La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ethnomusicologique »

Ethnomusicologique

Définitions de « ethnomusicologique »

Wiktionnaire

Adjectif - français

ethnomusicologique \ɛt.nɔ.my.zi.kɔ.lɔ.ʒik\

  1. (Didactique) Relatif à l'ethnomusicologie.
    • La comparaison des réalisations de Mompou et de Falla avec celles des folkloristes dont ils se sont inspirés soulève la question de la nature du travail ethnomusicologique impliqué dans ces pièces. — (Louis Jambou, Manuel de Falla, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1999, page 343)
    • L'année suivante l'auteur de ces lignes attirait à son tour l'attention lors du Congrès Grégorien International de Strasbourg, et sans recevoir le moindre écho, sur le profit à escompter d'une approche ethnomusicologique du chant grégorien : « […] ». — (Jacques Viret, Le chant grégorien et la tradition grégorienne, L'Âge d'Homme, 2001, page 111)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « ethnomusicologique »

Mot dérivé de ethnomusicologie, avec le suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ethnomusicologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ethnomusicologique ɛtnɔmysikɔlɔʒik

Évolution historique de l’usage du mot « ethnomusicologique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ethnomusicologique »

  • R.J. : Depuis dix ans je suis ici, j’ai travaillé d’abord comme stagiaire, et je m’intéresse aux aspects contemporains de la musique traditionnelle car depuis juillet 2011, je suis seul à m’occuper des différentes collections. Ma tâche consiste à gérer ces collections patrimoniales qui représentent plus de 9 000 instruments dont la plupart ont été collectés pendant la période coloniale (un petit peu dans la période précoloniale et un petit peu après). C’est un patrimoine pour lequel nous avons très peu d’information généralement parce qu’il y a eu quelques missions scientifiques à partir de la période coloniale, dans les années 1930-1950. Du côté musicologique ou ethnomusicologique c’est seulement à partir des années 1970, notamment des campagnes d’études avec enregistrements et collectes de certains types d’instruments. Pour la plupart, le reste des collections viennent de dons et legs des personnes qui ont vécu au Congo pendant la période coloniale, administrateurs, privés, missionnaires, etc., de ce fait nous avons assez peu d’informations sur ces objets. Mon travail consiste à reconstruire l’histoire, l’usage et la fonction de tous les instruments pour essayer de les valoriser à travers des projets d’exposition, de publication et de collaboration. Depuis le Fesnag nous avons renoué le contact avec l’IMNC et depuis nous essayons d’évoluer beaucoup vers le co-sourcing. Et, pour ce qui est de la seconde collection, les archives sonores, nous travaillons avec les musiciens. Cela représente 37 000 enregistrements, les premiers, les plus anciens, datent de 1912 et les derniers datent de quelques mois et ne sont pas toujours intégrés dans cette base de données. Nous avions pas mal d’enregistrements sous différents supports. La discipline de la musicologie et l’ethnomusicologie est fortement liée à la technologie, nous avons tout numérisé, constitué une base de données avec toutes nos archives numérisées. Nous avons une plateforme Internet très vieillotte mais elle permet d’avoir un inventaire en ligne. Une partie de mon travail consiste à gérer cette plateforme. Nous voulons arriver à une plateforme qui permette une écoute en ligne et à tout le monde d’accéder à une partie de nos archives dans un souci de plus en plus important du respect des droits d’auteurs. Il faut savoir que la plupart des enregistrements ont été faits sans contrat juste avec un arrangement sur le moment même avec les musiciens. Par ailleurs, les 37 000 enregistrements ne sont pas forcément tous les nôtres. Certains proviennent des échanges effectués avec d’autres chercheurs et d’autres institutions, y figurent aussi des publications sur l’Afrique nous intéressant que nous avons numérisées et nous n’avons pas de droits d’auteurs pour tout. Et, en soi, nous disposons d’une petite cinquantaine de publications scientifiques sur les enregistrements effectués par les chercheurs. Une cinquantaine avec dix morceaux, cela fait cinq cents. Evidemment très peu sont exploités. Du reste, c’est à la fois difficile de réaliser des contrats parce que la plupart des enregistrements que l’on fait vont rester dans les archives mais c’est important d’en avoir. Depuis que je suis ici, j’en fais avec les musiciens, ce n’était pas le cas avant. Maintenant que l’on cherche à rendre accessible ces archives au plus grand nombre, nous devons faire attention à la manière dont nous les diffusons. En plus de gérer la collection des instruments de musique, des objets, les archives sonores, c’est d’essayer de faire de la recherche fondamentale sur ce qu’il en est aujourd’hui de la musique traditionnelle. Ceci peut permettre de faire un ancrage entre les collections et ce que je vois. Mon intérêt pour les aspects contemporains se justifie du fait que j’estime important dans la constitution d’archives, principalement audiovisuelles, d’être un témoin de ce qui se passe aujourd’hui pour les générations futures. , Interview. Rémy Jadinon : « Mon travail consiste à reconstruire l’histoire, l’usage et la fonction de tous les instruments » | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • Cette résidence de création s’inscrit dans un projet plus large autour de la vielle de Gascogne, rassemblant les Nuits Atypiques, la compagnie Hart Brut et le label Pagans. Ce projet donnera également lieu, dans le futur, à une résidence de recherche ethnomusicologique, à la réalisation d’un film documentaire, à l’édition et réédition de disques, à plusieurs stages et concerts dans le cadre du festival des Nuits Atypiques… , Gironde. Bernos-Beaulac : rencontre-veillée autour de la vielle créative de Romain Baudoin | Le Républicain Sud-Gironde
  • Nous avons travaillé sur les écrits de Berlioz avec François Picard, professeur de la Sorbonne spécialiste en musique chinoise. Aussi rieurs soient ces textes, ils contiennent une description ethnomusicologique. Nous avons alors pu reconstituer la musique, avec l'aide de Jean-Christophe Frisch spécialiste des croisements et métissages musicaux avant l'heure (il dirigera l'Ensemble Le Baroque Nomade pour ce concert). Pour recomposer ce Bal sur une jonque chinoise auquel Berlioz aurait assisté, il a fallu exhumer tout un répertoire de danse parmi les collections de la Bibliothèque nationale. Olyrix.com, Festival Berlioz au musée Guimet des arts asiatiques - Actualités - Ôlyrix

Traductions du mot « ethnomusicologique »

Langue Traduction
Anglais ethnomusicological
Espagnol etnomusicológico
Italien etnomusicologica
Allemand ethnomusikologisch
Chinois 民族音乐学
Arabe إثنوموسيكولوجي
Portugais etnomusicológico
Russe ethnomusicological
Japonais 民族音楽
Basque ethnomusicological
Corse etnomusicologicu
Source : Google Translate API

Ethnomusicologique

Retour au sommaire ➦

Partager