La langue française

Indifférencier

Sommaire

  • Définitions du mot indifférencier
  • Étymologie de « indifférencier »
  • Phonétique de « indifférencier »
  • Citations contenant le mot « indifférencier »
  • Traductions du mot « indifférencier »

Définitions du mot indifférencier

Wiktionnaire

Verbe

indifférencier \ɛ̃.di.fe.ʁɑ̃.sje\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’indifférencier)

  1. Ne plus différencier.  (définition à préciser ou à vérifier)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « indifférencier »

De différencier, avec le préfixe in-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « indifférencier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
indifférencier ɛ̃diferɑ̃sie

Citations contenant le mot « indifférencier »

  • Comme presque chaque semaine, l'émission «On n'est pas couché» a alimenté les débats sur les réseaux sociaux après sa diffusion samedi 1 juin. Cette fois-ci, ce n'est pas un clash qui a déclenché la polémique, mais les propos de Christine Angot sur l'esclavage. En discutant avec Franz-Olivier Giesbert de son dernier livre «Le Schmock», qui se déroule en Bavière sous l'Allemagne nazie, l'écrivaine a d'abord évoqué ce qu'elle qualifie de «concurrence des mémoires». «A force de vouloir indifférencier les uns et les autres, et bien ça conduit à l'indifférence de ce qu'a vécu un groupe de personnes ou une personne en particulier», a-t-elle estimé avant de faire une comparaison entre la Shoah et l'esclavage qui a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux et qui a fait l'objet de 900 signalements au CSA selon «L'Express». «En parlant de camp de concentration ou de camp d'extermination, ça met l'accent sur le fait que le but avec les juifs pendant la guerre, ça a bien été de les exterminer, c'est-à-dire de les tuer et ça introduit par exemple une différence fondamentale alors qu'on veut confondre avec par exemple l'esclavage des noirs envoyés aux Etats-Unis ou ailleurs où c'était exactement le contraire, c'est-à-dire l'idée c'était qu'ils soient en bonne forme, en bonne santé pour pouvoir les vendre et pour qu'ils soient commercialisables», a-t-elle ajouté avant d'affirmer que «non, ce n'est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, ce n'est pas vrai que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes et c'est bien pour cela que l'on doit être attentifs, chaque fois aux détails, à la particularité». , Propos polémiques sur l'esclavage : Christine Angot présente ses excuses
  • Le deuxième point, c'est qu'il y a une perception des contraintes fortes que certaines réformes vont faire peser. La réforme des retraites est censée, en quelque sorte, indifférencier secteur public et secteur privé. Il y a donc des tensions interprofessionnels très fortes. Car c'est une réforme qui va satisfaire les hauts fonctionnaires, mais c'est loin d'être le cas pour les enseignants par exemple. Sur le fond, la question qui se pose, c'est qu'on ne sait pas où l'on va. On ne voit pas trop le plan d'ensemble : s'agit-il de moderniser l'Etat-Providence ? S'agit-il vraiment de l'abandonner ? Il y a une incertitude sur le devenir de l'Etat et sur le modèle social que le Président est en train de proposer. Beaucoup de fonctionnaires, et pas seulement eux, sont en train de se demander ce que veut le Président.  Atlantico.fr, Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes | Atlantico.fr
  • Je me réserve le droit de m’injecter une dose de perplexité devant l’urgente nécessité, fût-elle désethnocentrée, que l’on ressent à insister, à travers un slogan aussi édifiant qu’horrifiant, sur le fait que la vie des Noirs compte autant que celle des Blancs ou des Jaunes — avez-vous remarqué combien il est devenu incorrect de qualifier les Asiatiques par leur supposée couleur de peau, ce qui exhale a priori un soupçon de racisme ? faut-il y voir une réduction de la dichotomie entre mélanoderme et leucoderme ayant vocation à indifférencier les congénères occidentaux et orientaux sous la bannière d’un seul et même sous-groupe ethnique roulant à contresens sur la voie de l’évolution afrogénésiaque ? est-il possible que, ce faisant, nous cherchions à minorer les persécutions particulières qui frappent la communauté levantine dans lesdits continents à dominante blanche ou, pour être plus précis, dominés par les Blancs ? — sans pour autant me perdre dans ces sables mouvants du Livre noir de la déshumanisation où d’aucuns ont cherché à gommer le caractère spécifique, on pourrait dire spéciste, dont souffrent, depuis leur émancipation, des femmes et des hommes certes libérés de leurs chaînes, mais dont l’usage de marchepied demeure privilégié par une certaine catégorie de primates anglo-saxons pour se hisser au-dessus d’une condition humaine que celle-ci a toujours vécue comme une humiliation. La mort de George Floyd nous oblige devant une Maison-Blanche qui eut parfois la cuisante arrogance de se prendre les pieds dans la lettre de feu. L’archaïcité d’un Occident perclus de champs de massacres en tout genre ne nous permet plus de céder aux sirènes d’une décolonisation partiale et par là même partielle, dès lors qu’elle s’arc-boute à une grille de lecture grillée. Le communautarisme ethno-racial est une forme de racialisation des plus étrangères au réel. La tolérance au terrorisme que ce dernier arbore tel un badge clanique ne manque pas de fascination pour les modèles totalitaires. À sa décharge, le sentiment d’impuissance que vous fait ressentir l’impunité d’un CRIME commis par un agent de la police D’ÉTAT requiert un mode de vengeance propre à vous procurer une impression de toute-puissance — toutefois, prenons garde que nous ne succombions au nappage nihiliste dont les marchands de jeunesse éternelle enrobent leurs bâtons de dynamite : un crime contre l’humanité n’a jamais rendu justice à personne ; or l’attentat terroriste, aveugle sans l’être puisqu’il vise indistinctement un groupe d’individus identifié pour ce qu’il est sans pouvoir l’être pour ce qu’il fait, est un crime contre l’humanité à l’état larvaire — et nous ne parviendrons pas à résorber la haine qui ronge les civilisations hantées par le démon des deux traites négrières en y prescrivant le masque d’un djihadisme révolutionnaire ployant sous le joug d’une Internationale associaliste — le TOC n’est toujours pas de mon côté de la ligne de front — quand feus nos compagnons de l’ultime Libération furent assez stupides pour se convaincre qu’ils tenaient, dans un criminel crapuleux de l’envergure du héros pan-nationaliste Marouane Barghouti, le Nelson Mandela du XXIe siècle. Je ne me battrai pas contre mes ennemis sauf à le faire aux côtés de mes alliés. Or où sont-ils ? Comment veulent-ils que je les traite en tant que tels quand ils me font redouter aussi bien l’avènement des modèles que la préservation des systèmes que j’ai préconisés ? La Règle du Jeu, Felix Le Roy, On meurt sur les rives du Mississippi - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Le professeur Raoult expliquait dans une interview que, comme les joueurs de foot, tous les médecins ne se valaient pas. Une évidence, me direz-vous ; mais une évidence qui, comme tant d'évidences aujourd'hui, ne va plus de soi, tant sont puissants les effets d'optique médiatiques tendant à indifférencier la parole, à amalgamer les mérites, à créer l'illusion que toutes les personnes intervenant sur un plateau télé ont la même valeur. Il n'en est rien, évidemment. Le médecin raté devenu expert Covid-19 pour BFM TV et critiquant Raoult, c'est comme Lizarazu critiquant Zidane : on s'en fout. Ou comme Nico Rosberg critiquant Schumacher : on s'en contrefout. Ou encore comme Yann Moix critiquant Céline : on s'en supercontrefout. On devrait, en tout cas. Le problème étant que, comme un fait exprès, les médias pullulent jusqu'au vertige de ces marquis vaniteux qui ne savent rien mais ont un avis sur tout. Ces besaces ineptes gonflées à l'hélium de leur arrogance qui pontifient pendant des heures sur des sujets auxquels ils n'ont jamais réfléchi plus de trois minutes. Et s'en prennent violemment aux gens compétents... leur dressent de féroces procès en illégitimité... forcément... La première affaire de l'imposteur, c'est de retourner l'imposture. De déplacer la suspicion d'escroquerie sur celui qui détient le savoir, et le savoir-faire. Étape vitale. Tout l'édifice de l'imposteur repose sur ces fondations putassières. L'imposteur est un radar à excellence. Dès qu'il la détecte, il enclenche la procédure de tir, et il bombarde. Dénigrement, diffamations, calomnies, sarcasmes, fascisation, reductio ad hitlerum, giletjaunisation, tout l'arsenal y passe. Combat à mort. Pour que l'imposteur brille, le compétent doit être disqualifié. Être enseveli sous les insultes et les procès en illégitimité. Liberté d'expression, Quand la macronie dit lutter contre la propagande... - Liberté d'expression

Traductions du mot « indifférencier »

Langue Traduction
Anglais undifferentiate
Espagnol indiferenciado
Italien undifferentiate
Allemand undifferenziert
Chinois 无差别的
Arabe غير متمايزة
Portugais indiferenciar
Russe undifferentiate
Japonais 未分化
Basque undifferentiate
Corse indifferenti
Source : Google Translate API
Partager