La langue française

Futurition

Sommaire

  • Définitions du mot futurition
  • Étymologie de « futurition »
  • Phonétique de « futurition »
  • Évolution historique de l’usage du mot « futurition »
  • Citations contenant le mot « futurition »
  • Traductions du mot « futurition »

Définitions du mot futurition

Trésor de la Langue Française informatisé

FUTURITION, subst. fém.

PHILOS. État (d'un être ou d'une chose) tel qu'on peut envisager qu'il sera dans le futur; prévision de ce que sera (un être ou une chose). Les pronostics de notre futurition sont vains; nous sommes ce que nous font les circonstances; qu'un enfant soit gai ou triste, silencieux ou bruyant, qu'il montre ou ne montre pas des aptitudes au travail, nul augure à en tirer (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 303):
Or, que se produit-il en suite de ces conditions? Il se produit, entre autres phénomènes, des instincts et des mouvements instinctifs, des images prédisposantes, des sentiments de futurition confus, des passions obscures portant sur l'avenir, enfin une conscience réfléchie du bien, tous faits naturels à leur manière, et qui aboutissent à poser dans les conditions données, outre ces conditions, des moyens pour atteindre des fins. Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p. lxiv.
Au plur. À chaque pas dans la vie, mille lointains divers, mille futuritions s'ouvrent devant nous; cependant vous n'atteignez qu'un horizon; vous ne courez qu'à un avenir (Chateaubr., Essai littér. angl.,t. 1, 1836, p. 300).
REM.
Futuribles, subst. masc. plur.Les possibles dans le futur. Les futuribles ne sont pas une infinité de possibles à venir parmi tous les futurs envisageables, mais seulement ceux que les certitudes structurales de développement n'excluent pas a priori (A. Gras, La Futurologie, Paris, Seghers, 1976, p. 6); d'apr. futur et possible, a d'abord été le nom d'un groupe de futurologues (cf. Gilb.).
Prononc. et Orth. : [fytyʀisjɔ ̃]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. Av. 1715 (Fénelon, Refut. de Malebr., 5 ds DG). Dér. de futur*; suff. -(i)tion*. Fréq. abs. littér. : 14.

Wiktionnaire

Nom commun

futurition \fy.ty.ʁi.sjɔ̃\ féminin

  1. (Didactique) Caractère d’une chose future, projection dans le futur.
    • Les valeurs et les vertus proprement humaines — c’est-à-dire, assez essentielles pour fonder la transcendance d’un idéal du Moi altruiste, historiquement chargé de futuritions collectives — ne peuvent se concevoir ni se mesurer uniquement à l’aune de la capacité de résistance à la torture. — (Jorge Semprún, Exercices de survie, 2012, p. 53)
    • Par la futurition, l’homme est dans le temps comme auteur de sa temporalité interne. Comme jouissant d’un délai destinal, l’homme est dans le temps comme acteur de la vie qui lui a été assignée, du temps qui lui a été fixé. — (Xavier Zubiri, L’Homme, sa genèse et sa durée, 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FUTURITION. n. f.
T. didactique. Caractère d'une chose future, en tant que future.

Littré (1872-1877)

FUTURITION (fu-tu-ri-sion) s. f.
  • Terme didactique. Qualité d'une chose en tant que future. Ce qui n'a aucune possibilité n'a aucune futurition, Fénelon, t. III, p. 33. Un animal qui n'a jamais vu d'hiver peut-il en pressentir, au milieu de l'été, la futurition ? Bonnet, Contempl. nat. XII, 38. La futurition des choses, la préordination des événements, la prescience de Dieu ne touchent point à notre liberté, Diderot, Opin. des anc. phil. (leibnitzianisme).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FUTURITION, s. f. terme de Théologie, il se dit d’un effet dont on considere l’évenement à venir, relativement à la préscience de Dieu, qui voyoit en lui-même ou dans les choses cet évenement avant qu’il fût. Cette futurition a fait dire bien des sottises. Les uns ont prétendu que Dieu voyoit les actions libres des hommes, avant que d’avoir formé aucun decret sur leur futurition : d’autres ont prétendu le contraire ; & voilà les questions importantes qui ont allumé entre les Chrétiens la fureur de la haine, & toutes les suites sanglantes de cette fureur. Voyez Fortuit, & l’article précédent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « futurition »

(Siècle à préciser) Dérivé de futur avec le suffixe -ition.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Futur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « futurition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
futurition fytyrisjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « futurition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « futurition »

  • Ce que Jankélévitch reconnaît à Bergson c’est l’optimisme en philosophie, un thème très sérieux chez Jankélévitch, il va même lui donner une dimension métaphysique en disant que le sens du présent, c’est le futur. Le sens empirique du présent c’est le futur. Tout est là, si le sens de notre présence ce n’est pas simplement ce qu’il est, une fermeture, une clôture, mais au contraire une ouverture vers ce qu’il appelle « la futurition », c’est-à-dire le futur en train d’advenir, alors tout est encore possible… Le présent n’est pas simplement la fatalité de ce qui nous arrive, de notre destin qui serait clôt mais au contraire c’est un temps polarisé vers la futurition où tout demeure possible !         Laure Barillas France Culture, Vladimir Jankélévitch, le meilleur est à venir ? - Ép. 1/4 - L'attente
  • Le chagrin est le grand ennemi du philosophe, du sage. Cette passion draine avec elle la langueur, l’angoisse, la consternation, le désespoir, tout un ensemble de maux qui font du chagrin le souci premier du philosophe. Chacun doit pouvoir se rendre maître et possesseur de sa nature, et non briller dans l’art de la rhétorique et du maniement des idées, sinon convoiter des statuts honorifiques. Cicéron démonte à la racine l’illusion qui procure au chagrin une force qu’il n’a pas : « Il y a du chagrin, selon Cicéron, quand un événement nous paraît tel qu’un grand mal semble être là et peser sur nous. » Il « semble » être là, il « semble » peser. Cette semblance n’est pas un effet de rhétorique ou de style sous sa plume, il concentre en réalité une lucidité maximale : le chagrin repose sur une vue de l’esprit, une imagination fautive, une appréhension démesurée d’un mal pesant sur nous. Un mal comprenant également sa futurition. Il nous semble que… Si le mal est là, nous l’éprouvons dans l’instant ; il n’est donc plus à craindre puisqu’il est présent. Ce sont nos mauvais moments dont nous savons par expérience qu’ils demeurent brefs, et d’autant plus brefs que la douleur est forte. Mais en l’absence d’un mal présent, objectif, momentané, anticiper sur un mal relève de la pure imagination. Le chagrin est une peur fictive, une appréhension construite in abstracto. L’idée d’un mal nous afflige bien davantage que le mal lui-même lorsqu’il survient. Travailler sur ses représentations, agir sur nos idées, par le biais de la volonté, assure de lutter, sinon de guérir d’une telle affliction. Club de Mediapart, Sagesse, de Michel Onfray : un retour aux sources | Le Club de Mediapart
  • Je ne pense pas, de façon générale, que le futur soit bien décrit comme un registre où s’inscriraient des événements à venir, plus ou moins déterminés d’avance, qui attendraient sagement leur heure pour se réaliser (ou non). Qu’il soit promis ou redouté, ce futur qui n’est qu’un présent et même un passé anticipé (« ça aura été ») correspond au temps grammatical du « futur antérieur » : c’est le sentiment obscur que nous avons de notre propre présent comme quelque chose qui bientôt sera assez vieux pour être traité comme du passé. Ce présent de demain, on peut tenter de le prédire ou de le prophétiser ; il ne nous dit rien encore de notre relation au futur comme tel, ni de la puissance de futurition de l’imagination humaine. Il me semble au contraire que la littérature d’anticipation touche réellement au futur quand elle cesse de le représenter comme du présent en réserve, du présent simplement à venir – ou, ce qui revient au même, comme un possible en concurrence avec d’autres possibles. Le Monde.fr, Elie During : « Le futur n’est pas devant nous, mais à côté »

Traductions du mot « futurition »

Langue Traduction
Anglais futurition
Espagnol futurition
Italien futurition
Allemand zukunft
Chinois 未来派
Arabe المستقبل
Portugais futurição
Russe futurition
Japonais 未来の
Basque futurition
Corse futurisimu
Source : Google Translate API
Partager