La langue française

Kali

Définitions du mot « kali »

Trésor de la Langue Française informatisé

KALI1, subst. masc.

BOT. Plante à feuilles épineuses (salsola kali) de la famille des Salsolacées, qui croît au bord de la mer et dont l'incinération des tiges donne de la soude. (Dict. xixeet xxes.).
Rem. Le mot est à rapprocher du sens vieilli de alcali, alkali (v. ce mot A).
Prononc. et Orth. : [kali]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1553 bot. (Belon, Observations, fo99); 2. 1808 « cendre de cette plante » (Boiste). Empr. à l'ar.qalī, forme vulgaire de qily « soude (bot.); cendres de soude » (Devic; FEW t. 19, pp. 82 et 213; Nasser, pp. 403-404). V. alcali. Bbg. Arv. 1963, p. 298.

KALI2, subst. masc.

Vx. Potasse.
CHIM. ,,Carbonate de potassium provenant des cendres de bois`` (Duval 1959).
REM. 1.
Kalicine, subst. fém.,minér. Bicarbonate de potassium naturel. La kalicine a été découverte, il y a peu d'années, dans le Valais, sous un arbre mort (...). [Ce minéral] constitue le premier exemple de carbonate de potasse trouvé dans la nature (Lar. 19e).
2.
Kalicytie, subst. fém.,biol. Taux de potassium dans les cellules. La kalicytie est de 4,60 à 6,60 g par litre d'eau intracellulaire (Garnier-Del. 1972).
3.
Kaliémie, subst. fém.,biol. Taux de potassium dans le plasma sanguin. Des troubles de la kaliémie accompagnent certains désordres de l'équilibre acido-basique. Dans tous les cas le risque est cardiaque : troubles du rythme ou de la conduction, souvent graves (Pt Lar. Méd.1976).
4.
Kalisme, subst. masc.,pathol. ,,Ensemble des troubles dus à l'intoxication par les sels de potassium`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
Prononc. : [kali]. Étymol. et Hist. 1867 (Littré). V. kali1. Bbg. Quem. DDL t. 14 (s.v. kaliémie); 18 (s.v. kalisme).

Wiktionnaire

Nom commun

kali \ka.li\ masculin

  1. (Botanique) Espèce de soude à feuilles épineuses.
  2. (Chimie) (Désuet) Potasse, carbonate de potassium provenant des cendres de bois.

Nom commun

kali \Prononciation ?\

  1. Bière de sassafras.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

KALI. n. m.
T. de Botanique. Espèce de soude à feuilles épineuses.

Littré (1872-1877)

KALI (ka-li) s. m.
  • Terme de botanique. Espèce de soude à feuilles épineuses qui croît abondamment et sans culture sur les bords de la mer, dans toute l'Europe, salsola kali, L., chénopodées. C'est de la décoction de cette herbe maritime que les Arabes faisaient le sel qu'ils ont nommé alcali. Il fit semer du kali à Denainvilliers… et pria M. Cadet d'examiner les sels que contenaient les cendres des kalis de Denainvilliers, Condorcet, Duhamel.

REMARQUE

L'Académie écrit alcali par un c, et kali par un k ; il y a discordance.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

KALI, s. m. (Botan.) genre de plante dont voici les caracteres. Sa fleur est en rose, composée de pétales disposés circulairement ; le pistil s’éleve du centre de la fleur, & devient un fruit membraneux, arrondi, contenant une seule graine, placée au centre du calice, roulée en spirale comme la coquille d’un pétoncle, & couverte ordinairement par les feuilles de la fleur. M. de Tournefort compte sept especes de kali. Nous ne décrirons que celle d’Espagne ou d’Alicante, qui est la principale. Voyez Kali d’Alicante. (Botan.)

On voit que pour éviter l’équivoque, nous conservons ici le nom arabe de kali à la plante, réservant le nom de soude aux sels fixes qui en sont le produit.

En effet le kali abonde en sel marin, & donne en le broyant une eau salée ; mais la différence du produit de cette plante, quand elle est verte ou seche, est étonnante dans les procédés chimiques.

Si on la distille verte & fraiche, elle ne fournit qu’une eau insipide. Si on en cueille une livre de verte, & qu’on la fasse sécher, elle ne rend que trois onces. Qu’on les brûle alors, on aura bien de la peine à les réduire en cendres ; enfin les cendres de cette quantité brûlée dans un creuset, donne une drachme & demie de substance salée, blanchâtre, qui fermente foiblement avec l’eau forte. Quatre onces de cette herbe fraiche étant mises en décoction dans de l’eau de fontaine, & cette eau étant soigneusement évaporée, il se forme environ six drachmes d’un sel marin de figure cubique. Distillez la liqueur restante, en augmentant le feu graduellement, le phlegme passera d’abord, ensuite il s’éleve un sel volatil sec qui s’attache au sommet & aux parois du vaisseau ; ces sels étant purifiés, on trouvera, par le résultat des expériences, que cette herbe fraiche contient environ une cinquieme partie de son poids de sel commun.

Si l’on seche cette plante & qu’on la mette en décoction dans cinq livres d’eau de fontaine, la décoction étant à moitié évaporée, le résidu donne successivement une odeur de miel & ensuite de chou, & d’autres herbes potageres. Enfin, si après tout cela on laisse putréfier l’herbe bouillie, elle répand une odeur d’excrémens d’animaux, devient de même le réfuge des mouches, ainsi que la nourriture & le lieu d’habitation propre aux vers, qui sortent des œufs de ces insectes aîlés.

Toutes les expériences qu’on peut faire avec les crystaux cubiques de sel, formés dans la décoction évaporée de cette herbe, prouvent que c’est du sel commun ; & le sel volatil qui s’eleve ensuite par le feu lorsque le sel cubique ne se crystalise plus, se montre un fort alcali, par la fermentation avec les esprits acides.

Si l’on fait sécher par évaporation le suc de cette plante, après qu’on en a séparé tout le sel marin & qu’on en calcine le résidu, on aura finalement une substance seche, terreuse, qui tient de la saveur lixivielle, mais qui ne fond point en liqueur étant exposée à l’air. Cette substance calcinée, étant mêlée avec quelque esprit acide, & sur-tout avec l’esprit de vitriol, devient d’un bleu admirable, qui ne le cede point au plus bel outremer.

L’herbe fraiche kali mise en fermentation avec de l’eau commune, donne dans les différens états de fermentation, d’abord une odeur de chou aigre, ensuite celle des vers de terre tués dans l’esprit de vin, enfin celle des harengs fumés. Si on distille le tout, il en sort d’abord un esprit assez semblable à l’esprit de tartre rafiné, & ensuite une huile empyreumatique, telle que celle des substances animales.

Mais une chose bien remarquable, c’est que par aucun art, même par la cohobation, on ne peut tirer le sel volatil de cette masse putréfiée. Le marc fournit une potasse qui fermente violemment avec les acides, devient un sel enixum avec l’acide de vitriol, donne le nitre avec de l’eau sorte, du sel commun avec de l’esprit de sel ; & avec les acides de toutes especes, il produit une couleur bleue plus ou moins approchante de l’outremer, suivant l’espece d’acide & la conduite du procédé.

Le sel qu’on tire de cette potasse a une teinte verte comme celle du borax naturel ; enfin le marc, après l’extinction de ce sel, mis en digestion avec l’eau sorte, se réduit en une substance gélatineuse d’une vraie saveur métallique.

Nous devons toutes ces curieuses expériences chimiques sur le kali d’Allemagne, à M. Jean Frédéric Henkel, dans son ouvrage allemand intitulé : Werwandschafft der Pflantin mit den Mineral Reiche, Léipzig 1723, in 8°. avec fig. & ce titre veut dire, Affinité des végétaux avec les minéraux. (D. J.)

Kali d’Alicante, (Botan.) Kali hispanicum ; espece de kali d’Espagne. Sa description faite exactement par M. de Jussieu dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, année 1717, nous intéresse, parce que c’est de cette espece de kali qu’on tire la meilleure soude, si recherchée dans la Verrerie, la Savonnerie, la Blanchisserie, arts utiles & nécessaires.

M. de Jussieu caractérise cette plante, dont il a donné la figure, kali hispanicum, supinum, annuum, sedi foliis brevibus : kali d’Espagne, annuel, couché sur terre, à feuilles courtes, semblables à celles du sédum.

Sa racine est annuelle, longue de quelques pouces, un peu oblique, blanchâtre, arrondie, ligneuse & garnie de peu de fibres.

De son collet sortent quatre à cinq branches couchées sur terre, subdivisées dans leur longueur en plusieurs petits rameaux alternes, étendus çà & là, les uns droits, les autres inclinés. Les plus longues de ses branches n’ont pas demi-pié, & leur diametre n’excede pas une ligne. Ces branches & ces rameaux sont arrondis, d’un vert pâle, & quelquefois teints légérement d’un peu de pourpre, sur-tout dans leur maturité.

Les feuilles dont ils sont chargés sont disposées par paquets, alternes, plus ou moins écartés, suivant l’âge de la plante ; elles sont cylindriques & succulentes, comme celle de la tripe-madame, ou sedum minus teretifolium, longue d’environ un quart de pouce, sur une demi-ligne d’épaisseur, d’un vert pâle, presque transparentes, lisses, sans poils, émoussées à leur extrémité, & d’un goût salé. Chaque paquet est formé de deux, trois, quatre, & quelquefois de cinq de ces feuilles, de l’aisselle desquelles naît la fleur.

Elle est composée de cinq étamines blanchâtres, à sommets jaunâtres, & d’un pareil nombre de petits pétales, étroits & blanchâtres. Le jeune fruit qui en occupe le centre, est terminé par un petit stilet blanc & fourchu.

Cette fleur n’a point d’odeur, & ses pétales qui enveloppent plus étroitement le fruit à mesure qu’il grossit, d’étroits & cachés qu’ils étoient dans le paquet de feuilles, qui leur sert de calice, deviennent plus amples, plus épanouis, plus secs, membraneux, arrondis dans leur contour, un peu plissés & presque gaudronnés ; souvent deux de ces pétales s’unissent, de maniere qu’ils ne paroissent en faire qu’un, & pour lors la fleur semble être de quatre pieces seulement. Elle dure long-tems sans se faner ; & plus elle vieillit, plus le jaune clair dont elle est teinte devient roussâtre : son plus grand diametre est environ de deux lignes.

Le fruit mûr est de la grosseur d’un grain de millet, arrondi, membraneux, renfermant une seule petite semence brune & roulée en spirale. Il est si enveloppé des pétales de la fleur, qu’il tombe en même tems qu’elle.

Quoique l’espece de kali qu’on vient de décrire croisse sur les côtes maritimes de Valence, de Murcie, d’Almerie & de Grenade, elle peut néanmoins porter le nom de kali d’Alicante, parce qu’il n’y a point de lieu sur la côte orientale d’Espagne où il en naisse une si grande quantité qu’aux environs de cette ville.

La soude qu’on en tire fait une partie considérable de commerce : les marchands & étrangers la préferent à celle que l’on tire d’autres plantes ; & les habitans du pays sont si persuadés que cette espece ne peut prospérer également ailleurs, qu’ils se la regardent comme propre.

Cette plante croit d’elle-même, néanmoins pour la multiplier, on la seme dans les campagnes le long du bord de la mer. On en voit même dans des terres à blé, auquel elle ne peut nuire, parce que dans le tems de la moisson, elle ne commence presque qu’à pousser, & qu’elle n’est dans sa parfaite maturité qu’en automne.

La récolte du kali d’Alicante ne se fait pas tout-à-la-fois & sans précaution, comme celle des autres plantes dont on tire de la soude. On arrache successivement de celui-ci les rejettons les plus mûrs avant ceux qui le sont moins. On les étend sur une aire pour les faire sécher au soleil, & en ramasser le fruit qui tombe de lui-même.

Comme l’abondance & la pureté de la soude qu’il fournit fait son mérite reconnu par les marchands, ils sont fort circonspects à prendre garde que celle d’Alicante, qu’ils choisissent pour l’employer à des ouvrages exquis, n’ait été altérée en brûlant le kali d’où elle provient, par le mélange d’autres plantes qui donnent aussi de la soude, mais beaucoup inférieure en qualité à celle-ci.

Les ouvriers qui brûlent la plante kali, la nomment la marie ; on la coupe & on la fane comme le foin lorsqu’elle est seche ; l’on en remplit de grands trous faits exprès dans la terre, & bouchés en sorte qu’il n’y entre que peu d’air. On y met le feu, on la couvre ; & quand elle est réduite en cendres, il s’en forme après quelque tems une pierre si dure, qu’on est obligé de la casser avec des maillets. C’est cette pierre que nous appelions soude, & à qui les anciens ont donné le nom de salicore, salicot, ou alun catin. Voyez Soude.

La plante kali étoit autrefois très-cultivée en Languedoc, où on l’appelloit vitraire. Catel en parle dans ses Mémoires de l’histoire de cette province, chap. j. p. 50. « L’on retire aussi, dit-il, un notable profit dans le pays d’une herbe qu’on a coutume de semer & cultiver au bord de la mer, laquelle étant venue à sa perfection, on la coupe, & après on la brûle dans un creux qu’on fait dans la terre comme dans un fourneau, couvrant ce creux de terre par-dessus, afin que le feu ne puisse prendre air & aspirer ; cette herbe étant brûlée, l’on découvre ce creux, qu’on trouve plein de certaine matiere dure, qu’on appelle dans le pays salicor, qui ressemble au sel en roche, & de laquelle on fait les verres ». Il se fabriquoit une si grande quantité de ce salicor dans le Languedoc, qu’outre la manufacture des glaces de Venise, qui s’en fournissoit, on en envoyoit encore dans d’autres pays de l’Europe. Aujourd’hui cette culture ne subsiste plus, & les directeurs de la manufacture des glaces de S. Gobin en France, tirent uniquement d’Espagne toute la soude dont ils ont besoin.

Le P. Roger, récollet, dans son voyage de la Terre-sainte, dit qu’à une demi-lieue à l’Occident de la mer-morte en Judée, toute la contrée est couverte de kali, que les Arabes brûlent, & dont ils portent vendre les cendres à Jérusalem & à Hébron, où il y a une petite verrerie : on en fait aussi du savon.

Cet ancien usage, qui peut nous induire à penser que l’herbe borith, dont il est parlé dans Jérémie, chap. ij. V. 22, n’est autre chose que le kali qu’on brûle pour faire la soude & le savon. « Quand vous multiplieriez la soude & le savon pour l’employer à vous laver, & vous nettoyer (dit l’Eternel), vous seriez toûjours souillés de votre iniquité ».

Ce n’est pas ici le lieu de tâcher de justifier cette traduction ; nous renvoyons les curieux aux auteurs qui ont traite des plantes de la Bible, & en particulier à une grande dissertation de Jean Michel Langius sur cette matiere. On y trouvera les diverses interprétations que les critiques ont données au terme hébreu borith, & cette derniere n’est pas une des plus mauvaises. Pour qu’on ne la rejette pas du premier abord, il faut ajoûter que le mot kali est arabe. Scaliger, dans ses exercitations sur Cardan, écrit chali, mais mal, comme Bochard l’a fort bien remarqué. Le terme kali ne signifie point la soude, c’est une chose certaine ; peut être signifie-t-il des pois chiches rôtis, fris : du-moins il veut-dire en propre tostum, frictum, frixit. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « kali »

(1553) De l’arabe قلي, kalī qui donne aussi, avec son article arabe alcali.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Arabe, kaly, la soude.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « kali »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
kali kali

Citations contenant le mot « kali »

  • Formidable article j'ai l'impression que on n'a pas besoin d'être un ingénieur développeurs pour utilisé kali. Mais moi je suis passionné de la sécurité informatique et je désire l'apprendre.comment je fais alors .besoin d'aide. Car je commence en informatique. LeMondeInformatique, Kali Linux : Une boîte à outils pour pentest - Le Monde Informatique

Images d'illustration du mot « kali »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « kali »

Langue Traduction
Anglais kali
Espagnol kali
Italien kali
Allemand kali
Chinois 卡利
Arabe كالي
Portugais kali
Russe поташ
Japonais カリ
Basque kali
Corse kali
Source : Google Translate API

Kali

Retour au sommaire ➦

Partager