La langue française

Ensouple

Sommaire

  • Définitions du mot ensouple
  • Étymologie de « ensouple »
  • Phonétique de « ensouple »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ensouple »
  • Citations contenant le mot « ensouple »
  • Traductions du mot « ensouple »

Définitions du mot « ensouple »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENSOUPLE, subst. fém.

TECHNOL. (tiss.). Cylindre d'un métier à tisser au tour duquel est enroulée la chaîne du tissu. Métier à double ensouple. La nouvelle disposition de l'enroulement du tissu fabriqué et de l'ensouple de chaîne qui sont superposés et se trouvent dans la partie arrière du métier (Thiébaut, Fabric. tissus,1961, p. 185):
Vois cette étoffe aussi qui est l'ouvrage de tes mains, les coups un à un de l'ensouple et ce dessin d'animaux. Claudel, Les Choéphores,1920, p. 922.
P. ext. Second cylindre d'un métier à tisser sur lequel s'enroule le tissu. Le tisserand (...) reçoit sans cesse dans l'estomac le contre-coup des mouvements du balancier par l'ensouple sur lequel l'étoffe s'enroule à mesure qu'elle avance (Flaub., Corresp.,1868, p. 403).
Rem. 1. On dit aussi ensuble ou ensuple. Et il introduisait les lattes dans les mortaises des ensubles (Zola, Rêve, 1888, p. 42). 2. ,,On donne aussi le nom d'ensuples aux rouleaux du métier à broder`` (Chesn. 1857).
Prononc. : [ãsupl̥] Étymol. et Hist. Fin xies. judéo-fr. ensobles (Rashi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 47); ca 1170 cume suble [ou cum esuble?] (Rois, éd. E. R. Curtius, II, 21, 19; var. ms. xiiies. ds Gdf. Compl. : une essouble; v. T.-L., s.v. soble); 1549-57 ensouple (Habert, Metamorph. d'Ovide, 326 ds Hug.). Du b. lat. insubulum (Isidore de Seville, vie-viies.) « ensouple de tisserand »; ensouple par rapprochement avec souple. Fréq. abs. littér. : 4. Bbg. Dubuc (R.). Ét. terminol. sur certains termes de text. Banque Mots. 1973, no6, p. 191. − Stempel (W.-D.). Zur Problematik nichtlateinischer Suffixe im Romanischen. In : Vermischte Beiträge. I. Heidelberg, 1968, p. 157.

Wiktionnaire

Nom commun

ensouple \ɑ̃.supl\ féminin

  1. Grosse bobine du métier à tisser, souvent dotée de rebords à ses extrémités, servant à enrouler le fil de chaîne en vue d’une étape suivante telle que l’encollage, la teinture ou le tissage.
    • Les organes qui concourent à l’alimentation sont : les cylindres alimentaires, les pressions, les guide-fils, les tambours entraîneurs d’ensouple et les supports d’ensouple. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Appellation : repliage après ourdissage sectionnel.
      Définition: Consiste à transférer sur l’ensouple les nappes du tambour de l’ourdissoir sectionnel. L’ouvrier assure notamment:
      -le positionnement des flasques de l’ensouple selon la largeur de la nappe
      -l’engagement des queues de section sur l’ensouple.
      — (Convention collective de l’industrie textile-oetam ; Appellations, définitions et classement des postes ouvriers, France, 2007)

Forme de verbe

ensouple \ɑ̃.supl\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ensoupler.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ensoupler.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ensoupler.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ensoupler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ensoupler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ENSOUPLE (an-sou-pl') s. f.
  • Terme de tisserand. Rouleau de bois sur lequel on monte la chaîne, pour faire la toile.

    Ensouple des brodeurs, machine composée de lattes traversant des colonnes de bois et sur laquelle les brodeurs travaillent.

HISTORIQUE

XVIe s. Une grande herse roulante composée de deux cylindres ou rouleaux, chacun de la grosseur de l'ensuble de tisserand, De Serres, 74.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ensouple »

Du latin insubulum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, enseu ; rouchi, enseule ; espagn. enxullo ; bas-lat. insublum ; du latin insubulum, ensouple, de in, en, et subula, alène.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ensouple »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ensouple ɑ̃supl

Évolution historique de l’usage du mot « ensouple »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ensouple »

  • Cet incessant va-et-vient de la navette laisse entendre un « cliquetis » saccadé. C’est à partir de cette technique que notre homme façonne un tissu magnifique avec des couleurs et des motifs. Chaque fois qu’une partie importante de la bande est tissée, Madou tire sur l’ensouple posée sur ses cuisses pour enrouler la partie confectionnée. Ces parties sont réunies pour former une étoffe épaisse en fonction de la taille de la commande. Ces étoffes servent d’habillement, de textiles d’ameublement, de décoration. On en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures. , Tisserand : UN métier en voie de disparition - Bamada.net
  • Et Kpoutassa veille à ce qu’il n’y en ait pas. « Cette chaîne dont le nombre de fils varie suivant le genre et la qualité du tissu à exécuter, est préparée sur une machine appelée ourdissoir ; le tissu est ensuite plié, c’est c’est-à-dire enroulé sur un gros cylindre de bois appelé ensouple », explique le jeune-homme. Un travail qui, réalisé avec minutie, prend trois à quatre semaines pour obtenir un produit fini parfait. , entrepreneuriat jeune - association Anab | tisserand
  • Le noble matériau est enfin prêt à être tissé. Sept heures environ sont nécessaires pour réaliser 2,50 mètres de tissu, sans compter la préparation des métiers. Il faut ainsi installer l'ensouple – rouleau sur lequel sont enroulés des fls de coton –, qui a elle-même subi un long passage sur l'ourdissoir, un imposant rouleau en bois. Une fois l'ensouple fixée au métier, chaque fl de coton est noué un à un pour créer la chaîne, la base du tissage. L'opération prend entre deux heures et demie et cinq heures selon le nombre de fls, qui peut aller de 650 à 1 540. Enfin, les tisseuses peuvent démarrer leur minutieux travail ! A un rythme extrêmement soutenu, elles saisissent un crin d'une incroyable finesse puis un autre, les glissent dans un minuscule crochet qui les entraîne dans le tissage. Parfois, selon les modèles, elles ajoutent des fls naturels (lin, laine, sisal...) ou synthétiques (Lurex...). La rapidité et une technique exemplaire ne suffisent pas, il faut aussi avoir un oeil de lynx ! En effet, le crin n'a ni la même épaisseur ni exactement la même couleur à chacune de ses extrémités. On doit donc en alterner le sens pour obtenir une étoffe d'une parfaite régularité. leparisien.fr, Visite privée du Crin, l'atelier qui tisse du poil de cheval - Le Parisien

Traductions du mot « ensouple »

Langue Traduction
Anglais beam
Espagnol haz
Italien fascio
Allemand strahl
Chinois 光束
Arabe الحزم
Portugais trave
Russe луч
Japonais ビーム
Basque habe
Corse fasciu
Source : Google Translate API
Partager