La langue française

Herméneute

Sommaire

  • Définitions du mot herméneute
  • Étymologie de « herméneute »
  • Phonétique de « herméneute »
  • Citations contenant le mot « herméneute »
  • Traductions du mot « herméneute »

Définitions du mot herméneute

Trésor de la Langue Française informatisé

Herméneute, subst. masc.[Dans l'Église chrétienne des premiers siècles] Ministre chargé d'expliquer l'Écriture; p. ext., celui qui explique, interprète l'Écriture. Quand donc viendra l'herméneute, l'explicateur comme il ne s'en est jamais vu, par qui nous saurons enfin que le Cantique des Cantiques est simplement un récit préalable de la Passion, antérieur d'une trentaine de générations aux quatre évangiles? (Bloy, Journal,1900, p. 380).

Wiktionnaire

Nom commun

herméneute \ɛʁ.me.nøt\ masculin

  1. Personne qui traduit et explique des textes sacrés.
  2. (Par extension) Commentateur de textes profanes.
    • Dans un des innombrables groupes d’études qui commentent les Écrits de Lacan, un herméneute, pour l’émerveillement de ses complices, parle soudain des écrans de l’acquis. Mais, à l’analyse, il apparaît clairement qu’aucun progrès n’a été fait dans la connaissance, et que c’est justement cela qui a réjoui les participants. — (François George, L’Effet ’Yau de Poêle de Lacan et des lacaniens, Hachette, 1979, page 30)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « herméneute »

Dérivé de herméneutique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « herméneute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
herméneute ɛrmenœt

Citations contenant le mot « herméneute »

  • Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour. , Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (Poitiers-
  • Il concluait ainsi une démonstration feu d’artifice menée tambour battant dans un bref article au titre inoubliable, « Le plaisir du « texticule » (sur les vices impunis de l’herméneute) », fleurant la provocation masculine (horresco referens) qui aurait pu s’autoriser de Rabelais, Raymond Queneau ou Alain Rey. Pour les lecteurs pressés, il me semble utile de déplier complètement la phrase attribuée par JCC à un poète africain ami de Jean Jamin (« une sorte de griot ») s’adressant à un poète provençal ami de Jean‑Claude Chamboredon (le « troubadour provençal » Arnaud de Vacqueyras, du nom d’un vin de la vallée du Rhône connu des vrais amateurs) : The Conversation, Sociologie : hommage à Jean‑Claude Chamboredon
  • Quelle doit donc être la part de l’herméneute rebelle ? , De l’état du droit à l’État de droit à l’ombre du coronavirus - Européen | Dalloz Actualité
  • 1Suis-je bien placé pour parler des mensonges ? Puis‑je m’en faire l’herméneute sans m’en faire le porte‑parole ? On devine que se profile ici le célèbre paradoxe crétois, dit aussi paradoxe du menteur. Celui‑ci se formule de la sorte : « Un homme déclare “Je mens”. Si c’est vrai, c’est faux. Si c’est faux, c’est vrai. » Il convient d’expliquer : s’il dit vrai en affirmant mentir alors c’est faux puisqu’il continue de mentir. Mais s’il ment en disant mentir, alors il dit vrai puisqu’il est encore en train de mentir. Dans les deux cas, l’énoncé et l’énonciation se contrarient, en raison de l’emploi du présent et du caractère autoréférentiel de l’expression. On voit bien le charme d’un tel raisonnement et tout ce que la littérature est à même d’en tirer. Si j’ai moi‑même consacré deux essais aux falsifications et resquillages en tous genres, En toute mauvaise foi (Minuit, « Paradoxe », 2015) et plus récemment Pouvoirs de l’imposture (Minuit, « Paradoxe », 2018), les mensonges n’ont pas fini d’être énigmatiques pour moi et c’est avec les réflexions que j’y ai proposées que l’ouvrage dirigé par Fabrice Wilhelm m’invite à dialoguer. Ce dernier me semble en effet précieux en ce qu’il entreprend une exploration minutieuse des représentations du mensonge à l’aide d’une véritable archéologie, au sens que lui donne Foucault, des discours littéraires, qui les confronte aux positions philosophiques et théologiques. Une telle lecture se justifie à plus d’un titre : , Une histoire des figurations littéraires du mensonge (Acta Fabula)
  • L’historien en «herméneute» du matériau littéraire, en quelque sorte. Une invitation à apprendre à mieux lire ce qui fait la littérature et ce que fait un romancier. , J. Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature

Traductions du mot « herméneute »

Langue Traduction
Anglais hermeneute
Espagnol hermeneute
Italien hermeneute
Allemand hermeneute
Chinois hermeneute
Arabe التأويل
Portugais hermeneuta
Russe hermeneute
Japonais hermeneute
Basque hermeneute
Corse hermeneute
Source : Google Translate API
Partager