La langue française

Gaufrure

Définitions du mot « gaufrure »

Trésor de la Langue Française informatisé

GAUFRURE, subst. fém.

TECHNOL. Empreinte, relief donné à une matière en la gaufrant. Dans leur carton opaque [des abat-jour], des gaufrures savantes et des crevés laissaient passer des onglets de lumière à travers des papiers très minces et diversement colorés (Gide, Si le grain,1924, p. 462).
P. anal. et au fig. Le sarment exfolié et fendillé; toutes les moires et toutes les gauffrures que l'approche de l'automne dessine sur les pampres, rien n'y manquait [à un tableau] (Gautierds Revue de Paris, t. 2, 1842, p. 262).Julie était infiniment plus jolie que Lucile; elle avait les yeux bleus caressants et des cheveux bruns à gaufrures ou à grandes ondes (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 151).
Prononc. et Orth. : [gofʀy:ʀ]. Ds Ac. dep. 1694; de 1694 à 1740 avec 2 f (v. aussi Gautier, loc. cit.). Étymol. et Hist. xves. « apprêt, empreinte résultant du gaufrage » (O. de La Marche, Mémoires, éd. Beaune et d'Arbaumont, V, 132). Dér. du rad de gaufrer*; suff. -ure*.

Wiktionnaire

Nom commun

gaufrure \ɡo.fʁyʁ\ féminin

  1. Empreinte que l’on met sur une étoffe en la gaufrant.
    • La gaufrure de ce velours n’est pas jolie.
    • Il entra dans une vaste pièce où quatre fenêtres aspiraient la clarté. Elle était tapissée de carton à gaufrures et, devant la toile cirée blanche, jonchée de fleurs bleues, qui couvrait une longue table, Jean eut un sentiment de fraîcheur et de gaieté. — (Joseph Kessel, L’équipage, Gallimard, 1969, page 22)
  2. Façon que l’on donne aux fleurs artificielles.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAUFRURE. n. f.
Empreinte que l'on met sur une étoffe en la gaufrant. La gaufrure de ce velours n'est pas jolie. Il signifie encore Façon que l'on donne aux fleurs artificielles.

Littré (1872-1877)

GAUFRURE (gô-fru-r') s. f.
  • Empreinte que l'on fait sur une étoffe en la gaufrant.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GAUFRURE de carton pour Ecrans, Boîtes à poudre, soit de toilette ou autres, Portefeuilles, Bonnets, couvertures de Livres ou d’Almanachs, &c. papier d’Eventails, &c. dorés ou argentés. Pour gaufrer le carton, on se sert de moules ou de bois, ou de corne, ou d’autres matieres ; il faut graver le dessein en creux & en dépouille sur la planche ; que les portées plates soient comme imperceptiblement arrondies ou adoucies sur les bords, afin qu’il ne s’y trouve point d’angles ou de vives arêtes qui puissent casser ou couper le carton en le gaufrant. La planche C est en cet état ; si elle est petite, elle pourra entrer dans une autre planche B de même épaisseur, troüée à queue d’aronde, & terminée de la même maniere, pour qu’on la puisse placer dans une entaille, qui a en profondeur l’épaisseur de cette planche, & qui est pratiquée dans une table de presse d’imprimeur en taille-douce. Voyez les figures, Planche de la gaufrure de carton, figures 1. 2. & 3. A, B, C, l’on ajustera la planche gravée C dans la planche B, & cette derniere avec l’autre dans l’entaille A de la table, qu’on placera entre les rouleaux de la presse, à environ demi-pié du bout ou de l’entrée de la table, avec deux ou trois langes tout prêts, relevés sur le rouleau, & destinés à la même fonction que ceux de l’imprimeur en taille-douce, qui va tirer une planche de cuivre. Avec ces précautions, l’on aura des cartons unis blancs, & point trop épais ; avec une éponge trempée dans l’eau, on les mouillera par l’envers ; & lorsqu’ils paroîtront un peu moites, on en prendra un que l’on posera sur la planche gravée C ; on rabattra les langes dessus, & on passera le tout sous la presse entre ses rouleaux ; puis ayant de l’autre côté relevé les langes & le carton, l’on trouvera ce carton gaufré de tout le dessein de la gravure en relief dessus : on l’ôtera & on le laissera sécher sur une table. L’on comprend qu’il faut que la presse soit garnie à-propos pour faire cette opération. Voyez, fig. 4. la planche gravée, & celle dans laquelle elle se place, montées & mises toutes les deux dans l’entaille de la table, où l’on fait entrer par le côté la grande planche B.

Si l’on veut que le carton soit doré ou argenté, il faut avoir du papier doré ou argenté tout uni d’Allemagne, le coller sur le carton, & sur le champ, même avant que l’or ou l’argent se détache à cause de l’humidité, mettre le carton sur la planche gravée, le passer aussi-tôt sous la presse, lever promptement, & mettre à plat sécher, comme on a dit ci-dessus. Mais si l’on veut que la dorure ne se verdegrise pas & puisse se garder ; au lieu de papier uni d’Allemagne qui n’est que cuivré, il faut sur une feuille de papier jaune que l’on aura collée sur le carton & laissé sécher, y coucher un mordant, soit de gomme claire, d’adragant, arabique ou autre, y appliquer de l’or en feuille, faire bien sécher, humecter legerement par l’envers, mettre sur le champ du bon côté sur la planche, passer sous la presse, & l’ôtant ensuite promptement, de peur que l’or ne quitte & ne s’attache au creux de la planche. Si l’on veut mettre or & argent ensemble, or au fond & argent aux fleurs & bordures, l’on piquera un patron exact des places où l’en veut de l’argent ; l’on poncera ce patron sur le carton doré, & l’on couchera dans ces places avec le pinceau un mordant, qu’on laissera sécher ; après quoi on y appliquera l’argent en feuille ; on laissera sécher ; l’on humectera avec l’éponge le derriere du carton ; on le posera sur la planche gravée ; on le passera sous la presse, & on retirera aussi-tôt.

Pour éventails, écrans, ou autres ouvrages gaufrés, à fleurs d’or & fond d’argent, ou à fleurs d’argent & fond d’or, il faut avoir deux moules ou planches gravées en bois, à rentrées bien justes du même dessein, dont l’une ait les fleurs mates & de relief, & l’autre le fond mate & pareillement de relief, & imprimer sur du papier ce dessein en or & en argent moulu, avec les balles & le rouleau, comme on imprime les papiers de tapisserie. Voyez Papier de Tapisserie. Ces impressions étant seches, l’on collera le papier sur le carton, & aussitôt on le posera par l’endroit de la dorure & argenture sur une autre planche gravée comme en C, du même dessein que les autres planches, mais les fleurs creusées & en dépouille, & placées dans celle marquée B ; puis les langes rabattus sur le tout, on passera sous la presse, & l’on gaufrera le carton, que l’on retirera promptement pour le mettre sécher. Si l’on vouloit épargner, ne point employer d’or, & cependant avoir une gaufrure d’or & d’argent, il ne faudroit que passer sous la presse avec cette troisieme planche seulement, le carton sur lequel l’on auroit collé du papier d’argent fin d’Allemagne, le gaufrer ; & lorsqu’il seroit sec, mettre avec le pinceau sur les fleurs ou l’or, le fond qu’on voudroit qui parût or, une couche de vernis fait avec la terra merita, & l’argent paroîtra-là aussi beau & de la même couleur que l’or.

Pour des écrans gaufrés des deux côtés & d’un même tour de presse, voici comment M. Papillon pere s’y prenoit. Il gravoit deux planches en creux & de dépouille de desseins différens, faits néanmoins de façon que ce qui étoit de relief & mate à l’une de ces planches & servoit de fond, étoit opposé aux parties du dessein creusées dans l’autre planche, afin que les planches posées l’une sur l’autre bien juste, gravure contre gravure, & le carton entr’elles, elles pussent sans se nuire le gaufrer des deux côtés. Et sur une planche unie comme en B, fig. 2. il avoit percé des trous chantournés en forme d’écrou. Il plaçoit d’abord dans chaque trou une planche, fig. 6. la gravure en-dessus ; il en avoit quatre à cet effet pour creuser avec plus de célérité deux écrans à-la-fois ; ses cartons étoient chantournés de même forme, dorés & argentés ; il les colloit deux ensemble par l’envers, & tandis qu’ils étoient moites de cette collure, il les portoit sur ces planches gravées, déjà mises dans les trous ; & par-dessus il plaçoit les autres planches, la gravure du côté du carton ; & ces planches & les autres ne passoient pas la superficie & le plan de la grande planche troüée : alors les langes rabattus, il passoit le tout sous la presse comme ci-dessus, & le carton pressé entre deux planches se trouvoit gaufré des deux côtés ; il levoit promptement, crainte que l’or & l’argent ne se détachassent. Il faisoit sécher. Il ne restoit qu’à border au pinceau avec de l’or moulu, & mettre les bâtons. Il prenoit à cet effet des cartons bien minces ou à boutonnieres, afin que deux collés ensemble ne fussent pas trop durs à gaufrer.

Nous avons fait encore des écrans qui n’étoient gaufrés que d’un côté, mais avoient au milieu une estampe qui s’imprimoit du même tour de presse ou de rouleau, en même tems que la gaufrure se faisoit. Pour ce travail, les planches gravées, pour les gaufrer, étoient précisément de l’épaisseur de la grande planche B, fig. 5. & au milieu de ces planches il y avoit un creux fait exprès, à pouvoir mettre la planche de cuivre destinée à imprimer l’estampe ou passe-partout, comme en D, fig. 7. On encroit cette planche de cuivre, on l’essuyoit bien, & on la mettoit dans la planche de bois à gaufrer, placée dans la grande planche B, comme il est représenté en E, fig. 8. puis le carton humecté par l’envers & posé sur le tout ; la place de l’estampe non-dorée & laissée blanche, on passoit sous la presse, & la gaufrure & l’impression en taille-douce se faisoient en même tems & du même tour de moulinet ou croisée de la presse.

Ces manieres de gaufrer le carton sont plus expéditives & beaucoup moins fatigantes que celles de le gaufrer par le frottement avec la dent de loup ou de sanglier, sur le moule de corne, comme se poussent les couvertures d’almanachs dont l’on parlera bientôt. Pour ces couvertures il seroit facile en troüant & creusant à cet effet la planche à queue d’aronde B, d’y mettre demi-douzaine de moules, soit de bois ou de corne, lesquels gaufreroient autant de couvertures d’almanachs ou autre chose, comme boîtes, portefeuilles, &c.

Si l’on vouloit faire des éventails, écrans ou autre chose à fleurs d’or & fond de couleur comme les couvertures de livres, il faudroit que les planches fussent de cuivre jaune, épaisses de demi-pouce au moins, & évidées dans les champs, soit en y laissant mordre l’eau-forte, soit en échopant avec de forts & larges burins ; & que les mates de fleurs & de figures en relief fussent gravées & ombrées avec le burin : & pour accélérer l’ouvrage, il seroit à-propos d’en avoir deux, afin que tandis qu’une passeroit sous la presse avec la feuille d’éventail ou d’écran, &c. l’autre pût chauffer. En suivant cette manœuvre, l’on dore premierement à l’eau froide le papier que l’on veut gaufrer, appliquant les feuilles d’or en plein par tout, par dessus la couleur du papier ; & quand le papier est un peu sec ainsi que l’or, la planche de cuivre un peu chaude & placée dans la table entaillée en A, fig. prem. le papier mis sur cette planche du côté de la dorure, les langes rabattus dessus, & le tout passé sous la presse, l’impression de cette dorure est faite. Par-tout où le cuivre aura appuyé & marqué, l’or ou l’argent en feuille seront attachés au papier. Le verre séché peu après, s’épouste avec la patte de lievre, ou avec du coton, & quitte le papier ou le carton, ensorte qu’il ne reste dessus l’un ou l’autre que les fleurs & les figures, comme l’on voit aux papiers dorés d’Allemagne. Si l’on vouloit imprimer en même tems à ces sortes d’ouvrages, des estampes gravées à certains endroits, l’on creuseroit la planche de cuivre jaune, pour y placer celle de cuivre rouge & gravée au burm ; on l’encreroit, on l’essuyeroit, on le placeroit comme a été dit plus haut sur semblable opération, & l’on passeroit le tout ensemble sous la presse.

Quant à la maniere de gaufrer le carton avec les moules de corne, l’on fait graver de relief ou plûtôt ciseler le dessein, le plus proprement qu’il est possible : ayant amolli la corne, on tire avec cette corne le creux du dessein qu’on a fait ciseler, donnant environ demi-pouce d’épaisseur à ces moules ; puis aux quatre coins l’on met à force des pointes de laiton ou de fer, que l’on rive par dessous, comme il est représente fig. 9. pour servir de repaires ou de guides à tenir en respect le carton que l’on voudra gaufrer. Cela fait, le carton doré ou argenté, coupé & préparé de la grandeur un peu excédante du moule, on le place de maniere que les pointes du moule le fixent en le traversant ; l’endroit est tourné sur le moule, & tout de suite avec la dent pointue, emmanchée à pouvoir être commodément remuée, l’on frotte fermement le carton par-tout, appuyant & repassant souvent la dent où l’on voit que le carton fléchit & entre dans les creux du moule ; après quoi on le retire d’entre les pointes. Si par hasard l’on remarque quelques endroits de la gaufrure manqués, ou peu marqués, on replace le carton dans les pointes, aux endroits déjà troüés, on le refrotte où il est nécessaire, on le retire, & l’on en pousse un autre si l’on veut. C’est ainsi communément que se font les couvertures d’almanachs de carton doré & argenté, qui se vendent à Paris, que l’on enjolive, qu’on découpe, & auxquels on donne des fonds de couleur : si on les a gaufré en blanc, on peut les peindre à volonté, & les vernir ensuite. Pour faire quelque chose de plus riche, j’avois imaginé des couvertures dont le fond étoit de velours. Voici comme je les exécutois : j’avois un fer de relief de même forme que les masses du dessein des gaufrures de carton découpé dont je me servois ; je faisois chauffer ce fer assez pour qu’en le posant sur le velours que j’avois collé auparavant avec de la gomme ou colle-forte sur un carton mince, je brûlasse tout le poil du velours qu’il touchoit ; de sorte qu’il m’étoit facile ensuite de placer dessus ma couverture de carton doré, argenté & découpé, & d’y faire entrer &, pour ainsi dire, incruster le dessein. L’effet en étoit très-joli. Cet article est de M. Papillon, graveur en bois.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gaufrure »

 Dérivé de gaufre avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gaufrure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gaufrure gofryr

Évolution historique de l’usage du mot « gaufrure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gaufrure »

  • Mais c’est Audemars Piguet qui fait véritablement preuve de témérité en lançant sa Millenary avec seconde morte et remporte le prix en 2007. Pour mettre à l’honneur son nouvel échappement révolutionnaire, la manufacture du Brassus a créé une montre ovale surprenante. Son cadran entièrement ouvert avec affichages excentrés, ses aiguilles squelettes, son décor alternant côtes de Genève, fins sillons circulaires et gaufrure inscrivent l’avènement d’une esthétique tridimensionnelle qui va marquer durablement les codes de la Haute Horlogerie. , Le design horloger à travers le Grand Prix de Genève – FHH Journal

Images d'illustration du mot « gaufrure »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gaufrure »

Langue Traduction
Anglais embossing
Espagnol realce
Italien goffratura
Allemand prägung
Chinois 压纹
Arabe النقش
Portugais estampagem
Russe чеканка
Japonais エンボス
Basque embossing
Corse imbuscatura
Source : Google Translate API

Gaufrure

Retour au sommaire ➦

Partager