La langue française

Isospin

Définitions du mot « isospin »

Wiktionnaire

Nom commun

isospin \i.zo.spin\ masculin

  1. (Physique) Nombre quantique ou symétrie relatif à l’interaction forte.
    • Le proton et le neutron possèdent un isospin égal à ½.
    • Le concept d’isospin, ou spin isotopique, s’imposa simplement du fait que les masses du proton et du neutron sont très similaires. — (Jim Baggott, trad. Benoît Clenet, La particule de Dieu, Dunod, Paris, 2013, page 41)

Nom commun

isospin

  1. (Physique) Isospin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « isospin »

Contraction de spin isotopique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Contraction de isotopic spin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « isospin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
isospin isɔspɛ̃

Citations contenant le mot « isospin »

  • À partir de 1932, date de la découverte du neutron, la physique nucléaire prend un nouvel essor dans la recherche d’une compréhension toujours plus aboutie du modèle atomique. Durant la même année, dans son « Uber den Bau der Atomkerne », Werner Heisenberg postule un modèle quantique pour l’interaction entre nucléons dans le noyau atomique. Pour lui, le neutron et le proton sont une même particule dont seul l’isospin nucléaire diffère. Trust My Science, Comment les nucléons sont-ils liés dans le noyau atomique ?
  • C’est en tout cas ce qu’affirme la relativité générale. Lorsqu’une particule tombe dans un trou noir, toutes ses propriétés — nombre baryonique, nombre leptonique, isospin, etc — ne jouent plus aucun rôle dans la physique du trou noir. L’information relative à ces propriétés est censée être perdue. En d’autres termes, selon la théorie d’Einstein, l’entropie d’un trou noir est nulle. Trust My Science, La fusion de trous noirs entraîne-t-elle une perte d'information ?
  • Il se trouve que les quantités conservées sont justement des choses comme la charge électrique ou d'autres charges dites d'isospin faible et fort pour les forces nucléaires faible et forte. Notez d'ailleurs que to spin signifie tourner en anglais. Futura, Multivers : une preuve dans le "trou" géant dans le rayonnement fossile ?
  • En analysant le contenu de la théorie des champs, les auteurs de cette étude concluent que la matière et l’antimatière sont des notions plus générales que celle de particule. Allant jusqu’à émettre un avis argumenté sur le côté plus fondamental de la « matière », sorte de substance qui serait irréductible aux particules et même aux champs. Se confirme alors le présupposé anti-réductionniste accordant la priorité ontologique au tout face à la partie. Et ce tout se présente comme une « substance » structurée, avec une organisation formelle très complexe. Cet « ordre informationnel » est alors analysé à partir des formalismes mathématiques de la théorie des champs, avec une focalisation sur les propriétés quantiques des particules et antiparticules. Puis avec les « propriétés génériques » contenues dans la théorie algébrique des champs. Par exemple, les propriétés de symétries et la structure algébrique sous-jacente aux formalismes dont découlent les nombres quantiques des particules. Ces nombres étant alors les formes permettant de qualifier ces particules, à l’instar des qualités que possèdent nos objets macroscopiques comme une balle dont on connaît le matériau, la souplesse, la couleur et le diamètre. Pour une particule, ce sera le spin, l’isospin, le nombre baryonique, etc. AgoraVox, Nouvelle ontologie de l'univers quantique : l'antimatière n'est pas faite d'anti-particules - AgoraVox le média citoyen
  • Le concept central de la phénoménologie, c’est l’intentionnalité. Toute conscience est conscience de quelque chose (de défini). Les interprètes de la phénoménologie ont cru bon de constater que le principe fondamental de l’intentionnalité, c’est l’orientation. La conscience s’oriente vers les choses, les objets, les étants. La physique contemporaine ignorerait les orientations. Cet énoncé ne tient pas. Une étude approfondie de l’électromagnétisme et de la mécanique quantique nous enseigne que la nature repose aussi sur le principe de l’orientation de la matière, avec notamment le spin, l’isospin et le magnétisme. La seconde formulation de la thermodynamique du non équilibre par Prigogine laisse apparaître deux orientations du temps. Et si l’on lit correctement Heidegger, on comprendre que le Dasein est lui aussi amené à s’orienter, se tourner, détourner, retourner vers quelque chose à la fois défini, le passé, et indéfini, l’avenir. Heidegger a dépassé Husserl (ainsi que les tentatives dénoncées comme tournant théologique par Janicaud). Il faut dépasser Heidegger pour le volet métaphysique (avec ou sans « destruction phénoménologique »), et Husserl pour le volet scientifique (construction méta-physique de la nature). Ce qui impose de dépasser également la science contemporaine. AgoraVox, Husserl, une phénoménologie à réorienter ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « isospin »

Langue Traduction
Anglais isospin
Espagnol isospin
Italien isospin
Allemand isospin
Chinois 异旋
Arabe إيزوسبين
Portugais isospin
Russe изоспин
Japonais アイソスピン
Basque isospin
Corse isospina
Source : Google Translate API

Isospin

Retour au sommaire ➦

Partager