes minorités peul et bouzou), où se situe la présente étude. — (Michel Adam, « Mondher Kilani et Maman Waziri Mato, Gomba Hausa. Dynamique du changement dans un village sahélien du Niger. Lausanne, Payot, 2000 (« Anthropologie-Terrains»). », Études rurales, numéro 159-160, 2001, lire en ligne)
    • Au cours de mes recherches sur l’histoire du Bornū, j’ai pu mettre au jour un vocabulaire kanuri inconnu jusqu’ici. — (Dierk Lange, « Un vocabulaire kanuri de la fin du xviie siècle », Cahiers d’études africaines, volume 12, numéro 46, 1972, page 277)

Nom commun

kanuri \ka.nu.ʁi\ masculin

  1. Variante orthographique de kanouri.
    • Quatre autres idiomes parlés au Niger apparaissent comme langues d’enseignement souhaitées : le fulfuldé, le tamashek, le zarma et le kanuri. — (Pascal Singy et Fabrice Rouiller, « Les francophones face à leur langue : Le cas des Nigériens », Cahiers d’études africaines, 2001, numéro 163–164, lire en ligne)
    • Dès lors de deux choses l’une : ou bien les informateurs appartenaient à l’une des petites tribus païennes au sud du Bornū qui étaient périodiquement soumises à des razzias d’esclaves, ou bien ils étaient nés à Tripoli où, au contact d’autres esclaves africains, ils avaient appris des rudiments de kanuri et de hausa. — (Dierk Lange, « Un document de la fin du xviie siècle sur le commerce transsaharien », Revue française d’histoire d’outre-mer, numéro 66, 1979, page 213)
    • Les études très importantes que S. W. Koelle a consacrées au kanuri ont été publiées en 1854. — (Dierk Lange, « Un vocabulaire kanuri de la fin du xviie siècle », Cahiers d’études africaines, volume 12, numéro 46, 1972, page 277)

Nom commun

kanuri \Prononciation ?\

  1. (Linguistique) Kanouri.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « kanuri »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
kanuri kanyri

Citations contenant le mot « kanuri »

  • Dans la plaine de Mora, l’autre partie de la population, constituée de musulmans mandara, kanuri et musgum kadey, vit une sorte de déréliction plus violente et sanglante encore. Ici aussi, Boko Haram a été le révélateur de toutes les haines de voisinage entre villages ou lignages, rentrées ou enfouies, concernant le foncier et le contrôle des réseaux de contrebande avec le Nigeria. Ces litiges fort anciens ont pour partie déterminé l’adhésion au « mouvement », entraînant des conflits entre les affidés et les autres, avec, ici et là, des représailles sous la forme de massacres et d’opérations kamikazes. Le Monde.fr, « Boko Haram a été le révélateur de toutes les haines de voisinage »
  • Au Niger, la femme kanuri est bien reconnue pour son talent de séductrice. Elle a une bonne senteur qui lui est propre grâce au ‘’Toura Ran Houta’’ un mélange de… , Vient de paraître - Voyage au coeur de Boko Haram : Enquête sur le djihad en Afrique subsaharienne - Par Seidik ABBA & Mahamadou Lawaly DAN DANO
  • La carte des attentats et des combats indique leur concentration sur la frontière avec le Cameroun, le Tchad et, dans une moindre mesure, le Niger. En particulier, les villes transfrontalières ont été visées au premier chef. Le mouvement lui-même est transnational. Les familles de Yusuf et Shekau seraient d’origine nigérienne, et Bana Blachera, qui prétend succéder à Shekau, est un Camerounais de Maroua, tout comme l’était d’ailleurs Maitatsine (de son vrai nom, Mohamed Marwa), responsable du grand soulèvement millénariste de Kano, en 1980. La secte recrute de part et d’autre de la frontière, et au-delà de la seule diaspora kanuri, d’origine bornouane, qui a essaimé dans le bassin du lac Tchad au gré des échanges commerciaux et de l’éducation islamique itinérante des élèves coraniques (almajirai, mahadjir)[21]. Il devient alors difficile de ne pas établir un lien entre Boko Haram et l’intense commerce transfrontalier qui s’est développé, ces dernières décennies, entre le Tchad, le Cameroun et le nord du Nigeria, à l’initiative des grands commerçants arabes, hausa ou kanuri et des « douaniers combattants », généralement « déflatés » de l’armée tchadienne ou des rébellions successives qui ont ravagé ce pays depuis les années 1960, et/ou des « coupeurs de route »[22]. En partie façonné par le différentiel des taux de change entre le naira et le franc cfa, ce commerce porte sur les biens de consommation importés, les aliments, les médicaments contrefaits ou non (et notamment le Tramol, un anti-inflammatoire hallucinogène), les talismans confectionnés par les anciens élèves coraniques (almajirai, mahadjir), le bétail, les carburants, les armes, mais aussi sur les productions du lac Tchad, en particulier le natron et le poisson. Dans cette hypothèse, l’usage partagé de la moto chinoise, avec sa selle allongée qui permet d’accueillir plusieurs passagers, tantôt comme véhicule de commerce ou de transport urbain et rural, tantôt comme véhicule d’attaque au service des « coupeurs de route » ou des djihadistes, serait plus qu’un hasard ou que le fruit de la nécessité locale de se déplacer en deux roues, faute de moyens financiers ou de voies carrossables[23]. Le don d’une moto est d’ailleurs un moyen de recruter des combattants, au même titre que la distribution d’argent. Club de Mediapart, De quoi Boko Haram est-il le nom? | Le Club de Mediapart
  • Sur l’inépuisable vivier de Boko Haram, nous ne disposons que de quelques statistiques approximatives, comme celles concernant le seul canton kanuri du Cameroun, celui de Kolofata, sur la frontière avec le Nigeria, pris dans l’épicentre d’un bastion de Boko Haram, le triangle Kerawa-Mora-Waza. Dans ce canton de 80 000 personnes, 700 jeunes seraient partis faire le djihad. Il en resterait moins de 200 en vie, présentés comme des « enragés ». Le Monde.fr, Comment le piège Boko Haram s’est refermé sur le lac Tchad
  • Saviez-vous par exemple que le Tchad vient du mot kanuri tsade qui veut dire "lac"? On peut donc le traduire littéralement par "pays du grand lac". DH Les Sports +, Voici la carte du monde reprenant la vraie signification des noms de pays - DH Les Sports+
  • Le viol est tabou dans beaucoup de familles haoussa et kanuri, les deux principales ethnies de la région, et très peu de femmes confient avoir été violées de peur d'être rejetées, affirme à l'AFP Alice Janvrin, en charge de la santé reproductive à l'IRC. Le Point, Nigeria: contraception de guerre pour les victimes de Boko Haram - Le Point
  • Certaines sont musulmanes, mais beaucoup, y compris dans le voisinage de la tristement célèbre ville de Chibok [où ont été enlevées 237 lycéennes en avril dernier], sont chrétiennes ou pratiquent une religion ancestrale. Nichées dans les contreforts des monts Mandara, à proximité de la frontière avec le Cameroun, ces populations ont conservé leur autonomie jusqu’à l’époque coloniale en résistant farouchement aux incursions des marchands d’esclaves musulmans kanuris et fulanis. Les retombées de ces affrontements continuent à façonner les relations ethno-religieuses dans l’Etat de Borno, les populations du Sud déplorant ce qu’ils considèrent comme leur marginalisation politique par les Kanuris. Courrier international, NIGERIA. Borno, épicentre de la secte
  • Il serait né à Shekau, un village du nord du Nigeria, dans l'Etat de Yobe, près de la frontière du Niger. Il aurait aujourd'hui entre 35 et 45 ans, personne ne sait. Il serait de l'ethnie kanuri, celle qui fournit les plus gros bataillons de Boko Haram. Il aurait grandi comme un enfant des rues, fumant de la marijuana, à Mafoni, un quartier pauvre de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno (Nord) qui allait devenir le QG de Boko Haram. Il aurait été étudiant en théologie islamique. L'Obs, NIGERIA. Qui est le chef de Boko Haram, qui a enlevé les lycéennes ?
  • Le jeudi 22 janvier 2015, vingt-deux personnes appartenant à la communauté kanuri de la ville de Yagoua ont été interpelées sur ordre du Préfet du Mayo-Danay, Simon Nkweti Ndoh. Ces derniers, dont la moyenne d’âge varie entre soixante-dix et quatre-vingt ans, ont été accusées d’offrir de l’hospitalité aux membres de la secte islamiste Boko Haram par le Préfet du Mayo-Danay. camer.be, CAMEROUN :: BOKO HARAM : 23 suspects convoqués à la préfecture de Yagoua :: CAMEROON
  • "On perd beaucoup d'argent mais nous avons peur", confie Mamoun, un représentant des commerçants dits "haoussa", terme qui désigne en fait l'ensemble de la petite communauté musulmane (kanuri, peuls...) immigrée des pays voisins depuis le début du XXe siècle. VOA, A Bitam, la réélection contestée d'Ali Bongo tourne aux tensions intercommunautaires
  • « On se débrouille avec les bêtes que Boko Haram nous a laissées. Plus d’un millier ont été volées ici. C’est dramatique pour nous », dit Blama Aba qui, à juste 30 ans, est déjà un notable arabe. A ses côtés, un vieux chef de l’ethnie kanuri aux dents rougies par la kola et les cheveux blanchis par les angoisses acquiesce. « Quand ils ne te tuent pas, ils te détruisent lentement en te condamnant à la misère, ajoute Blama Aba. On accueille les déplacés mais on n’a plus grand-chose à offrir et on ne reçoit aucune aide du gouvernement ou des ONG. ». Le Monde.fr, Le Nigeria face à Boko Haram : le grand bazar humanitaire de Maiduguri
  • les dendi,les goumantché,les sombas..les kanuri,les haoussa…les baribas…dis je qui peut aujourdhui..dire qu’ils sont de tels pays La Nouvelle Tribune, Ouagadougou : Patrice Talon reçoit en audience Akinwumi Adesina, le patron de la BAD – La Nouvelle Tribune
  • … en kanuri : lingila, « Bible » Le Point, Il était une fois le jour où l'arabe rencontra les langues ouest-africaines - Le Point
  • Tout juste sait-on qu’il est né à Shekau, un village de l’État de Yobe, non loin du Niger. Nul ne connaît son âge exact : 35, ou 43 ans ? Abubakar grandit à Mafoni, un quartier défavorisé de Maiduguri. Il traîne dans la rue, fume de la marijuana. Comme beaucoup de jeunes du coin, il est fasciné par Mohamed Yusuf, avec qui il entre en contact au début des années 2000. Contrairement à son aîné, Shekau n’a pas reçu de véritable formation théologique. Décrit comme un individu brutal et peu prolixe, il ne parle pas l’anglais et s’exprime en kanuri, en haoussa ou en arabe. JeuneAfrique.com, Nigeria : Abubakar Shekau, l’imam caché de Boko Haram – Jeune Afrique
  • Ça demeure principalement local. Toutefois, Boko Haram s'appuie beaucoup sur une partie de la population kanuri, une communauté qui déborde des frontières du Nigeria. On sait qu'ils sont allés chercher des jeunes de l'ethnie kanuri au Niger et au Tchad. Le recrutement se fait en jouant à la fois sur la solidarité ethnique et sur des offres financières. Mais ce sera difficile pour Boko Haram de s'étendre au-delà du nord-est et des zones frontalières. Radio-Canada.ca, Boko Haram en cinq questions | Radio-Canada.ca
  • D’une myriade de carnets, il a exhumé ses notes sur les derniers ritualistes montagnards des monts Mandara au Cameroun, ou les dernières communautés de chasseurs professionnels kanuri, des aristocrates armés d’arcs et de flèches empoisonnées. Dans son livre, on rencontre aussi des pêcheurs solitaires, des guerriers impavides, des bandits de grand chemin et des chefs traditionnels, ces sultans et émirs dont le pouvoir s’est rétréci. Il y a aussi les portraits délicats de ses informateurs et de gens simples comme Djibril, un forgeron qui tentait d’oublier la fatalité de sa caste inférieure à coups d’alcool et de chanvre. Il finira dans un camp de réfugiés « maigre et noir comme du charbon », pleurant sa femme et son fils assassinés par des groupes armés. Le Monde.fr, Dans le bassin du lac Tchad, « des mondes oubliés » menacés par Boko Haram
  • Abubakar Shekau, de l’ethnie kanuri, a orchestré la militarisation du mouvement. Depuis la mort en 2009 de son maître, le fondateur de la secte islamiste Mohammed Yusuf, le mouvement est devenu l’un des groupes terroristes les plus meurtriers de la planète. Le Monde.fr, L’organisation Etat islamique tente de reprendre en main Boko Haram
  • Le week-end, devant la mosquée centrale flambant neuve, des matchs de football s’improvisent. Sur les larges avenues goudronnées, écrasées par la chaleur, l’apparition de l’éclairage public et de trottoirs pavés fait la fierté des chauffeurs de taxi qui y voient l’espoir d’un avenir meilleur. Les mariages et leurs cortèges dansants, expression riche en couleurs de la tradition locale kanuri, ont refait surface dans les rues. Maiduguri réapprend à rire, à danser, à vivre. Et l’on commence à évoquer «les temps difficiles» comme une époque révolue. Mais Boko Haram n’est jamais loin. Les attentats-suicides, imprévisibles et sanglants, qui frappent régulièrement la cité, entretiennent un climat de peur. Il suffit d’un bruit, d’une inconnue à la démarche hésitante, et l’angoisse refait surface. «L’insécurité reste un problème majeur. Mais il y a deux ans et demi, Maiduguri était en état de siège. Dix kilomètres à peine hors de la ville, c’était le territoire de Boko Haram», dit le gouverneur Kashim Shettima, qui met en avant les progrès accomplis, assis dans son luxueux bureau orné de ses portraits, aux portes duquel une cour d’admirateurs intéressés attend patiemment une audience. Si Maiduguri doit se relever, investissements et appels d’offres seront nécessaires pour restaurer les infrastructures et relancer une économie en ruines, et certains n’ont pas l’intention de laisser passer l’opportunité. Libération.fr, A Maiduguri, un retour à la vie entre «tristesse et résilience» - Libération
  • C’est une ville importante du point de vue symbolique. Il ne faut perdre de vue que c’est là-bas, en 2002, qu’a été impulsé le mouvement et qu’il s’est forgé une âme. Les possibilités de recrutement y sont également aisées du fait des conditions de vie  difficiles et de l’ancrage sociologique. Car la majorité des combattants de Boko Haram sont d’origine kanuri, c’est-à-dire des populations de l’ancien empire du Kanem-Borno qu’on trouve à Maiduguri, mais aussi dans certaines villes du Cameroun, du Niger et du Tchad. France 24, Lutte contre Boko Haram : "À Maiduguri, la situation se situe entre apocalypse et accalmie"
  • Je suis en classe de CM2 cette année. Je me suis fait des amis qui viennent me voir à la maison et on joue ensemble. Mais au Nigeria, je n’avais pas appris le français. Là-bas, je parlais le kanuri, ma langue natale, et le haoussa à l’école. Je dois commencer par apprendre la langue parce que le Niger est un pays francophone. Je voudrais réussir à l’école pour devenir médecin plus tard. Le Monde.fr, « Ces hommes de Boko Haram ne sont pas des musulmans »
  • Le plus grand flou entoure ce personnage. Il serait né entre 1965 et 1975 dans le village de Shekau, dans l’État de Yobe (nord-est du Nigeria) ou bien au Niger. Issu de l’ethnie kanuri (le foyer ethnique de Boko Haram), il a grandi dans les faubourgs de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno. La Croix, Boko Haram sous les ordres d’un homme fantôme
  • La plupart de ces 8500 déracinés issus des communautés haoussa, kanuri, peule, arabe ou kanembu ont fui le carnage perpétré sur la rive nigériane du lac, à Baga, carrefour économique récemment reconquis par l'armée d'Abuja, et dans une douzaine de villages alentour. Les 3 et 4 janvier, des hordes d'insurgés y ont semé la mort. Plusieurs centaines de tués -jusqu'à 2000 selon Amnesty International-, au moins 300 femmes et jeunes filles kidnappées, et 3700 édifices dévorés par le feu. Sous l'ombre chiche d'un acacia, Aboubakar, courte barbiche, calot blanc, boubou crème et baskets striées d'entailles, raconte sobrement comment il a perdu la trace de l'une de ses deux épouses, prénommée Habiba, et de trois de ses onze garçons et filles.  LExpress.fr, Au Tchad, les naufragés de l'ouragan Boko Haram - L'Express
  • Ce schéma élémentaire donne lieu à des mises en scène simples et répétitives. Bien évidemment, les messages diffusés sur les ondes en haoussa ou en kanuri [les deux langues les plus parlées] ont été soigneusement élaborés. Sans recourir à de longs développements, mais en martelant les mots qui servent ses idées, en usant de formules concises, de slogans courts, simples et faciles à retenir, Boko Haram a fini par créer un nouveau vocabulaire politique dans ces langues. Courrier international, Cameroun. ​Boko Haram FM : les ondes de la terreur
  • Les Civilian JTF, initiative spontanée d'une population poussée à bout, ont finalement été encadrés par le gouvernement de l'État de Borno. Une minorité est payée 15 000 nairas par mois (environ 68 euros), par le ministère de la Réduction de la pauvreté. Les autres participent bénévolement. C'est le cas de Modu Aji, 22 ans, dont le grand-père et deux frères ont été tués par Boko Haram et qui combat depuis dix mois. "Certains parlent kanuri ou haoussa [langues locales, NDLR], d'autres parlent seulement anglais ou français, il y a des Tchadiens et des Camerounais", assure-t-il. Le Point, Nigeria : à Maiduguri, la population en guerre contre Boko Haram - Le Point
  • À ceux-là s’ajoutent – mais il s’agit en partie des mêmes – tous ceux délibérément jetés entre le marché et la mosquée pour apprendre à « débrouiller ». Les enfants intégraient des réseaux de socialisation qui n’étaient autres que les guildes de métiers qui, de longue date, structurent la société kanuri et pas seulement celle, puissante, des gens des abattoirs et des bouchers de Maiduguri. camer.be, AFRIQUE :: Comment le piège Boko Haram s’est refermé sur le lac Tchad :: AFRICA

Traductions du mot « kanuri »

Langue Traduction
Anglais kanuri
Espagnol kanuri
Italien kanuri
Allemand kanuri
Chinois 卡努里
Arabe كانوري
Portugais kanuri
Russe канури
Japonais カヌリ
Basque kanuri
Corse kanuri
Source : Google Translate API
Partager