La langue française

Étoilement

Sommaire

  • Définitions du mot étoilement
  • Étymologie de « étoilement »
  • Phonétique de « étoilement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « étoilement »
  • Citations contenant le mot « étoilement »
  • Traductions du mot « étoilement »

Définitions du mot étoilement

Trésor de la Langue Française informatisé

Étoilement, subst. masc.[Correspond à étoiler IB et IIB] Rare. Action d'étoiler, de s'étoiler; résultat de cette action. a) [P. réf. à la disposition des étoiles dans le ciel] C'est l'étoilement de la verdure, au fond de mon jardin, par toutes ces roses (Goncourt, Journal,1883, p. 262).b) [P. réf. à la forme de l'étoile] P. ext. Synon. fêlure en étoile.Il a le fendillement vitreux, l'étoilement d'un carreau fraîchement cassé (E. de Goncourt, Mais. artiste,1881, p. 298).c) [P. réf. à l'éclat de l'étoile] Entrant par les hautes fenêtres du dortoir, venant blanchir imperceptiblement l'étoilement de ses quatre veilleuses accroupies sur leurs lits d'huile grasse (Courteline, Femmes d'amis,Tante Henriette, 1894, p. 62). [etwalmɑ ̃]. 1resattest. a) ca 1185 estellement « l'ensemble des étoiles » (Alexandre de Paris, Alexandre, III, 4971 in Elliott Monographs 37, p. 254) attest. isolée; b) 1845 étoilement « fêlure en forme d'étoile » (Besch. Suppl.); c) 1870 « disposition rayonnante, en étoile » (Lar. 19e); du rad. de étoiler, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Nom commun

étoilement \e.twal.mɑ̃\ masculin

  1. Action d'étoiler, de s’étoiler, apparence d’un ciel étoilé.
    • Entrant par les hautes fenêtres du dortoir, venant blanchir imperceptiblement l'étoilement de ses quatre veilleuses accroupies sur leurs lits d’huile grasse. — (Courteline, Femmes d’amis, Tante Henriette, 1894, page 62)
    • Le cours procède donc par ramifications, par éclatement, par étoilement. — (Jocelyne Fernandez-Vest, Combat pour les langues du monde: Fighting for the wordʼs languages, 2007)
  2. Fêlure en forme d'étoile.
  3. Jet d'étincelles qui se produit lors d'une coulée de fonte en fusion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉTOILEMENT (é-toi-le-man) s. m.
  • État d'une chose fêlée en étoile ; fêlure en étoile. Le sol de cette partie de l'Amérique a éprouvé de profondes dislocations à une époque postérieure au soulèvement de la chaîne principale des Andes ; le résultat de ce soulèvement a été une suite d'étoilements situés sur plusieurs lignes parallèles à l'axe des Andes, Pissis, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LIV, p. 1186. Cette manière de considérer une éruption [comme se produisant à l'aide d'une fente diamétrale passant par le centre du grand cratère] concorde avec ce que vous avez dit de l'étoilement successif de l'Etna, Sainte-Claire Deville, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LIV, p. 100.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉTOILEMENT. Ajoutez :
2Disposition en étoile. Comme les sources de lumière très restreintes faussent les mesures, soit par la diffraction, soit par scintillation, soit par des déformations de l'image, soit par l'étoilement qui se produit dans l'œil, Matthiessen, De la dispers. de l'œil, dans Suppl. à la Bibl. univ. de Genève, t. V, p. 221.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étoilement »

(Siècle à préciser) Composé de étoiler et -ment, faisait estellement en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étoilement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étoilement etwalœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « étoilement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étoilement »

  • « Mon cœur est devenu un pare-brise. À chaque peur, effroi d’une chute, angoisse d’un accident, le cœur se serre et s’étoile. Mon cœur aux mille étoilements. Le pare-brise tient le choc, le cœur fatigue. Dans ma vie, jamais je n’ai autant senti mon cœur. » DIACRITIK, Éléments de Langage : (m)éditer contre le temps
  • Mon travail relève de l’étoilement : je fais des connexions entre des milieux et des temporalités différentes. Rien n’est isolé. Ce qui se passe ici a des conséquences là-bas. L’effondrement du bloc soviétique a créé des problèmes de territoire aux racines économiques, politiques profondes, dont l’attaque, en 2008, de l’Ossétie-du-Sud par l’armée géorgienne et la contre-offensive russe sont une des résurgences. Libération.fr, Jean-Michel Alberola: «Mon travail relève de l’étoilement : je fais des connexions entre des milieux et des temporalités différentes» - Libération
  • Les notions de transmission et filiation sont au centre de ce volume, en un puissant étoilement qui concentre leurs dimensions historiques, intimes, familiales et textuelles — et même, plus largement, artistiques puisque Comment j’ai vidé la maison de mes parents est devenu un travail photographique, « Pitchipoï & Cousu main », « suite photographique à Comment j’ai vidé la maison de mes parents ou la Shoah vue par les yeux d’un enfant » (2010-2012). DIACRITIK, Lydia Flem : « Découvrir des sensations dont on ne parle jamais » (Une trilogie familiale)
  • L’étoilement de sa pensée, depuis le centre brûlant du Covid-19, explique le choix du titre français et de son titre au pluriel, Contagions, qui souligne cette diffraction : si l’Italie se retrouve « sur le podium » d’une « compétition anxiogène », celle du plus grand nombre de morts dus à une épidémie qui « brigue la première place parmi les urgences sanitaires de notre époque », la crise est mondiale, elle a un « caractère supra-identitaire et supra-culturel ». Non seulement parce que le virus ne connaît pas les frontières mais parce qu’il est « à la mesure du monde d’aujourd’hui, global, interconnecté, inextricable ». L’épidémie de coronavirus nous permet de mesurer « la multiplicité des niveaux qui nous relient les uns aux autres, partout, ainsi que la complexité du monde que nous habitons, de ses logiques non seulement sociales, politiques, économiques, mais également interpersonnelles et psychiques ». DIACRITIK, Paolo Giordano : « Ce qui arrive n’a rien de nouveau: cela s’est déjà produit et cela se reproduira » (Contagions)
  • Kateb Yacine, auteur d’une constellation d’ouvrages  gravitant autour de "Nedjma" (1956), se dit pourtant être "l’homme d’un seul  livre". Cette "unité en mouvement" fait débat, ainsi ouvert par une dizaine  d’analystes littéraires réunis dans l’ouvrage "Kateb Yacine et l’étoilement  de l’œuvre" (Editions La Licorne, 2010). "Je crois bien que je suis l’homme d’un seul livre", avait affirmé Kateb  Yacine en 1967, notent Anne-Yvonne Julien, Colette Camelin et François-Jean  Authier, professeurs notamment à l’université de Poitiers (France), qui ont  agencé cette compilation d’analyses sur l’œuvre katébienne. Pour Kateb Yacine, son œuvre, "à l’origine, était un poème" progressivement  "transformé en romans et en pièces de théâtre", mais "c’est toujours la même  œuvre" qu’il a laissée comme il l’avait commencée, "c’est-à-dire à la fois à l’état de ruines et à l’état de chantier". "C’est cette unité en mouvement qui nous retiendra, unité rayonnante  et mobile tout à la fois", avec le texte Nedjma présenté comme "une étoile filante,  dont le scintillement a été de longue date annoncé, en particulier par les étincelles  de Soliloques (1947) et qui fait fulgurer sa trajectoire dans toute l’œuvre  de Kateb", énoncent en avant-propos les auteurs de l’ouvrage.           Ils estiment ainsi que "20 après la mort du poète, il (leur) paraît  opportun de proposer une lecture de cette œuvre étoilée, à partir d’outils critiques diversifiés (narratologie, sociocritique, poétique des genres) et de s’intéresser  à la manière dont les forgeries de l’écrivain, en prise sur la réalité de l’histoire  algérienne, témoignent d’une énergie du renouvellement, qui n’exclut pas le  détour par le territoire des ancêtres qui étaient siens". A cet essai de lecture d’une  œuvre en perpétuelle reconstruction, les  auteurs associent une dizaine d’analystes tels que Charles Bonn, un spécialiste  de la littérature algérienne contemporaine, qui invite le lecteur à une dimension  "ré-évaluée" de la "fresque complexe qu’est Nedjma", un livre-manifeste d’un  "genre romanesque absent", mettant "à mal la norme européenne du roman". Pour approcher cette œuvre hors-normes, Denise Brahimi, docteur es-lettres,  enchaîne sur "les complexités" de Nedjma, un personnage "inaccessible", incarnant  "une logique de l’œuvre (katébienne), en train de s’inventer à mesure qu’elle  s’écrit". Le roman Nedjma met "en signes le chahut détonnant de l’hétérogène",  écrit pour sa part François-Jean Authier, estimant que ce livre-balise "retentit de toutes les images éruptives de la violence de l’art". Mais Nedjma, "mystère de la figure féminine, bonne et mauvaise étoile,  astre et désastre, désirée honnie, fantasmée, inventée de toutes pièces rapportées,  comment y toucher lorsqu’on est Kateb Yacine, né à Constantine en 1929, grandi  dans l’Algérie colonisée en résistance contre la France", se demande de son  côté Mireille Calle-Gruber (universitaire). Elle relève que Nedjma "c’est l’allégorie de l’Algérie terre-patrie" et que l’œuvre "échappe à la raison, au raisonnement". Alors que Naget Khadda, professeur de langue et de littérature,  voit en Nedjma, "un texte traversé par un puissant souffle de dissidence qui  fait imploser le dispositif du roman réaliste de témoignage", Catherine Brun  (universitaire-La Sorbonne) tente de lire dans ce roman référentiel "le mouvement  de Kateb Yacine vers le théâtre". Sur 215 pages, les analystes soumettent des angles de lecture distincts,  discontinus, permettant au lecteur d’avancer, de reculer, de procéder à des recoupements pour finalement tirer ses propres conclusions autour d’une œuvre  qui, selon Dominique Combe (universitaire-La Sorbonne), signe "la renaissance  de la tragédie". "La tragédie katébienne" se décrypte, selon Françoise Dubor, par le  fait que ce "qui est frappant, en définitive, c’est plutôt la façon dont un  monde de femmes se dessine et s’impose, au cœur d’un monde masculin, manifestant  l’art avec lequel Kateb Yacine donne voix et corps aux femmes", composant par  ailleurs une trame émergeant "en force de conscience" et puisant d’un "paradoxal  espoir" les chances maximales "d’affirmer une identité nationale irréductible". Dans l’oeuvre de Kateb Yacine, Martine Mathieu-Job (universitaire-Bordeaux)  reconstitue la charpente d’un "rapport dialectique antiquité-modernité", proposant ses "réflexions autour d’un motif odysséen revisité". Elle est relayée par Khedidja Khelladi (université d'Alger) qui, notant  que "le degré de la relation mythe-Histoire est un problème cher à l'écrivain"  (université d’Alger), en déduit que "comme le voulait Kateb, son œuvre en mouvement  reste neuve et constamment ressourcée par ses mythes mêmes". Benamar Mediene (professeur en histoire de l’art) clôture ce collier  de lectures inédites, par des souvenirs un hommage à son ami qui levait en  les femmes "des geysers de tendresse et aimait s’y noyer". Il raconte ses retrouvailles  avec Zouleikha Kateb, la cousine de Yacine qui est Nedjma pour la postérité". Dans "le pouvoir explosif du dire de Kateb Yacine, dans la pente allégorique  qui est parfois sienne, dans les mouvements amples qui le portent, il y a une  dimension indiscutablement plastique", écrit  Anne-Yvonne Julien, en présentant,  en fin d’ouvrage, un texte de l’écrivain en lequel "se manifeste une forme de  reconnaissance envers trois travailleurs de la matière picturale, Baya, Issiakhem  et Khadda, interprètes, comme Kateb le fut aussi, des souffrances et des élans  du peuple algérien". APS , Analyses littéraires : Kateb Yacine et l’étoilement de l’œuvre

Traductions du mot « étoilement »

Langue Traduction
Anglais starry
Espagnol estrellado
Italien stellato
Allemand sternenklar
Chinois 星空
Arabe مرصع بالنجوم
Portugais estrelado
Russe звездный
Japonais 星空
Basque izar
Corse stellata
Source : Google Translate API
Partager