La langue française

Infantilité

Définitions du mot « infantilité »

Trésor de la Langue Française informatisé

Infantilité, subst. fém.Caractère distinctif de l'enfant. Auguste Comte réclame aussi la hiérarchie des sexes (...). La féminité est une sorte « d'enfance continue » (...). Cette infantilité biologique se traduit par une faiblesse intellectuelle (Beauvoir, Deux. sexe, t. 1, 1949, p. 186).

Wiktionnaire

Nom commun

infantilité \Prononciation ?\ féminin

  1. (Didactique) Nature ou état de ce qui est infantile.
    • Dans le second cas, l'enfance tombe dans la pathologie, redoublée par une infantilité mortifère qui immobilise les conduites d'un individu dans un babil puéril. — (Guillaume Le Blanc, Les indisciplinés ou une archéologie de la défense sociale, dans Foucault au Collège de France: un itinéraire, Presses universitaires de Bordeaux, 2003, page 35)
    • La mort de ma mère, alors que je n'avais que dix ans, m'a prématurément vieilli et, en même temps, elle m'a bloqué dans un stade enfantin, pour ne pas dire infantile. Même adolescent, même adulte, j'ai conservé mon infantilité. — (Edgar Morin, Mon chemin : Entretiens avec Djénane Kareh Tager, Fayard, 2008)
    • Bien sûr, les gens de justice qui ont l'habitude d'une déférence intégrale et d'une infantilité savamment entretenue dès qu'on leur adresse la parole dans une enceinte de tribunal, n'aiment guère cette liberté revendiquée haut et clair, en public, […]. — (Michel Onfray, Politique du rebelle : Traité de résistance et d'insoumission, Grasset, 1997)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « infantilité »

Mot dérivé de infantile avec le suffixe -ité
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « infantilité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
infantilité ɛ̃fɑ̃tilite

Citations contenant le mot « infantilité »

  • Mettons de côté l’infantilité présidentielle parce que ça me met tellement en colère que ma concentration vire. J’en reviens au destin, et à dieu. Un dieu/ l’univers est censé savoir ce qui va nous arriver ? Non, pas exactement. Il sait, c’est tout, et il sait d’une façon qui n’est pas pensable pour nous, ce n’est pas de nos forces, ni sensibles ni cérébrales, ce n’est pas de notre longueur de vie, ce n’est pas un temps qui peut être absorbé, ou alors dans les œuvres d’Art et encore, uniquement dans leurs ellipses. Un dieu-univers espère que ce qui nous arrivera soit le mieux pour nous, dans les dernières versions (pour les Chrétiens, le Nouveau Testament) ; dans les versions précédentes, la punition n’était pas rare, et d’une violence extrême (de même, pour les Chrétiens, l’Ancien Testament). Dans cette espérance, il propose des épreuves devant lesquelles l’homme échouera ou non, desquelles il tirera les leçons, mais ce sera à l’homme de trouver dans la suite des événements ce qui « justifierait » d’avoir eu à traverser telles épreuves et donc de les voir comme venues « sciemment » de l’univers. C’est toujours « l’avenir », et la façon dont on va le décoder, qui va donner un pouvoir et une raison acceptable, qui défie et annule son injustice, aux événements, sinon ils ne seraient qu’eux et leur reprocher ou en espérer quoi que ce soit serait insensé. Trouver des raisons, un coupable, une volonté qui nous soient totalement externes nous dédouane de nous responsabiliser et de nous accuser, c’est ce pragmatisme que les athées opposeraient à toute idée d’un Temps possession d’un dieu. Le problème, ici, n’est pas de confronter croyance et athéisme, sachant que je ne crois pas à l’athéisme, en plus, ne serait-ce que parce que je ne crois pas que les athées se jugent tant responsables que ça pour quoi que ce soit en permanence, sinon on formerait au moins un club intellectuel autour de cette quête réaliste-là. Trouver à croire au destin, c’est avant tout annuler dans le passé qu’il y ait une autre cause que celles déjà écrite dans le futur. C’est inverser cause et conséquence. Club de Mediapart, CORONA PROPAGANDA | ET DIEU (1/2). 10/X | Le Club de Mediapart
  • Le chat est-il un danger pour un nouveau-né? «Les chats ont une notion de l’infantilité: ils savent ce qu’est un bébé, et le reconnaissent comme tel. Certains chats se montrent très affectueux avec les bébés, d’autres pas du tout. Les cas de chats qui se couchent sur le bébé sont extrêmement rares, il n’y a pas de crainte particulière à avoir là-dessus, mais si l’animal est trop souvent derrière l’enfant, il faudra évidemment le surveiller.» , «Un chat, ce n'est pas une peluche»
  • De là à tomber dans l’écueil de dire que l’infantilité est synonyme de crétinisme, il n’y a qu’un pas. Causeur, Greta, la pucelle écolo indifférente au CETA - Causeur
  • C’est ce que toute personne un tant soi peu intelligente à très bien compris et applique, sauf qu’il s’agit pour ceux qui nous gouvernent, de nous maintenir dans l’infantilité, aussi, ils stigmatisent tous ceux qui sortent pour se promener, quand bien même ils respectent strictement les consignes de sécurités. AgoraVox, Une attestation imbécile, pour une population « bête et disciplinéE » - AgoraVox le média citoyen
  • La différence entre l’infantilité de l’enfance et celle de l’adolescence se traduit par le fait que l’enfant se fait assumer par ses parents, alors que l’adolescent qui est en train de s’autonomiser ne peut plus le faire, il se grégarise alors, en se fondant à un groupe il n’assume pas seul sa réalité qui ainsi demeure inassumée : c’est une faiblesse qui peut durer longtemps dont l’adolescent et l’adulte qui suivra souffriront, cette réalité restera une menace simplement parce qu’elle n’aura pas été assumée, elle pèsera sur son développement.Le grégarisme est une forme de repli protecteur face à la réalité qui prend une forme nébuleuse insaisissable, insaisissable parce qu’on n’a pas voulu la saisir. Il en demeure la peur de ce qu’on n’a pas affronté, mais aussi la honte de ne pas avoir pu le faire. Cette peur et cette honte coupable vont pourrir leur vie.
On devient adulte par la capacité d’être seul et de faire face seul à notre réalité, notre vérité. Beaucoup d’adultes n’y arrivent pas bien. Club de Mediapart, Leçons du film Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino | Le Club de Mediapart
  • Anohni, née en Angleterre mais citoyenne de la contrée du dollar, s’en prend aux multinationales qui polluent et s’enrichissent, à Obama, ce président qui devait tout révolutionner et qui ­balance des drones au petit déjeuner. « Quelle infantilité ! Comment ai-je pu croire qu’en élisant un homme un changement ­sismique se produirait ? Quel fantasme paternaliste ! » Ce n’est pas la peine de prononcer le nom de l’idole des coiffeurs, Donald Trump, sous peine d’un festival de regards sombres et de remarques prévisibles. Anohni est sérieuse. Lui dire qu’elle est ­pessimiste l’agace. « Je voulais sortir de mes routines et me confronter à la réalité crue. Je souhaitais créer la bande-son de ce combat pour les gens qui s’en préoccupent. » Anohni discute d’une voix neutre, mais ses mots sont saccadés, comme si elle était une ­ancienne bègue ou une grande timide qui se domine. Elle se tourne vers son ­attaché de presse. « La conversation n’est pas trop intense ? » Puisque le monde court à sa fin, ­autant se pencher sur ­l’essentiel, la musique. , La métamorphose d’Antony

Traductions du mot « infantilité »

Langue Traduction
Anglais infantility
Espagnol infantilidad
Italien infantility
Allemand infantilität
Chinois 婴儿期
Arabe الطفولة
Portugais infantilidade
Russe инфантилизм
Japonais 乳児期
Basque infantility
Corse a infantilità
Source : Google Translate API

Infantilité

Retour au sommaire ➦

Partager