La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « hyperacousique »

Hyperacousique

Définitions de « hyperacousique »

Wiktionnaire

Nom commun - français

hyperacousique (h muet) \i.pɛ.ʁa.ku.zik\ masculin et féminin identiques

  1. (Nosologie) Personne souffrant d’une hypersensibilité de l’ouïe à certaines fréquences.
    • Conscient que la perception de certains sons ou l’exposition à certains niveaux sonores, même de très courtes durées, entraine douleur et fatigue, l’hyperacousique va avoir tendance à se protéger contre toute « agression » sonore potentielle en portant des protections auditives (bouchons d’oreilles) dans la plupart des situations de la vie courante. — (Comprendre l’hyperacousie, hearing-institute-of-resources.fr, consulté le 5 novembre 2017)
    • L’hyperacousique est aux aguets chez lui et plus ou moins traumatisé dès qu’il sort, ne maîtrisant le « bruit » qu’avec difficulté et éprouvant une forte appréhension du fait d’oreilles déjà douloureusement mises à contribution au fil des rechutes passées et donc, très fragilisées. — (Échelle de l’hyperacousie, france-acouphenes.org, consulté le 5 novembre 2017)

Adjectif - français

hyperacousique (h muet) \i.pɛ.ʁa.ku.zik\ masculin et féminin identiques

  1. (Nosologie) Souffrant d’une hypersensibilité de l’ouïe à certaines fréquences.
    • Pour autant, cela ne signifie pas que le patient hyperacousique entend mieux que les autres. — (Hyperacousie – Causes, symptômes et traitements, journaldesfemmes.com, octobre 2017)
    • J’ai arrêté de jouer dans un groupe après l’accident qui m’a rendu hyperacousique, mais j’utilisais des bouchons de la marque Alpine: Alpine MusicSafe. — (David, Les bouchons d’oreilles : la panoplie de l’hyperacousique, 4kilohertz.blogspot.fr, 9 août 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « hyperacousique »

(Date à préciser) Composé de acousie, avec le préfixe hyper- et le suffixe -que.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hyperacousique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hyperacousique ipœrakusik

Évolution historique de l’usage du mot « hyperacousique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « hyperacousique »

  • « Le fait de marcher dans les feuilles pouvait être insupportable », raconte celle pour qui certains sons, comme la craie sur un tableau, « étaient comme des coups d’aiguille dans la peau ». L’état de l’hyperacousique s’est aggravé. actu.fr, Loire-Atlantique. Après 24 ans de douleur, elle entend de nouveau sans souffrir | L'Hebdo de Sèvre et Maine
  • Plusieurs millions de Français sont hyperacousiques, c'est-à-dire hypersensibles aux bruits environnants. La sophrologie peut les aider à moins souffrir et à ne plus se couper du monde. Santé Magazine, Hyperacousie : la sophrologie aide à remettre du bruit dans sa vie | Santé Magazine
  • Entendre des sifflements ou des bourdonnements en permanence dont la sensation s'amplifie dans le silence de la nuit est usant nerveusement et peut conduire à une grande détresse psychologique. Cela provoque un réflexe de focalisation sur la gêne qui finit par envahir tout l'espace sensoriel et psychique. Il devient alors, parfois, difficile de conserver une vie sociale et professionnelle de qualité. Les personnes acouphéniques et hyperacousiques peuvent s'enfermer dans une spirale négative d'anxiété, d'angoisse allant jusqu'à des symptômes de dépression et des comportements suicidaires. Handicap.fr, Acouphènes : un handicap auditif à rendre fou...
  • Les cas de véritable hyperacousie sont assez rares. D’autant qu’ils peuvent être masqués par la phonophobie (ou misophonie), qui comme son nom l’indique, désigne la phobie du son. Comment différencier l’un de l’autre ? Question épineuse puisqu’il est tout à fait normal qu’un son pénible voire douloureux entraîne automatiquement l’angoisse de devoir le subir. Pourtant, elle trouve des réponses matérielles. L’hyperacousie se distingue par des éléments objectifs. Dans l’audiogramme, il y a le seuil de l’audition qui représente l’intensité sonore minimum perçue par l’oreille, et l’on peut également mesurer les réflexes stapédiens. On retrouve ces derniers, en toute logique d’ailleurs, à de fortes intensités par rapport au seuil. En toute logique car le réflexe stapédien est un mécanisme musculaire qui protège l’oreille interne des trop fortes intensités sonores. Chez un sujet normal, on déclenche les réflexes stapédiens entre 70 et 80 dB. Chez l’hyperacousique, il se déclenche beaucoup plus tôt. Deuxième élément objectif, les seuils de confort et d’inconfort. On dit souvent que c’est une notion très subjective. Pourtant, précisément, on le trouve 20 dB au-dessus du seuil. Le seuil d’inconfort, on le trouve vers les 70 ou 80 dB. Ce que l’on remarque, c’est que le seuil d’inconfort chez des sujets hyperacousiques dépasse de peu, voire, est au même niveau que le seuil de confort. Plus on avance dans la rééducation, plus on constate que le seuil d’inconfort s’élève pour atteindre les normes observées chez des sujets normaux. , Acouphènes et hypersensibilité au bruit - Alternative Santé

Hyperacousique

Retour au sommaire ➦

Partager