La langue française

Goître

Définitions du mot « goître »

Trésor de la Langue Française informatisé

GOÎTRE,(GOITRE, GOÎTRE) subst. masc.

A. − PATHOL. Tumeur grosse et spongieuse sur la partie antérieure du cou, entre la peau et la trachée-artère, formée par une augmentation du corps thyroïde. Les femmes sont en général plus sujettes aux goitres que les hommes (Ac.1835, 1878).L'une avait un goître comme la tête, suspendu dans un mouchoir de cotonnade bleu (Goncourt, Journal,1864, p. 53).Le goitre exophtalmique s'accompagne presque toujours de modifications dans l'état mental du sujet (Codet, Psych.,1908, p. 69).V. crétin ex. 1 :
On avait depuis longtemps soupçonné le rôle de l'eau de boisson dans la genèse du goitre endémique, très répandu dans certaines régions montagneuses comme le Valais suisse. Bariéty, Coury, Hist. méd.,1963, p. 742.
P. métaph. On trouvait partout des arbres gonflés d'abeilles, et des poches grésillantes pendaient, goitres noirs aux aisselles des chênes (La Varende, Sorcière,1954, p. 291).
B. − P. anal. Expansion membraneuse plus ou moins considérable qui pend à la partie inférieure du cou de certains sauriens, de certains oiseaux, etc. Ni les iguanes, ni les dragons n'ont aucun sac pareil [à celui du caméléon] quoiqu'on leur voie des goîtres à l'extérieur; mais ces proéminences n'ont pas de rapport aux organes de la voix (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 537).Ils [les petits du pélican] courent à leur père avec des cris de joie, En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux (Musset, Nuit mai,1835, p. 67).La surface de l'eau, trouée de petites têtes [de grenouilles] au goître blanc (Pergaud, De Goupil,1910, p. 167).
Rem. Qq. aut. emploient le mot au fig. ou p. métaph., p. allus. au goître endémique, souvent associé au crétinisme. Tous les critiques sont des ânes (...) Le public? un goître immense à trois étages de mentons (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 251). Il y aurait du goitre ou de la malice à supposer que ce que l'Église nomme une « vallée de larmes » est, au contraire, un endroit lumineux et confortable (Bloy, Journal, 1895, p. 188).
Prononc. et Orth : [gwɑ:tʀ ̥], [-a:-]. Ds Ac. dep. 1694. Ac. 1694-1740 et, de nouv., dep. 1878 goitre; Ac. 1762-1835 -î-, v. aussi Littré. Étymol. et Hist. 1492 goyetre (N. Prevost, La Cirurgie de maistre Guillaume de Salicet, tr. 1, sommaire ds R. Ling. rom. t. 34, p. 181); 1552 goitre (Est. d'apr. FEW t. 4, p. 353b). Mot qui paraît originaire des parlers de la région rhodanienne (v. les formes ds Dur. no4560 et FEW t. 4, p. 353b), dér. régr. de l'a. fr. goitron (xiie-xives. ds T.-L. et Gdf.) « gorge, gosier », dér. d'un lat. pop. *gutturio, lui-même du lat. class. guttur « gorge, gosier ». Fréq. abs. littér. : 43.

Wiktionnaire

Nom commun

goître \ɡwatʁ\ masculin

  1. Variante orthographique de goitre.
    • Poumons noircis, dents avariées, bouches édentées, lésions à la gorge, goître proéminent… sont autant d’images que vous pourrez observer dès mercredi 20 avril sur votre paquet de cigarettes. — (« Les photos-choc arrivent mercredi sur les paquets de cigarettes » dans LaDépêche.fr le 18 avril 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOITRE. n. m.
T. de Médecine. Tumeur formée par une augmentation du corps thyroïde au-devant de la trachée-artère et du larynx et qui déforme le cou. Le goitre est endémique dans certaines vallées des Alpes.

Littré (1872-1877)

GOÎTRE (goi-tr') s. m.
  • 1Tumeur qui se développe au devant de la gorge dans le corps thyréoïde. Elle avait le cou long [la duchesse de Bourgogne] avec un soupçon de goître qui ne lui seyait point mal, Saint-Simon, 321, 194.
  • 2 Terme de zoologie. Expansion cutanée qui pend sous le cou de plusieurs reptiles sauriens.

REMARQUE

Pourquoi l'Académie met-elle un circonflexe sur goître et goîtreux ? Rien n'exige ni n'explique cet accent.

HISTORIQUE

XVIe s. Gongrona signifie ce qu'on dit en françois gouetre ou gouetron, Paré, VI, 9. Les escrouelles en Espagne, le gouetron en Savoye, Paré, XXIV, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « goître »

Lat. guttur, gosier, gorge. L'ancien français disait goitron au sens de gosier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « goître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
goître gɔitr

Traductions du mot « goître »

Langue Traduction
Anglais goitre
Espagnol coto
Italien gozzo
Allemand kropf
Chinois 甲状腺肿
Arabe تضخم الغدة الدرقية
Portugais bócio
Russe зоб
Japonais goitre
Basque goitre
Corse goitre
Source : Google Translate API

Goître

Retour au sommaire ➦

Partager