La langue française

Hésychasme

Définitions du mot « hésychasme »

Wiktionnaire

Nom commun

hésychasme \Prononciation ?\ masculin

  1. (Religion) Pratique spirituelle de l’orthodoxie, proche du quiétisme occidental.
    • Dans sa lutte contre des moines « scolastiques », Grégoire Palamas s'était fait le champion de l'hésychasme, doctrine fondée sur la lutte contre les passions intérieures pour atteindre la paix, la tranquillité de l'âme et la douceur. — (Michel Evdokimov, Le Christ dans la tradition et la littérature russes, Desclée, 2007, p. 191)
    • Elle s'inscrit dans la longue tradition de l'hésychasme, un courant spirituel qui a mis l'accent sur la simplicité du moine dont tout l'effort consiste à rester tranquille, à se tenir en paix en présence de Dieu, progressant de manière parallèle dans la connaissance de Dieu et dans la connaissance de lui-même. Dans le cadre de l'hésychasme, on peut justement trouver à un période plus ancienne la trace d'une pratique de la prière répétitive sur le seul nom de Jésus [...]. — (Jean-Marie Gueullette, Petit traité de prière silencieuse, Albin Michel, 2011, p. 157)
    • Le Récit d'un pèlerin russe est une présentation, merveilleusement vulgarisée, d'un courant mystique qui existe depuis quinze siècles dans l'Église orthodoxe et que les théologiens nomment l'hésychasme, ou « prière du coeur ». — (Emmanuel Carrère, Le Royaume, 2014, p. 203)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « hésychasme »

Du grec ησυχασμός, hêsukhasmos (« quiétisme ») apparenté à ἥσυχος, hêsukhos (« calme, quiet »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hésychasme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hésychasme esiʃasm

Citations contenant le mot « hésychasme »

  • La floraison religieuse en Bulgarie du 13e au 15e siècle, due essentiellement au courant de l'hésychasme France Culture, L'Église orthodoxe en Bulgarie : 13e-15e siècle
  • Il est donc parfaitement légitime de rappeler les traditions orientales de l’hésychasme, qui s’appuie sur la respiration, qui nous font descendre de la tête au cœur, mais il faut aussi, par la même occasion, rappeler la tradition ascétique de l’orient chrétien. Prier avec son corps, c’est faire des sacrifices en rappelant à notre chair qu’elle ne doit pas devenir maîtresse de notre prière, mais l’Esprit de Dieu. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Oraison et méditation de pleine conscience sont-elles compatibles ?
  • Ce livre donne une explication particulièrement claire de ce qu'est la prière du coeur, ou hésychasme. Du... Le Point, Méditer avec les "Récits d'un pèlerin russe" - Le Point
  • Dans l’orthodoxie, la longue tradition de prière silencieuse, souvent appuyée sur la répétition intérieure du nom de Jésus, va devenir la forme majeure de la prière dans le contexte de l’hésychasme, pratique monastique qui recherche la paix dans la présence de Dieu. Dire le nom de Jésus dans le silence, c’est se recentrer inlassablement sur sa présence, dans le souvenir de ce qu’il est. Un moine de l’Orient chrétien écrit au XIVe siècle : « Assis dans ta demeure, souviens-toi de Dieu, élève ton intelligence hors de tout, porte-toi vers Dieu sans rien dire, répands devant lui l’état de ton cœur, et attache-toi à lui de tout ton amour. Car le souvenir de Dieu est la contemplation même de Dieu, qui appelle à lui la vision et le désir de l’intelligence, et l’entoure de la lumière qui vient de lui » (Sur la profession monastique de Théolepte de Philadelphie, cité dans la Philocalie, d’Olivier Clément, DDB). La Vie.fr, La méditation fait-elle partie de la tradition chrétienne ?
  • Nil de la Sora ou Nil Sorski qui propagea en Russie la grande tradition de l’hésychasme dont il est l’un des maîtres spirituels avec saint Grégoire Palamas. Il était de Moscou et se fit moine au monastère Saint Cyrille du Lac Blanc. Pour son profit spirituel, il partit en pèlerinage jusqu’à Constantinople, de monastère en monastère, et vécut même au mont Athos où il apprit le grec et médita en profondeur les écrits des Pères sur la garde de l’intellect et la prière du coeur. Il revint au Lac Blanc avec le projet d’y introduire le mode de vie des skites. Humble et menant une vie ascétique, il rédigea un « typikon » sur les modes de vie des moines, en particulier la suppression de leurs grandes propriétés, malgré l’opposition de saint Joseph de Volokolamsk. Refusant d’entrer dans une querelle pénible, il se retira dans l’hésycha, se réconcilia avec saint Joseph et s’endormit en paix dans son skite de la Sora. Église catholique en France, Saint Nil de la Sora - Église catholique en France
  • N'est-ce pas le but de l'oraison silencieuse, où le fidèle tente de faire le silence en lui pour s'ouvrir à Dieu, et de la « prière du cœur » (hésychasme), pratiquée dans l'orthodoxie, qui associe la répétition d'une formule d'invocation de Jésus-Christ à la respiration, afin de dépouiller l'esprit de toute agitation mentale et recevoir la grâce ? Et d'ailleurs, n'est-ce pas aussi pour se vider l'esprit afin de mieux s'approcher de Dieu que dansent sur eux-mêmes les derviches tourneurs, ces adeptes du soufisme ? Alors, prêt pour le retour aux sources, et la découverte des grands textes de la méditation en Occident ? C'est ce que vous propose le Point dans ce dossier, de Platon à Ignace de Loyola, du dhirk soufi aux danses hassidiques... Le Point, Méditation made in Occident - Le Point
  • Le soufisme, la méditation hébraïque, le bouddhisme ont placé le silence au cœur de leurs pratiques. En France nous avons pour héritage la tradition ascétique de l’Orient chrétien, qui s’est elle aussi fondée sur le retour au silence, comme par exemple les pères du désert lors de la prière du cœur. Ces sages des premiers siècles ont freillé une voie qui donna naissance à la tradition de l’hésychasme de l’Orient Chrétien qui veux dire : paix, quiétude, sérénité ou prière du coeur. FemininBio, Quels bienfaits a le silence sur notre psychisme? - FemininBio
  • L’émotion, hésychasme de l’icône L'Orient-Le Jour, Ces « Images de la transcendance » raconteuses d’histoires... - L'Orient-Le Jour
  • Dans le judaïsme, la kabbale est un courant ésotérique et mystique visant à déchiffrer le livre de la création du monde par le Dieu inconnaissable. En Occident, les chrétiens furent plus lents à développer une tradition mystique comparée aux Byzantins et aux musulmans. Maître Eckhart développe une mystique métaphysique prônant un détachement de tout ce qui n'est pas Dieu. Pour lui, il s'agit de permettre à l'homme de devenir par la grâce ce que Dieu est par nature. La part mystique et contemplative de la religion est plus grande dans l'orthodoxie que dans le catholicisme. La mystique orthodoxe trace ses origines dans l'expérience des Pères du désert de la purification de l'âme par la prière du cœur permettant la communion avec Dieu dans la solitude. Grande figure de la spiritualité monastique, saint Jean Climaque formule la doctrine de l'hésychasme : prière perpétuelle de l'âme s'adonnant à la contemplation, loin du monde, dans le silence. À partir de là, on peut parvenir à la parfaite indifférence aux choses de la terre, c'est l'ultime degré avant l'union avec Dieu. La mystique musulmane, le soufisme, est influencé par le monachisme chrétien, l'illuminisme persan, l'extase hindoue et la kabbale juive. « L'état spirituel de baqâ' (pure « subsistance » hors de toute forme), auquel aspirent les contemplatifs soufis, est le même que l'état de moskha, la délivrance dont parlent les doctrines hindoues, comme l'extinction (al-fanâ) de l'individualité, qui précède la « subsistance » est analogue au nirvâna. De même que dans le bouddhisme, on s'élève par degrés aux plus hauts points de l'anéantissement de l'individualité en suivant un chemin composé de huit parties, le « noble sentier », de même le soufisme a aussi son chemin, sa tariqa, avec des degrés de perfection. Il vise à revivre personnellement par la voie mystique (tarîqa) la vérité spirituelle du message du Prophète, au-delà de la donnée littérale de la révélation (charia). Il représente l'aspect ésotérique de l'islam, qui se distingue de l'islam exotérique au même titre que la contemplation directe des réalités spirituelles – ou divines – se distingue de l'observance des lois. L'amour tient une place centrale dans l'enseignement des maîtres soufis qui considèrent la station spirituelle qui y est associée comme une des plus insignes qui soient. L'Orient-Le Jour, Diversité des religions, similarité des voies mystiques - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « hésychasme »

Langue Traduction
Anglais hesychasm
Espagnol hesicasmo
Italien hesychasm
Allemand hesychasmus
Chinois 混乱
Arabe الهدوئية
Portugais hesicasmo
Russe исихазм
Japonais 迷い
Basque hesychasm
Corse esitazione
Source : Google Translate API

Hésychasme

Retour au sommaire ➦

Partager