La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « épierrer »

Épierrer

Définitions de « épierrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIERRER, verbe trans.

A.− Débarrasser un terrain des pierres qui en rendent la culture difficile :
Pline raconte qu'un laboureur d'un canton d'Italie, situé, je crois, dans une des gorges de l'Apennin, ayant fait épierrer son champ, il n'y pouvait rien croître, et qu'il fut obligé d'y faire rapporter des pierres, afin de lui rendre sa fécondité. Bern. de St-P., Harmonies de la nature,1814, p. 206.
P. métaph. Encore aujourd'hui, le jeune docteur est obligé d'épierrer son chemin des calomnies que cette charmante femme y jette à tout moment (Balzac, Ptes mis.,1846, p. 494).
Spéc., MINÉR. ,,Enrichir par épierrage`` (Minéral. 1972).
B.− TECHNOL. [Le compl. d'obj. désigne une peau] L'adoucir du côté de la fleur avec une pierre à aiguiser de façon à faire disparaître les portions de laine ou de poil qui sont restés après le pelage. Épierrer une peau (DG).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Épierré, ée, part. passé avec valeur d'adj. Se dit de l'action de triage qui consiste à séparer les pierres des céréales ou des légumes. Les pommes de terre, convenablement lavées et épierrées mécaniquement, subissent une série de râpages ou de broyages (Brunerie, Industr. alim., 1949, p. 11). b) Épierreur, subst. masc. Appareil destiné à éliminer les pierres ou autres corps étrangers lourds des céréales ou des légumes. Les betteraves, remuées en tous sens, sont nettoyées et chassées peu à peu par des palettes placées à l'intérieur qui les entraînent vers un épierreur, autre laveur à mouvement plus rapide et destiné à retenir les pierres et corps solides (Rouberty, Sucr., 1922, p. 41).
Prononc. et Orth. : [epjε ʀe], [-je-]; (j')épierre [epjε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932 Étymol. et Hist. 1546 (R. Estienne, Dict. Latinogallicum, 434b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 57). Dér. de pierre*; préf. é-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 5.
DÉR.
Épierrage, subst. masc.Action d'enlever les pierres d'un terrain afin de le rendre apte à la culture; résultat de cette action. L'épierrage des champs, fait généralement à bras, peut être avantageusement effectué avec des machines à traction animale appelées épierreurs (Passelègue, Mach. agric.,1930, p. 98).Spéc., minér. ,,Élimination d'un matériau grossier des fragments stériles à rejeter (les pierres)`` (Minéral. 1972). Rem. On rencontre ds la docum. le synon.
épierrement, subst. masc.En Bolivie, l'épierrement sert à édifier des enclos à bétail (...). Constamment enlevées, ces pierres, toujours renouvelées, peuvent donner lieu à d'énormes constructions (Meynier, Paysages agraires,1958, p. 103). [epjε ʀa:ʒ]. Non attesté ds Ac. 1reattest. 1779 epierrage (Restif de La Bret., Vie de mon père, p. 136); de épierrer, suff. -age*.

Wiktionnaire

Verbe - français

épierrer \e.pje.ʁe\ ou \e.pjɛ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Agriculture) Débarrasser un terrain des pierres qui empêchent qu’on ne le cultive.
    • Piocher, bêcher, arracher des ajoncs, épierrer une lande, c’est bon pour les idées, les idées qu’on se fait dès qu’on tricote, dès qu’on se met à coudre. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 46)
  2. (Industrie) Ôter les pierres d'un minerai.
    • Jusqu'à présent, les grosses catégories de charbons — celles dont le calibre est supérieur à 80 ou au plus 150 mm. — sont épierrées à la main. — (Ch. Berthelot, Épuration, séchage, agglomération et broyage du charbon, Paris : chez Dunod, 1938, p. 27)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPIERRER. v. tr.
Débarrasser un terrain des pierres qui empêchent qu'on ne le cultive. Il faut épierrer les carrés où l'on veut planter des fleurs.

Littré (1872-1877)

ÉPIERRER (é-piè-ré) v. a.
  • Ôter les pierres d'un terrain.

    Absolument. Épierrer n'est pas toujours utile.

HISTORIQUE

XVIe s. … à faire coupper les buissons des prairies seches, les espierrer, charrier matieres pour bastir, De Serres, 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épierrer »

É- pour es- préfixe, et pierre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De pierre, avec le préfixe é-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épierrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épierrer epiɛre

Évolution historique de l’usage du mot « épierrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épierrer »

  • Il ne reste plus que 2,5 kilomètres de digue à réaliser pour terminer le chantier de la nouvelle route du littoral et les roches massives nécessaires existent à la Réunion non seulement chez les agriculteurs qui ont fait épierrer leurs terres mais aussi dans certaines ravines . j’ai déjà signalé l’existence d’un gisement important dans le lit de la Ravine sèche à Saint Benoit au dessus de Pont Payet et il y a d’autre sites d’exploitation . Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, Reporterre : « La Réunion renonce à finir l’absurde « nouvelle route du littoral » » - Déplacements - Transports - Infos La Réunion
  • Comment laver et épierrer les betteraves fourragères? Cross, un constructeur irlandais, a la solution. Entraid' : le média des cuma et du matériel agricole, Récolter et laver les betteraves fourragères avec Cross - Entraid
  • Les meubles antiques côtoient les personnages d'art populaire, grandeur nature. Des tablettes débordent d’outils d'une autre époque, identifiés par des noms qui font sourciller : mains à patates, crochets à épierrer et cantouques à billots. Radio-Canada.ca, Les 100 000 trésors cachés du Musée Pop | Radio-Canada.ca
  • L’action se déroule pour l’essentiel dans le district de Darvoz, extrémité nord-ouest du Badakhchan, lui-même province orientale de cette république enclavée entre le Kirghizistan, l’Ouzbekistan, l’Afghanistan et la Chine, et dominée par les très hauts sommets du Pamir. Terre pauvre, climat rude. Pâturages d’altitude, champs à épierrer, défilés rocheux, gorges, torrents, villages qui sentent la fumée et le fumier. Nous ne sommes pas dans l’Orient caucasien de Tolstoï, encore empreint de ce romantisme auquel Olénine finit du reste par renoncer (Les Cosaques, 1863). Le pays dépeint par V. Medvedev n’a rien qui puisse exalter ou séduire des Russes comme l’ancien officier Davron, qui a fait « l’Afgha » (la guerre d’Afghanistan) et pour qui montagne signifie : danger (p. 358), ou comme Zorina qui, dans le soleil embrasant les sommets, voit surtout un insolent défi à sa peine (p. 401). L’admiration du héros tolstoïen pour la majesté des paysages et pour la simplicité « naturelle » des villageois n’est décidément pas de mise : Medvedev montre les habitants du Darvoz contraints à une lutte âpre et parfois désespérée pour leur survie. Ayant perdu le soutien de l’infrastructure soviétique, ils se retrouvent à la merci des seigneurs du cru. Ceux-ci ont jadis résisté à l’émir de Boukhara, puis au pouvoir des soviets en prolongeant l’insurrection des basmatchis (1916-1934) auxquels s’intéresse le personnage d’Oleg dans ses recherches. Hélas, pense-t-il, l’histoire se répète : « les paysans se moquent bien de savoir quel pouvoir arrive et quel pouvoir s’en va. Ce qui compte, c’est que le nouveau les opprime moins que l’ancien et qu’il se mêle moins de leurs affaires […] Le Darvoz n’a pu être vaincu et annexé à l’émirat de Boukhara qu’au prix d’une mer de sang versée durant le dernier quart du dix-neuvième siècle […] les princes locaux défendaient leur domination et, en même temps qu’ils s’opposaient aux bolcheviks, il n’était pas rare qu’ils se battent entre eux. Cette situation se rejoue aujourd’hui dans les moindres détails » (p. 282). Journaliste venu de Moscou, Oleg ressemble à l’auteur : leurs biographies respectives les rapprochent (« le Tadjikistan, c’est mon pays et la Russie, ma patrie », p. 117) et il a lui aussi interviewé Sangak Safarov [1]. Son diagnostic paraît donc refléter celui de Medvedev sur la guerre « qu’on dit civile mais qui est en réalité une guerre intestine entre princes locaux ». La région autonome du Haut-Badakhchan a depuis retrouvé la paix, mais rien n’assure qu’elle soit à l’abri des mouvements de fond qui parcourent l’Asie centrale. Même si le pouvoir actuel se veut stable : installé à sa tête depuis vingt-huit ans, Enomali Rahmon prépare aujourd’hui le Tadjikistan à une succession familiale en la personne de son fils… , Sur Zahhâk, le roi serpent de Vladimir Medvedev - La Revue des Ressources
  • Ce jour-là, l’entrée avalée, la cabane avait été le menu principal de l’après-midi. Le chantier suit son cours : terrasse, échelle pour accéder aux étages. Les déplacements pour s’y rendre se font en hoverboard ou en brouette. « Sinon papa nous embauche pour travailler à la ferme, épierrer le champ, remplir la cuve à la fontaine pour arroser le jardin. On préfère ça à la télé et au smartphone. » Le confinement fini, les écoliers ont déjà prévu une soirée autour du feu en famille pour fêter « l’après 11 mai ». , Edition Pontarlier Haut-Doubs | Une journée d’écoliers confinés à la campagne

Images d'illustration du mot « épierrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « épierrer »

Langue Traduction
Anglais stoner
Espagnol stoner
Italien stoner
Allemand stoner
Chinois 斯托纳
Arabe ستونر
Portugais chapado
Russe стоунер
Japonais ストーナー
Basque stoner
Corse stoner
Source : Google Translate API

Épierrer

Retour au sommaire ➦

Partager