La langue française

Fructuosité

Définitions du mot « fructuosité »

Trésor de la Langue Française informatisé

Fructuosité, subst. fém.,théol. Qualité de ce qui est salutaire. La fructuosité, c'est-à-dire les dispositions d'âme requises pour éviter la réception sacrilège ou nulle du sacrement (Théol. cath.t. 14, 11938, p. 639).

Wiktionnaire

Nom commun

fructuosité \fʁyk.tɥo.zi.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est fructueux.
    • La sensibilité actuelle à la fructuosité du sacrement ne doit pas tendre à obscurcir la signification sacramentelle du mariage. Le défaut de la foi empêche la fructuosité du sacrement mais n’affecte nullement sa validité. — (Denis Baudot, L’inséparabilité entre le contrat et le sacrement de mariage, 1987)
    • Si la mort physique est l'aspect spectaculaire de notre humaine condition, la libido, d’où procède le péché en germe chez l’enfant en ses fructuosités chez l’adulte, en porte la responsahilité. — (Everett Ferguson, ‎Paul Corby Finney, ‎David Scholer, Doctrines of Human Nature, Sin, and Salvation in the Early Church, 1993)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

FRUCTUOSITÉ (fru-ktu-ô-zi-té) s. f.
  • Qualité de ce qui est fructueux.

HISTORIQUE

XVIe s. Fructuosité, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fructuosité »

(XVIe siècle) Dérivé de fructueux avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fructueux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fructuosité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fructuosité fryktyɔsite

Citations contenant le mot « fructuosité »

  • Belle illustration de cette conception où les hautes sphères de Pôle emploi,  plutôt que de parier sur la fructuosité de la relation entre le demandeur d'emploi et son conseiller, traduisent leur conception de demandeurs incapables de savoir ce qui est bon pour eux, et à qui il faut donc imposer des prestations, selon une pratique aussi éprouvée que peu efficace (voir PIC : Pôle emploi revient à ses pratiques de prescription en fonction des objectifs quantitatifs). , Pour sa nouvelle prestation « Un emploi stable c’est pour moi », Pôle emploi revient à sa pratique d'imposition | ESS, Emploi, Formation, Insertion et bien d'autres choses. | Michel Abhervé | Les blogs d'Alternatives Économiques
  • Mais alors, si le sacrement de pénitence n’est fait que pour les péchés graves, pourquoi nous invite-t-on à nous confesser régulièrement même si nous n’avons pas conscience d’avoir commis des fautes graves ? Cette pratique éminemment louable est parfois appelée « confession de dévotion ». Elle est le fruit d’un développement dans la conscience chrétienne de la « fructuosité » (de la fécondité spirituelle) de ce sacrement. À l’expérience, moins on se confesse, moins on a conscience des lieux de conversion qui perdurent dans notre vie. Tous les confesseurs se souviennent d’avoir entendu des réflexions comme celle-ci : « je ne me suis pas confessé depuis 20 ans, 30 ans, mais je n’ai ni tué ni volé : franchement, je ne vois pas quoi dire ! » L’absence de ce sacrement dans une vie crée une sorte d’apathie spirituelle d’autant plus dangereuse qu’elle est inconsciente. À l’inverse, la pratique régulière de l’examen de conscience affine nos sens spirituels et nous rend plus clairvoyants sur ce qui est en creux dans nos vies et que le Seigneur souhaite mettre en relief. De soi, l’examen de conscience régulier suffirait, mais la grâce du sacrement qui s’y ajoute affine encore davantage la conscience et surtout donne la force de changer ! Or nous savons tous que ce qui est le plus difficile à changer dans notre vie, ce sont nos habitudes – et les mauvaises habitudes en particulier. La Croix, “Ne plus pouvoir se confesser n’est pas une tragédie, c’est de ne plus vouloir le faire qui en est une”, estime Mgr Batut
  • Les condamnations du monarque n’empêche pas la fructuosité des échanges entre ces deux pays. Le journal marocain Hespress a donné en mai 2012 le montant des échanges commerciaux entre le Maroc et Israël. Le total a été évalué à plus de 50 millions de dollars. Afrik.com, Israël : un timbre à l’effigie de feu Hassan II

Traductions du mot « fructuosité »

Langue Traduction
Anglais fruitfulness
Espagnol fertilidad
Italien fecondità
Allemand fruchtbarkeit
Chinois 富有成果
Arabe الاثمار
Portugais fecundidade
Russe плодовитость
Japonais 実り
Basque emankortasuna
Corse fecundità
Source : Google Translate API

Fructuosité

Retour au sommaire ➦

Partager