La langue française

Génésiaque

Définitions du mot « génésiaque »

Trésor de la Langue Française informatisé

GÉNÉSIAQUE, adj.

A. − Qui appartient au livre de la Genèse. Personnages génésiaques. Pour qui comprenait le mythe génésiaque, ce mythe renfermait implicitement la promesse d'une humanité sauvée par un progrès dans la connaissance, après avoir été perdue par un premier progrès dans la connaissance (P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840, p. 551).Les lecteurs grecs de la Genèse savaient que les benê ha-elohîm désignaient ailleurs les anges de Dieu, ils ont donné ce sens à cette expression du récit génésiaque (Dict. théol. cath.t. 4, 1repart. 1920, p. 327).
B. − Relatif à la genèse de quelque chose. Le dix-neuvième siècle est à mes yeux une ère génésiaque, dans laquelle des principes nouveaux s'élaborent (Proudhon, Propriété?1840, p. 122).
Rem. On relève un emploi de génésiaque au sens de génésique. Il en vint à citer divers cas d'aberrations du sens génésiaque (A. France, Orme, 1897, p. 211).
Prononc. et Orth. : [ʒenezjak]. Littré écrit genésiaque qu'il transcrit : je-né-zi-a-k'. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1834 « relatif à la Genèse » (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, p. 192 : la création génésiaque); 2. p. ext. 1840 (Proudhon, loc. cit. ). Empr. au b. lat.genesiacus « relatif à la naissance », empr. au gr. γ ε ν ε σ ι α κ ο ́ ς (Liddell-Scott). Fréq. abs. littér. : 14.

Wiktionnaire

Adjectif

génésiaque \ʒe.ne.zjak\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Qui est relatif à la Genèse.
    • Enfin, et c'est la meilleure réponse, le récit génésiaque sur l'œuvre du quatrième jour ne parle pas de la production du soleil et des étoiles ; la Genèse ne nous force point d'admettre que les étoiles n'aient été formées ou créées que le quatrième jour. — (Franz Heinrich Reusch, La Bible et la Nature: Leçons sur l'histoire biblique de la Création, traduit par l'abbé Xavier Hertel, Paris : chez Gaules frères & J. Duprey, 1867, p. 182)
  2. (Didactique) Qui participe à une génèse.
    • Pour se faire une idée des phénomènes cités ci-dessus, nous pourrions recourir à la théorie de la genèse, comme Beyerinck l'a fait: les éléments génésiaques sont les représentants des qualités perceptibles des êtres vivants. On peut les imaginer le mieux comme faisant partie du protoplasme ou de la nucléole. — (Bulletin de l'Association des diplômés de microbiologie de la Faculté de pharmacie de Nancy, Sociéte d'impressions typographiques, 1946, n° 26-27, p. 24)
    • Mais, à notre avis, l'homme qui, chez nous, ne verrait pas, dans les faits accomplis de cette grande période génésiaque, autre chose que ce qu’y ont vu les auteurs païens, et qui ne ferait que les traduire en les copiant, ou les copier en les traduisant, celui-là n’écrirait pas, comme eux, dans l'obscurité : celui-là serait un aveugle. — (Alexandre Dumas, Les grands hommes en robe de chambre: César, Michel Lévy frères, 1866, vol. 2, p. 304)
    • L'espérance et la foi littéraires me manquent. Le XIXe siècle est à mes yeux une ère génésiaque, dans laquelle des principes nouveaux s'élaborent, mais où rien de ce qui s'écrit ne durera. — (Pierre-Joseph Proudhon, Qu'est-ce que la propriété? ou: Recherches sur le principe du droit et du gouvernement, Paris : chez Garnier frères, 1849 , p. IX)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GÉNÉSIAQUE. adj. des deux genres
. Qui est relatif à la Genèse. Les jours génésiaques.

Étymologie de « génésiaque »

(Date à préciser) Du latin genesiacus → voir généthliaque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « génésiaque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
génésiaque ʒenesjak

Évolution historique de l’usage du mot « génésiaque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « génésiaque »

  • Voilà un corps sec et nu, assis, l’œil fixé sur l’une des pages d’un livre dont nous ignorons le titre. Un miroir à sa droite, des murs en pierres apparentes, une fenêtre donnant sur une nuit d’automne. L’auteur de cette photographie, l’une des dernières du poète en vie, a 25 ans – moitié moins que son modèle. Pasolini s’apprête à présenter la traduction de son recueil les Cendres de Gramsci à Stockholm – il a, en cette année 1975, achevé de monter Salò ou les 120 journées de Sodome, fait part de la nécessité d’intenter un procès aux autorités démocrates-chrétiennes italiennes et promu l’abolition de la télévision. Cette image est fragment d’une série en noir et blanc : Pasolini se déplace, passant du siège au lit, s’allongeant, se redressant, franc mammifère en sursis, fins muscles saillants, sexe délesté de sa honte génésiaque. Peut-être ne lit-il pas vraiment, sans doute laisse-t-il flotter son regard, offrant seulement sa solitude à l’objectif – l’ampoule trace un cercle imparfait sur la pierre ; l’ombre cerne la gueule combien creusée du cinéaste. L'Humanité, Poètes dans la cité (1/8). Pier Paolo Pasolini, « soldat sans solde » | L'Humanité
  • C’est en partant de l’analyse du célèbre verset génésiaque « emplissez la terre et soumettez-la » que Lynn White Jr, lui-même chrétien presbytérien, avait formulé ses soupçons à l’égard de la « mentalité judéo-chrétienne ». Son article « Les racines historiques de notre crise écologique », paru en 1967 dans la revue Science, fait référence pour toute une génération d’écologistes. La Croix, Église et écologie, histoire d’une prise de conscience
  • Le Conseil de sécurité de l’Environnement que Royal jette en l’air aiderait indubitablement des milliards de consciences à saisir le principal enjeu des COProducteurs du siècle 21 que seraient les rouages vivants d’une politique dont la flamme se ranimerait d’un coup et, par voie de conséquence, à s’en saisir comme du pouvoir ultime par excellence, un truc génésiaque, impeccablement déroutant, clouant le bec aux basses béatitudes, capable de fournir aux existences précaires un bouclier bien plus résistant contre l’abrutissement qui les guette que ce ratage cuisant par lequel se traduit toute entreprise de semi-déification. Qu’elle nous permette d’y ajouter en corollaire la création d’un Conseil de surveillance infraconscient doté du pouvoir de révoquer tout membre permanent du Conseil de sécurité au carré qui utiliserait son droit de veto pour violer le serment qu’on lui aurait fait prêter devant la Terre : ceux qui la peuplent comme ceux qui la dépeuplent. La Règle du Jeu, Maria de França, Ségolène Royal : il faut résister face aux dirigeants tonitruants qui ne respectent pas l’Accord de Paris - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Autant le droit d’asile ne sera jamais bafoué par l’État qui le fonde ou qu’il fonde, autant l’immigration économique n’aurait pas dû se laisser détourner de l’axe de redressement civilisationnel de l’Europe, sa vocation initiale étant de faire reculer la pauvreté dans les pays dont elle contribuait à accroître les richesses, en vue d’y asphyxier les résurgences barbares. L’atrophie des pays développés ne profiterait à personne. Le déclin des élites mondiales nous déliterait tous. Partant, le progrès doit être appréhendé comme une mission toute proche de la Raison, laquelle mission s’accomplit par propagation. Les découvertes qu’effectue un nobélisable appartiennent à l’humanité toute entière, de par un phénomène de possession réciproque proportionnel au spectre qu’elles recouvrent. Le terrain des inégalités se limite donc aux facultés intellectuelles, et c’est heureux, enfin… façon de parler! car au fond, quelle emprise pouvons-nous bien exercer sur un état spatio-temporaire chevillé à l’état de nature? L’humain mériterait-il de conserver son titre génésiaque s’il perdait cette instinctuelle naïveté, qui va pousser les parents d’un petit cancéreux à démonter leur hutte en bois pour en faire un radeau de fortune que le plus grand chirurgien de la planète zoomera à la jumelle, accoudé au bastingage d’un paquebot de croisière. Le partage des connaissances est donc la clé. Les difficultés que rencontrent les puissances les plus avancées lorsqu’elles songent à étendre leur propre couverture maladie, nous obligent à accentuer la coopération avec les pays d’origine desdits touristes médicaux, que ce soit dans les domaines de la formation des médecins, de l’équipement des hôpitaux, ou de la libre circulation des médicaments. Enfin, puisqu’il faut aborder le cas des petits veinards qui, au moment où ils vont s’entasser dans une embarcation de fortune, sautent le pas l’esprit sain dans un corps sain, la maladie grave qui ne dit pas son nom bien qu’elle les conduise à risquer leur vie pour le pire des mondes (à l’exception de tous les autres) dans l’espoir d’y jouir d’un système social censé les prémunir contre Ebola, la famine et la guerre, cette maladie institutionnelle de la misère systémique que ces zones de vulnérabilité induisent, mérite aussi la mise en place d’une coopération éducative passant nécessairement par l’égalité des droits entre les hommes et des femmes qui ne sont pas réductibles à leur ventre fécond. La femme africaine n’est pas un moule à miséreux. On ne doit plus l’entraîner à affamer l’Afrique. La Règle du Jeu, Bernard-Henri Lévy, Matteo Salvini, entre être et néant - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Car, au-delà de l'esthétique, l'essentiel reste la musique, non pas tant extrême, mais intense, car physique, puissante, qui saisit le corps et porte une réelle force d'évocation. Ce que le Hellfest a encore rappelé, dans toute la diversité des genres : du son magmatique et génésiaque de Gojira, Cult of Luna ou Yob aux atmosphères psychédéliques de My Sleeping Karma ; de la pompe de Kiss à l'extrême violence de formations de death metal ; de l'épique au festif, en passant par l'appropriation de traditions anciennes (nordique, avec les Français de Skáld ; aztèque, avec les Mexicains de Cemican – deux révélations de cette édition). Sans oublier le comique absurde avec Ultra Vomit, maîtres en private jokes métalleuses, capables de faire danser La Chenille, jouée à la façon brutale de Cannibal Corpse. Marianne, Hellfest Festival 2019 : trois jours au Disneyland de l'enfer

Traductions du mot « génésiaque »

Langue Traduction
Anglais genesiac
Espagnol genesiac
Italien genesiac
Allemand genial
Chinois 成因
Arabe جيني
Portugais genesia
Russe genesiac
Japonais ジェネシアック
Basque genesiac
Corse genesiac
Source : Google Translate API

Synonymes de « génésiaque »

Source : synonymes de génésiaque sur lebonsynonyme.fr

Génésiaque

Retour au sommaire ➦

Partager