La langue française

Iroquois, iroquoise

Sommaire

  • Définitions du mot iroquois, iroquoise
  • Étymologie de « iroquois »
  • Phonétique de « iroquois »
  • Citations contenant le mot « iroquois »
  • Images d'illustration du mot « iroquois »
  • Traductions du mot « iroquois »

Définitions du mot iroquois, iroquoise

Trésor de la Langue Française informatisé

IROQUOIS, -OISE, adj. et subst.

A. − (Celui, celle, ce) qui appartient aux Indiens d'Amérique du Nord qui vivaient dans les vallées du Saint-Laurent, de la Susquehanna et sur les bords des lacs Érié, Ontario et Huron. L'Iroquois ou le Huron n'est pas civilisé, mais il est apte à le devenir (Lacord., Conf. N.-D.,1848, p. 207).Masques iroquois aux longs cheveux, coiffures sioux à tête de buffle (Morand, New-York,1930, p. 249):
... c'était de ce verre qu'était faite la perle pendant au nez de la petite Iroquoise du saut de Niagara : la main d'une Vénitienne avait arrondi l'ornement d'une sauvage. Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 355.
En partic. Langue iroquoise et, en emploi subst. masc., l'iroquois. Langue parlée par les Iroquois. Je me livrai dans l'intervalle des combats, à l'étude des langues iroquoises (Chateaubr., Natchez,1826, p. 184).
B. − P. anal. et péj. (Celui, celle, ce) qui possède certaines caractéristiques (barbarie, manque de finesse) attribuées aux Iroquois. Et c'est de pareils iroquois qui battent l'empereur Napoléon!... Ça, jamais que je le croirai! (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 139).
En partic. Langue incorrecte ou incompréhensible. ,,C'est de l'iroquois! On n'y comprend rien`` (Littré). J'allais m'insurger quand je réfléchis que mon honorable correspondante (...) écrivait plutôt en iroquois (Montesquiou, Mém., t. 1, 1921, p. 13).
REM.
Iroquoisement, adv.Dans un jargon incorrect, incompréhensible. La femme, parlant si iroquoisement le français (Goncourt, Journal,1890, p. 1228).
Prononc. et Orth. : [iʀ ɔkwa], fém. [-wa:z]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. a) 1644 « nom d'une peuplade de l'Amérique du Nord » (R. Mère Marie de l'Incarnation, Marie Guyard, MmeMartin, Correspondance, écrits spirituels et historiques, t. 3, p. 354); b) 1826 langues iroquoises (Chateaubr., loc. cit.); c) 1842 « langage inintelligible » (Balzac, Autre ét. femme, p. 384); 2. a) 1718 « individu dont la conduite, les paroles paraissent bizarres » (Le Roux, p. 286); b) 1795 « sot, ridicule (en parlant d'un vers) » (G. de Pixerécourt ds E. Estève, Ét. de litt. préromantique, p. 209). Nom d'une peuplade de l'Amérique du Nord. Fréq. abs. littér. : 98.

Wiktionnaire

Nom commun

iroquois \i.ʁɔ.kwa\ masculin (pour une femme on dit : iroquoise)

  1. (Familier) (Par allusion péjorative aux Iroquois) Personne dont les actions et la conduite sont bizarres, contraires au bon sens ou aux usages.
    • Quel iroquois !

Adjectif

iroquois \i.ʁɔ.kwa\

  1. Qui a trait au peuple et à la civilisation des Iroquois.
    • Il y a cinq nations iroquoises.
    • Dans la mythologie iroquoise, la création du monde arrive avec une femme enceinte, nichée dans le monde des cieux, qui, en raison de sa grossesse, a une envie folle de nourriture nouvelle. C'est en fouillant le sol à la recherche de cette nourriture qu'elle traverse le dôme du ciel et tombe dans l'océan, avant de se retrouver sur le dos d'une tortue, sur laquelle se développera la terre. — (Le Devoir, 19 juillet 2011)
    • La surveillance quotidienne ne peut cesser, surtout à Québec où, au début du mois de juin, à la suite d'une rumeur, les habitants s'étaient enfermés, craignant un attaque iroquoise. — (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, p. 102.)— (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, p. 145.)
  2. Se dit d'une coupe de cheveux consistant à ne laisser qu'une bande étroite et droite de cheveux (plus ou moins longs) du front à la nuque en passant par le dessus de la tête.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IROQUOIS, OISE. n.
Celui, celle dont les actions et la conduite sont bizarres, contraires au bon sens ou aux usages. C'est un iroquois. Quel iroquois! Il est familier.

Littré (1872-1877)

IROQUOIS (i-ro-koî, koî-z') s. m.
  • 1Nom d'une peuplade sauvage de l'Amérique du nord.
  • 2 Fig. et familièrement. Celui, celle dont la conduite ou les paroles sont peu conformes au bon sens ou au bon usage. C'est un Iroquois. Quel Iroquois !

    Adjectivement. Une humeur iroquoise.

  • 3 s. m. L'iroquois, la langue des Iroquois.

    Fig. C'est de l'iroquois, on n'y comprend rien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

IROQUOIS, (Géog.) nation considérable de l’Amérique septentrionale, autour du lac Ontario, autrement dit de Frontenac, & le long de la riviere qui porte les eaux de ce lac dans le fleuve de S. Laurent, que les François appellent par cette raison, la riviere des Iroquois. Ils ont au nord les Algonquins, à l’E. la nouvelle Angleterre, au S. le nouveau Jersey, & la Pensylvanie, à l’O. le lac Erié.

Ces barbares composent cinq nations ; les plus proches des Anglois sont les Aniez ; à 20 lieues delà sont les Annegouts ; à deux journées plus loin sont les Onontagues, qui ont pour voisins les Goyagonins ; enfin, les derniers sont les Tsonnomonans, à cent lieues des Anglois. Ce sont les uns & les autres des sauvages guerriers, assez unis entre eux, tantôt attachés aux Anglois, & tantôt aux François, selon qu’ils croyent y trouver leurs intérêts.

Le pays qu’ils habitent, est aussi froid qu’à Quebec ; ils vivent de chair boucannée, de blé d’Inde, & des fruits qu’ils trouvent dans les bois & sur les montagnes ; ils ne reconnoissent ni roi, ni chef ; toutes leurs affaires générales se traitent dans des assemblées d’anciens & de jeunes gens. Ils sont partagés par familles, dont les trois principales sont la famille de l’Ours, celle de la Tortue, & celle du Loup. Chaque bourgade est composée de ces trois familles ; & chaque famille a son chef ; leur plus grand commerce est de castor, qu’ils troquent contre de l’eau-de-vie qu’ils aiment passionnément.

Leur argent & leur monnoie consiste en grains de porcelaine ; ces grains de porcelaine viennent de la côte de Manathe. Ce sont des burgos, sortes de limaçons de mer, blancs ou violets, tirans sur le noir ; ils en font aussi leur principal ornement ; ils se matachent le visage de blanc, de noir, de jaune, de bleu, & sur-tout de rouge. Se mattacher, est se peindre ; leur religion n’est qu’un composé de superstitions puériles, & leurs mœurs barbares y répondent.

Je n’entrerai point dans les détails : on peut consulter si l’on veut la rélation que M. de la Potherie a donné des Iroquois au commencement de ce siecle dans sa description de l’Amérique septentrionale ; mais il faut lire sur ce peuple l’ouvrage récent de M. Colden, intitulé, History of the five nations, London, 1753, in-8°. c’est une histoire également curieuse & judicieuse. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « iroquois »

→ voir Iroquois

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « iroquois »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
iroquois irɔkwa

Citations contenant le mot « iroquois »

  • Après 1649, suite à leur défaite face aux Iroquois et à leur installation dans la région des Grands Lacs, les Hurons s'allient à une confédération de nations indiennes qui deviennent ainsi les alliés des Français. Cette ligue franco-amérindienne est unie par deux liens principaux : l'ennemi commun iroquois et la crainte de l'expansion anglaise. Les Iroquois représentent une véritable menace pour la Nouvelle-France car ils disposent d'un potentiel de 3000 guerriers armés par les Anglais, ce que la colonie française ne peut se permettre. En 1665, Louis XIV envoie le régiment de Carignan-Salières pour les combattre. Les guerres franco-iroquoises connaissent leur paroxysme dans les années 1680 : les Iroquois se battent contre les Hurons et les colons français de la vallée du Saint-Laurent, afin de contrôler le commerce des fourrures en provenance du Canada et des colonies anglaises. Mais leur déclin démographique s'accentue au fil des conflits et des épidémies, et les Iroquois cessent d'être une menace en 1701, avec la signature de la « Grande Paix » de Montréal : trente-neuf nations indiennes signent le traité avec les Français. Futura, Histoire : Amérindiens et Français du Canada
  • Les attaques iroquoises contre les postes de Ville-Marie et de Trois-Rivières sont fréquentes. Certaines années, elles sont même incessantes. Les colons n’osent plus aller au champ sans fusil. Ville-Marie se dote d’une brigade canine pour déjouer les embuscades. À la fin des années 1650, on envisage même de fermer la colonie. Radio-Canada, Le massacre de Lachine, un événement oublié à force d’être réévalué | Aujourd'hui l'histoire
  • Une fresque représentant le symbole de la confédération haudenosaunee [iroquoise] à Toronto, au coin des avenues Spadina et Dupont. Radio-Canada.ca, Les wampums aux fondements de la confédération iroquoise | Radio-Canada.ca

Images d'illustration du mot « iroquois »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « iroquois »

Langue Traduction
Anglais iroquois
Espagnol iroqueses
Italien iroquois
Allemand irokesen
Chinois 易洛魁人
Arabe إيروكوا
Portugais iroquês
Russe ирокез
Japonais イロコイ
Basque iroquois
Corse irocu
Source : Google Translate API
Partager