La langue française

Espagnolade

Définitions du mot « espagnolade »

Wiktionnaire

Nom commun

espagnolade \ɛs.pa.ɲɔ.lad\ féminin

  1. Évocation déformée ou imaginée de l’Espagne.
    • Robert Hossein en fait une espagnolade avec chants et castagnettes, un mélodrame où une méchante mère pousse au suicide sa fille qui a « fauté ». — (Galerie Jardin des arts, numéros 143 à 148, 1975)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « espagnolade »

 dérivé de espagnol avec le suffixe -ade
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « espagnolade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
espagnolade ɛspanjɔlad

Évolution historique de l’usage du mot « espagnolade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « espagnolade »

  • Pendant un siècle (1820-1914) l’Espagne divertit le public français avec l’espagnolade, un exotisme à bon marché. Elle représente aussi, au fil des échanges, une source d’inspiration et de renouvellement en profondeur du langage musical.  France Musique, De Marie-Christine Vila "Rêve d’Espagne. Musique espagnole en France, entre espagnolade et espagnolisme" Éditions Fayard
  • Musique espagnole : du typique au topique La musique espagnole traditionnelle, typique, a une identité si précise en rythme, tonalités particulières, mélismes, qu’elle s’est imposée comme un genre en soi, si bien que rythmiquement,certaines de ses danses picaresques, même condamnées par l’Inquisition comme licencieuse, la chacone, la sarabande, la  passacaille, le canari, la folie d’Espagne, le bureo (devenu sans doute bourrée), se sont imposées et dignifiées dans la suite baroque. Quant à ses modalités et tonalités, elles ont fasciné les grands compositeurs, de Scarlatti à Boccherini, par ailleurs faisant intégrés à l’Espagne, de Liszt à Glinka et Rimski-Korsakof, de Verdi à Massenet, de Chabrier à Lalo, Debussy, Ravel, en passant par la Carmen de Bizet qui emprunte son habanera à Sebastián Iradier et s’inspire du polo de Manuel García, père de la Malibran et de Pauline Viardot, etc, pour le meilleur d’une « vraie » et digne musique espagnole « typique », écrite hors de ses frontières. Mais le typique trop défini finit en topique, en cliché avec l’espagnolade, qui a ses degrés, pas tous dégradants, et qui tiennent plus à une surinterprétation, à un excès coloriste de la couleur locale dans la musique, mais, surtout, à des textes, pour la majorité de musiques chantées, qui surjouent un folklore hispanique où règne le cliché pas toujours de bon aloi, une Espagne plurielle réduite abusivement à une Andalousie de pacotille, qui agace et humilie les Espagnols, caricaturée au soleil, au faux flamenco, aux castagnettes et à l’abomination de la corrida. , ZARZUELA, analyse d’un genre. Espagne, hispanisme, espagnolade | Classique News

Traductions du mot « espagnolade »

Langue Traduction
Anglais spanish
Espagnol español
Italien spagnolo
Allemand spanisch
Chinois 西班牙文
Arabe الأسبانية
Portugais espanhol
Russe испанский
Japonais スペイン語
Basque gaztelania
Corse spagnolu
Source : Google Translate API

Espagnolade

Retour au sommaire ➦

Partager