La langue française

Extra-hépatique

Sommaire

  • Phonétique de « extra-hépatique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « extra-hépatique »
  • Citations contenant le mot « extra-hépatique »
  • Images d'illustration du mot « extra-hépatique »
  • Traductions du mot « extra-hépatique »

Phonétique du mot « extra-hépatique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
extra-hépatique ɛkstraepatik

Évolution historique de l’usage du mot « extra-hépatique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « extra-hépatique »

  • La NAFLD est une maladie multi-systémique avec des complications extra-hépatiques, dont le développement du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires. Comme le souligne l'article, les patients atteints de la NAFLD ont tendance à développer de nombreuses manifestations du syndrome métabolique : obésité abdominale, dyslipidémie athérogène, hypertension, et tolérance au glucose et résistance à l'insuline anormales. Par ailleurs, lors de la progression de la NAFLD vers la NASH, les patients développent également une inflammation du foie et souvent une fibrose. , Inventiva S A : annonce la publication d'un article scientifique sur le rôle des PPAR dans le traitement de la NASH dans la revue médicale « Nature Review Gastroenterology & Hepatology » | Zone bourse
  • Le VHC est à l’origine d’hépatites aiguës, autrement dit d’une inflammation du foie. Dans 70 % des cas, l’infection devient chronique : le virus persiste dans le foie et/ou des lymphocytes et entraîne une inflammation chronique. Dans les cas graves, ces hépatites peuvent évoluer vers la cirrhose, une maladie grave du foie qui favorise la survenue de cancer hépatique ; cette infection systémique peut être aussi associée à des manifestations extra-hépatiques, soit par vascularite cryoglobulinémique (purpura, neuropathie périphérique, glomérulonéphrite) ou inflammation chronique (risque accru de diabète, de pathologies vasculaires, de troubles neuro-cognitifs voire de cancers extra-hépatiques). The Conversation, L’hépatite C : une maladie en passe d’être éradiquée
  • Né le 11 mars 1926 à Le Mars (Iowa), Thomas Starzl n’avait que 37 ans lorsqu’il a réalisé la première transplantation hépatique en 1963 à Denver (Colorado), sur un enfant atteint d’une maladie des voies biliaires appelée atrésie des voies biliaires extra-hépatiques. Cette transplantation a été un échec. Les défis anesthésiques et chirurgicaux de cette opération étaient gigantesques, s’agissant d’une chirurgie complexe, très lourde, chez des patients ayant des troubles majeurs de la coagulation. Il a fallu attendre 1967 et plusieurs tentatives pour que Thomas Starzl obtienne la première survie à un an d’un enfant atteint également d’une atrésie des voies biliaires. Le Monde.fr, La mort de Thomas E. Starzl, chirurgien pionnier de la greffe du foie
  • Cela se produit lors de maladies telles que des lésions hépatiques prolongées entraînant l'apparition d'un éventail toujours croissant de symptômes touchant les reins, le cerveau, les yeux, la peau et les articulations (symptômes extra-hépatiques). Miroir Mag, Aperçu des enzymes hépatiques ALT et AST - Miroir Mag
  • Le Professeur Arun Sanyal analysera les réponses hépatiques et extra-hépatiques liées au traitement de la NASH par Elafibranor : BFM Bourse, Genfit : Présentera les résultats d`Elafibranor (GFT505) au congrès de l`AASLD - BFM Bourse
  • Mais aujourd’hui, les traitements atteignent des taux d’efficacité supérieur à 95 %. Les échecs et les effets secondaires graves sont exceptionnels. Et puis les durées de traitement sont courtes comprises en général entre 8 et 12 semaines. Cela nous permet de proposer le traitement à des patients qui n’ont pas une atteinte sévère du foie. Et en traitant ces malades, nous nous sommes rendus compte que les complications extra-hépatiques, comme la fatigue, s’améliorent. www.pourquoidocteur.fr, Hépatite C : "mettre en place un dépistage universel"
  • Dans le plan de financement de la sécurité sociale, voté la semaine dernière, il est prévu un mécanisme d’encadrement des coûts des médicaments de l’hépatite C. Celui-ci taxe un peu plus l’industrie pharmaceutique, à partir d’un plafond de chiffre d’affaires annuel. Mais par ce mécanisme Marisol Touraine, «ne prétend pas apporter une réponse qui s’inscrive dans la durée.» A terme, pourtant, il s’agit bien de traiter l’ensemble des patients et non les seuls transplantés du foie, malades atteints d’une cirrhose significative ou de complication extra-hépatiques. , Hépatite C: Le traitement miracle que la France ne peut payer à ses malades
  • Les bénéfices de la guérison virologique sont multiples qu’il s’agisse de la mortalité hépatique extra-hépatique ou de la qualité de vie. Pour autant, si l’on considère que la lutte contre l’hépatite C dans les 20 prochaines années doit se terminer par une victoire, les obstacles demeurent nombreux : réduction des risques, dépistage, accès aux soins, aux traitements ou obstacles liés aux traitements eux-mêmes. En termes de dépistage, la situation de la France à celle des pays voisins la fait apparaître comme le « bon élève » de l’Europe mais, en comparaison au dépistage chez les PPVIH, des progrès restent à faire. vih.org, SFLS 2014 - Dans 20 ans : plus de VHC? Et le VIH? | vih.org
  • Le virus de l’hépatite C (VHC) a été découvert à la fin des années 80. Rapidement, on s’est rendu compte que ce virus infectait un nombre très important de personnes dans le monde et qu’il était responsable de très nombreuses pathologies hépatiques et extra-hépatiques, jusqu’alors considérées comme d’origine inconnue. Les Etats industrialisés ont alors reconnu l’hépatite C comme un problème de santé publique et des investissements publics très importants ont été faits dans la recherche académique, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, au Japon, en Australie : mise en place de programmes spécifiques de recherche, financements de groupes de recherche académique, financement de réseaux nationaux et internationaux, etc. La France a décidé de financer la recherche sur le VHC à travers l’ANRS. Outre les sommes très importantes engagées par l’Agence dans cette recherche, la puissance publique a également financé les salaires des chercheurs et enseignants-chercheurs, les laboratoires et leur fonctionnement à travers les établissements publics de recherche (INSERM, CNRS) et les universités. Ces recherches, menées dans le monde entier avec des financements publics, ont permis de connaître et de décrire la maladie, d’en caractériser l’épidémiologie, de comprendre les mécanismes du cycle viral (cible des nouveaux traitements) et ceux de la maladie, et de mettre en place des modèles d’étude qui ont permis de tester des molécules antivirales et d’arriver petit à petit aux progrès thérapeutiques aujourd’hui constatés. Ce n’est qu’à partir du moment où ces connaissances et ces modèles ont été disponibles que les entreprises de biotechnologies et l’industrie pharmaceutique, soutenus par la finance américaine, se sont emparés du sujet avec deux objectifs. Le premier objectif, atteint, visait au développement et à la mise sur le marché rapide de médicaments antiviraux hautement efficaces permettant de guérir l’infection par le VHC dans la majorité des cas. L’autre objectif, pas encore atteint, est un retour sur investissement financier massif et rapide, qui se traduit par un coût très élevé des nouveaux médicaments. On demande aujourd’hui en quelque sorte au contribuable français, allemand, américain, japonais, de payer une deuxième fois le développement des nouveaux médicaments de l’hépatite C, par le biais de la couverture sociale. On peut légitimement se poser la question de l’absence de retour sur investissement pour les Etats qui ont financé l’ensemble des découvertes ayant mené à l’évolution thérapeutique actuelle… vih.org, VHC : L'espoir des nouveaux traitements | vih.org
  • Les patients atteints d'hépatite C sans fibrose hépatique importante et présentant certaines comorbidités ou conditions particulières seront admissibles à recevoir ce traitement, notamment ceux atteints d'une maladie rénale chronique, qui sont co-infectés par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ou par le virus de l'hépatite B (VHB), qui ont subi une transplantation d'organe ou qui présentent des manifestations extra-hépatiques graves de la maladie. , ZEPATIER® est remboursé au Québec pour le traitement de l'hépatite C chronique

Images d'illustration du mot « extra-hépatique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « extra-hépatique »

Langue Traduction
Anglais extrahepatic
Espagnol extrahepático
Italien extraepatica
Allemand extrahepatisch
Chinois 肝外的
Arabe خارج الكبد
Portugais extra-hepático
Russe экстрапеченочный
Japonais 肝外
Basque extrahepatic
Corse extrahepatica
Source : Google Translate API
Partager