La langue française

Indouisme

Définitions du mot « indouisme »

Wiktionnaire

Nom commun

indouisme \ɛ̃.du.ism\, \ɛ̃.dwism\ masculin (orthographe rectifiée de 1990)

  1. Variante orthographique de hindouisme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « indouisme »

(Date à préciser) De l’adjectif indou (« relatif à l’Inde ») et du suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « indouisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
indouisme ɛ̃dwism

Citations contenant le mot « indouisme »

  • L’hindouisme traditionnel du Mahatma Gandhi est un hindouisme non violent et universel puisé dans les valeurs et traditions profondes de l’Inde. Ghandi a d’ailleurs été assassiné par un « ultra-nationaliste radical » hindou. Nous assistons donc là, à l’instrumentalisation politique de l’Hindouisme à travers plusieurs mouvements ultra-radicaux d’indiens suprématistes, dont fait partie le premier ministre Narendra Modi. Ces massacres, ces troubles sont sous la coupe de « M » le Modi…D’ailleurs les agresseurs, assassins et tortionnaires hurlent “la police est avec nous”, comme pour arborer ce privilège de pouvoir perpétrer des violences en toute impunité… Ce qui nous rappelle malheureusement le gout bien amer et l’écho de bien des régimes totalitaires et suprématistes … Par ailleurs, il ne faut pas confondre nationalisme, patriotisme et suprématisme… Dans ce cas, c’est plutôt une dérive de radicalisme suprématiste. En effet, les Musulmans mais également d’autres « communautés » sont ancestralement des Hindous. D’ailleurs, physiquement il n’y a aucune différence … Rappelons que ce « Narendra Modi » a été accusé d’être impliqué, en tant que gouverneur de l’État du Gujarat, dans les massacres du Gujarat ayant causé la mort de 2000 musulmans en 2002… Ce « nationalisme » violent est à l’origine de plusieurs crimes islamophobes perpétrés contre les musulmans indiens. Le contexte mondial dont l’Islam est le plus souvent victime, ajoute malheureusement à ces violences… Pourtant, des manifestations s’organisent dans le pays pour dénoncer toutes ces violences … La première spirale à dénoncer est bien sûr, comme dans bien des cas, les soutiens politiques dont bénéficient ces suprématistes radicaux … Cette particularité de l’extrême radicalisme hindou le sacrifices humains… Ainsi, dans un village, une femme a tué le fils de trois ans de ses voisins pour accomplir un rituel qui lui promettait des richesses illimitées. Dans un autre cas, un couple qui ne pouvait avoir d’enfants a kidnappé un enfant de six ans et a mutilé l’enfant en chantant les mantras d’un rituel tantrique. La femme s’est ensuite lavée dans le sang de l’enfant. « C’est la faute à la superstition et à l’illettrisme » disent certains officiers de police. « C’est déjà arrivé et ça arrivera encore. On reçoit beaucoup de dénonciations de la part des familles ». Des prêtres sont régulièrement emprisonnés et de nombreux autres doivent fuir à la suite de cela. Enfin, je n’évoque même pas l’infanticide des petites filles et le statut peu enviables de certains dans la société … Oumma, New Delhi : le terrible lynchage d’un Indien musulman par des hindous
  • Joli délire pour noyer le poisson. Inventer ce qui n’est pas pour nier que la situation actuelle est le produit de l’histoire indienne. Et qu’aujourd’hui encore des musulmans au Pakistan, au cachemire et en Inde nie l’hindouisme. Le tawhid qui conduit à considérer le shirk comme un péché mortel à combattre n’y est bien évidemment pas étranger. Amusant de se retrancher derrière les chrétiens qui sont également qualifiés d’associanistes si ce n’est de polythéistes à cause du dieu trine et un auquel ils croient. Mais dénonce t on pour autant leur persecution dans des pays musulmans ? Bien sûr que non. On dénonce l’Inde dont la civilisation a été détruite ou la Chine. Amusant également de se retrancher derrière les valeurs occidentales quand on considère la laïcité en France laïcarde. Non seulement l’Inde est en train de se souvenir de son histoire mais également l’Afrique subsaharienne. Seulement il faut aussi que l’Occident soit partie prenante de ce processus de vérité , comme le suggère Venance Konan : « Nous ne doutons pas un seul instant de la volonté des gouvernements de ces pays de mettre fin à ces pratiques moyenâgeuses profondément ancrées dans les mentalités. Nous les aiderions mieux en manifestant nous aussi notre indignation, en leur mettant la pression, comme nous l’avions fait du temps de l’apartheid en Afrique du Sud. Mais je crois que la vérité est que notre indignation dépend de celle de l’Occident. Quand il s’est indigné contre l’esclavage qu’il avait lui-même pratiqué, nous nous sommes aussi indignés. Et dans la foulée, nous lui avons réclamé un peu de sous, comme si nous reconnaissions que nous avions vendu nos aïeuls à un prix trop bas. Il en fut de même pour l’Afrique du Sud. Nous avons accompagné l’indignation du monde occidental. Pour le moment, l’Occident ne s’est pas encore indigné contre l’esclavage arabe. Les Arabes non plus. Nous attendons donc. » (source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/08/26/traite-negriere-occidentale-et-arabe-l-indignation-selective-de-l-afrique_4988511_3212.html) Et à ceux qui pensent que le devoir de mémoire ne sert rien qu’ils dénoncent les lois mémorielles. Le passé doit être rappelé pour se repentir et éviter de commettre les mêmes atrocités. C’est bien parce que la mémoire est bloquée que l’esclavagisme perdure dans les pays musulmans. Mais la vérité remonte à la surface. Les arméniens, les hindous, les subsahariens et tant d’autres attendent que leur genocide soit reconnu, les morts comme les vivants. Oumma, Cachemire indien : les représailles contre les musulmans s’intensifient. L’ONU dénonce une "punition collective" et craint des "disparitions forcées"
  • Notons au passage que, selon nos sources, la présence des “robots prêtres” se signale déjà dans le milieu du bouddhisme, de l’indouisme et du protestantisme. Au Japon, le cas du “robot prêtre”, baptisé “Mindar” officiant au Kodai-ji, un temple bouddhiste à Kyoto ; en Inde, la participation d’un “robot prêtre” à l’Aarti, un important rituel hindou ; en Allemagne, le recours de l’église protestante à un “robot prêtre”, appelé Bless U-2, pour le 500e anniversaire de la Réforme. 100pour100culture, Le recours aux “robots prêtres”, très efficace pour mettre fin aux abus sexuels dans l’église, selon la sœur franciscaine Ilia Delio » Magazine 100%Culture
  • C’est donc dans un « flou » politique et religieux que le régime mobutien a assis sa dictature chez ce peuple analphabète, misérable et affamé. Le maréchal du Zaïre avait compris que la religion était « l’opium du peuple » comme l’a démontré Karl Marx. De même que l’Eglise du moyen-âge invitait les serfs à supporter leur sort en leur faisant miroiter les récompenses de la vie éternelle, de même que l‘indouisme encourage les « intouchables » de l’Inde à accepter le leur avec résignation, les dirigeants politiques congolais semblent avoir vu clair « que seule la puissance et la miséricorde de Dieu pourront résoudre nos misères et notre crise socio-politique». C‘est ainsi que la masse congolaise est vautrée dans un providentialisme velléitaire qui, non seulement l’endort, mais plus, inhibe son esprit critique. , mediacongo.net - Actualités - Eglise de réveil : le constat amer
  • Mais revenons au mythe et aux légendes accompagnant l’islam marchand. Car eux seuls survivront, avec les textes coraniques, lorsque, des siècles plus tard, l’occident s’emparera des richesses et des espaces de l’Océan Indien, ne laissant intacte que la religion et les épiceries, qui, entre temps, avaient en partie conquis les populations îliennes. Car, face aux religions sur place (indouisme surtout), fondées sur les castes et la prédestination, l’islam apparaissait comme libérateur et égalitaire. La diaspora indienne, quant à elle, qui se déversera en Afrique, au Pacifique et, dans une moindre mesure, aux Amériques, sera essentiellement musulmane reprenant le flambeau de l’islam marchand. C’est à ce moment, un moment de repli, qu’apparaissent le Hundi et le Hawalla. L’histoire ne se répétant pas, ne reste à la place de l’Emir, que l’épicier musulman. Cependant, être épicier n’est pas la moindre des choses. D’autant plus qu’aux épices au riz et au sucre s’ajoute l’or à destination des populations locales, et que la vie économique, exception faite des monocultures, des grandes plantations et des mines (qui ne concernent qu’une économie de comptoir visant l’occident), gravite autour de l’épicier. Ce dernier ne tardera pas à devenir le banquier (et souvent l’usurier) des humbles. Les conditions d’une sous - répétition du modèle mythique du waqf sont réunies. Les clans se reforment, l’islam en donne la garantie morale, les promesses de dons une dynamique nostalgique, l’or les possibilités de transactions universelles. Le système de transferts dits informels, appuyés sur les familles diasporiques, est né. À la même époque, les Compagnies, précurseurs des banques occidentales, s’installent à peine. Mais elles ne sont plus en retard. Simplement elles participent d’une économie duale. L’indigène, comme on dit alors, ne les concerne pas. Et ne les concernera jamais. Ainsi, depuis le XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, les « banques informelles » fiables et ethniques continueront à répondre aux besoins des « pauvres », même quand ces derniers cesseront de l’être. Club de Mediapart, Voies et chemins de l’argent dans le monde de l’Islam | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « indouisme »

Langue Traduction
Anglais hinduism
Espagnol hinduismo
Italien induismo
Allemand hinduismus
Chinois 印度教
Arabe الهندوسية
Portugais hinduísmo
Russe индуизм
Japonais ヒンズー教
Basque hinduismoa
Corse induisimu
Source : Google Translate API

Indouisme

Retour au sommaire ➦

Partager