La langue française

Isocéphalie

Sommaire

  • Définitions du mot isocéphalie
  • Étymologie de « isocéphalie »
  • Phonétique de « isocéphalie »
  • Citations contenant le mot « isocéphalie »
  • Traductions du mot « isocéphalie »

Définitions du mot « isocéphalie »

Wiktionnaire

Nom commun

isocéphalie \i.zo.se.fa.li\ féminin

  1. (Arts) Règle esthétique utilisée dans les arts antiques, consistant à aligner les têtes des personnages situés sur des plans différents.
    • Cette règle d'isocéphalie prévaudra au Nouvel Empire encore, sauf dans quelques cas où le roi est représenté nettement plus petit que les dieux qu'il accompagne. — (Jac. J. Janssen, Annual egyptological bibliography, 1977)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « isocéphalie »

 Composé de iso-, -céphale et -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « isocéphalie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
isocéphalie isɔsefali

Citations contenant le mot « isocéphalie »

  • Quels étaient les canons esthétiques dans la Roumanie de l'époque que ces peintres ont dû dépasser?Quel art avait les faveurs de l’élite éclairée en cette fin du XVIIIe siècle ? Celui, essentiellement, des fresques murales des édifices religieux, ou très rarement, celui des fresques décoratives ornant les intérieurs des habitations les plus élégantes, le palais princier ou les maisons de boyards très fortunés. Si les effigies votives peintes sur les murs des églises, commémorant leur fondation, étaient fréquentes, rarement jusqu’alors des portraits peints se retrouvaient dans les demeures princières ou aristocratiques, sinon celui de Constantin Brâncoveanu, prince régnant sur la Valachie entre 1688 et 1714, peint par un maître anonyme. L’art, dans l’acception que l’élite lui accordait alors, était d’abord un art « porté », celui des somptueux costumes coupés dans de riches étoffes et des splendides parures d’une valeur considérable. Au début du XIXe siècle le système d’enseignement artistique est totalement inexistant, comparé avec celui du monde occidental. La tradition artistique perpétue les traits immuables de l’espace artistique post-byzantin : schématisation frontale, linéarité, hiératisme, isocéphalie, touche locale, rarement nuancée de couleurs chaudes. Les influences artistiques occidentales ne pénètrent que par l’intermédiaire d’une filière russe et autrichienne, pendant les périodes d’occupation du XVIIIe siècle et surtout de la première partie du XIXe siècle, grâce à la peinture de chevalet. Accueilli au début avec réserve, voire avec crainte, le portrait provoque progressivement une véritable mode dans les rangs des boyards et des commerçants aisés de Iasi, de Bucarest et de Craiova. Le « peintre de détail », qui exécute des portraits, acquiert peu à peu un nouveau statut qui le distingue des « peintres de gros », spécialistes de peinture en bâtiment de toutes sortes. Toutefois, les effigies que peignent ces nouveaux artistes, plus ou moins adroits, restent tributaires de la tradition et des techniques picturales murales, et d’une naïveté inhérente à ce type de technique. Quelques noms sont connus, à l’instar de Ion Balomir ou de Nicolae Polcovnicul, mais le marché du portrait, en pleine expansion, attire de nombreux artistes, en particulier d’Europe centrale, comme Anton Chladeck, Niccolò Livaditti, Giovanni Schiavoni, Josef August Schöft, Miklos Barabás, C. D. Rosenthal, ou encore Carol Popp de Szathmári.  , Gabriel Badea-Päun, "Les peintres roumains et la France" | lepetitjournal.com

Traductions du mot « isocéphalie »

Langue Traduction
Anglais isocephaly
Espagnol isocefalia
Italien isocephaly
Allemand isozephalie
Chinois 同脑
Arabe تساوي الرأس
Portugais isocefalia
Russe isocephaly
Japonais 等頭症
Basque isocephaly
Corse isocefalia
Source : Google Translate API
Partager