La langue française

Fenfluramine

Définitions du mot « fenfluramine »

Wiktionnaire

Nom commun

fenfluramine \fɑ̃.fly.ʁa.min\ féminin

  1. Molécule synthétique (formule chimique C12H16F3N) utilisée comme anorexigène (coupe-faim).
    • Prototype des dérivés amphétaminiques anorexigènes, la fenfluramine a été retirée du marché français en 1997 car elle peut provoquer hypertension et valvulopathies.
    • Commercialisé sous les deux appellations de Chaso Jianfei ou Chaso Genpi, un coupe-faim d’origine chinoise et présenté comme d’origine naturelle s’est avéré contenir en fait … de la fenfluramine, un dérivé amphétaminique interdit en France et aux Etats-Unis notamment. — (Destination santé septembre 2002 [1])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « fenfluramine »

Mot-valise composé à partir de phényl, fluor et -amine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fenfluramine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fenfluramine fɑ̃flyramin

Évolution historique de l’usage du mot « fenfluramine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fenfluramine »

  • Dans son réquisitoire, Aude Le Guilcher a rappelé que le groupe Servier avait acquis une autorisation de mise sur le marché (AMM) du Médiator comme antidiabétique en dissimulant la proximité du Médiator avec les fenfluramines, qui ont été interdits en 1990. Pour la procureure, les laboratoires Servier ont ensuite trompé les médecins qui le prescrivaient et les patients qui le consommaient en leur cachant la toxicité du médicament. La culpabilité de Servier devient donc évidente pour le parquet à partir de 1995 lorsque l'étude internationale IHPPS fait le lien entre fenfluramine et hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). La procureure s'est également attardée sur les blessures des 95 plaignants (dont quatre décès) en soulignant le manquement de Servier à ses obligations en dissimulant la nature pharmacologique du Médiator. Sur le volet escroquerie, la procureure estime le préjudice pour les caisses primaires d'assurance maladie à plusieurs centaines de millions d'euros. Car le Médiator n'aurait jamais dû être remboursé, parce « qu’il n'aurait jamais dû bénéficier d'une AMM, et il ne l'a été que par les faits des manœuvres frauduleuses de la firme ». Medscape, Médiator : prison ferme et amendes de plus de 10 millions euros requises
  • En 1997, une équipe de l'hôpital Antoine-Béclère, à Clamart (Hauts-de-Seine), démontre que les coupe-faim à base de fenfluramine provoquent de l'hypertension artérielle pulmonaire. Une deuxième étude confirme ces données. L'Isoméride et le Pondéral sont alors retirés du marché. Mais pas le Mediator. leparisien.fr, Mediator : cinq questions pour comprendre l’affaire - Le Parisien
  • Au départ, il ne se nomme pas Mediator, mais porte un simple code : 780 SE. Ce produit pharmaceutique, breveté plusieurs fois entre 1966 et 1968, est un cousin du Ponderal, qui, comme son nom l'indique, est prescrit à des personnes en surpoids pour les aider à se défaire des kilos superflus. Là où le Ponderal est un fenfluramine qui provoque parfois somnolence et diarrhées, le Mediator (ou benfluorex) offre les mêmes effets : couper la faim, mais sans effets secondaires indésirables. C'est du moins ce qu'affirment les laboratoires Servier en novembre 1972, lors du dépôt de leur demande de mise sur le marché. Le Point, Comment est né le Mediator - Le Point
  • fenfluramine Hydrochloride , Mondiale Lennox-Gastaut médicaments Taille du marché 2020 Les dirigeants -KEY Analyse, Segmentation, croissance, Tendances, Marge brute, demandes, Technologies émergentes par Prévisions régionales 2026 – Rapports de précision – MillauJournal
  • Ses déclarations sont difficiles à suivre. Alerte, Jean-Philippe Seta parle vite, use et abuse de formules latines et de dictons en anglais, digresse sur les différences pharmacologiques entre amphétaminiques et fenfluraminiques. Ses phrases à rallonge restent en l’air. Il raconte que sa spécialité, la pneumologie, l’amène à prendre connaissance dès la parution des études en 1995 et 1997 des effets délétères du Pondéral (fenfluramine) et de l’Isoméride (dexfenfluramine), deux coupe-faim de Servier. Ils seront rapidement suspendus. Il assure en revanche n’avoir pas eu vent des travaux réalisés en 1993 par un chercheur qui travaille pour la firme, et qu’il connaît bien pour avoir collaboré avec lui sur des antiasthmatiques. Les résultats de l’étude Gordon sont pourtant essentiels : ils montrent la dégradation dans l’organisme du benfluorex en norfenfluramine, le métabolite dangereux que le Mediator a en commun avec Isoméride et Pondéral. Ignorer ces données revient, dès le milieu des années 90, à laisser sciemment sur le marché un médicament dont la toxicité est établie. , Procès du Mediator - Les laboratoires Servier à la barre - Actualité - UFC-Que Choisir
  • L’affaire du Mediator, dit-on, est un scandale typiquement français, mettant en cause un patron de laboratoire, des réseaux d’influence et un système de pharmacovigilance bien de chez nous. Est-ce bien le cas ? On oublie un peu vite que le laboratoire Servier a 140 succursales à travers le monde et réalise 82% de son chiffre d’affaires à l’étranger. On oublie aussi que l’affaire du Mediator n’est jamais que la répétition d’une affaire quasiment identique impliquant Servier aux Etats-Unis et au Canada : le scandale dit du «Fen-Phen», «Fen» désignant la fenfluramine, un anorexigène (coupe-faim) vendu par Servier depuis le milieu des années 60 sous le nom de Ponderal en Europe et Pondimin aux Etats-Unis. La fenfluramine provoquant somnolence et dépression, elle a commencé, au début des années 90, à être administrée aux Etats-Unis en association avec une amphétamine contrebalançant ces effets, la phentermine - d’où la désignation Fen-Phen. Libération.fr, Le «Fen-Phen», l’autre scandale de Servier en Amérique - Libération
  • À lire ce document, on comprend que les médecins étaient induits en erreur, ou tout au moins, fort insuffisamment informés par le fabricant du Mediator. Ainsi, imaginons qu'un praticien scrupuleux demande ce qu'il y aurait de commun entre le Mediator (principe actif : benfluorex) et l'isoméride (principe actif : fenfluramine), un autre médicament Servier interdit depuis 1997 pour toxicité cardiovasculaire justement. La réponse est à lire page 43 : "Mediator se distingue radicalement des fenfluramines tant en termes de structure chimique que de voies métaboliques." Or, Servier ne peut alors ignorer que le Mediator et la fenfluramine partagent une structure chimique semblable, aboutissant à la production à fortes concentrations dans l'organisme d'un poison puissant, la norfenfluramine. Le caractère toxique de la norfenfluramine pour les valves du coeur fut établi, en 2000, par la presse scientifique américaine. D'ailleurs est-il fait mention de la norfenfluramine, qui apparaît à des taux sanguins élevés après absorption du Mediator, dans ce document ? Pas un mot page 6 et page 43, consacrées au métabolisme de la molécule. Silence surprenant. Le Point, Mediator : l'effarante boîte à mensonges - Le Point
  • Irène Frachon a été soutenue dans ses dires par les témoins d’un scandale plus ancien, qui avait également impliqué des produits de Servier dans les années 1990, celui des fenfluramines. Sept, Mediator: falsifier l’histoire pour mieux façonner l’avenir (3/3)

Traductions du mot « fenfluramine »

Langue Traduction
Anglais fenfluramine
Espagnol fenfluramina
Italien fenfluramina
Allemand fenfluramin
Chinois 芬氟拉明
Arabe الفينفلورامين
Portugais fenfluramina
Russe фенфлурамин
Japonais フェンフルラミン
Basque fenfluramine
Corse fenfluramine
Source : Google Translate API

Fenfluramine

Retour au sommaire ➦

Partager