La langue française

Houx

Sommaire

  • Définitions du mot houx
  • Étymologie de « houx »
  • Phonétique de « houx »
  • Citations contenant le mot « houx »
  • Images d'illustration du mot « houx »
  • Traductions du mot « houx »

Définitions du mot houx

Trésor de la Langue Française informatisé

HOUX, subst. masc.

Arbrisseau toujours vert, à fruits sphériques d'un rouge vif, dont les feuilles coriaces et luisantes sont festonnées et munies de piquants sur le pourtour. Fourré, bosquet, bois de houx; décoction de feuilles de houx; bâton, canne, manche de houx; houx vomitif. Les houx poussent dans les bois, dans les haies (Ac. 1935). Tailler un houx en pyramide (Ac.). Le vent du soir faisait craquer les feuilles d'un gros bouquet de houx, l'enseigne du cabaret, piquée au bout d'un long bâton sur la dune (Barb. d'Aurev., Memor. A... B...,1864, p. 432).La grive se déchire aux dards tranchants des houx (Noailles, Cœur innombr.,1901, p. 77).V. enneigé ex. 1 :
L'hôtel de la Cloche était rustique. Une branche de houx pendait sur la porte charretière, qui donnait accès à une cour toujours humide où picoraient les poules. A. France, Dieux ont soif,1912, p. 131.
En partic. Petit houx, houx-frelon. Sous-arbrisseau aux feuilles ovales, toujours vertes et munies de piquants, à fruits rouges et dont les racines passent pour être apéritives et diurétiques. Le houx-frelon croît ordinairement dans les bois (Ac. 1798-1878). Le malade boira une tasse d'une tisanne [sic] également incisive, qu'on composera avec la décoction de racines de chardon-roland et de petit houx (Geoffroy, Méd. pratique,1800, p. 135).
REM.
Housson, subst. masc.Synon. de petit houx et houx-frelon. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [u] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. ou, où, août, hou, houe. Étymol. et Hist. Ca 1200 hos bot. (Renart, éd. E. Martin, branche XI, 115). De l'a. b. frq. *hulis « houx » que l'on peut restituer d'apr. l'a. h. all. hulis, huls et le m. néerl. huls, de même sens. Fréq. abs. littér. : 172.

Wiktionnaire

Nom commun

houx (h aspiré)\u\ masculin

  1. Arbre toujours vert, de la famille des aquifoliacées, dont les feuilles sont luisantes et armées de piquants et dont le fruit est une baie d’un très beau rouge.
    • Les houx poussent dans les bois, dans les haies.
    • Planter des houx dans un jardin.
    • Tailler un houx en pyramide.
    • Houx panaché, espèce de houx dont la feuille est vergetée de jaune.
    • Houx-frelon, Petit houx.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HOUX. (H est aspirée.) n. m.
Arbre toujours vert, de la famille des Ilicinées, dont les feuilles sont luisantes et armées de piquants et dont le fruit est une baie d'un très beau rouge. Les houx poussent dans les bois, dans les haies. Planter des houx dans un jardin. Tailler un houx en pyramide. Houx panaché, Espèce de houx dont la feuille est vergetée de jaune. Houx-frelon, Petit houx et Housson, Sous-arbrisseau dont les feuilles, toujours vertes, sont semblables à celles du myrte, pointues et piquantes, et dont les racines passent pour diurétiques et apéritives.

Littré (1872-1877)

HOUX (hoû) s. m.
  • 1Arbre toujours vert dont les feuilles sont luisantes et armées de piquants.

    Houx panaché, espèce de houx dont la feuille est tachetée de jaune.

    Il se dit aussi d'une canne de houx. Vous avez là un joli houx.

    Terme de botanique. Genre houx, ilex, type de la famille des ilicinées, où l'on distingue : 1° le houx commun (ilex aquifolium, LINNÉ) ; 2° le houx maté, dit aussi herbe ou thé du Paraguay, des jésuites, de saint Barthélemy, petit arbre glabre (ilex paraguayensis, LAMBERT) ; les feuilles en sont employées en quantité considérable, dans l'Amérique méridionale, sous forme d'infusion théiforme, à titre de boisson stimulante.

  • 2Houx-frelon, dit aussi petit houx, housson, fragon piquant (ruscus aculeatus, L.), famille des liliacées asparagées, arbrisseau à rameaux aplatis simulant des feuilles toujours vertes et piquantes et dont les racines passent pour diurétiques et apéritives (voy. FRELON).

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant iloques vint un vilain Qu tint un baston en sa main Qui ert [était] grant e gros et de hous, Ren. 24461.

XIVe s. Pour faire glus il convient peler le houx quant il est en sa seve, Ménagier, II, 5.

XVIe s. Chaudeaux faits de poulailles cuites aux racines de persil, ozeille, petit houx, Paré, XX, 25. Brusc autrement dit housson, De Serres, 968. Le houx ou mesplier sauvage est du rang des ilex, De Serres, 795.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HOUX, s. m. aquifolium, (Bot.) genre de plante dont la fleur est ordinairement monopétale, découpée en rosette ; il sort du calice un pistil qui est attaché comme un clou au pié de la fleur, & qui devient dans la suite un fruit mou, ou une baie remplie d’osselets convexes d’un côté, & plats de l’autre. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Houx, aquifolium, (Hist. nat. Bot. & Jardinag.) arbrisseau toujours verd, qui croît naturellement dans les climats tempérés de l’Europe ; quelquefois il prend la hauteur d’un arbre, quand il se trouve dans un terrein favorable, & qu’on lui laisse le tems de s’élever ; mais ordinairement il reste en sous-ordre, parce que les autres arbres le gagnent de vîtesse & le couvrent. Son écorce est verte sur les jeunes branches, & de couleur de cendre sur le vieux bois ; ses feuilles de la grandeur de celles du laurier-franc pour le moins, sont d’un verd brun des plus brillans, mais elles sont garnies de piquans fort vifs, & chaque pointe occasionne des recourbures, soit en dessus, soit en dessous de la feuille ; au lieu que les feuilles qui n’ont point de piquans sont plates & unies. Le houx donne au mois de Mai des fleurs blanches d’une assez jolie apparence : les fruits qui leur succedent, sont des baies molles, rondes & rouges, d’un goût douçâtre & fade ; ces baies, quoiqu’en maturité des le mois de Septembre, restent sur l’arbrisseau pendant presque tout l’hiver.

Le houx vient sur les pentes des montagnes, dans les gorges serrées & exposées au Nord, parmi les pierres & les rochers, dans les terreins graveleux, dans les lieux incultes, ombragés & exposes au froid : il se plaît, sur-tout dans un terrein frais, léger & stérile, à l’ombre des autres arbres, & dans le voisinage des petites sources qui suintent à-travers les terres. Mais on le trouve rarement dans les plaines, il se refuse aux terres fortes, & le fumier lui est pernicieux.

Cet arbrisseau peut se multiplier de trois façons : en semant les graines, en couchant les branches, & par la greffe : le premier moyen est fort long, le second est fort incertain, & le dernier ne sert qu’à la multiplication des variétés du houx, qui sont panachées. Le parti le plus court & le plus sûr, c’est de prendre dans les bois de jeunes plants, & de les transplanter avec les précautions dont il sera parlé ci-après. Mais si on veut faire des semis de houx, soit pour former des haies ou en faire une pepiniere, il faudra faire cueillir la graine le plus tard que l’on pourra, c’est-à-dire aux mois de Novembre ou Décembre, avant qu’elle ne soit tombée, ou qu’elle ait été enlevée par les oiseaux : & comme on doit s’attendre qu’elle ne levera qu’au second printems, quand même on la semeroit tout de suite, il y a un autre parti à prendre, qui est de mettre cette graine dans du sable, & de la tenir pendant un an dans un lieu sec : cela dispense d’occuper inutilement un terrein qui se trouve en meilleure culture, lorsque les graines levent peu de tems après qu’elles ont été semées. On les semera quand on voudra dans le cours de la premiere année, & on pourra même attendre jusqu’au mois de Mars de l’année suivante, cela sera à peu-près égal. Nulle autre soin que de choisir un terrein meuble & léger. Cependant au moyen de quelques précautions, on peut venir à bout de faire lever ces graines dès la premiere année. Bradley, auteur anglois, propose deux moyens, l’un est de mettre en tas les baies du houx aussi-tôt qu’on les aura cueillies, & de les laisser suer, fermenter & se dessécher ainsi, sans y toucher jusqu’au printems. Alors il se trouvera que les graines seront dénuées de leur pulpe, & même qu’elles auront germé : si on les seme dans ce tems, elles leveront au bout d’un mois. L’autre moyen que le même auteur dit lui avoir été communiqué par le célebre Newton, est de méler un boisseau de son avec pareille quantité de graines de houx, de bien humecter le tout avec de l’eau de pluie ou d’étang, de laisser cette préparation pendant dix jours sans la remuer, mais d’avoir soin de l’arroser de tems en tems avec de l’eau chaude, chaque fois que l’on s’apperçoit qu’elle commence à sécher. La chaleur du son fera fermenter les graines, & les disposera à la végétation, en sorte qu’on pourra les semer au bout d’un mois ou six semaines. On peut semer cette graine à plein champ, ou en rayon ; cette derniere pratique est plus commode pour la culture. Les jeunes plants s’éleveront à un pouce la premiere année ; à trois ans ils auront quatre pouces, & seront propres à être transplantés en pepiniere : à cinq ans ils fleuriront, & donneront des graines : c’est alors qu’ils seront en état d’être greffés ou transplantés à demeure. Le houx croît très-lentement dans les commencemens ; mais quand une fois il a fait de bonnes racines, il pousse vigoureusement, & on est bien dédommagé de l’attente, par l’épaisseur, la force & la hauteur qu’il prend. Une haie de houx peut s’élever à seize piés en vingt ans. Bradley, que j’ai déja cité, rapporte qu’il s’est trouvé des houx en Angleterre qui avoient plus de soixante piés de haut ; ce qu’il y a de sûr, on en a vû en France qui avoient trois piés de tour sur trente d’élévation.

La transplantation sera ici le point essentiel : comme il faut beaucoup de tems pour élever le houx de semence, il est d’usage d’en tirer des plants de bois pour accélérer. Tous les plants que l’on prend dans les bois sont défectueux, parce qu’ils manquent de racines : les arbres toujours verds d’ailleurs, reprennent plus difficilement que ceux qui quittent leurs feuilles ; enfin le houx, qui aime l’ombre & le frais, craint le changement & la culture. Il faut donc des précautions pour le transplanter avec succès ; les plants que l’on pourroit détacher des vieux troncs sont les moins convenables : il faut choisir les jeunes plants uniques & séparés, qui soient au plus de la grosseur d’un petit doigt ; il faut les transplanter d’abord dans une terre fraiche & légere, contre un mur exposé au Nord ; cette opération doit se faire au commencement d’Avril, par un tems sombre & humide, il faudra rabatre la tige à un pié de terre, & chicotter les branches qui pourroient y rester, ensuite les arroser abondamment, & les couvrir de paille, qu’il ne faudra ôter que lorsque les plants commenceront à pousser. Deux ans après ils auront fait de nouvelles racines, & on pourra les greffer ou les transplanter à demeure. On peut aussi réussir à la transplantation des houx qui sont dans leur force ; mais le seul moyen d’en venir à bout, c’est de les enlever avec la motte de terre ; & comme il arrive rarement que cette opération puisse se faire aisément dans les saisons qui sont propres à la transplantation, on prend le parti de faire enlever ces arbrisseaux au fort de l’hiver, dans le tems des grandes gelées : par ce moyen on conserve une bonne quantité de terre à leur pié, & il y a lieu de se flater d’un bon succès. Cependant si l’on s’apperçoit au mois de Mars suivant que ces plants, loin de pousser, ont les feuilles fannées, & qu’ils se dessechent, il faudra les couper jusqu’au pié, & la plûpart repousseront vigoureusement. On peut prendre encore une plus grande précaution, en choisissant dans le bois un an avant la transplantation, les houx que l on veut se procurer ; on fait fouiller la terre tout-au-tour, en ne conservant que la motte avec laquelle on pourra les cultiver : ce travail force les arbrisseaux à faire de nouvelles racines, & à se garnir de chevelu ; & dans le tems des gelées il est plus facile de les enlever avec la motte de terre. Il y a encore une façon de les transplanter en grand : c’est de couper toutes les branches latérales, & de coucher dans la terre l’arbre en entier, en ne laissant sortir de la terre que quelques branches vigoureuses qu’il faudra tailler à six pouces au-dessus de terre ; ordinairement ils réussissent par cette méthode. Lorsque l’on veut transporter des houx au loin, il est presque indispensable de les mettre dans des manequins avec leurs mottes. Quoique cet arbrisseau soit très-robuste, & qu’il résiste aux plus fortes gelées, cependant il craint le grand air & la chaleur ; le soleil sur-tout est son plus grand ennemi.

Le bois du houx est blanc, dur, solide & pesant. Le cœur prend une couleur noirâtre, qui s’étend à mesure que l’arbre grossit. Les Ebénistes en font quelque usage. Ses branches sont souples & pliantes ; elles conservent cette faculté long-tems après avoir été coupées : on pourroit l’employer à de gros ouvrages, si cet arbre avoit communément plus de volume. Ce bois reçoit la couleur noire plus parfaitement qu’aucun autre bois, & il prend un beau poli. La meilleure glu pour prendre les oiseaux se fait avec l’écorce du houx. Voyez Glu.

Le houx est un des plus beaux arbres que l’on puisse employer pour l’ornement d’un jardin. Le goût étoit autrefois de le mettre dans les plates-bandes, & de le forcer à prendre sous le ciseau des figures surmontées & de petites ordonnances auxquelles il n’étoit pas propre : on a enfin reconnu que la taille en dégradant les feuilles, défiguroit cet arbre. On s’est borné à le mettre dans des bosquets d’arbres toujours verds, où il fait le plus agréable aspect. On en fait des palissades naturelles qui se garnissent parfaitement, & qui prennent une bonne hauteur : on peut sur-tout en former des haies vives, qui sont admirables par la brillante verdure des feuilles, & la couleur rouge & vive des fruits qui restent pendant tout l’hiver sur cet arbrisseau. Ces haies sont de longue durée, de peu d’entretien & de la meilleure défense. Le houx ne trace point, il se garnit de lui-même, & nul insecte ne s’y attache. Mais rien ne contribue tant à l’ornement d’un jardin que les houx panachés, dont il y a plus de trente variétés. Ce genre de curiosité a commencé en Angleterre, où le terrein s’est trouvé plus propre qu’ailleurs à le favoriser : le goût dominant des Anglois pour les arbres, dont les feuilles sont bigarées de plusieurs couleurs, les a portés à rassembler tous les houx dont les feuilles se sont trouvées tachées, rayées, mouchetées, bordées, veinées, liserées ou de jaune ou de blanc, ou d’un mélange de couleur pourpre. Il est vrai qu’une feuille aussi brillante que celle du houx, lorsqu’elle est mélée de jaune ou de blanc, imite l’éclat de l’or ou de l’argent.

On multiplie ces variétés en les greffant sur le houx commun ; c’est une bigarure que le hazard a produite, & que la greffe rend constante, ou plûtôt une dégradation, une sorte de maladie qui a été occasionnée par l’insuffisance ou la mauvaise qualité du terrein. Les houx panachés sont plus délicats que l’espece commune, ils craignent le grand froid qui les mutile & la bonne terre qui les décolore en les remettant en vigueur. Il leur faut beaucoup d’air & de soleil pour les entretenir dans cet état de langueur qui en fait tout l’agrément ; aussi croissent-ils plus lentement que le houx commun, & s’élevent-ils beaucoup moins. Vaurence, jardinier anglois, assure qu’on peut faire panacher le houx par art, en semant les graines dans un terrein graveleux, mêlé de beaucoup de craie, & en transplantant ensuite les plants qui en proviendront dans un pareil terrein, qu’on s’abstiendra de cultiver, afin qu’il reste toujours ferme & serré. On peut greffer le houx en fente, en écusson ou en approche : la greffe en écusson est la plus en usage, elle se fait au mois de Mai : il faut lever un peu de bois avec l’écusson. Quelques auteurs ont avancé que l’oranger peut se greffer sur le houx ; mais on ne trouve rien de bien constaté sur ce fait. Ce qu’il y a de plus sûr, c’est que le houx peut servir de sujet à greffer le rosier : la rose blanche double greffée sur le houx, donne des roses qui sont vertes, mais qui n’ont point d’odeur.

On trouve assez fréquemment dans les bois où il croît des houx, quelques plants de cet arbrisseau, dont la plûpart des feuilles n’ont point de piquans, & les autres bien peu : l’opinion commune est que l’âge amene ce changement. Il est vrai que cette circonstance ne se trouve que dans des plants d’une certaine force, qui ont six & huit piés de hauteur ; mais aussi on voit des plants de même âge, & d’autres beaucoup plus âgés & plus élevés, dont les feuilles sont garnies d’autant de piquans qu’elles en ont sur les jeunes houx. On ne peut pas attribuer ce changement à l’exposition ou à la qualité de la terre, puisque l’on trouve des houx à feuilles non épineuses dans toutes sortes d’expositions & de terreins. Il y a plûtôt lieu de présumer que cet accident vient d’une qualité individuelle, qui est ordinaire à une espece de houx particuliere.

On connoît peu d’especes de cet arbrisseau ; voici à quoi elles se réduisent.

Le houx ordinaire, dont le fruit est rouge. On en trouve à fruit jaune & à fruit blanc ; ce sont des variétés dont la rareté fait tout le mérite.

Le houx hérisson. Sa feuille est hérissée de piquans, tant à la bordure qu’en dessus ; lorsqu’on seme sa graine, elle produit le même caractere.

Dans ces deux especes il y a quantité de variétés panachées de jaune ou de blanc, ou d’un mélange de pourpre ; on leur a donné le nom des personnes qui en ont fait la découverte, ou du lieu où elles se sont trouvées. Voyez pour le détail de ces variétés, M. Duhamel.

Le houx de Caroline à feuilles étroites. Cet arbrisseau a plus d’agrément que les houx d’Europe ; ses feuilles sont plates & unies, elles sont d’un verd clair & luisant, & elles ont très-peu d’épines, qui sont si courtes, qu’à peine les apperçoit-on : cet arbrisseau est rare en France. J’en ai quelques plants qui n’ont encore donné ni fleurs ni fruits : leur jeunesse n’a pas encore permis d’essayer si on peut les greffer sur le houx commun.

Le houx de Caroline à feuilles dentelées. Les Anglois le nomment le houx dahou : c’est un petit arbre qui a une tige droite, & qui s’éleve ordinairement à seize piés dans la Caroline ; il croît plus promptement que le houx d’Europe ; ses feuilles sont plus longues, plus minces, & d’un verd plus clair : elles sont dentelées sans être armées de pointes ; ses fruits viennent en grosses grapes, ils sont d’un rouge vif, très-brillant. Ceci est tiré de Catesby, auteur anglois, & c’est tout ce qu’on en sait. Cet arbre n’est point encore connu en France, étant même très-rare dans la Caroline, où on en a fait la découverte.

Houx, (Mat. med.) la décoction de la racine & de l’écorce est émolliente & résolutive. On s’en sert utilement, selon Mathiol, pour faire des fomentations sur les articulations qui se sont durcies après avoir été luxées.

La liqueur faite de biere & de lait, dans laquelle on a fait bouillir les pointes de feuilles de houx, est merveilleusement utile pour la colique & les tranchées des intestins. J. Rai en rapporte une observation d’une dame, qui ayant tenté en vain plusieurs autres remedes, fut guérie par celui-ci que lui avoit enseigné une femmelette qui alloit de ville en ville faire la medecine.

Les baies sont utiles pour la colique ; car, selon Dodonnée, elles purgent les humeurs épaisses & pituiteuses, lorsqu’on en prend au nombre de dix ou douze. Geoffroy, Mat. med.

Houx Frelon, ruscus, (Botanique.) genre de plante à fleur monopétale en forme de grelot : le calice est fendu en plusieurs parties ; le pistil sort du fond de la fleur, & devient dans la suite un fruit ordinairement rond & mou ; ce fruit renferme une ou deux semences, qui le plus souvent sont dures. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante (I)

Les racines du houx frelon, ou petit houx, sont blanches, épaisses, pleines de nœuds, entrelacées, & fort fibreuses ; ses tiges ont environ un pié de haut ; elles sont pliantes & difficiles à rompre, striées & couvertes de feuilles roides, fermes & nerveuses, de la grosseur & de la figure à peu-près de celles du petit myrthe, terminées en pointe, & fortement attachées aux tiges ; ses fleurs naissent sur le milieu des feuilles ; elles sont petites, purpurines, & découpées en six segmens. Il leur succede des baies semblables à celles de l’asperge, qui contiennent deux semences.

Cette plante croît parmi les haies & les bois, & jette un grand nombre de fleurs en été ; sa racine, dont ont fait seulement usage en Medecine, est une des cinq racines apéritives.

Ce que Dioscoride a dit du ruscus, qu’il poussoit de sa racine au printems des rejettons tendres, que l’on mange comme les asperges, ne convient pas mal à notre petit houx. (D. J.)

Houx, petit, (Mat. méd.) C’est principalement la racine de cette plante qu’on emploie en Médecine : elle est une des cinq racines apéritives majeures.

On fait entrer très-fréquemment cette racine à la dose d’une demi-once ou d’une once, dans les ptisanes, les apozèmes, & les bouillons qu’on prescrit contre la jaunisse, les pâles-couleurs, les suppressions des regles, les obstructions, les embarras des voies urinaires, les maladies de la peau, & principalement contre l’hydropisie.

Riviere, cent. III. observ. 52, rapporte qu’un certain mendiant souffroit depuis trois mois une hydropisie très-considérable, & que comme sa pauvreté le mettoit hors d’état d’avoir recours aux Medecins, il usa, sur l’avis d’une paysanne, qui apparemment lui donna ce bon conseil gratis, de la décoction de racine de petit houx ; & qu’ayant été purgé deux ou trois fois avec une simple infusion de séné, il fut parfaitement guéri.

On peut faire infuser ces racines pilées ou coupées par morceaux, dans du vin blanc, ou même les y faire bouillir, selon le conseil de Boerhaave, quoique ce soit un peu s’écarter des regles de l’art, & donner ce remede à la dose d’un verre le matin à jeûn, en le continuant pendant quelque tems, contre la néphrétique & l’hydropisie. Ce vin passe aussi pour utile contre les humeurs scrophuleuses, mais sa vertu est moins éprouvée dans ce cas. Les baies de petit houx sont regardées comme bonnes contre l’ardeur d’urine & les gonorrhées. Ce remede est peu connu, & encore moins usité parmi nous.

La racine de petit houx entre dans le syrop des cinq racines apéritives, & les semences dans la benedicte laxative de la pharmacopée de Paris. (b.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « houx »

(Date à préciser) Du vieux-francique *hŭlis (cf. ancien haut allemand hulis, huls, moyen néerlandais huls, et néerlandais moderne hulst).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, hus, hous ; namur. heûs ; du germanique : anc. h. allem. hûliz ; allem. hülse ; angl. holly.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « houx »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
houx u

Citations contenant le mot « houx »

  • Poirier, houx, hêtre, noyer, acacia, érable… : au total ce sont quatorze essences de bois que Diego Garcia-Ripoll a utilisé pour réaliser en marqueterie le portrait de Gérard Depardieu. www.lejdc.fr, Un lycéen de Château-Chinon a réalisé le portrait de Gérard Depardieu en marqueterie - Château-Chinon (Ville) (58120)
  • En période de fêtes de fin d’année plus encore qu’habituellement, on aime décorer sa maison avec certaines plantes. Sapin, gui, houx, poinsettia (couramment appelée rose de Noël) ainsi que l’hellébore noire sont particulièrement toxiques pour les chiens et chats. sudinfo.be, Gare aux plantes de fêtes: sapin, gui, houx peuvent empoisonner vos chiens et chats
  • FICHE PLANTE - Avec leur feuillage et leurs fruits très décoratifs, les houx font merveille dans les parcs et les jardins, que ce soit en isolé, dans une haie ou en couvre-sol. Le Figaro.fr, Houx commun, une étonnante diversité
  • Des salades, du houx, un laurier rose, des bambous, des azalées... Jean-Louis le jardinier répond à vos questions. France Bleu, Le dossier de la vie en Bleu - Jardinage
  • Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. […] Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe, Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. Victor Hugo, Les Contemplations, Demain à l'aube, IV, 14
  • C'est comme dans le mariage : d'abord sous le gui, ensuite sur le houx. Paul Morand, Fermé la nuit, Gallimard
  • Le mariage : d'abord sous le gui, ensuite sur le houx. De Paul Morand
  • L'amour est comme l'églantine sauvage, L'amitié est comme le houx, Le houx est sombre lorsque l'églantine est en fleur, Mais lequel fleurit avec le plus de constance ? De Emily Brontë
  • Ilex aquifolium le houx commun est notre arbre persistant indigène. Il est beau et sans entretien : port compact éventuellement modelable, magnifique feuillage très soigné et graphique, baies jaunes ou rouges en hiver... Autant de qualités qui compensent son côté piquant. auJardin.info, Houx commun, Ilex aquifolium : planter, cultiver, multiplier
  • Après cette visite, direction la partie haute et son sous-bois. Le promeneur croise des hêtres, des chênes, des châtaigniers, des érables, ou encore des sureaux, des aubépines et des houx. Plus de 160 variétés de houx y sont plantées. Une collection qui permet de présenter sur un même site « la diversité de ce genre, trop souvent réduit au houx commun. Les houx des régions tempérées sont des plantes des sous-bois qui se plaisent à l’ombre des grands arbres ». www.paris-normandie.fr, EN IMAGES. Plantes rares, carrière souterraine, mythologie... Découvrez le parc Hauser, au Havre
  • Le houx est une beauté d'arrière-saison pour créer l'ambiance. La plante est prisée entre Toussaint et Noël. «Ferme dans sa cotte plus verte et plus solide, qui tranche sur la foule triste des arbres en haillons, riche de ses pendeloques vermeilles, il attend, Roi mage des grands bois, se lever l'étoile de Noël», comme l'écrit Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste. Cet arbuste à feuilles persistantes est un symbole d'éternité et ses baies rouges, qui éclairent les sous-bois d'hiver, en font un symbole de lumière. Ces deux particularités expliquent l'utilisation du houx pour la décoration de l'autel des messes de minuit. De là, on prit l'habitude de l'accrocher en couronne sur la porte. ladepeche.fr, Maubourguet. Houx, ça pique mais pas que ! - ladepeche.fr
  • Puisqu'une plante ne pousse quasiment pas en hiver, la période de repos végétatif est la meilleure. Mais, le houx étant arbuste à feuillage persistant - donc susceptible de puiser sur ses réserves durant l'hiver, sans compenser ses pertes- il est conseillé d'effectuer les transplantations juste avant la reprise de végétation, soit vers la fin février ou au tout début du mois de mars. Le Figaro.fr, Quand et comment transplanter le houx ?
  • « Des enfants sans Noël, ça ne vous picote pas un peu le coeur ? », peut-on lire sur l'affiche de cette photo du 20 décembre 1992. Dans les rues d'Issoire, les bénévoles du Secours populaire vendent des branches de houx dans le cadre de l'opération Père Noël vert. L'argent récolté sert à aider des enfants et leurs familles à passer de meilleures fêtes de fin d'année. www.lamontagne.fr, Noël des pompiers, vente de houx et manèges : les traditions de Noël à Issoire en douze photos d'archives - Issoire (63500)
  • Le Chêne vert (Quercus ilex) ou l'Yeuse, parfois appelé Chêne faux houx est une espèce d'arbres à feuillage persistant de la famille des Fagacées. Ses feuilles entières ou dentées, luisantes, ressemblant à celles du houx, sont vert foncé dessus et gris blanchâtre dessous. Atteignant, dans nos contrées, une hauteur de 8 m et une largeur de 4 m, il aime un sol calcaire pas trop humide, résiste bien au vent de mer et à la pollution atmosphérique, il se laisse tailler facilement et s'utilise tant en solitaire, qu'en haie. , Tout savoir sur le chêne faux houx
  • L’utilisation de houx, dont les baies sont rouges, nous vient de nos ancêtres gaéliques. l-express.ca, Le sapin de Noël et le gui : depuis plus de 400 ans - l-express.ca
  • Son feuillage est persistant, symbole d’éternité, et ses jolies baies rouges appétissantes mais même si le merle les mange, elles ont mauvais goût pour les humains, et sont surtout violemment purgatives… donc à éviter ! Attention, surtout, avec les jeunes enfants, mettez-le hors de portée. D’ailleurs, les feuilles de houx portent également des piquants durs. , Zoom sur le houx, symbole de Noël | Actu
  • Les bancs se hérissent, en réaction aux sdf, comme les épines sur les tiges des roses. Il en est de même pour l’évolution extraordinaire de la feuille de houx qui passe de la brindille native, verte et tendre, bien gentille avec sa chlorophylle et sa photosynthèse, dans son pré bucolique au bord d’un ruisseau sinueux descendant de la colline voisine, à la peu sympathique et blessante feuille experte en self-défense pour échapper à l’appétit féroce des chèvres et autres bovidés de la sous-famille des caprins. Chroniques d‘architecture, Le houx, l’épine, le barbiroussa et l’épigénétique des villes…
  • Servant aujourd’hui d’élément décoratif, le houx avait autrefois d’autres utilités. On s’en servait en bouquets pour ramoner les cheminées. Le bois était utilisé pour la fabrication des pièces blanches des jeux d’échecs et servait aussi à confectionner les manches de divers outils. , Lamballe. Nos amies les plantes : le Houx, l’arbuste qui fait penser à Noël - Saint-Brieuc.maville.com
  • Floraison des hibiscus en été et le houx en hiver Jeuxvideo.com, Animal Crossing New Horizons, les buissons : variétés, prix, comment en prendre soin… tout ce qu'il faut savoir - Actualités - jeuxvideo.com
  • Depuis le 10 décembre, 15 m3 de houx ont déjà été saisis par les équipes de l'Office national des forêts (ONF) à Fontainebleau. Les agents forestiers ont été aidés par leurs collègues de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et la police. leparisien.fr, Fontainebleau : 15 m3 de houx cueillis illégalement en forêt ont été saisis - Le Parisien
  • Dans l’ancien français, le fait d’utiliser un rameau de cet arbuste pour peigner se disait « houspigner ». Puis l’on dit « houspiller » pour maltraiter, et l’on garda la racine du verbe pour donner son nom à la plante: le houx, ce familier de nos forêts dont les charmes sont souvent appréciés dans les jardins d’ornement.  Le Telegramme, Le houx. Un persistant épatant ! - Jardin - Le Télégramme
  • En Loire-Atlantique, les fleuristes utilisent le houx pour réaliser des compositions pour les fêtes. Devenue incontournable, cette plante porte-bonheur symbolise Noël. Elle sert à décorer les portes et les tables. En cette fin d'année, le gui fait également partie des traditions. Vénérée par les druides, cette plante aurait des propriétés miraculeuses. Mais pour faire perdurer le bonheur, il faut accrocher le bouquet pendant un an avant de le remplacer. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 21/12/2018 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 21 décembre 2018 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français LCI, Le houx et le gui, des plantes incontournables pour les fêtes de fin d'année | LCI
  • La teigne parasite les bovins logés dans les bâtiments chauds et humides, généralement de novembre à avril. Les lésions cutanées appelées dartres évoluent lentement vers une guérison spontanée dès la mise à l'herbe. Et l'immunité qui en résulte est durable. Pourtant, il convient de lutter contre cette maladie, et pas seulement avec des branches de houx, car elle peut engendrer des pertes économiques. Elle peut justifier des moins-values lors des ventes à l'exportation. Plus directement, les lésions de la peau laissent des cicatrices irréversibles qui se retrouvent sur les cuirs. A noter qu'une peau saine représente tout de même de 6 à 8 % de la valeur totale d'un veau. La France Agricole, D'autres remèdes que les branches de houx
  • La fougère-houx dessine une touffe de frondes dressées, souples, étalées, vert foncé lustré, qui mesurent entre 20 et 60cm de long et ont des folioles de 4 à 6cm de long, falciformes, c'est-à-dire en forme de faux, avec des bords légèrement dentelés comme le sont les feuilles de houx : tout ceci explique les noms communément donnés à cette fougère. Binette & Jardin, Aspidie en faux (Cyrtomium falcatum) ou fougère-houx : plantation, culture
  • Ces plantes sauvages fleurent bon les fêtes de fin d'année. Les petites boules rouges et les feuilles d'un intense vert brillant du houx, comme de son cousin le fragon dit « Faux-houx », décorent les maisons. Les boules de gui sont, elles, un bon prétexte de plus pour s'embrasser au jour de l'An. L'Office national des forêts (ONF) rappelle à cette occasion les bonnes pratiques à respecter car des abus ont été constatés. « Les forêts connaissent aujourd'hui des ramassages excessifs en vue de leur commercialisation. Certains remplissent des camionnettes », constate-t-on à l'ONF.« Tout prélèvement intensif et trop volumineux peut faire l'objet d'une amende »L'Office tolère un ramassage familial et avec modération, sur un principe valable pour tous les trésors de la forêt, que ce soit par exemple pour les champignons ou les fleurs : un promeneur peut prélever ce que peut contenir sa main. Pour le houx, c'est donc un bouquet de quelques branches, en évitant d'arracher salement les tiges de l'arbre. « C'est de la sensibilisation. Mais tout prélèvement intensif et trop volumineux peut faire l'objet d'une amende », prévient-on à l'ONF. La vente de houx sauvage est proscrite sur les marchés.Ce rappel de bonne conduite est aussi valable pour les branches et branchages laissés volontairement au sol par les agents forestiers. « Il est possible d'en prendre un petit fagot mais les insectes, vers, champignons, mousses et bactéries les utilisent pour se nourrir et se loger », précise-t-on à l'ONF. leparisien.fr, Ile-de-France : en forêt, la cueillette du houx et du gui est réglementée - Le Parisien
  • Le houx, je m’y suis intéressé lors d’un voyage en Irlande. J’ai vu là-bas une haie épaisse de deux mètres, en dôme, avec uniquement des houx ! » Quand on travaille dans les espaces verts, on porte forcément aux plantes une attention particulière. Pierre Paris s’occupait du parc floral de la ville d’Orléans lorsqu’il a pris conscience de cette énigme : pourquoi le houx, si fréquent dans l’ornementation des parcs et des jardins aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne, n’a-t-il pas la cote en France ? « Chez nous, on n’en connaît qu’une espèce, Ilex aquifolium , qui pousse lentement et a des feuilles piquantes. » Le Français serait donc allergique aux épines… , Le Mag | L’avocat du houx
  • Ilex crenata, appelé houx japonais ou houx crénelé, est un arbuste au feuillage persistant de la famille des Aquifoliacées. Bien qu'il soit qualifié de houx japonais, le houx crénelé est[...] auJardin.info, Osmanthe à feuilles variables, Osmanthe faux-houx, Osmanthus heterophyllus 'Tricolor'
  • Le houx du Japon (Ilex crenata) ou houx crènelé est bien connu pour ressembler au buis avec ses petites feuilles ovales persistantes, vert foncé, lustrées qui font illusion, notamment en optant pour la variété Ilex crenata ‘Convexa’ au port compact et aux feuilles légèrement recourbées comme le buis. Se prêtant parfaitement à être formé en topiaire, cette variété de houx (Ilex), très rustique, a cependant besoin d’un sol humifère, riche et frais, et d’un climat pluvieux. Binette & Jardin, Quels arbustes pour remplacer les buis décimés par la pyrale ?
  • Buis en spirales, dentelles de houx et sculptures d’ifs mystérieuses… la splendeur des jardins du château de La Ballue transforme la nature en œuvre architecturale. AD Magazine, 10 chefs d’œuvre d’architecture à voir en France cet été | AD Magazine
  • Ainsi, avec du houx, du sapin, du lierre, du gui, du laurier, des genêts et autres pommes de pin, la vingtaine de participants a pu fabriquer des objets personnalisés. , Fabriquer ses décorations de Noël soi-même, à Mortagne-au-Perche | Le Perche
  • Sept diplômes d’honneur, huit houx d’argent, quatre houx d’or ont été attribués et cinq moniteurs ont obtenu le diplôme marche nordique. , Niederbronn-les-Bains | Beaucoup d’émotions pour la dernière AG d’un président emblématique
  • Le houx. Le houx, utilisé comme décoration dans la maison lors des fêtes de fin d’année, est également très toxique. Les baies rouges du houx ont un effet vomitif et laxatif lorsqu’elles sont mastiquées, mais sont moins toxiques si elles sont avalées sans être machées. , Plantes, guirlandes, nourriture : ces dangers qui menacent vos animaux pendant les fêtes | Le Penthièvre
  • "J'ai un lilas et un houx plantés depuis une trentaine d'années. Ils sont trop près de la clôture. Puis-je les déplacer?" Danièle de Hauterive (03) France Bleu, Vos Questions Jardin: Mon lilas et mon houx sont plantés trop près de la clôture
  • C’est dans la rue des houx au grand Chesnay, que l’incendie d’une maison s’est déclaré le mardi 14 janvier 2020 à Fontaine-l’Abbé (Eure). L’alerte a été donnée par un des trois enfants de la famille qui revenait de l’école. Les pompiers de Bernay sont arrivés à 18 h et sont restés sur place pendant trois heures pour éteindre les flammes. , Dans l'Eure, une famille relogée après l'incendie de son domicile | L'Éveil Normand
  • T-shirt de Noël Brave Soul. A motif houx et bords contrastants. 10,99€ Grazia.fr, Shopping mode : cultivez votre esprit de Noël - Grazia
  • Le houx commun est un arbuste décoratif apprécié pour ses grappes de baies rouges et pour son feuillage vert foncé acéré. Selon les espèces, l’arbuste porte des baies de différentes couleurs qui restent sur le houx pendant tous l’hiver. Le houx est capable de s’adapter à tous les types de climats car il résiste bien aux intempéries. Des idées de l'intérieur, du jardin, de l'ameublement et de la décoration., Arbuste à baies rouges pour apporter une touche de couleur au jardin
  • Tout est mis en œuvre pour que l’événement ressemble à un mariage dans la pure tradition vendéenne. Vendredi dernier, des houx ont été plantés – comme l’exige la tradition en Vendée – à différents endroits des deux communes (normalement, c’est devant les maisons des parents des mariés). , Vendée: Témoins, houx, danse de la brioche... Le «vrai-faux» mariage de deux communes
  • Niché sur les hauteurs du petit village de La Hallotière qui porte à sa boutonnière deux fleurs pour son fleurissement, le parc aux 45 variétés de houx et aux arbres originaires des cinq continents éveille les sens et la curiosité du visiteur. Ce lieu régulièrement fréquenté par les touristes a acquis ses lettres de noblesse en inscrivant dans le guide des visites incontournables des parcours des randonnées. « Nous voyons beaucoup de touristes mais aussi des locaux surpris par les lieux. Avec le manège ouvert, ce lieu se prête aux prises de photos pour les mariages, les baptêmes... », détaille Xavier Biville, agent communal en charge de la visite et de l’entretien du parc. www.paris-normandie.fr, Le parc de La Hallotière, offre la possibilité de découvrir 45 nuances de houx
  • La légende veut que, sur le point d’être découverts par les soldats d’Hérode, qui voulaient assassiner Jésus, la Sainte Famille fut dissimulée par un houx. NotreTemps.com, Sapin, gui, houx...: d'où viennent ces symboles de Noël?
  • « C’était trois jeunes, ils étaient déjà passés une heure avant », raconte le fils de la victime. Lors de ce premier passage, il appelle la police. « Ils donnaient des coups de pied dans les vitrines… Ils nous ont insultés, lancés des canettes de bières… » Le témoin était avec son père et un de leurs amis. Installés sur la place du Plot, ils vendaient du houx. , Le Puy-en-Velay | Le Puy-en-Velay: une rixe éclate place du Plot
  • Rien de tel que le petit houx, aussi appelé fragon veineux, pour améliorer la circulation sanguine, soulager une insuffisance veineuse, et surtout, réduire la sensation des jambes lourdes ! Indications et mode d'emploi : nos conseils pour bien utiliser cette plante naturellement veinotonique. Santé Magazine, Le petit houx (Ruscus aculeatus), une plante anti-jambes lourdes | Santé Magazine
  • Impossible en ce moment de ne pas croiser une branche de gui ou de houx. D’après de très anciennes croyances, ces plantes porteraient bonheur et protègeraient le foyer. midilibre.fr, Millau : Le gui et le houx ont toujours la cote - midilibre.fr
  • Parmi les 500 variétés de houx, la plus piquante Ilex aquifolium ferox argentea. ©EB/MagCentre Magcentre, La Route des jardins du Loiret: l’Ilex, un jardin qui ne manque pas de piquant | Magcentre
  • Claude Bureaux, notre maître jardinier nous parle aujourd'hui du faux-houx, avec ses jolies fleurs jaunes dorées au printemps. Franceinfo, Jardin. Planter et cultiver le faux-houx
  • Les baies de houx, en revanche, sont très toxiques. L’ingestion de "cinq baies peut entraîner des symptômes d’intoxication". DH Les Sports +, Ces plantes de Noël potentiellement toxiques: attention ! - DH Les Sports+

Images d'illustration du mot « houx »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « houx »

Langue Traduction
Anglais holly
Espagnol acebo
Italien agrifoglio
Allemand stechpalme
Chinois 冬青
Arabe هولي
Portugais azevinho
Russe падуб
Japonais ホリー
Basque gorostiak
Corse agrifogliu
Source : Google Translate API
Partager