La langue française

Germanophobie

Définitions du mot « germanophobie »

Trésor de la Langue Française informatisé

germanophobie , subst. fém.« Haine à l'égard de l'Allemagne, des Allemands ». Ces pétainistes-là se rachetaient du moins par une germanophobie sincère (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 136)

Trésor de la Langue Française informatisé

germanophobie , subst. fém.« Haine à l'égard de l'Allemagne, des Allemands ». Ces pétainistes-là se rachetaient du moins par une germanophobie sincère (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 136)

Wiktionnaire

Nom commun

germanophobie féminin

  1. Haine des Allemands.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « germanophobie »

De germain - allemand, et de phobie - peur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « germanophobie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
germanophobie ʒɛrmanɔfɔbi

Évolution historique de l’usage du mot « germanophobie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « germanophobie »

  • Attention, il ne faut pas tomber dans la germanophobie la plus primaire en suivant les souverainistes sans scrupule, comme Florian Philippot, dans leur dénonciation du comportement allemand. Si l’Institut Pasteur avait déclaré le Bade Wurtemberg ou la Rhénanie Palatinat comme « zones rouges » de contamination, la France aurait très certainement fermé sans coup férir la frontière. Le Taurillon, France – Allemagne, le tandem difficile - Le Taurillon
  • La droite n'est pas exempte de germanophobie: Nicolas Sarkozy se félicitait par exemple en 2007 que la France, elle, n'ait «jamais cédé à la tentation totalitaire (…) ni commis de crime contre l'humanité ou de génocide» (suivez mon regard). Mais Georges Valance estime que la germanophobie est, pour l'essentiel, un réflexe de la gauche: Slate.fr, En France, la germanophobie fête ses neuf siècles d'existence | Slate.fr
  • En premier lieu, les eurodéputés allemands sont actuellement 96, soit 12,8% de l’ensemble des députés au Parlement européen tandis que la population allemande représente 16,2% de la population de l’Union. La place des Allemands dans l’une des trois instances de l’UE est représentative de leur population pour une répartition équilibré de tous les citoyens, pas une hégémonie d’un groupe national. Mais pour le savoir, il faudrait s’intéresser au fonctionnement de l’Union européenne sans n’y chercher que les preuves pour confirmer sa germanophobie. Le plus important, c’est que l’Allemagne ne représente qu’une voix sur vingt-huit au Conseil. Jean-Luc Mélenchon et Bastien Lachaud ne font pas qu’accuser les Allemands de monopoliser tous les postes, ils n’ont pas l’honnêteté de regarder au-delà de leur discours xénophobe et de prendre en considération les autres pays de l’Europe. En ne ciblant que le couple franco-allemand, ils mettent de côté le fondement même de l’Union européenne à savoir une juste représentation des pays et leur égalité au sein de l’instance la plus importante de l’UE. Le Taurillon, Carton rouge à Jean-Luc Mélenchon pour sa germanophobie d'un autre temps - Le Taurillon
  • Après la réconciliation et le traité de l'Élysée qui marque la naissance du couple franco-allemand en 1963, la germanophobie reflue, mais les vieux stéréotypes peuvent vite revenir au galop, tel Georges Marchais fustigeant en 1968 "l'anarchiste allemand Cohn-Bendit". C'est surtout la réunification allemande, puis la crise économique qui relancent les craintes d'une hégémonie germanique. Si la France n'en est pas à mêler drapeaux nazis et allemands comme dans les rues d'Athènes en 2012, la germanophobie guette toujours quand Arnaud Montebourg compare la chancelière à Bismarck ou que Jean-Luc Mélenchon explique le plus sérieusement du monde que "personne n'a envie d'être allemand". Le Point, Pourquoi nous détestons les Allemands - Le Point
  • Certes, on pourrait utiliser une tactique fréquente pour délégitimer les auteurs critiques juifs visant des politiques israéliennes et dire que ces Allemands souffrent de "haine de soi". La réduction des oppositions politiques à des phénomènes psychologiques permet de faire passer le débat politique à la sphère morale et psychologique et donc de faire taire les oppositions. Le mot "phobie" est un facilitateur de ce genre de tour de passe-passe. Si vous utilisez le mot "diktat" comme DSK, peu connu jusqu'ici pour sa germanophobie, ou Varoufakis alors vous êtes germanophobe, même si vous rappelez que l'Allemagne elle même a souffert d'un diktat après la Première Guerre mondiale. Vos qualités d'analyste sont abolies et vous êtes réduit à vous défendre contre une faute morale: la xénophobie. Le HuffPost, Germanophobie, germanophilie et hystérie | Le HuffPost
  • Pour les noces d'or du couple franco-allemand et le cinquantième anniversaire du Traité de l'Élysée, célébrés en début d'année, on repassera! La preuve avec Bruno Le Maire, dimanche, pour qui "le PS véhicule une germanophobie insupportable". Rebelote ce lundi matin quand, dans un communiqué d'union, Jean-François Copé et François Fillon pointaient, "la responsabilité" de Hollande dans la "dégradation de la relation franco-allemande". "Non aux dérives germanophobes," vitupère Jean-Louis Borloo dans une lettre ouverte adressée à Hollande et Merkel publiée par Le Monde cet après-midi. Le Huffington Post, Les Français sont-ils germanophobes ? | Le Huffington Post LIFE
  • Après guerre, la veine s’épuise –et pour cause. La France des «gueules cassées» et des veuves est désormais pacifiste. Dans le roman d’espionnage, l’URSS s’impose peu à peu. Après 1945, l’ennemi héréditaire est affaibli. La germanophobie est apaisée, à l’image du mot célèbre de Mauriac: Slate.fr, Germanophobie: le retour des revanchards | Slate.fr
  • La France n’a pas connu une telle vague germanophobe, même s’il lui arrive de céder à la tentation, ainsi lorsque des membres du gouvernement et des responsables du Parti socialiste « déclarent la guerre » à l’Allemagne, comme l’a titré le quotidien Libération au mois de mai 2013. Aujourd’hui en France, la germanophobie est plus une affaire d’élites – de gauche – qu’une préoccupation populaire. Atlantico.fr, La France est-elle encore germanophobe ? | Atlantico.fr
  • Il faut reconnaître au président de la République un talent certain de négociateur. Grace à l’appui de ses soutiens, il n’hésite pas à avoir des positions très fermes. Il le fait d’autant plus qu’il porte celles-ci au nom d’un discours pro-européen, ce qui lui permet de neutraliser les critiques qui l’auraient dépeint en nationaliste, même si celles-ci ont fini par se manifester avec le récent procès en germanophobie qui lui a été fait. Voici l’heure du « et en même temps » au niveau européen. D’un côté, Emmanuel Macron clame son amour du projet européen contre les affreux populistes, de l’autre, il cherche à développer un modèle de souveraineté européenne en réalité calqué sur le modèle français de souveraineté afin de neutraliser la demande de protection contre les dégâts de la mondialisation. Fort de son héritage chevènementiste tiédit et de ses imitations gaulliennes, Emmanuel Macron voit l’Europe comme une France en grand. Le Vent Se Lève, L’Empire allemand vacille mais ne tombe pas

Traductions du mot « germanophobie »

Langue Traduction
Anglais germanophobia
Espagnol germanofobia
Italien germanofobia
Allemand deutschfeindlichkeit
Chinois 恐惧症
Arabe جرمانوفوبيا
Portugais germanofobia
Russe германофобия
Japonais ドイツ語恐怖症
Basque germanophobia
Corse germanofobia
Source : Google Translate API

Germanophobie

Retour au sommaire ➦

Partager