La langue française

Ipécacuanha

Définitions du mot « ipécacuanha »

Wiktionnaire

Nom commun

ipécacuanha \Prononciation ?\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Variante orthographique de ipécacuana.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

IPÉCACUANHA, s. m. (Bot.) Nous ne connoissons point la plante qui s’éleve de la racine précieuse qu’on appelle ipécacuanha du Pérou, & nous ne connoissons encore qu’imparfaitement la plante qui jette en terre la racine nommée ipécacuanha brune du Bresil ; voici cependant la description qu’en a faite M. Linnœus.

Le calice est divisé en cinq segmens égaux, étroits, & terminés en pointe. La fleur a cinq découpures & a cinq étamines. Le pistil est un embrion placé entre le calice & la fleur ; on ignore combien il a de styles. Cet embryon devient une baie arrondie posée sur le calice, & creusée par le haut en maniere de nombril. Elle n’a qu’une cavité dans laquelle sont renfermés trois noyaux osseux, voutés d’un côté, applatis sur les deux autres, réunis ensemble, & formant un globe. Chacun de ces noyaux qui ne renferme qu’une graine, est strié de cinq cannelures. La racine est très-longue ; la tige rarement branchue, est couchée sur terre, & n’a de feuilles que vers son extrémité : ces feuilles sont opposées, ovales, pointues de deux côtés, raboteuses, plus pâles en-dessous qu’en dessus, larges de deux pouces, longues de trois, & les intersections de la tige ont à peine un pouce de longueur.

Quant à la plante qui pousse en terre, l’espece de racine du Bresil qu’on appelle ipécacuanha blanc de Pison, nous savons seulement que c’est une petite plante basse, assez semblable au pouliot, dont la tige qui s’eleve du milieu de plusieurs feuilles velues, est chargée d’un grand nombre de petites fleurs blanches disposées par anneaux. Au reste, voyez Pigaya. (D. J.)

Ipécacuanha, (Mat. méd.) L’ipécacuanha est une racine que les Medecins ordonnent assez communément, sur-tout dans les formules latines, sous le nom de racine du Brésil, radix brasiliensis. Ce nom ne convient pourtant qu’à une des deux especes dont nous allons parler : mais comme on employe indifféremment ces deux especes, malgré quelques différences que les bons pharmacologistes y ont observées, le nom spécifique de radix brasiliensis est devenu dans l’usage commun, synonime au mot générique ipécacuanha.

Les deux especes d’ipécacuanha sont le gris & le brun. Voici leur description d’après M. Geoffroy.

L’ipécacuanha gris, ipecacuanha cinerea, ipecacuanha peruviana, off. bexuquillo, & Rais de oro, Hispanorum, peut-être l’ipécacuanha blanc de Pison, est une racine épaisse de deux ou trois lignes, tortueuse, & comme entourée de rugosités, d’un brun clair ou cendré, dense, dure, cassante, résineuse, ayant dans son milieu dans toute sa longueur, un filet qui tient lieu de moëlle, d’un goût un peu âcre & amer, & une odeur foible. Les Espagnols en apportent tous les ans à Cadix du Pérou, où elle naît aux environs des mines d’or.

L’ipécacuanha brun, ipecacuanha fusca, ipecacuanha brasiliensis, & radix brasiliensis off. ipecacuanha altera seu fusca Pisonis, est une racine tortueuse, plus chargée de rugosités que l’ipécacuanha gris, plus menue cependant, d’une ligne de grosseur, brune ou noirâtre en-dehors, blanche en-dedans, légerement amere. On apporte cette espece d’ipécacuanha du Bresil à Lisbonne.

L’ipécacuanha, soit gris, soit brun, contient une quantité considérable de résine qu’on en sépare par l’esprit de vin, & un extrait mucilagineux pur, c’est-à-dire soluble par les menstrues aqueux seuls.

Selon les expériences de M. Geoffroy, huit onces d’ipécacuanha gris donnent dix gros de résine, & trois onces & demie d’extrait ; & neuf onces d’ipécacuanha brun donnent six gros de résine, & une once trois gros d’extrait.

Selon Cartheuser, ces principes résident entierement dans l’écorce de ces racines ; leur partie ligneuse en est absolument dépourvûe ; ce dernier auteur a retiré d’une once d’écorce d’ipécacuanha gris quatre scrupules de résine, & trois dragmes d’extrait ; & il pense que M. Boulduc pere n’a pas séparé exactement ces principes, lorsqu’il n’a obtenu par l’application de l’esprit de vin, que trois grains de résine par once, de l’un & de l’autre ipécacuanha.

La résine d’ipécacuanha excite puissamment le vomissement ; l’extrait l’excite très-peu, purge doucement, & passe pour être légerement astringent in recessu, c’est-à-dire sur la fin de son opération purgative.

Nous donnons très-rarement l’un ou l’autre de ces principes ainsi séparés, ou pour mieux dire, ils sont entierement hors d’usage. Nous donnons seulement quelquefois la décoction non filtrée de deux gros d’ipécacuanha, ce qui est donner en effet presque toute la partie extractive de cette drogue, & la petite quantité de résine qui peut avoir été détachée par l’action méchanique de l’ébulition de l’eau. Cette décoction fait vomir très-doucement. G. Pison qui est le premier qui a publié les vertus de l’ipécacuanha dans son histoire naturelle du Bresil en 1748, préfere cette décoction à l’usage de l’ipécacuanha en substance. Cartheuser propose une correction de ce remede absolument analogue à la précédente, savoir de diminuer considérablement la proportion de la résine dans l’ipécacuanha qu’on veut donner en substance, en enlevant une partie de ce principe par une application convenable de l’esprit de vin.

Les vûes de ces auteurs peuvent être très-louables, & fournir un remede plus sûr, plus convenable dans certains sujets délicats, ou dans les cas où les remedes trop actifs sont contre-indiqués ; mais assez généralement nous donnons l’ipécacuanha en substance, sans nous assujettir à ces précautions, & nous ne trouvons pas que ce soit un remede violent, & dont l’action soit suivie d’accidens graves.

C’est 1°. à titre de vomitif, de remede général que nous l’employons depuis dix grains jusqu’à vingt & à trente. On pense-assez communément que son action est plus modérée que celle du tartre émétique. Ces deux remedes sont presque les seuls vomitifs employés dans la pratique la plus reçue ; le premier dans les légeres incommodités, principalement chez les femmes & chez les enfans ; le dernier dans les maladies proprement dites, & toûjours même dans les sujets robustes. Voyez Vomitif. L’ipécacuanha est le seul émétique que nous tirions aujourd’hui du regne végétal.

2°. La célébrité de cette drogue est principalement fondée sur ses effets admirables dans les dissenteries ; elle guérit infailliblement les dissenteries communes ou moins graves, & elle concourt efficacement à la guérison des dissenteries épidémiques & malignes. Voyez Dissenterie. On le donne dans ces maladies, premierement à haute dose, c’est-à-dire, à quinze, vingt, trente grains ; & on réitere ce remede deux ou trois fois dans des intervalles convenables, selon l’exigence des cas ; & lorsque les symptômes commencent à s’affoiblir, ineunte morbi declinatione, c’est une pratique utile & très usitée à Paris, de le donner à très-petite dose, mais souvent réitérée, par exemple à deux ou trois grains dans un excipient convenable, la conserve de roses, le diascordium, &c. trois fois par jour, pendant huit, dix, douze jours. Voyez Dissenterie.

On trouve dans les boutiques, sous le nom d’ipécacuanha blanc, une racine qu’il n’est pas permis de confondre avec l’ipécacuanha blanc de Pison, puisque ce dernier est, selon cet auteur, émétique & purgatif, au lieu que l’ipécacuanha blanc de nos boutiques n’a point ces vertus. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « ipécacuanha »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ipécacuanha ipekakyɑ̃a

Citations contenant le mot « ipécacuanha »

  • Ipeca Origine : l’ipécacuanha du Mato Grosso. Indications : nausées réflexes suivies d’épuisement et de somnolence, salivation abondante non calmée par les vomissements (malaise en voiture), diarrhées aiguës accompagnées de nausées et de vomissements, toux avec spasmes, hémorragies. Wamiz, Soigner son chien au quotidien avec l'homéopathie - Homéopathie pour chien - Wamiz

Traductions du mot « ipécacuanha »

Langue Traduction
Anglais ipecacuanha
Espagnol ipecacuana
Italien ipecacuanha
Allemand ipecacuanha
Chinois 佩帕库阿尼亚
Arabe عرق الذهب
Portugais ipecacuanha
Russe ипекакуана
Japonais イペカクアナ
Basque ipecacuanha
Corse ipecacuanha
Source : Google Translate API

Ipécacuanha

Retour au sommaire ➦

Partager