La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « hérésiographe »

Hérésiographe

Définitions de « hérésiographe »

Wiktionnaire

Nom commun - français

hérésiographe \e.ʁe.zjɔ.ɡʁaf\ masculin

  1. Historien des hérésies.
    • Toujours selon l'hérésiographe persan, al-Kayyāl prétendit avoir pour mission de remplacer la charia (la loi de l’islam) par une autre loi. — (Christian Brouwer, Guillaume Dye, Ania Van Rompaey, Hérésies: une construction d’identités religieuses: Histoire des religions, 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

HÉRÉSIOGRAPHE (é-ré-zi-o-gra-f') s. m.
  • Historien des hérésies.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hérésiographe »

 Dérivé de hérésie, avec le suffixe -graphe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hérésiographe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hérésiographe eresjɔgraf

Citations contenant le mot « hérésiographe »

  • iv Al-Shahrastānī (mort en A.H. 548 / C.E. 1153) était un historien influent des religions et un hérésiographe. Il a été l’un des pionniers dans le développement d’une approche scientifique de l’étude des religions. Al-Shahrastānī’ se distinguait par sa volonté de décrire de la manière la plus objective possible l’histoire religieuse universelle de l’humanité. Il a été reconnu à tort comme un théologien « Ash’arite » ; c’est pourquoi certains érudits tels que Mohammad Ridā Jalālī Nā’īnī, Mohammad Taqī Dānish-Pazhūh, Wilferd Madelung, Jean Jolivet, et Guy Monnot croient fermement qu’il était un Ismā’īlī qui pratiquait la taqiyya (dissimulation religieuse) puisque Ismā’īlis étaient persécutés à cette époque. On sait très peu de choses sur la vie de al-Shahrastānī. Il est né en A.H. 479/ C.E. 1086 dans la ville de Shahristān (République du Turkménistan) où il a reçu son éducation traditionnelle précoce. Plus tard, il a été envoyé à Nīshāpour où il a étudié sous différents maîtres qui étaient tous des disciples du théologien Ash’arite al-Jouwaynī (mort en A.H. 478 / C.E. 1085). À l’âge de 30 ans, al-Shahrastānī s’est rendu à Bagdad pour poursuivre des études théologiques et a enseigné pendant trois ans à la prestigieuse école Ash’arite, la Nizāmiyya. Ensuite, il est retourné en Perse où il a travaillé comme Nā’ib (adjoint) de la chancellerie pour Sanjar, le Saljouq dirigeant de Khourāsān. À la fin de sa vie, al-Shahrastānī est retourné vivre dans sa ville natale. Oumma, Ibn Sînâ (Avicenne), le Prince de la médecine

Traductions du mot « hérésiographe »

Langue Traduction
Anglais heresiographer
Espagnol heresiógrafo
Italien heresiographer
Allemand heresiograph
Chinois 土工学家
Arabe عالم الهرطقة
Portugais heresiógrafo
Russe heresiographer
Japonais 異端者
Basque heresiographer
Corse eresiografu
Source : Google Translate API

Hérésiographe

Retour au sommaire ➦

Partager