La langue française

Gallomane

Définitions du mot « gallomane »

Trésor de la Langue Française informatisé

gallomane , adj. et subst.« (Celui, celle) qui admire passionnément la France, les Français et qui les imite ». Un gallomane aussi enragé que l'abbé Galiani (L. Réau, L'Europe fr. au siècle des lumières, Paris, Albin Michel, 1938, p. 322).Petit-maître gallomane qui croit élégant de dire : « bonete de noche » (L. Réau, L'Europe fr. au siècle des lumières, Paris, Albin Michel, 1938p. 323).

Wiktionnaire

Nom commun

gallomane \ɡa.lɔ.man\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui admire avec excès la nation française, qui l'imite même dans ses travers.
    • On dit que même l'académicien Chichkov, qui pourtant ne manquait pas de s'emporter contre les gallomanes, ne pouvait se passer du français dans sa vie courante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

GALLOMANE (gal-lo-ma-n') s. m.
  • Celui, celle qui admire avec excès la nation française, qui l'imite même dans ses travers.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gallomane »

(Siècle à préciser) Composé de gallo- (« Gaulois », par extension « Français ») et -mane.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. Gallus, Gaulois, et μαίνειν, avoir folie de.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gallomane »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gallomane galɔman

Évolution historique de l’usage du mot « gallomane »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gallomane »

  • Il est temps de faire justice de certaines idées reçues. On oppose volontiers l’arabe, «vecteur de l’identité nationale», au français, «instrument d’aliénation». J"entends déjà les cris d'orfraie des tenants de l'arabisation à outrance contre un «nostalgique de la France coloniale». Je ne suis pas un gallomane, mais je m'insurge contre les conditions dans lesquelles a été instaurée cette arabisation alors que rien ne pressait. La langue française est très compliquée. Elle est en net recul dans le monde et même chez elle, cédant partout du terrain au profit de l'anglais. Mais elle fait partie de notre patrimoine. Pour reprendre la formule de Kateb Yacine, c'est notre butin de guerre. Nos aînés dont on ne peut pas douter de leur patriotisme ont été bien inspirés qui ont su en faire leur profit. C'est par le biais de la langue de Molière qu’une bonne part de nos élites s’est éveillée à la conscience politique, que leur sentiment d’appartenance à la communauté nationale s’est affermi, que leur esprit s’est formé au contact des écrits des philosophes des Lumières. Loin d'être un vecteur d'acculturation, elle a été une source d’enrichissement culturel, une ouverture sur le monde, d'autant plus qu'en face, on avait une langue arabe momifiée, prise en otage par les courants les plus rétrogrades,  Pour Jacques Berque, la langue arabe n’a pas les peuples qu’elle mérite. Langue des sciences par excellence jusqu’au IVe siècle de l’hégire, elle a été confinée depuis dans la poésie, l'étude du patrimoine et dans son statut de langue sacrée de l’islam. Ce n'est pas un hasard si les idées les plus rétrogrades passent mieux en arabe que dans aucune autre langue, si les islamistes se sentent plus à l'aise dans cette langue arabe qu'ils ont tranformée en forteresse inexpugnable à l'intérieur de laquelle ils se retranchaient pour garder intacte leur foi. Malgré des dizaines d’années d’exil en Angleterre ou en France, ils n’ont jamais cherché à apprendre la langue des pays d’accueil de crainte d'être pervertis par les idées qu'elle véhiculait ou même d'y perdre leur âme, leur identité arabo-musulmane, la fameuse (هوية) dont ils se gargarisent. Le cas de Hamadi Jebali est particulièrement parlant à cet égard: malgré ses huit années d’exil en France, il est incapable de construire une phrase en français et en est encore à se demander «comment on dit en français, le ras el mal est jaban». La même remarque vaut pour Ghannouchi comme pour la plupart des fondamentalistes tunisiens qui étaient en exil à l'étranger. Leaders, Tunisie : comment l'arabisation a fait le lit de l'extrêmisme religieux

Traductions du mot « gallomane »

Langue Traduction
Anglais gallomaniac
Espagnol galomaníaco
Italien francofilo
Allemand gallomane
Chinois 淫荡的
Arabe هوس
Portugais galómano
Russe галломан
Japonais ガロマニア
Basque gallomaniac
Corse gallomania
Source : Google Translate API

Gallomane

Retour au sommaire ➦

Partager