La langue française

Garnisaire

Sommaire

  • Définitions du mot garnisaire
  • Étymologie de « garnisaire »
  • Phonétique de « garnisaire »
  • Évolution historique de l’usage du mot « garnisaire »
  • Citations contenant le mot « garnisaire »
  • Traductions du mot « garnisaire »

Définitions du mot garnisaire

Trésor de la Langue Française informatisé

GARNISAIRE, subst. masc.

Vieilli. Agent qu'on établissait en garnison chez un débiteur pour garder les meubles saisis, chez les contribuables en retard pour les obliger à payer ou chez les parents d'un jeune homme qui ne s'était pas présenté à la conscription. Cherchez donc des garnisaires et des gendarmes pour contenir trois millions de contribuables! (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 301).Des colonnes mobiles fouillaient les bois à la recherche des réfractaires; les garnisaires s'installaient au foyer de la mère de l'insoumis (A. France, Vie littér.,1890, p. 179) :
Comme Dieu ne fait rien que par pauvre misère (...) Il fallut qu'elle vît pour son anniversaire, Les cadavres crevés que la Seine charrie, Et la source de grâce apparemment tarie, Et l'enfant et la femme aux mains du garnisaire. Péguy, Tapisserie SteGeneviève et J. d'Arc,1913, p. 65.
P. anal. Ennemi en tant qu'occupant du pays conquis. Pour livrer la France à des garnisaires du kaiser ou du tsar (Jaurès, Paix menacée,1914, p. 308).
REM.
Garnisonnaire, subst. masc. et adj.a) Subst. masc., synon. vx (d'apr. DG et Rob.). b) En appos. avec valeur d'adj. Fonctionnaire du quatorzième rang, nommé lors de sa retraite directeur garnisonnaire de la factorerie moscovite la plus avancée de la côte du Pacifique, le Komandier Igor Menckendorf, septuagénaire colossal, bombait la poitrine jusque la renverse (Morand, Folle amour.,1956, p. 9).
Prononc. et Orth. : [gaʀnizε:ʀ]. Ds Ac. 1835-1932. On relève ds la docum. la forme garnissaire notée comme impropre par J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813 et par Jullien, Lang. vicieux corr., 1853 (cf. L'Œuvre, 31 mai 1941). Étymol. et Hist. 1. 1784 jurispr. (Necker, Administration des Finances, t. 4, p. 278 ds Brunot t. 6, p. 496); 2. 1845 admin. (Besch.). Contraction de l'anc. subst. garnisonnaire « celui qu'on établit en garnison chez les débiteurs » (Trév. 1743-1771), lui-même dér. en -aire* de garnison « établissement de sergents chez les débiteurs » (v. garnison 3 β). Ce moyen d'exécution est très ancien, cf. 1260 mangeur (ds Gdf.), 1282 lat. médiév. comestores vel custodes (Du Cange, t. 2, p. 434c), 1283 garde (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. Am. Salmon, t. 2, p. 43), 1327 saisineur (ds Gdf.), 1372 mangeur et gasteur (Du Cange, loc. cit.), il a été aboli par la loi du 9 févr. 1877 (v. Lar. 20e). Fréq. abs. littér. : 11.

Wiktionnaire

Nom commun

garnisaire \ɡaʁ.ni.zɛʁ\[2] masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Celui qu’on établissait en garnison chez les contribuables en retard pour les obliger à payer, ou chez un débiteur pour garder les meubles saisis, ou chez les parents d’un jeune homme qui ne s’était pas présenté pour la conscription.
    • Cette grosse tour, servait de fort, et sur sa plate-forme veillaient des Beloutchis armés de lances, sorte de garnisaires fainéants et braillards. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, ch. 51, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • Il ne manqua pas de déserteurs en Lozère comme dans les autres départements. Pour les réduire au devoir, l'autorité employa d'abord les gendarmes, mais ceux-ci attrapèrent plus de coups que de soldats ; puis elle eut recourt aux garnisaires : on mettait des soldats en pension forcée chez les parents des conscrits réfractaires jusqu'à reddition de leur fils. — (J.-B. Delon, Histoire de Gévaudan-Lozère, Mende : Imprimerie Saint-Privat, 1941, page 121)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARNISAIRE. n. m.
Celui qu'on établissait en garnison chez les contribuables en retard pour les obliger à payer, ou chez un débiteur pour garder les meubles saisis, ou chez les parents d'un jeune homme qui ne s'était point présenté pour la conscription.

Littré (1872-1877)

GARNISAIRE (gar-ni-zê-r') s. m.
  • 1 Terme d'ancienne jurisprudence. Gardien qu'on établissait dans la maison d'un débiteur saisi.
  • 2Aujourd'hui, celui qu'on établit chez les contribuables en retard, pour les obliger à payer. Ceux [le parti royaliste sous la Restauration] qui haïssent tant le travail du dimanche veulent des traitements, envoient des garnisaires, augmentent le budget, Courier, Pétition pour les vill. qu'on empêche de danser.

    Il s'est dit aussi de soldats établis au domicile des parents dont le fils n'avait pas répondu à l'appel de la conscription.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « garnisaire »

(1784)[1] Dérivé de garnison avec le suffixe -aire, anciennement garnisonnaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Formé de garnir, sur le modèle de garnison. Le suffixe aire, ayant un sens passif (par exemple donataire), garnisaire signifie celui qui est mis en garnison.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « garnisaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garnisaire garnisɛr

Évolution historique de l’usage du mot « garnisaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garnisaire »

  • La ville de Fort-Gono où j’avais échoué apparaissait ainsi, précaire capitale de la Bragamance, entre mer et forêt, mais garnie, ornée cependant de tout ce qu’il faut de banques, de bordels, de cafés, de terrasses, et même d’un bureau de recrutement, pour en faire une petite métropole, sans oublier le square Faidherbe et le boulevard Bugeaud, pour la promenade, ensemble de bâtisses rutilantes au milieu des rugueuses falaises, farcies de larves et trépignées par des générations de garnisaires et d’administrateurs dératés. France Culture, Feuilletez "Voyage au bout de la nuit" avec les oreilles

Traductions du mot « garnisaire »

Langue Traduction
Anglais garnisaire
Espagnol garnisaire
Italien garnisaire
Allemand garnisaire
Chinois 加尼尔
Arabe غارنيزير
Portugais garnisaire
Russe garnisaire
Japonais ガーニセール
Basque garnisaire
Corse garnisaire
Source : Google Translate API
Partager