La langue française

Gallican, gallicane

Sommaire

  • Définitions du mot gallican, gallicane
  • Étymologie de « gallican »
  • Phonétique de « gallican »
  • Évolution historique de l’usage du mot « gallican »
  • Citations contenant le mot « gallican »
  • Traductions du mot « gallican »

Définitions du mot gallican, gallicane

Trésor de la Langue Française informatisé

GALLICAN, -ANE, adj. et subst.

RELIGION
A. − Adj. Qui est relatif, qui est propre à l'Église catholique française. Catholicisme, clergé, rite gallican; libertés gallicanes. Ce qui devint peu à peu persécution du protestantisme s'apparente étroitement aux conflits avec la papauté, conflits qui aboutirent à la fameuse déclaration des droits de l'Église gallicane, en 1682, tandis que la révocation est de 1685 (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1294, p. 232).
B. − Subst. et adj. (Qui est) partisan des libertés de l'Église de France. Anton. ultramontain.Le catholicisme bâtard et dégénéré des gallicans (Lamennaisds L'Avenir,1831, p. 134).
REM.
Gallicanement, adv.Du point de vue de l'Église gallicane. Il y eut des mandements d'archevêques et d'évêques, et même un bref du pape Clément IX, lancés contre cette version; mais tout cela irrégulier, plus ou moins contestable, gallicanement parlant (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 357).
Prononc. et Orth. : [galikɑ ̃], fém. [-kan]. [ll] ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Littré, DG, Passy 1914, Warn. 1968; [l] ds Lar. Lang. fr.; [l] ou [ll] ds Pt Rob. Ds Ac. dep. 1694 [de 1694-1835 (adj.); ds 1878 et 1932 (subst.)]. Étymol. et Hist. 1294 adj. gallikan (Mir. de St Éloi, éd. Peigné-Delacourt, XXXII, p. 63). Empr. au lat. médiév.gallicanus « français » (ca 730 ds Latham), class. « gaulois », dér. de gallicus « id. » de Gallia « Gaule ». Fréq. abs. littér. : 137.

Wiktionnaire

Adjectif

gallican

  1. Qui concerne l’Église catholique française.
    • Il y déclare en effet, avec les docteurs gallicans, que l'Église primitive ne reconnaissait nullement la suprématie et l'infaillibilité du Saint-Siège, et que ces doctrines ultramontaines constituent des nouveautés dangereuses, exclusivement fondées sur les fausses décrétales. — (Stéphen Leroy, « L'assemblée du district de Sedan et son bureau intermédiaire », dans La Révolution française : revue d'histoire moderne et contemporaine, publiée par la Société de l'histoire de la Révolution française, Paris, 1893, vol.24, page 532)
  2. Qui prône la limitation du pouvoir temporel du pape sur les États et les églises.
    • […] : quant aux ecclésiastiques, pour peu qu'ils fussent jansénistes, (ce qui était, pour la plupart, le maximum de la raison), il était naturel qu'ils portassent aux nues l’antagoniste de Boniface VIII, et le héros des libertés gallicanes. — (Philippe-Antoine Grouvelle, Mémoires historiques sur les Templiers, Paris : chez F. Buisson, an XIII (1805), p. 144)
    • L'ultra-montanisme y fait de jour en jour des progrés; […]. Les magistrats dorment, et laissent un libre cours à tous les ouvrages qui l'enseignent (à toutes les Missions Jesuitiques, fanatiques, kakistocratiques). Si quelque jour on veut remettre en honneur les libertés gallicanes, on ne le pourra sans éprouver une forte résistance. — (Christian Friedrich Albert Schott, Voß und Stolberg oder der Kampf des Zeitalters zwischen Licht und Verdunklung, Stuttgart : chez J. B. Messlerschen, 1820, p. 384, qui cite là, en français, la "mise en garde d'un Français antirévolutionnaire" qui n'est pas nommé.)
    • En dépit des vives critiques de l'extrême gauche antireligieuse, des inquiétudes des radicaux gallicans et des insultes de Clemenceau traitant Jaurès de « socialo-papalin » et de « laïque en peau de lapin », l'article 4 amendé est adopté le 26 avril par 482 voix contre 52. — (Jean-Paul Scot, Jaurès et le réformisme révolutionnaire, éd. du Seuil, 2014)

Nom commun

gallican \ɡa.li.kɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : gallicane)

  1. (Histoire) (Substantif de l’adjectif) Partisan des libertés de l’Église de France vis-à-vis de la papauté.
    • Il se serait plus exactement défini s'il se fût avoué un gallican, très « Église de France », persuadé de la nécessité d'un enseignement religieux pour les masses, voulant simplement que les leçons en fussent distribuées par des prêtres séculiers,libéraux, détachés de la Curie Romaine, disciples ou émules du Vicaire savoyard. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)

Nom commun

gallicane \ɡa.li.kan\ féminin (pour un homme on dit : gallican)

  1. (Histoire) Partisane des libertés de l’Église de France vis-à-vis de la papauté.

Forme d’adjectif

gallicane \ɡa.li.kan\

  1. Féminin singulier de gallican.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GALLICAN, ANE. adj.
Qui concerne l'église catholique française. Il n'est guère usité que dans ces locutions : Le rite gallican; L'Église gallicane; Les libertés de l'Église gallicane, pour désigner l'Église de France en tant que jouissant de certaines prérogatives ou prétendant à de certaines libertés à l'égard du Saint-Siège ou de l'État. Il s'emploie comme nom pour signifier Partisan des libertés de l'Église gallicane. C'est un gallican. Les gallicans.

Littré (1872-1877)

GALLICAN (gal-li-kan, ka-n') adj.
  • 1Usité dans ces phrases : l'Église gallicane, c'est-à-dire l'Église de France ou en soi, ou considérée dans les particularités qui la distinguent dans l'ensemble de l'Église catholique ; le rite gallican, le rite de l'Église gallicane. Les libertés de l'Église gallicane. L'Église gallicane a été fondée par le sang d'une infinité de martyrs, Bossuet, Polit. VII, VI, 14. L'Église gallicane approuve le concile de Constance, qui déclare les conciles généraux supérieurs au pape dans le spirituel, Voltaire, Louis XIV, 35.

    S. m. Partisan des libertés de l'Église gallicane, du principe de l'indépendance des églises nationales ; il est opposé à ultramontain, celui qui soutient le pouvoir absolu du pape en toute matière. Les gallicans. Cet évêque passe pour gallican.

  • 2Il s'est dit quelquefois par plaisanterie pour Français. Des fleurs de lis la tige gallicane, Voltaire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GALLICAN. Ajoutez : - HIST. XVIe s. Et affin que chascun qui a congnoissance de la langue gallicane et non point du latin…, Epistre exhortatoire aux epistres, -Nouv. Testam. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gallican »

(1355) Du latin Gallicanus (« gaulois »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Latin gallicanus, dérivé de gallus, gaulois et français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gallican »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gallican galikɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « gallican »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gallican »

  • Non. Il fut gallican, ce siècle*, et janséniste ! Paul Verlaine, Sagesse, I, 10 , Messein
  • Elle abritera ensuite, au VIIIe et IXe siècles,  la « renaissance carolingienne. C’est à cette époque, souligne Sophie Delange,  que le « Messin Chant », ancêtre du chant grégorien, sera créé à Metz par la fusion du répertoire gallican et de l’ancien répertoire romain. Les évêques de la ville, notamment Chrodegang, ont encouragé son utilisation pour la liturgie romaine en terre gauloise. , Balade à Metz (2/4) 3000 ans d'histoire | Mon passeport pour le monde
  • Privés de lieux de culte les fidèles toulousains de l'Église gallicane sont contraints de se retrouver à Caussade dans le Tarn et Garonne pour participer aux offices religieux ladepeche.fr, À Toulouse les catholiques gallicans tentent d'exister face aux Romains - ladepeche.fr
  • Localité de quelque 500 habitants entre Gémozac et Pons, Jazennes possède une église, Notre-Dame de l’Assomption, mais aussi une chapelle dédiée à saint Irénée, patron de l’église gallicane. Samuel Pariollaud, ordonné diacre cet été, en est l’heureux propriétaire. Le 11 novembre, jour de commémoration de la Première Guerre mondiale, une exposition s’y tenait en hommage aux valeureux combattants, autour d’une filmographie sur l’enfer des tranchées, de mannequins en uniforme et d’objets d’époque. « C’est ma contribution au nécessaire devoir de mémoire », indiquait le petit-fils de Rémy Pariollaud, soldat du 6e régiment d’infanterie coloniale durant la Grande Guerre. SudOuest.fr, Samuel, le Gallican
  • Il faut dire que le milieu catholique n’est pas très favorable aux Gallicans. Le père Jean Vivien, de la paroisse de Bernay, rappelait, en juin, que le gallicanisme est né d’une « séparation ancienne de l’Église et n’a aucun lien direct avec l’Église catholique », rajoutant que le nombre de pratiquants du gallicanisme est « très minoritaire en France ». Monseigneur Christian Nourrichard, évêque d’Évreux, n’a, lui, pas répondu à nos sollicitations. De son côté, réfutant le terme de « courant dur », Monseigneur Dominique Philippe, évoquait plutôt un mouvement « qui a pris ses distances vis-à-vis de l’Église catholique romaine, indépendant et autonome par rapport au Vatican. Nous acceptons le mariage de personnes divorcées, la bénédiction des animaux et certaines communautés ordonnent même des hommes mariés. Les sacrements restent les mêmes. » Il avance, sur le plan politique : « Je ne vote pas et nous n’avons rien à voir avec le FN. En tant que royaliste, j’attends le retour d’un roi à la tête de la France. » www.paris-normandie.fr, À Bernay, l’Église catholique gallicane organise une messe ce lundi 15 août
  • Retour en arrière. Edifice néogothique bâti en 1900, l’église Sainte-Rita est la propriété de l’association des chapelles catholiques et apostoliques, dont le président, Guy Plichon, vit en Belgique (2). En 1987, alors que le bâtiment est inoccupé depuis plusieurs années, l’association décide de le louer à l’église gallicane de Mgr Philippe. Neuf années plus tard, un bail en bonne et due forme est rédigé entre les deux parties. Montant du loyer : 1 000 francs par mois, une somme dérisoire. L’église gallicane, qui dit vivre uniquement de «dons», ne s’en acquitte qu’avec parcimonie. En tout et pour tout, elle a versé, depuis 1999, 1 300 euros. En 2010, volte-face des propriétaires : ils réclament d’abord plus de 47 000 euros d’arriérés de loyer, avant, le 20 août 2010, de signer une promesse de vente sur le bâtiment avec une première société immobilière, l’Océane. Montant de la transaction : 3,3 millions d’euros pour 421 m² de surface au sol. Libération.fr, «Les derniers des gallicans» s'accrochent à Sainte-Rita, l'église des animaux - Libération
  • Nous sommes pour un islam gallican, français, un islam de France, une manière française de vivre la tradition religieuse islamique et l'élévation spirituelle. Il faut organiser le culte islamique dans notre pays, par des imams sérieux, formés, compétents, des recteurs de mosquées intègres, propres, tout aussi connaisseurs des questions religieuses, théologiques et islamologiques. Il y a des aspects sociaux relevant de l'insertion dans le tissu social, tout cela avec une adhésion au pacte républicain, dans un esprit républicain. Franceinfo, Fin de l'accueil des "imams détachés" en France : "C'était des annonces attendues depuis des lustres", selon la fondation de l'islam de France
  • Parmi les nombreuses « églises » qui fleurissent dans le monde, il en est une au nom prestigieux : l’Église catholique gallicane tradition apostolique de Gazinet, dont le siège est à Bordeaux, 4, rue de La Réole. Si les tenants de l’Église gallicane font remonter ses origines à l’évangélisation de la Gaule, la doctrine se forge véritablement à la suite de l’opposition du roi Philippe Le Bel au pape Boniface VIII (1294–1303). Le premier reprochant au second l’importance et la fusion de ses pouvoirs temporel et religieux. SudOuest.fr, Au saint siège
  • Au 18ème siècle la doctrine gallicane souhaitait se passer du pape dans l’organisation de l’Église Catholique française. , Réconcilier droit canonique et gallicanisme
  • Privés de lieux de culte les fidèles toulousains de l'Église gallicane sont contraints de se retrouver à Caussade dans le Tarn et Garonne pour participer aux offices religieux ladepeche.fr, À Toulouse les catholiques gallicans tentent d'exister face aux Romains - ladepeche.fr
  • Non. Il fut gallican, ce siècle*, et janséniste ! Paul Verlaine, Sagesse, I, 10 , Messein
  • Parmi les nombreuses « églises » qui fleurissent dans le monde, il en est une au nom prestigieux : l’Église catholique gallicane tradition apostolique de Gazinet, dont le siège est à Bordeaux, 4, rue de La Réole. Si les tenants de l’Église gallicane font remonter ses origines à l’évangélisation de la Gaule, la doctrine se forge véritablement à la suite de l’opposition du roi Philippe Le Bel au pape Boniface VIII (1294–1303). Le premier reprochant au second l’importance et la fusion de ses pouvoirs temporel et religieux. SudOuest.fr, Au saint siège
  • À Bernay, l’Église catholique gallicane organise une messe ce lundi 15 août Paris-Normandie, À Bernay, l’Église catholique gallicane organise une messe ce lundi 15 août
  • Localité de quelque 500 habitants entre Gémozac et Pons, Jazennes possède une église, Notre-Dame de l’Assomption, mais aussi une chapelle dédiée à saint Irénée, patron de l’église gallicane. Samuel Pariollaud, ordonné diacre cet été, en est l’heureux propriétaire. Le 11 novembre, jour de commémoration de la Première Guerre mondiale, une exposition s’y tenait en hommage aux valeureux combattants, autour d’une filmographie sur l’enfer des tranchées, de mannequins en uniforme et d’objets d’époque. « C’est ma contribution au nécessaire devoir de mémoire », indiquait le petit-fils de Rémy Pariollaud, soldat du 6e régiment d’infanterie coloniale durant la Grande Guerre. SudOuest.fr, Samuel, le Gallican
  • Retour en arrière. Edifice néogothique bâti en 1900, l’église Sainte-Rita est la propriété de l’association des chapelles catholiques et apostoliques, dont le président, Guy Plichon, vit en Belgique (2). En 1987, alors que le bâtiment est inoccupé depuis plusieurs années, l’association décide de le louer à l’église gallicane de Mgr Philippe. Neuf années plus tard, un bail en bonne et due forme est rédigé entre les deux parties. Montant du loyer : 1 000 francs par mois, une somme dérisoire. L’église gallicane, qui dit vivre uniquement de «dons», ne s’en acquitte qu’avec parcimonie. En tout et pour tout, elle a versé, depuis 1999, 1 300 euros. En 2010, volte-face des propriétaires : ils réclament d’abord plus de 47 000 euros d’arriérés de loyer, avant, le 20 août 2010, de signer une promesse de vente sur le bâtiment avec une première société immobilière, l’Océane. Montant de la transaction : 3,3 millions d’euros pour 421 m² de surface au sol. Libération.fr, «Les derniers des gallicans» s'accrochent à Sainte-Rita, l'église des animaux - Libération
  • Des prêtres mariés, qui ont un emploi en plus de leur ministère, des prêtres pères de famille, des prêtres gays et même une ordination ouverte aux femmes. Bienvenue dans le monde moderne de l’Église apostolique œcuménique gallicane (EAOG). "Nous sommes une église progressiste, reformée et dynamique", tente en effet de résumer Monseigneur Laurent Lenne, archevêque de cette communauté, de passage à Albi. ladepeche.fr, L’Église apostolique œcuménique gallicane poursuit son implantation dans l’Albigeois - ladepeche.fr

Traductions du mot « gallican »

Langue Traduction
Anglais gallican
Espagnol gallicano
Italien gallicano
Allemand gallikaner
Chinois 加利西亚人
Arabe جاليكان
Portugais galã
Russe gallican
Japonais ガリカン
Basque gallican
Corse gallicani
Source : Google Translate API
Partager