La langue française

Équirépartition

Phonétique du mot « équirépartition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
équirépartition ekirepartisjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « équirépartition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « équirépartition »

  • Le calcul est fondé sur des choix a priori souvent implicites et rarement discutés. On peut comparer la richesse du premier décile (les 10 % les plus pauvres) à celle du dernier (les 10 % les plus riches), ou des centiles (1 %), des millimes (0,1 %), des dix-millimes (0,01 %), etc. Pour un même ensemble de données, plus le pourcentage est faible, plus la mesure de la concentration est grande : sauf en cas d’équirépartition, le rapport des centiles est bien plus élevé que celui des déciles. Le Monde.fr, Thierry Foucart: « Mis à part l’épargne et les héritages, l’évolution financière d’un patrimoine privé est la conséquence de celle des marchés »
  • L’égalité réelle ne se mesure pas (seulement) à l’équirépartition des sièges, mais aussi aux marges de manœuvre qui sont conférées à chacun des deux genres… France Culture, L’avenir au féminin
  • Dans une étude tout juste publiée, nous nous sommes donc intéressés à la place des femmes, post-quota, au sein des conseils d’administration des sociétés du SBF 120 (les 120 plus grosses entreprises de la place parisienne). Entre 2011 et 2015, 330 recrutements de femmes sans expérience des conseils de grandes sociétés françaises ont été effectués pour faire face aux exigences réglementaires. Les recrutements masculins chutent mais ne se tarissent pas : le nombre de recrutements d’hommes sans expérience est équivalent. Les profils de ces deux groupes sont sensiblement distincts, les femmes étant plus jeunes et plus internationales et présentant une expérience professionnelle dans le secteur d’activité plus limitée. La comparaison de l’intégration de ces deux groupes au sein de la structure des conseils est assez édifiante : en tenant compte du fait que les caractéristiques de ces femmes et de ces hommes sont différentes, la probabilité pour une femme «débutante» de n’avoir aucun comité est de 19%, alors qu’elle n’est que de 13% pour les hommes débutants - en moyenne au sein d’une même entreprise. A l’inverse, la probabilité de siéger au sein de deux comités est de 17,3% pour les femmes débutantes contre 23,7% pour les hommes débutants. Dans le détail, ce sont les comités les plus prestigieux (audit, nomination-rémunération) qui sont, précisément, les plus fermés aux femmes. A titre d’illustration, pour l’année 2015, seuls 17 % des comités d’audit étaient présidés par une femme, alors que ce chiffre s’élevait à 55% pour les comités RSE – un bel exemple de répartition genrée des rôles… Si l’on se tourne du côté des rémunérations, le constat est similaire : à caractéristiques individuelles équivalentes et au sein d’une même entreprise, les femmes arrivées sur la période 2011-2015 gagnent en moyenne 5,6% de moins que les autres administrateurs (soit un écart de 2 650 euros pour une moyenne annuelle de 47 350 euros), alors qu’aucune décote significative n’est observable pour leurs confrères débutants. Cet écart s’explique largement par l’accès limité des femmes aux différents comités. Bref, les stéréotypes et les pratiques ont la dent dure : les femmes siègent bien dans les conseils (puisque la loi l’exige), mais au comité RSE, plus qu’au comité d’audit ou de rémunération… Si la loi a bien permis de briser le fameux plafond de verre à l’entrée des conseils, elle n’a pas mis fin à une forme de ségrégation intraconseils (à chacun sa place dans une hiérarchie déterminée, en fonction de critères… non liés aux compétences). Inéquitable ? Bien entendu ! Inefficace ? On peut le penser. Ainsi, dans une étude récente elle aussi, Green et Homroy (2018) se sont intéressés, après nombre de résultats contradictoires, à l’impact de la diversité de genre au sein des conseils sur la performance économique des entreprises cotées européennes (1). Leur constat est le suivant : en matière de performance, la part de femmes compte moins que la place des femmes, cette place se mesurant précisément à l’accès aux comités d’audit et de nomination-rémunération. Qu’en conclure ? Faudrait-il envisager un nouveau quota, réglementant l’allocation des positions intraconseils en fonction du genre ? C’est peu réaliste. En revanche, la place des femmes au sein des conseils, dans les différents comités, doit rester un point de vigilance. L’égalité réelle ne se mesure pas (seulement) à l’équirépartition des sièges, mais aussi aux marges de manœuvre qui sont conférées à chacun des deux genres… De ce point de vue, des progrès sont possibles et souhaitables. Libération.fr, Conseils d’administration : encore un effort pour l’égalité femmes-hommes - Libération
  • Selon l'Office international des prisons (OIP) qui en dénombrait 38 le 2 avril, "sur la base d'une équirépartition, ce chiffre correspondrait à un nombre annuel d'environ 151 suicides en 2009, qui signifierait une hausse de 31% par rapport à l'année 2008".  LExpress.fr, Nouveau suicide en prison, cette fois-ci à Poitiers - L'Express

Traductions du mot « équirépartition »

Langue Traduction
Anglais evenly distributed
Espagnol distribuidos equitativamente
Italien uniformemente distribuito
Allemand gleichmäßig verteilt
Chinois 平均分配
Arabe وزعت بالتساوي
Portugais distribuído uniformemente
Russe равномерно распределены
Japonais 均等に分散
Basque modu berdinean banatuta
Corse uniformemente distribuiti
Source : Google Translate API

Équirépartition

Retour au sommaire ➦

Partager