La langue française

Épigraphique

Sommaire

  • Définitions du mot épigraphique
  • Étymologie de « épigraphique »
  • Phonétique de « épigraphique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « épigraphique »
  • Citations contenant le mot « épigraphique »
  • Traductions du mot « épigraphique »

Définitions du mot épigraphique

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIGRAPHIQUE, adj.

Cour. Relatif aux inscriptions sur matière durable ou à l'épigraphie. Documents épigraphiques (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p. 86).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. épigraphiquement. Par le moyen des inscriptions sur matière durable. Ainsi « lat. hunc », qui remonte à « hom ce » (« ce » est attesté épigraphiquement) (Saussure, Ling. gén., 1916, p. 245).
Très rare. Relatif aux citations placées en tête d'un écrit ou aux sentences propres à quelqu'un. Péché contre deux de mes devises épigraphiques (Amiel, Journal,1866, p. 95).
Prononc. et Orth. : [epigʀafik]. Ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1845 (Besch.). Dér. du rad. de épigraphie*; suff. -ique*; cf. gr. ε ̓ π ι γ ρ α φ ι κ ο ́ ς « relatif aux inscriptions ». Fréq. abs. littér. : 3.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIGRAPHIQUE, adj.

Cour. Relatif aux inscriptions sur matière durable ou à l'épigraphie. Documents épigraphiques (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p. 86).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. épigraphiquement. Par le moyen des inscriptions sur matière durable. Ainsi « lat. hunc », qui remonte à « hom ce » (« ce » est attesté épigraphiquement) (Saussure, Ling. gén., 1916, p. 245).
Très rare. Relatif aux citations placées en tête d'un écrit ou aux sentences propres à quelqu'un. Péché contre deux de mes devises épigraphiques (Amiel, Journal,1866, p. 95).
Prononc. et Orth. : [epigʀafik]. Ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1845 (Besch.). Dér. du rad. de épigraphie*; suff. -ique*; cf. gr. ε ̓ π ι γ ρ α φ ι κ ο ́ ς « relatif aux inscriptions ». Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Adjectif

épigraphique \e.pi.ɡʁa.fik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif aux épigraphes, aux inscriptions.
    • Science épigraphique.
    • Études épigraphiques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPIGRAPHIQUE. adj. des deux genres
. Qui se rapporte aux inscriptions. Science épigraphique. Études épigraphiques.

Littré (1872-1877)

ÉPIGRAPHIQUE (é-pi-gra-fi-k') adj.
  • Qui est propre à l'épigraphe. Style épigraphique.

    Qui est relatif à l'épigraphie. Études épigraphiques.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épigraphique »

Du grec ancien ἐπιγραφικός, epigrafikos → voir épigraphe et -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épigraphique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épigraphique epigrafik

Évolution historique de l’usage du mot « épigraphique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épigraphique »

  • Le sceau en argile de bricolage a été fabriqué à partir d’un tesson de poterie réutilisé de 8 centimètres de diamètre. Shalev l’a appelé « objet étrange » et a déclaré qu’il semble que quelqu’un ait pris un morceau d’un récipient cassé et l’ait réutilisé, tout en y gravant des « figures courbes » qui ont été faites pour ressembler à des lettres. Il a qualifié le sceau pseudo-épigraphique d’“objet très unique” qui semble avoir été « très local » dans sa fabrication, par opposition à l’impression officielle de style babylonien. The Times of Israël, Archéologie : Des Juifs ont reconstruit Jérusalem après l'exil du 1er Temple | The Times of Israël
  • On ne le dira jamais assez : Bettina Heinen-Ayech a apporté du nouveau à l’acte pictural. Toute sa vie, elle s’est investie dans l’aquarelle ; elle y a longtemps creusé, si bien qu’elle y a puisé des trésors d’esthétique et de ravissement, et que sa touche particulière est désormais novatrice en la matière. Mais d’abord, comment ai-je connu Bettina, ou plus exactement comment ai-je découvert cette grande artiste ? Cela s’est passé àl a fin des années 1960 ; je revenais du collège, je devais avoir 13 ou 14 ans, et je traversais le jardin public et épigraphique (ce n’est malheureusement aujourd’hui ni l’un ni l’autre, mais juste un vulgaire espace bétonné et un brin vert, et en plus fermé depuis un bail, attendant quelque personnalité pour son ouverture, ou pour son inauguration, s’il vous plait, ce qui désengorgera le centre-ville, comme si le maire ne pouvait pas le faire – pardon pour cette digression, réflexe de journaliste-), quand je tombe sous le charme d’une scène merveilleuse, magique, irrésistible : une jeune et belle femme rousse était en train de dessiner des colonnes romaines. Quelle femme et quelles couleurs ! J’en étais tellement fasciné que je lui ai demandé si je pouvais rester près d’elle pour pouvoir admirer ces belles choses qu’elle dessinait. Oh que non ! El Watan, Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s’est effondrée | El Watan
  • "Mon projet de recherche, qui se propose de croiser les données archéologiques, épigraphiques, iconographiques et littéraires à travers une approche comparative et pluridisciplinaire, porte sur "L’animal dans la religion phénicienne de la Méditerranée occidentale". Je travaille de manière générale sur l’histoire et l’archéologie phénico-punique, tout particulièrement l’univers religieux, mais l'archéologie du rite, les Human-Animal Studies et les changements religieux survenus à l’époque romaine font également partie de mes objets d'étude." , École française de Rome, portrait de membres : Bruno D’Andrea | lepetitjournal.com
  • Si cette analyse minutieuse apparaîtra quand même encore un peu trop technique et fastidieuse à certains lecteurs, gageons que ces derniers se régaleront à la lecture du premier volume (seulement un millier de pages !) qui, comme son titre l’indique, contient une vingtaine d’études toutes plus passionnantes les unes que les autres « sur le contexte et la genèse du Coran ». C’est, en fait, comme le disent à nouveau les deux maîtres d’œuvre, « une monumentale introduction sur le monde qui a vu naître le Coran. Elle vise à présenter tout ce qu’il (sic) se passe en Arabie autour d’elle au moment de l’avènement de Muhammad ». Elle « comprend trois parties ». « La première est consacrée aux contextes historique et géographique du Coran et des débuts de l’islam ». C’est là que se pose, entre autres, la question délicate, sous la plume très affûtée de l’Américain Stephen Shoemaker, de la biographie du prophète fondateur ; non sans prudence ni lucidité, il a mis un pluriel dans son titre : « Les vies de Muhammad »… et l’on trouve cette phrase, plutôt (trop ?) optimiste, dans son dernier paragraphe : « Il semble que le temps soit venu pour un tournant critique dans l’étude des débuts de l’islam »… La partie la plus longue est la deuxième (avec dix contributions, la moitié de l’ensemble), « elle envisage le Coran comme un carrefour de traditions et comme le point de rencontre de plusieurs religions de l’Antiquité tardive ». Bien sûr, le lecteur occidental sera particulièrement intéressé par le chapitre initial, rédigé par Meir Bar-Asher, de l’Université hébraïque de Jérusalem, intitulé « Le judaïsme et le Coran », et qui traite en particulier de la « représentation des Juifs et du judaïsme dans le Coran ». Plus loin, David Hamidovic, actuel doyen de la Faculté de théologie de Lausanne, aborde le sujet spécifique du rapport entre « les écrits apocryphes juifs et le Coran ». Mais c’est au christianisme qu’est réservé la plus grande part, avec un certain nombre de contributions, dont une, assez attendue, détaillant les (nombreuses !) confessions chrétiennes à la naissance de l’islam, et deux, plus originales, respectivement, sur les chrétiens en Iran sassanide et sur le christianisme éthiopien. Et, n’oublions pas la belle petite monographie sur le manichéisme, due à un des grands spécialistes de ce dernier, Michel Tardieu, ancien directeur d’études à l’EPHE. Enfin, la troisième partie « aborde le corpus coranique proprement dit » par divers biais : étude des manuscrits coraniques en Occident, approche codicologique du Coran, approche épigraphique, étude du contexte et de la composition du Coran, histoire de la canonisation de ce dernier, perception shi’ite, enfin, de l’histoire du Coran. La Croix, ISLAM : Une synthèse des recherches scientifiques sur le Coran
  • Le touriste n’a plus la moindre œillade pour la pierre de Bab Azzoun qui est rivée à l’angle de l’arcade Sid-Ahmed-Oucherif (ex-rue du Caftan) à trois mètres environ du niveau du sol. Et pour cause, cette plaque épigraphique d'Icosium est dissimulée derrière le sablonneux filet de protection du chantier de rénovation de l’immeuble d’à côté.  http://www.liberte-algerie.com/, La plaque épigraphique d'Icosium en piètre état: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • L’histoire de l’invasion colonial est un long récit douloureux qui commença par un parjure celui due de Bourmont en effet Malgré   les promesses du général de Bourmont en juillet 1830, qui prend sur l’honneur l’engagement suivant:  « la liberté de toutes les classes d’habitants ,leurs religions, leurs propriétés , leurs commerces et leurs industries ne recevront aucune atteinte ». Le premier soin des Français lorsqu’ils eurent pris procession d’Alger , fut  nous dit A. Devoulx : « de tailler un peu de place aux vivants, aux détriments des morts et de dégager les abords de la ville de cette multitude de tombes qui les envahissent . Cet accaparement se fit sans discernement  Les terrains des sépultures nous étaient indispensables pour la création des routes, jardins et établissements qu’un peuple civilisé et actif s'empresse de fonder la où  il s'implante. Je dois cependant dire que le travail de transformation ne fut pas accompli avec tout le respect auquel les morts avaient le droit, et ressemble un peu trop à une profanation.  Pendant plusieurs années, poursuit Albert Devoulx  on put voir dispersés çà et là des amas d'ossements tirés brusquement de leurs tombes et jetés au vent avec une certaine brutalité. Quelques précautions auraient suffit pour éviter cette violation de tombeaux qui a provoqué une profonde sensation parmi les indigènes  et a fait naître chez eux l'idée que  les cendres des morts ne nous sont pas sacrées....Au point de vue historique, une partie des annales d'Alger  était là gravée sur le marbre ou sur l'ardoise, et ces pages ont été livrées à la destruction et à la dilapidation. Il y avait en effet une abondante moisson de documents épigraphiques à faire au profit de la chronologie des pachas et des principaux fonctionnaires de la Régence. (…)Une quantité  considérable de monuments précieux  des époques romaines arabes, et turques  ,qu’il eut facile de sauver  ont disparu à tout jamais,mutilés ou détruits par la main des hommes , après avoir résisté aux injures du temps ». L'histoire doit regretter l'anéantissement complet d'un cimetière réservé aux pachas et que cite l'historien Diego de Haedo  qui écrivit son ouvrage sur la ville d’Alger  vers la fin du XVIe siècle » (1)   Club de Mediapart, Les valeureux patriotes  et  le recouvrement de la mémoire de l’Algérie | Le Club de Mediapart
  • Une plaque épigraphique à la mémoire d'Abraham Silberschein a été dévoilée vendredi par la Ville de Genève. Le docteur a sauvé des vies en participant à une organisation qui délivrait de faux passeports à des familles juives menacées de mort. SWI swissinfo.ch, Genève dévoile une plaque à la mémoire d'Abraham Silberschein - SWI swissinfo.ch
  • Écrire l’histoire des chrétiens, c’est d’abord dresser un inventaire, en croisant les sources documentaires disponibles : la littérature néotestamentaire et patristique, les premiers éléments du droit canon, tous les témoignages littéraires, épigraphiques, voire archéologiques, qui permettent d’appréhender le vécu des communautés chrétiennes ainsi que la pastorale mise en œuvre pour répondre aux divisions et régler des questions disciplinaires ou doctrinales. Dans cet inventaire, l’auteur a été particulièrement attentive à l’histoire des chrétiens d’Orient que l’Église latine et les historiens occidentaux ont longtemps négligés. France Culture, Comment les chrétiens sont devenus catholiques, avec Marie-Françoise Baslez
  • Genève rend hommage à Georges Haldas. Jeudi une plaque épigraphique a été posée au 7, boulevard des Philosophes où l'écrivain et poète a habité une bonne partie de sa vie. SWI swissinfo.ch, Boulevard des Philosophes: une plaque en hommage à Georges Haldas - SWI swissinfo.ch

Traductions du mot « épigraphique »

Langue Traduction
Anglais epigraphic
Espagnol epigráfico
Italien epigrafico
Allemand epigraphisch
Chinois 人口统计学
Arabe كتابية
Portugais epigráfico
Russe эпиграфический
Japonais 伝記
Basque epigrafikoak
Corse epigraficu
Source : Google Translate API
Partager