La langue française

Foulonnier

Définitions du mot « foulonnier »

Trésor de la Langue Française informatisé

Foulonnier, subst. masc.Ouvrier qui conduit un moulin à foulon ou une machine à fouler les étoffes. Synon. foulon, fouleur.P. ext. Propriétaire d'un moulin à foulon. Jean-Bon (...) était d'une bonne famille de foulonniers ou fabricants de draps (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 8, 1863-69, p. 141).De tous temps, les foulonniers se chargeaient du lavage des vêtements (Jolly, Blanchiment, teint., text.,1900, p. 24).

Wiktionnaire

Nom commun

foulonnier \fu.lɔ.nje\ masculin (pour une femme on dit : foulonnière)

  1. Foulon, personne qui foule.
    • Pour exécuter une commande, il fallait obtenir l'accord de quinze corporations. Rien de plus tentant pour un foulonnier ou pour un marchand drapier que d'acheter de la laine, de faire filer et tisser à façon et de surveiller toutes les opérations jusqu'à la vente. — (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.235)
  2. (Par extension) Ouvrier qui conduisait le moulin à foulon.
    • Défenses aux fouleurs desdits ouvrages, de se servir d’autres instruments […] et aux foulonniers de moulins à fouler drap et étoffes, de… — (Arrêt du Conseil, 30 mars 1700)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

FOULONNIER (fou-lo-nié) s. m.
  • 1Voy. FOULON.
  • 2Propriétaire de moulins à foulon. Faisons défenses à tous fabricans et marchands de faire fouler et apprêter, et à tous foulonniers et apprêteurs de recevoir aucunes desdites étoffes, si elles ne sont revêtues desdits plombs ou empreintes, Lett. pat. 4 juin 1780, art. 6.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « foulonnier »

Foulon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de foulon avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « foulonnier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
foulonnier fulɔnie

Évolution historique de l’usage du mot « foulonnier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « foulonnier »

  • Cette soirée autour du cinéma de Georges Méliès permettra de découvrir les premiers films de fiction de l'histoire du cinéma. C'est un clin d'œil à la famille Méliès et à l'histoire de la ville de Lavelanet. En effet, le père de Georges Méliès, Jean-Louis Stanislas Méliès, fils de Marie Fonquernie et de François Méliès, foulonnier de son état, est né à Lavelanet, le 11 juillet 1815. Après une enfance lavelanétienne, le père de Méliès, devenu jeune homme, s'engage dans le compagnonnage pour y apprendre la cordonnerie. Un tour de France plus tard, fort d'une solide expérience, il s'installe à Paris. De son union avec Catherine Schuering naîtront trois garçons, Henri, Gaston et Georges, le petit dernier, né en 1861. ladepeche.fr, Lavelanet. Casino : voyage dans l'univers du cinéma de Méliès - ladepeche.fr
  • "Observez, dans un pays civilisé et florissant, ce qu’est le mobilier d’un simple journalier ou du dernier des manoeuvres, et vous verrez que le nombre des gens dont l’industrie a concouru pour une part quelconque à lui fournir ce mobilier, est au-delà de tout calcul possible. La veste de laine, par exemple, qui couvre ce journalier, toute grossière qu’elle paraît, est le produit du travail réuni d’une innombrable multitude d’ouvriers. Le berger, celui qui a trié la laine, celui qui l’a peignée ou cardée, le teinturier, le fileur, le tisserand, le foulonnier, celui qui adoucit, chardonne et unit le drap, tous ont mis une portion de leur industrie à l’achèvement de cette oeuvre grossière. Combien, d’ailleurs, n’y a-t-il pas eu de marchands et de voituriers employés à transporter la matière à ces divers ouvriers, qui souvent demeurent dans des endroits distants les uns des autres ! Que de commerce et de navigation mis en mouvement ! Que de constructeurs de vaisseaux, de matelots, d’ouvriers en voiles et en cordages, mis en oeuvre pour opérer le transport des différentes drogues du teinturier, rapportées souvent des extrémités du monde ! Quelle variété de travail aussi pour produire les outils du moindre de ces ouvriers ! Sans parler des machines les plus compliquées, comme le vaisseau du commerçant, le moulin du foulonnier ou même le métier du tisserand, considérons seulement quelle multitude de travaux exige une des machines les plus simples, les ciseaux avec lesquels le berger a coupé la laine. Il faut que le mineur, le constructeur du fourneau où le minerai a été fondu, le bûcheron qui a coupé le bois de la charpente, le charbonnier qui a cuit le charbon consommé à la fonte, le briquetier, le maçon, les ouvriers qui ont construit le fourneau, la construction du moulin de la forge, le forgeron, le coutelier, aient tous contribué, par la réunion de leur industrie, à la production de cet outil. Si nous voulions examiner de même chacune des autres parties de l’habillement de ce même journalier, ou chacun des meubles de son ménage, la grosse chemise de toile qu’il porte sur la peau, les souliers qui chaussent ses pieds, le lit sur lequel il repose et toutes les différentes parties dont ce meuble est composé ; le gril sur lequel il fait cuire ses aliments, le charbon dont il se sert, arraché des entrailles de la terre et apporté peut-être par de longs trajets sur terre et sur mer, tous ses autres ustensiles de cuisine, ses meubles de table, ses couteaux et ses fourchettes, les assiettes de terre ou d’étain sur lesquelles il sert et coupe ses aliments, les différentes mains qui ont été employées à préparer son pain et sa bière, le châssis de verre qui lui procure à la fois de la chaleur et de la lumière, en l’abritant du vent et de la pluie ; l’art et les connaissances qu’exige la préparation de cette heureuse et magnifique invention, sans laquelle nos climats du nord offriraient à peine des habitations supportables ; si nous songions aux nombreux outils qui ont été nécessaires aux ouvriers employés à produire ces diverses commodités ; si nous examinions en détail toutes ces choses, si nous considérions la variété et la quantité de travaux que suppose chacune d’elles, nous sentirions que, sans l’aide et le concours de plusieurs milliers de personnes, le plus petit particulier, dans un pays civilisé, ne pourrait être vêtu et meublé même selon ce que nous regardons assez mal à propos comme la manière la plus simple et la plus commune. Il est bien vrai que son mobilier paraîtra extrêmement simple et commun, si on le compare avec le luxe extravagant d’un grand seigneur ; cependant entre le mobilier d’un prince d’Europe et celui d’un paysan laborieux et rangé, il n’y a peut-être pas autant de différence qu’entre les meubles de ce dernier et ceux de tel roi d’Afrique qui règne sur dix mille sauvages nus, et qui dispose en maître absolu de leur liberté et de leur vie." AgoraVox, « Le problème Adam Smith » : altruisme ou égoïsme ? - Agoravox TV

Images d'illustration du mot « foulonnier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « foulonnier »

Langue Traduction
Anglais fuller
Espagnol batán
Italien più piena
Allemand voller
Chinois 饱满的
Arabe أكمل
Portugais mais cheio
Russe более полное
Japonais ふっくら
Basque osoago
Corse più pienu
Source : Google Translate API

Foulonnier

Retour au sommaire ➦

Partager