Épointage : définition de épointage

chevron_left
chevron_right

Épointage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

épointage \e.pwɛ̃.taʒ\ masculin

  1. Action d’épointer un outil, un instrument.
    • Or, si le raccourcissement des queues est facile, rapide à réaliser et sans grand danger pour les animaux, il n’en est pas de même pour l’épointage des dents. — (Laurent Delteil, Christine Meymerit, Manipulations, interventions et appréciations en élevage porcin, 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Épointage : définition du Littré (1872-1877)

ÉPOINTAGE (é-poin-ta-j') s. m.
  • Action d'épointer un outil, un instrument.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épointage »

Étymologie de épointage - Littré

Épointer 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de épointage - Wiktionnaire

→ voir épointer
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épointage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épointage epwɛ̃taʒ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « épointage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épointage »

  • Les porcelets sont retirés de leur mère vers 3 ou 4 semaines, quand l’âge naturel de sevrage se situe vers 3 ou 4 mois. On leur meule les dents, on leur coupe la queue, on castre les mâles. De plus en plus d’associations, comme CIWF (Compassion in World Farming), militent pour le bien-être des animaux de la ferme et pour l’arrêt de mutilations comme le dégriffage des pattes de poules, l’écornage des veaux, l’épointage (le raccourcissement) des becs… Des conditions d’élevage qui empirent avec la concentration des bêtes. Libération.fr, Treize raisons de lâcher le steak barbare - Libération
  • En effet, l’étourdissement préalable est obligatoire en Belgique, Suisse, Danemark, Suède, Norvège, Islande, Liechstenstein, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas contrairement à la France où il faut une dérogation. Aussi, 95% des cochons y sont élevés sans accès à l’extérieur. 85% des porcelets sont castrés à vif en France tandis que la Norvège, la Suisse, la Suède et l’Allemagne ont prévu d’interdire cette pratique (y compris avant 7 jours comme le veut la législation européenne) en 2019. Alors qu’en 2014 le projet français SOO souhaitait mettre au point une technique de « sexage des œufs durant la phase d’accouvage » pour empêcher la mise au monde des poussins mâles et leur broyage, les députés de l’Assemblé nationale ont rejeté l’interdiction du broyage en mai dernier. La Suisse a interdit l’élevage de poule en cage en 1992 tandis que l’Allemagne et l’Autriche le prévoit d’ici à 2020 et 2025. En France l’épointage (coupe des becs) continue à être pratiqué, y compris dans le secteur du bio, alors que la Suisse, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et l’Autriche l’ont interdit. L’Autriche et la Belgique ont prévu d’interdire les lapins en cage d’ici à 2020 et 2025. Au Royaume-Uni, l’obligation de vidéosurveillance dans les abattoirs a été appliquée le 4 mai dernier sous l’impulsion du secrétaire d’Etat à l’Environnement Michael Gove. Enfin, la France fait partie des cinq derniers pays européens qui produisent encore du foie gras en gavant les oies avec la Hongrie, la Bulgarie, l’Espagne et la Belgique. Reponse Conso, Bien-être animal : où en est la France ? - Reponse Conso
  • Coupe du bec (épointage) Doctissimo, Choisir les bons oeufs - Doctissimo
  • Dès le début de leur vie, des mutilations sont pratiquées pour « adapter » les animaux à la surpopulation des élevages ou au goût des consommateurs : épointage des becs, dégriffage des pattes des poules et des canards, et coupe des queues (les porcelets ont la queue cautérisée ou coupée à vif, et de plus, leurs dents sont rognées ou meulées). Pour la production de lait, les vaches, brebis et chèvres sont généralement inséminées chaque année. Les petits auxquels elles donnent naissance leur sont rapidement enlevés. Ces séparations affectent aussi bien les jeunes que leurs mères attachées à leurs bébés. Les truies sont entravées et ne peuvent pas développer de véritables relations avec leurs petits. , Tribune : "Un animal d'élevage n'est pas traité comme un être vivant sensible"
  • A long terme, cela devrait être la solution. Mais, pour le moment, il faut de toute urgence éviter les pires horreurs: castration à vif, écornage, gavage, épointage des becs, broyage de 50 millions de poussins mâles en France chaque année... Prenons un exemple: le porc est un amas de chair "poussé trop vite", comme un enfant de 10 ans qui pèserait 150 kilos. Quant à la truie, elle est prisonnière d'une étroite cage qu'on appelle "la vierge d'acier", la contraignant à rester allongée toute sa vie. Cela afin de ne pas écraser ses portées, incessantes, puisqu'elle est inséminée sans relâche. Sur les 15 à 25 porcelets d'une portée, les 5 plus faibles sont parfois tués en leur fracassant la tête sur le béton!   LExpress.fr, Matthieu Ricard: "La cause animale est absente de la présidentielle" - L'Express
  • Autre revendication : l’interdiction des mutilations telles le gavage ou l’épointage des becs. "Cela favorisera les élevages respectueux en plein air." www.lejdc.fr, Sylvie Cardona et Cécile Branciat pour le parti animaliste : "un ministère de la protection animale" - Nevers (58000)
  • Enfermés leur vie entière dans des hangars surpeuplés où ils ne verront jamais la lumière du jour et ne fouleront jamais un brin d’herbe, ils sont usés jusqu’au jour de leur abattage. Les bébés seront séparés de leur mère rapidement après leur naissance et pour éviter des comportements agressifs entre ces animaux, les éleveurs n’hésitent pas à pratiquer des mutilations : épointage des becs, dégriffage des pattes des poules et des canards, coupe des queues, rognage des dents des cochons, écornage des veaux et castration des porcs, des veaux, des chapons. , Salon de l’Agriculture 2016 : ne vous y trompez pas ! - Fondation 30 Millions d'Amis
  • Notre guide a déjà mis en œuvre l’une des principales obligations requises par son client: les truies disposent d’un box pour la mise bas, qui leur offre nettement plus d’espace que le système précédent. En outre, la lumière du jour pénètre suffisamment dans toute la porcherie, et le caillebotis est remplacé par des sols partiellement renforcés. «Les animaux s’y allongent volontiers et gardent l’espace propre», note Andreas Schmidli, expert en bien-être animal à Migros. Les petits restent au total trente jours auprès de leur mère puis sont placés dans une nouvelle porcherie pendant le sevrage. Située à Ceresara, à vingt minutes d’Asola, celle-ci dispose de sa propre fabrique d’aliments. Sur place, on remarque immédiatement que la dentition et la queue en tire-bouchon des porcelets sont intactes, l’épointage des dents et la coupe des queues étant interdits. Ces pratiques problématiques, qui avaient autrefois aussi cours en Suisse, sont censées empêcher que les bêtes ne se blessent les unes les autres. Migros Medien, Pour des animaux heureux | Migros Magazine
  • Certaines régulations sont prévues par le label Eurofeuille. Par exemple, les animaux doivent voir la lumière du jour régulièrement, sont nourris par des «aliments bio variés» et ne peuvent être ni attachés ni isolés. Certaines mutilations pratiquées dans le conventionnel restent en revanche autorisées : la castration, sous anesthésie ou analgésie, l’écornage des vaches, la coupe des queues et l’épointage des volailles (coupe d’une partie du bec). Le tout pour éviter aux animaux de se blesser dans leurs espaces restreints, pourtant bien que plus grands que dans le conventionnel. «Le règlement bio est de plus en plus dévalorisé, assure Sophia Lakhdar. Biocoop a imposé des cahiers des charges plus restrictifs. Par exemple, chaque année, en fonction des stocks halieutiques, ils définissent des zones de pêche autorisées et les fournisseurs doivent s’adapter.» Un nouveau règlement européen sur le bio a bien été adopté l’an dernier, mais avec peu d’avancées. Après quatre ans d’intenses débats entre les institutions européennes, une problématique centrale, la taille des élevages, n’a pas abouti à plus de restriction. En Italie, il existe par exemple des exploitations bio rassemblant 100 000 poules. Libération.fr, Investi par la grande distribution: l’eldoraBIO - Libération
  • Les professionnels des œufs en France et dans l’Union européenne répondent déjà à une règlementation sur le bien-être animal la plus stricte au monde. Au-delà des aspects réglementaires, la filière française va toujours plus loin pour assurer le bien-être des poules. Dans le cadre du Contrat Sociétal d’Avenir, elle s’engage notamment dans des travaux de recherches visant à poursuivre la réduction de l’utilisation des antibiotiques, faire évoluer les techniques d’épointage, etc. La filière met également en place de nouveaux outils afin de faciliter la mesure du bien-être animal. Une application mobile à destination des éleveurs sera ainsi développée pour effectuer des mesures strictes de différents critères liés au bien-être des poules pondeuses en élevages. Elle sera accompagnée d’un catalogue répertoriant des pistes d’amélioration relatives aux différents critères évalués. Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, Les professionnels de la filière œuf tirent la sonnette d'alarme | Journal Paysan Breton
  • Ainsi, pour nous, elles restent toujours trop concentrées, ce qui impliquera dans tous les cas l’épointage, c’est à dire que les becs ne pourront qu’être coupés pour éviter qu’elles ne se blessent entre elles. Nous ajoutons que l’accès à l’extérieur se résume souvent à un terrain nu, sans herbe ni arbre. Vegemag | Actualités vegan & protection animale, Un oeuf sans souffrance animale? Le projet Poulehouse fait débat | Vegemag
  • À ce sujet, notre système est intéressant. Nous faisons partie des entreprises les plus performantes au Canada mais ce n’est pas nécessairement à cause du box-office local. C’est un ensemble de critères qui donnent accès à une grille de pointage évaluée par Téléfilm Canada. C’est justement basé sur quels festivals on a fait à l’international, selon leurs catégories A, B, C, leur nombre, si on y a gagné des prix et lesquels, s’il y a des ventes à l’international, sur combien de territoires et pour quel montant, et puis le box-office local, le ratio coût vs les revenus globaux… Tout ça est donc pris en considération et ça donne une sorte d’épointage. Maintenant, un succès je le calcule de cette manière là. Donc les films qui nous donnent le plus de points, c’est Mommy, ensuite je crois que c’est Félix et Meira car il s’est beaucoup vendu à l’étranger et y a beaucoup été primé, avec un bon box-office. Ensuite je ne sais plus exactement… les films de Anne aussi ont bien marché, Nuit #1 et Les êtres chers. Les films de Denis Côté se positionnent bien dans ce classement surtout à cause des festivals et des ventes. Des échecs en tant que tels, je ne sais pas. Maudite poutine, j’ai été un peu déçu parce que j’avais mis beaucoup d’énergie dessus. Il est à mon avis magnifique et très différent de ce qu’on a fait d’autre car Karl a aussi une autre démarche. Là j’avais deux offres : une de Locarno pour la compétition à Cinéastes du présent, l’autre de Venise à Orizzonti en compétition donc ça partait plutôt bien ! On avait un petit vendeur qui avait la taille parfaite pour ce film là. Moi j’aurais préféré Locarno mais Karl voulait absolument aller à Venise. C’est sûr que si tu es capable de faire Venise et Toronto, alors là c’est très bon. Venise c’est prestigieux mais il n’y a pas de marché, pas de presse donc ça ne sert à rien. Par contre Toronto marche bien donc si tu es capable de combiner les deux, c’est l’idéal. Malheureusement, on n’a pas eu Toronto et ça a beaucoup affecté les ventes par la suite. Ça ne s’est pas tant vendu que ça mais il n’a pas fait tant de festivals non plus. Le box-office québécois a été relativement faible. Alors c’est vrai que c’est extrêmement arty comme film et je ne dirais pas que ça s’est mal passé, simplement que j’avais des attentes plus élevées. C’est à peu près le seul cas de figure récent, avec aussi Que ta joie demeure de Denis Côté, qui a été plutôt mineur. Tous les autres film ont bien marché, en tout cas d’une certaine façon. Mais Mommy, là ça a vraiment cassé la baraque. , Une démarche vraie, authentique, forte : entrevue avec Sylvain Corbeil, producteur chez métafilms | Culturopoing
  • Elena Nalon, vétérinaire responsable du programme Animaux de ferme pour l’organisation de défense animale Eurogroup for Animals basée à Bruxelles, souligne que la Suisse a banni la plupart des mutilations animales toujours autorisées dans l’Union européenne, comme la castration des porcelets sans anesthésie et l’épointage des becs des poules pondeuses. La durée du transport des animaux vivants est par ailleurs limitée à six heures en Suisse, alors qu’elle peut être beaucoup plus longue dans l’UE. «Un autre aspect important est que la Suisse a créé un corps d’inspection dédié spécifiquement au bien-être animal, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des Etats membres», relève la spécialiste. Le Temps, Objectif «zéro souffrance animale» dans nos assiettes - Le Temps
  • Dans son programme, elle défend une batterie de 148 mesures en faveur des animaux. Parmi les dossiers prioritaires du parti animaliste ? L’élevage. “Le broyage des poussins, l’épointage de bec des poules, la castration des porcelets, l’écornage des veaux... Toutes ces pratiques d’élevage sont aujourd’hui rejetées massivement par l’opinion publique”, assure Hélène Thouy qui prône l’arrêt des mutilations des animaux d’élevage. Ses autres grands chevaux de bataille : l’interdiction de la fourrure, des animaux de cirque, de l’abattage sans étourdissement, de la production de foie gras ou encore de la corrida. Le HuffPost, Européennes 2019: le Parti animaliste soutenu par Brigitte Bardot, Claude Lelouch et Laura Smet | Le HuffPost
  • Le CNPO assure que, dans le cadre du contrat sociétal d’avenir, seront aussi menés des travaux de recherche visant à poursuivre la réduction de l’utilisation des antibiotiques et à faire évoluer les techniques d’épointage. La France Agricole, Œufs : Vers une production plus en phase avec le bien-être animal
  • « Après avoir réalisé des essais peu satisfaisants avec des assiettes, nous conseillons d’installer des chaînes plates associées à des lignes de pipettes pour l’alimentation et l’abreuvement des poules. Ce sont des équipements simples, inusables et faciles à réparer », déclare Dominique Caro, technicien bâtiment pour la coopérative Le Gouessant. Les éleveurs ont installé un isolant standard au plafond qui reflète moins la lumière. « Nous anticipons une éventuelle interdiction de l’épointage des poules. Avec moins de luminosité nous diminuerons la problématique de piquage. » Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, 30000 pondeuses pour diminuer la production légumière | Journal Paysan Breton
  • « La particularité de ce poulailler est d’avoir un mur ventilé dans le milieu de la fosse sous les caillebotis », indique Bertrand Bouder, commercial chez Le Couillard. Ce mur vient remplacer les pieds qui sont installés pour soutenir les caillebotis. « L’objectif est de gagner du temps et de faciliter le montage et démontage des caillebotis lors des vides sanitaires. C’est confortable de ne pas avoir à enlever les pieds des caillebotis dans les fientes à la fin du lot. Le surcoût est de l’ordre de 15 000 € mais le gain de temps va permettre de l’amortir rapidement. » Les caillebotis sont de couleur noire, cela permet d’assombrir le bâtiment pour que les poules restent calmes. L’éleveuse anticipe la possibilité d’interdiction de l’épointage dans les années qui viennent. Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, 30 € d'investissement par poule pour s'installer en pondeuses | Journal Paysan Breton
  • "Les animaux parqués dans des enclos surpeuplés sont mutilés de façon systématique afin d'éviter qu'ils ne s'agressent ou se cannibalisent, raconte Brigitte Gothière, porte-parole de L 214. Les poules subissent l'épointage des becs; les porcelets, une castration à vif, tandis que leur queue est coupée et leurs dents, meulées. Sans même parler des truies, qui passent la moitié de leur vie dans une sorte de cage de fer leur interdisant tout mouvement, ou des poussins mâles, broyés faute de valeur commerciale."   LExpress.fr, Un label éthique pour en finir avec la souffrance animale - L'Express
  • Reste que dans le bio, les normes sont plus strictes. Tous les animaux disposent d'un parcours extérieur. Les castrations se font uniquement sous anesthésie. De plus, l'épointage du bec, l'écornage et le raccourcissement de la queue des agneaux ne sont possibles qu'à titre strictement exceptionnel. Les Echos, Bien-être animal : les industriels s'y mettent à pas comptés | Les Echos
  • « Toute la viande que j’avais mangée, je l’avais avalée sans jamais penser aux horreurs de la zootechnie. Jamais pensé à l’écornage des bovins, au débecquage des volailles, à l’épointage et à l’émasculation des porcelets… », lit-on dès les premières pages de ce  livre. Pas très bien dans sa peau quand il suivait son régime végétarien, l’auteur devient franchement malheureux dans la phase végétalienne. « C’était difficile d’être végétarien, mais à bannir les œufs et les produits laitiers, il ne me restait franchement plus grand-chose », écrit-il dès le troisième chapitre d’un ouvrage qui en compte douze. L'Humanité, L’homme qui ne voulait plus manger de viande | L'Humanité
  • Pour y remédier, les exploitants procèdent à des « modifications physiques douloureuses pour les animaux », en leur raccourcissant le bec (épointage), en leur coupant la queue (caudectomie), en les castrant ou en leur sectionnant partiellement les dents. Les Echos, Les animaux d'élevage encore trop souvent victimes d'abus en Europe | Les Echos
  • « L’industrie allemande de la dinde est très au point sur la politique, les médias, les ONG et la société. La pression exercée par les associations anti-viande sur les autorités conduit à plus de réglementations et de contrôles dans les élevages. » On peut citer en exemple la décision d’arrêter l’épointage à partir de fin 2017. Depuis quelque temps, les fabricants d’aliment ne peuvent plus utiliser de soja OGM dans la composition de l’aliment dinde. Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, L'Europe, 2e producteur de dinde au monde | Journal Paysan Breton
  • L’accord de coalition prévoit toute une série de mesures en faveur du bien-être animal : investissements pour améliorer les structures des élevages, renoncement aux interventions non-curatives (épointage, etc.), interdiction de l’élimination des poussins mâles, développement d’alternatives à la castration des porcelets, réduction de l’utilisation des antibiotiques, engagement au niveau européen pour une réduction des temps de transport des animaux, etc. The Conversation, Vogue du vegan en Allemagne : adieu la « currywurst » ?
  • La mort de ces millions de Géraldine pour assurer la demande française en œufs et ovoproduits est-elle pour autant une fatalité ? Opposées depuis plusieurs années à la réforme des pondeuses, des associations de défense des animaux invitent par exemple les particuliers à adopter les poules après des opérations de «sauvetage» dans des élevages industriels. Mais ces initiatives, qui permettent de sensibiliser l’opinion, restent  ponctuelles. A la tête de la start-up «Poule house», trois entrepreneurs se sont eux lancés en février dans la commercialisation d’œufs bios garantis «sans souffrance». Leur démarche, encore expérimentale, est assez simple : en laissant pondre les poules jusqu’à leur belle mort dans des conditions respectueuses de leurs besoins (pour l’instant une ferme de 12 hectares de la Haute-Vienne), tout le monde est gagnant. Les gallinacés sauvés de l’épointage, les éleveurs dont la production est rachetée (car vendue) à un prix plus cher ensuite, et  les consommateurs sensibles à la cause animale qui peuvent continuer à se sustenter le cœur (plus) léger. «Ce refuge n’est qu’une étape pour démontrer qu’on peut laisser vieillir les poules et commercialiser leurs œufs, explique d’ailleurs Fabien Sauleman, cofondateur de cette microsociété. Les consommateurs sont prêts à faire changer les choses et à y mettre le prix, à terme l’idée est que ce modèle soit rentable pour l’éleveur et qu’un label sans souffrance soit créé.» Libération.fr, Vieilles poules, œufs éthiques - Libération
  • Du côté de la filière œuf, Carrefour s’est rapproché de Poulehouse, qui a mis en œuvre un mode de production sans abattage des poules et des poussins. Ce partenariat implique la sélection de poules pondeuses avant leur éclosion pour éviter l’abattage des poussins mâles, l’arrêt de l’épointage des becs, la fin de l’abattage des poules et l’allongement de leur vie au-delà de leur période la plus productive. Pour rappel, l’enseigne s’est engagée à arrêter la commercialisation des œufs issus de systèmes en cage à sa marque d’ici 2020, à développer une offre d’œufs plein air étendue et à équiper ses abattoirs de caméra. De son côté, Poulehouse s’est associée à la Fabrique Cookies pour proposer des gâteaux et biscuits qui utilisent ses ovoproduits (lire Mars 2019, p.94). , Bien-être animal : les enseignes poursuivent leurs engagements / Qualité - Process Alimentaire
  • En 2017, l’enseigne de proximité du groupe Casino a été l’une des premières à vendre les œufs frais bio à marque Poulehouse. Dans cette start-up, les poules pondeuses échappent à l’étape de l’abattage qui suit habituellement leur baisse de productivité, après 18 mois de service. Chez Poulehouse, les gallinacés coulent des jours heureux pendant leur retraite jusqu’à leur mort naturelle, autour de l’âge de 6 ans. Plus tôt dans le processus, la marque s’engage aussi à ne pas procéder à l’exécution des poussins mâles puisqu’elle est capable de ne sélectionner, dès l’oeuf, que les femelles. Celles-ci échappent par ailleurs à l’étape d’épointage qui consiste à raccourcir leur bec, une technique habituellement pratiquée pour éviter les blessures. , Un cobranding en faveur du bien-être animal chez Franprix / Les produits - Linéaires
  • Recherche de méthodes alternatives au gavage, à la castration, à l’épointage du bec ; amélioration des conditions d’abattage, etc. Le ministre de l'Agriculture a présenté la stratégie du gouvernement pour améliorer le bien-être animal.   France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Agriculture : quel est le plan d'action du gouvernement pour le bien-être animal ?
  • Ces images, dont certaines ont été tournées la semaine dernière dans un couvoir des Pays de la Loire, montrent des pratiques qui n'avaient jamais été documentées auprès du grand public jusqu'alors. En particulier « l'épointage », une opération qui consiste à couper le bec des canetons éclos du jour avec une pièce métallique chauffée à blanc. Dans la vidéo présentée ici, on peut voir les animaux installés sur un carrousel. Ils sont d'abord vaccinés, puis vient l'opération d'épointage à proprement parler. On distingue sur les images des flammes qui viennent chauffer à blanc des pièces métalliques qui tranchent les becs toutes les 15 secondes. Cette opération est réalisée de manière préventive pour éviter que les animaux ne se blessent les uns les autres dans les élevages intensifs. Le Point, EXCLUSIF. Foie gras : dans l'horreur d'un couvoir à canards - Le Point
  • Ce partenariat, développé par Carrefour, dans le cadre de son "programme de transition alimentaire pour", implique la sélection des poules pondeuses avant leur éclosion pour éviter l'abattage des poussins mâles (sexage in ovo) ; l'arrêt de l'épointage des becs de poules pondeuses et l'arrêt de l'abattage des poules et l'allongement de leur vie au delà de leur période la plus productive. Carrefour répond ainsi à la demande croissante de ses consommateurs végétariens, flexitariens ou tout simplement préoccupés par la cause animale. https://www.decision-achats.fr/, Carrefour s'engage en faveur du bien-être des poules pondeuses
  • Si le picage est un comportement naturel de la poule, le picage sévère est lui un comportement agressif envers les congénères. Pour résoudre ce problème, le débecquage qui ne se fait plus depuis plusieurs années était pratiqué. Cela consistait à retirer une partie du bec supérieur et engendrait des pertes d’informations sensorielles, douleurs et formation de névromes. Aujourd’hui, en France, les poules sont épointées, c’est-à-dire que moins d’un tiers de la partie supérieure du bec est retiré par rayonnement infrarouge. Une question se pose : quel est l’avenir de l’épointage ? La forte pression de la société sur la prise en compte du bien-être animal et la gestion de la douleur chez les animaux d’élevage présage une fin programmée de l’épointage dans les années à venir. « La Suède, le Danemark, l’Autriche et l’Allemagne ne pratiquent plus l’épointage. Aux Pays-Bas, l’arrêt est en cours. » Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, Pondeuse : La fin programmée de l'épointage | Journal Paysan Breton
  • L’épointage du bec des poules pondeuses est réalisé au couvoir par traitement Infrarouge du bec des poulettes sur moins d’un tiers de la longueur du bec. Il est autorisé en France et réglementé par la Directive européenne 1999/74/EC. L’épointage est interdit depuis longtemps en Norvège, Finlande et Suède et plus récemment en Allemagne, Autriche, Suisse, Pays-Bas. Cette interdiction concerne aussi les élevages français exportant les œufs à destination de ces pays. Réussir volailles, Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses | Réussir volailles

Traductions du mot « épointage »

Langue Traduction
Corse tagliata
Basque trimming
Japonais トリミング
Russe зачистка
Portugais aparar
Arabe زركشة
Chinois 修整
Allemand trimmen
Italien rifinitura
Espagnol guarnición
Anglais trimming
Source : Google Translate API

Mots similaires