La langue française

Innéiste

Sommaire

  • Définitions du mot innéiste
  • Étymologie de « innéiste »
  • Phonétique de « innéiste »
  • Citations contenant le mot « innéiste »
  • Traductions du mot « innéiste »

Définitions du mot innéiste

Wiktionnaire

Nom commun

innéiste \i.ne.ist\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui suit la doctrine philosophique selon laquelle certaines idées, principes ou structures mentales sont innées.

Adjectif

innéiste \i.ne.ist\ masculin

  1. Qui a rapport avec la doctrine philosophique selon laquelle certaines idées, principes ou structures mentales sont innées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « innéiste »

Dérivé de inné et du suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « innéiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
innéiste ɛ̃neist

Citations contenant le mot « innéiste »

  • (2) Un réflexe de pensée à toujours conduit à assimiler les "innéistes" à une pensée conservatrice de droite et les "acquiistes" à celle de progressistes de gauche. C'est évidemment simplificateur et largement faux.  Cela repose notamment sur le soupçon que la pensée biologisante (naturalisatrice) est essentialiste (les personnes sont réduites à ce qu'elles sont, biologiquement), alors que les partisans de l'acquis mettent leur pas dans ceux de Rousseau et la notion du déterminisme social. Dans le premier cas, l'être humain est assigné à ce que son corps est, dans le second, la société doit être améliorée pour le bien commun. De fait, il faut reconnaître qu'il est possible d'instrumenter toute discipline, tout corpus de connaissance, tout domaine des sciences, au service d'une idéologie. Conservatisme et Progressisme peuvent s'accaparer des résultats dans le sens de l'utilité qu'elles représentent dans leur discours, à un moment donné.  L'idéologie n'est pas très regardante sur tout ce qui peut donner du grain à moudre. , La musique, dans le cerveau ou pas ? Innéisme et culturalisme - le faux débat | ECHOSCIENCES - Grenoble
  • On imagine que Platon n’a pas inspiré à lui seul toute la recherche psychologique ?O. H. : En réalité, j’ai identifié deux grandes filiations. La première, innéiste, part de Platon et passe par Descartes et Kant. La seconde, empiriste, démarre avec Aristote, dont le traité De l’âme peut être considéré comme le premier ouvrage complet de psychologie. Chez lui, les idées ne sont pas innées : pour bien comprendre le monde, écrit-il, il faut établir un lien logique et rigoureux entre les choses et les mots. C’est le début de la psychologie du raisonnement, dont les prémisses s’appuient toujours sur le monde réel. Ses prolongements seront la logique médiévale des syllogismes, qui s’est un peu perdue dans le raisonnement à vide, puis le courant empiriste, incarné notamment par Locke et Hume, philosophes anglais des XVIIe et XVIIIe siècles. L’empirisme, qui s’attache d’abord à l’observation des faits extérieurs, a inspiré lui-même la psychologie du comportement, le béhaviorisme, et jusqu’à l’imagerie cérébrale actuelle, qui cherche en quelque sorte à « calculer » nos raisonnements en observant l’activité du cerveau. Là encore, je bouscule un peu la vision classique de l’histoire de la psychologie, néanmoins je récuse tout soupçon d’anachronisme. Quand on sait, par exemple, que des recherches neuroscientifiques sur les erreurs de jugement et sur le doute s’appuient sur des travaux de Descartes, dont on trouve déjà des antécédents au IVe siècle chez saint Augustin (« Si je me trompe, je suis », écrivait-il), j’affirme que cette approche transhistorique est légitime et pertinente. Quand il s’agit de l’essentiel, c’est-à-dire des invariants cognitifs du cerveau, il ne faut pas avoir peur de comparer et de rapprocher les courants de pensée. CNRS Le journal, Ce que la psychologie doit à Platon | CNRS Le journal
  • On vas-tu en finir de louanger Noam Chomsky ? Peut-être que sa critique du néolibéralisme est convaincante mais il n'en demeure pas moins que notre érudit linguiste innéiste et militant pour la liberté fait preuve du même paternaliste qu'on retrouve chez les Américains et les Anglo-Saxons du Canada. Dans son livre, « Comprendre le pouvoir », il nous livre sa pensée vis-à-vis l'émancipation des Québécois qui sont pris dans ce carcan fédéraliste Anglo-Saxon en Amérique du Nord : « Je ne connais pas la situation dans le détail, mais je devine qu’il est dans l’intérêt du Québec de rester rattaché au Canada parce que l’alternative est d’être rattaché aux États-Unis. Le Québec ne sera pas en mesure de rester indépendant, donc il peut soit devenir américain, soit rester canadien. Étant donné ce choix, je crois qu’il vaut mieux pour lui qu’il reste canadien. Si le Québec devenait indépendant, on ne le nommerait pas nécessairement « membre » des États-Unis – il ne serait pas de la même couleur que les États-Unis sur la carte, mais il serait tellement intégré à l’économie américain qu’il serait effectivement une colonie. » Quel est la différence avec sa vision de gauche, pour ne pas dire altermondialiste, et celui des anglophones néolibéralismes à la Stephen Harper du Canada ? Il n'y en a aucune à part, et selon Chomsky, d'avoir l'opportunité de choisir son poison si vous êtes francophone d'Amérique. Désolé, je ne souscris pas à cette vision rationaliste de Chomsky. C'est comme dire que les francophones ne sont pas capables d'assumer leur propre destinée et qu'ils ont toujours besoin d'un grand frère pour s'émanciper. Cette tendance, qui est typiquement anglo-saxonne (pour ne pas dire américaine), de penser que le degré d'humanité qu'ils ont atteint est supérieur aux autres et que celle des Québécois ne pourrait être que considérée comme subversive. Et Chomsky incarne bien cette idéologie américaine de gauche. Le Devoir, Retour sur le parcours de Chomsky | Le Devoir
  • Insistant sur l'importance d'élever le niveau moyen des enseignants et non pas seulement d'imaginer des outils et pédagogies innovantes qui ne seront utilisés que par les enseignants les plus motivés, il vilipende la conception innéiste de l'enseignement selon laquelle on serait « par nature » un bon ou un mauvais enseignant. Le Point, Et si l'on apprenait aux professeurs à... enseigner ? - Le Point
  • Quel que soit le temps qu'il passe à réviser ses cours, Jérôme n'y peut rien, ça ne rentre pas. "Je n'ai pas la bosse des maths" assure-t-il. Pas de problème en revanche pour Isabelle qui n'ouvre jamais un manuel et s'en tire toujours bien aux examens. "Normal" rétorquent les partisans de la position innéiste. Pour eux l'intelligence est principalement d'origine génétique, à 80 % estime précisément Arthur Jensen, professeur de psychologie à l'Université de Californie. Les individus disposeraient donc à la naissance d'un certain capital. Sans cet héritage, qui leur offre les prédispositions nécessaires, toute tentative d'apprentissage est vaine et vouée à l'échec. Doctissimo, Intelligence - Intelligence inée ou acquise - Doctissimo
  • Dans les temps, la psychologue barrée au look tributaire de... Quinn ! Phonétique ! Vous y-êtes, là ! ... De remarquable, à reluque... Ni plus, ni moins que de la répulsion, d'un effet de base/demasse (se carapater...)... Et si c'était l'enjeu principal historiquement ancestral... En toute roublardise, un effet pervers de retour à la source se redéfinissant comme un besoin de reconnaissance trop soudain et immérité d'un vent qui superhéroïquement ne porte qu'un nom ou presque !? - Qui croirait à la résurrection de l'autorité innéiste, contranscendante d'un Comte/Landgrave, BAT'MAN; solaire et fantoche, sérieux ?... Majestueusement. Le Figaro.fr, Les Birds of Prey à la sauce #MeToo ne volent pas haut
  • L’ensemble de ces observations a conduit certains chercheurs à considérer que ces « connaissances noyaux » sont innées et qu’elles se manifestent dès la première année de la vie comme un cadre initial de compréhension du monde physique. D’autres psychologues pensent que c’est plutôt la faculté d’apprentissage par la perception, notamment par la perception visuelle, qui est innée : des bébés « programmés pour apprendre » ! Selon ce point de vue, les connaissances physiques du bébé ne seraient pas vraiment innées : elles se construiraient précocement par des mécanismes de catégorisation des situations perçues et de raisonnement sur les variables qui les caractérisent. La première position est innéiste et nativiste, la seconde est plus constructiviste. Sciences Humaines, Dans la tête des nourrissons

Traductions du mot « innéiste »

Langue Traduction
Anglais innate
Espagnol innato
Italien innato
Allemand angeboren
Chinois 先天
Arabe فطري
Portugais inato
Russe врожденный
Japonais 生得的
Basque berezkoa
Corse innatu
Source : Google Translate API
Partager