La langue française

Grand-maître

Sommaire

  • Définitions du mot grand-maître
  • Phonétique de « grand-maître »
  • Citations contenant le mot « grand-maître »
  • Images d'illustration du mot « grand-maître »
  • Traductions du mot « grand-maître »

Définitions du mot grand-maître

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Grand-Maître des Arbalétriers de France, (Hist. mod.) c’étoit anciennement un des grands officiers de la couronne, qui avoit la surintendance sur tous les officiers des machines de guerre, avant l’invention de l’artillerie ; on en trouve dans notre histoire une suite depuis S. Louis jusque sous François premier. (G)

Grand-Maître de France, (Hist. mod.) officier de la couronne appellé autrefois souverain maître d’hôtel du roi ; il a le commandement sur tous les officiers de la maison & de la bouche du roi, qui lui prêtent tous serment de fidélité, & des charges desquels il dispose : depuis Arnoul de Wesemale, qualifié de souverain maitre d’hôtel du roi Philippe-le-Bel, vers l’an 1290, on compte quarante-deux grands-maîtres de France, jusqu’à M. le prince de Condé, qui est aujourd’hui revêtu de cette charge, qui pendant sa minorité a été exercée par M. le comte de Charolois, son oncle.

Grand-Maître des Cérémonies de France, (Hist. mod.) officier du roi dont la charge étoit autrefois annexée à celle de grand-maître de la maison du roi ; elle en fut séparée par Henri III. en 1585. Le grand-maître des cérémonies a soin du rang & de la séance que chacun doit avoir dans les actions solemnelles, comme au sacre des rois, aux réceptions des ambassadeurs, aux obseques & pompes funebres des rois, des reines, des princes & des princesses ; il a sous lui un maître des cérémonies & un aide des cérémonies. La marque de sa charge est un bâton couvert de velours noir, dont le bout & le pommeau sont d’yvoire. Quand le grand-maître, le maître, ou l’aide des cérémonies, vont porter l’ordre & avertir les cours souveraines, ils prennent place au rang des conseillers ; avec cette différence, que si c’est le grand-maître, il a toûjours un conseiller après lui ; si c’est le maître ou l’aide des cérémonies, il se met après le dernier conseiller, puis il parle assis & couvert, l’épée au côté & le bâton de cérémonie en main.

Grand-Maître de Malte, Voyez Ordre de Malte.
Grand-Pannetier, Pannetier.
Grand-Prevôt, Prevôt.
Grand-Prieur, Prieur.
Grand-Queux, Queux.
Grand-Turcopellier, Ordre de Malte.
Grand-Visir, Visir.

Grand-Maître d’Artillerie, (Hist. mod. & Art milit.) étoit en France le chef suprême de l’Artillerie.

Par les provisions que le roi lui faisoit expédier, il avoit la sur-intendance, l’exercice, l’administration, & le gouvernement de l’état, & charge de grand maître, & capitaine général de l’Artillerie de France, tant deçà que delà les monts & les mers, dedans & dehors le royaume, pays & terres étant sous l’obéissance & la protection de sa majesté.

Il ne se faisoit aucuns mouvemens de munitions d’Artillerie dans le royaume, que par les ordres du grand-maître, ou de ses lieutenans, ou officiers, à qui il donnoit des commissions particulieres pour cet effet, ensuite des ordres qu’il recevoit du roi.

Tous les marchés se faisoient en son nom, stipulant pour sa majesté ; il arrêtoit le compte général de l’Artillerie que le thrésorier rend à sa chambre des comptes, où le grand-maitre étoit reçû comme ordonnateur de tous les fonds qui ont rapport à la dépense d’Artillerie de quelque nature qu’elle pût être.

Le grand-maître avoit encore un privilége dont il n’étoit pòint fait mention dans les provisions de sa charge ; c’est que quand on prenoit une ville sur laquelle on avoit tiré du canon, les cloches des églises, les ustenciles de cuivre & autre métal, lui appartenoient, & devoient être rachetés d’une somme d’argent par les habitans, à-moins que dans la capitulation on ne fût convenu du contraire.

Il avoit encore le droit en entrant & en sortant d’une place où il y avoit de l’Artillerie, d’être salué de cinq volées de grosses pieces de canon, sans préjudice du plus grand nombre, auquel il pourroit avoir droit par sa naissance, ou par quelqu’autre qualité.

Le grand-maître d’Artillerie prêtoit serment entre les mains du roi, au-moins depuis que cette charge avoit été érigée en charge de la couronne ; car avant ce tems-là Armand de Biron, sous le regne de Charles IX. prêta serment, non pas entre les mains de ce prince, mais entre les mains de Henri, duc d’Anjou, qui fut depuis roi de France, troisieme du nom. Ce serment fut fait le 3 de Février 1570.

Mais ce qui ajoûta le plus de splendeur à cette haute dignité, est le relief que lui donna Henri IV. en l’érigeant en charge de la couronne, en faveur de Maximilien de Béthune, marquis de Rosni, & depuis duc de Sully. Cette érection se fit en 1601 au mois de Janvier.

Le grand-maître de l’Artillerie avoit un grand nombre d’offiers, & même des corps de troupes sous sa jurisdiction & dans sa dépendance ; aux officiers desquels il pourvoyoit & donnoit à la plûpart des provisions en vertu de sa charge.

Le grand-maître pour marque de sa dignité, mettoit au-dessous de l’écu de ses armes deux canons sur leurs affuts, des caques de poudre, des boulets, & des gabions.

« Il seroit difficile, dit le P. Daniel, de déterminer le tems où le titre de grand a été donné au maitre d’Artillerie. Il est certain qu’il lui a été donné au-moins quelquefois, même dans des actes authentiques, long-tems avant que cette dignité fût érigée en charge de la couronne. Henri III. Charles IX. Henri II. le lui donnoient dans leurs ordonnances. L’usage en étoit dès le regne de François I. » Histoire de la milice françoise.

On peut voir dans le I. vol. de la troisieme édition des mémoires de Saint-Remi, le détail de tous les droits & priviléges qui étoient attribués à la charge de grand-maître de l’Artillerie. Cette importante charge a été supprimée au mois de Décembre 1755, sur la démission de Louis-Charles de Bourbon, comte d’Eu, qui en avoit été pourvû en survivance de M. le duc du Maine, le 12 Mai 1710. Voyez Génie. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « grand-maître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grand-maître grɑ̃dmaitr

Citations contenant le mot « grand-maître »

  • L'esclave fait son orgueil de la braise du maître. Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, Gallimard
  • Il le faut avouer, l'amour est un grand maître. Ce qu'on ne fut jamais, il nous enseigne à l'être. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, L'École des femmes, III, 4, Horace
  • Les jeunes gens n'ont pas besoin de maîtres à penser, mais de maîtres à se conduire. Henry Millon de Montherlant, Carnets, Gallimard
  • Il faut qu'un domestique soit bien sot lorsque, au bout de sept ans, il ne gouverne pas son maître. Michel Jean Sedaine, La Gageure imprévue, 18
  • […] Éternellement la science des maîtres passera dans le cœur des disciples, dans un grand silence attentif, comme cette huile rousse de mes collines qui coule du pressoir dans la jarre par un long fil d'or immobile, sans faire de bulles, sans faire de bruit. Marcel Pagnol, Cinématurgie de Paris, Pastorelly
  • Aux vertus qu'on exige dans un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent dignes d'être valets ? Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Barbier de Séville, I, 2
  • Où il n'y a point de maître, tout le monde est maître ; où tout le monde est maître, tout le monde est esclave. Jacques Bénigne Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l'Écriture Sainte
  • Rarement un valet dit du bien de son maître. Jean-François Collin d'Harleville, Les Châteaux en Espagne
  • Le temps est un grand maître, il règle bien des choses. Pierre Corneille, Sertorius, II, 4, Viriate
  • Quoi que fasse mon maître, il a toujours raison. Jean-François Casimir Delavigne, Louis XI
  • […] Sans dieux ni maîtres, ceux-là étant morts, ceux-ci n'étant pas encore nés, nous n'avons que notre jeunesse. Pierre Drieu La Rochelle, Mesure de la France, Grasset
  • L'argent […] est un bon serviteur et un mauvais maître. Alexandre Dumas dit Dumas fils, Préface de la Dame aux camélias
  • Les hommes veulent être esclaves quelque part, et puiser là de quoi dominer ailleurs. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De la cour
  • Il n'est, pour voir, que l'œil du maître. Jean de La Fontaine, Fables, l'Œil du maître
  • Les maîtres sont ceux qui nous montrent ce qui est possible dans l'ordre de l'impossible. Paul Valéry, Mélange, Gallimard
  • Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, I, 2 (traduction S. Couvreur)
  • Le Maître ne parlait pas des choses extraordinaires, ni des actes de violence, ni des troubles, ni des esprits. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, IV, 7 (traduction S. Couvreur)
  • Il n'est point de maître qui ne puisse être disciple. Baltasar Gracián y Morales, El criticón, III, 6
  • Ce que nous avons le plus à redouter, c'est la colère des maîtres et aussi leur affection. Aleksandr Sergueïevitch Griboïedov, Le Malheur d'avoir trop d'esprit, I, 2
  • Piètre disciple qui ne dépasse pas son maître. Léonard de Vinci, Carnets

Images d'illustration du mot « grand-maître »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grand-maître »

Langue Traduction
Anglais grand master
Espagnol gran maestro
Italien gran maestro
Allemand großmeister
Chinois 大师级
Arabe جراند ماستر
Portugais grande mestre
Russe великий мастер
Japonais グランドマスター
Basque maisu handia
Corse grand maestru
Source : Google Translate API
Partager