La langue française

Endothermie

Phonétique du mot « endothermie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endothermie ɑ̃dɔtɛrmi

Évolution historique de l’usage du mot « endothermie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « endothermie »

  • Cette étude indique que des dinosaures très éloignés sur l'arbre évolutif avaient adopté un métabolisme d'endothermes. Cela signifie que la transition vers l'endothermie "s'est produite très tôt dans l'évolution des dinosaures", expliquent les auteurs de l'étude. Les plus anciens fossiles de dinosaures datent de 220 à 230 millions d'années et les premiers dinosaures sont sans doute apparus quelques millions d'années après l'extinction de Permien qui a eu lieu il y a 252 millions d'années, au sein du super-ordre des archosauriens, un groupe de reptiles qui comprend les dinosaures, les crocodiliens ainsi que les ptérosaures. Les premiers dinosaures étaient très certainement ectothermes mais ils ont rapidement évolué vers l'autre mode de régulation thermique. Sciences et Avenir, Les dinosaures avaient bien le sang chaud - Sciences et Avenir
  • Mais si l’Opah est capable d'endothermie, c'est qu'il a réussi à remédier à la perte de chaleur considérable qui se fait au niveau des branchies chez les autres poissons. Les branchies sont en effet au contact de l'eau et le sang qui les traverse puis repart devient froid lors de ce passage. Il prend ensuite la direction du cœur et refroidit tout l’organisme, progressivement. Chez le Lampris royal, les vaisseaux transportant le sang chaud chargé en déchets gazeux et ceux contenant le sang froid oxygéné sont côte à côte, de sorte que le sang froid se réchauffe, par conduction. Tous ces vaisseaux couplés en une structure du nom de rete mirabile sont entourés d’une masse graisseuse qui fournit une dernière isolation contre le froid du milieu. Dans le corps, la même structure est présente, et les artères contenant du sang froid côtoient les artères où coulent le sang chaud. Des adaptations anatomiques (masse graisseuse protectrice autour des organes principaux) et l'usine à chaleur que constitue le battement incessant des nageoires pectorales sur-développées achèvent de faire de ce magnifique poisson un maître des eaux profondes.  Sciences et Avenir, Un poisson pas comme les autres : il a le sang chaud - Sciences et Avenir
  • Le sang chaud n’est plus une spécificité des mammifères et des oiseaux: un poisson dispose aussi de cette capacité, l’endothermie Le Temps, Le saumon des dieux a le sang chaud - Le Temps
  • Des études récentes ont mis en évidence la présence de tissus fibreux chez des plésiosaures, alors que ce tissu ne s’observe généralement que chez des organismes endothermes (mammifères et oiseaux). De là à dire que les plésiosaures le sont, il n’y a qu’un pas, qu’il faut pourtant franchir avec précaution. En effet, si (presque) tous les organismes endothermes présentent du tissu fibreux, la présence de tissu fibreux n’implique pas nécessairement l’endothermie, c’est-à-dire la capacité à produire une température corporelle élevée par voie métabolique. Si l’on ne peut actuellement pas affirmer l’endothermie des plésiosaures, les différents indices montrent qu’ils étaient au moins homéothermes, c’est-à-dire capables de maintenir une température corporelle fixe élevée. The Conversation, Ces reptiles marins pondaient de très gros bébés… Du nouveau chez les plésiosaures !
  • Aujourd'hui, seuls les oiseaux et les mammifères sont à la fois capables de produire leur chaleur corporelle, on parle d'endothermie, et de la maintenir à une température élevée et constante, c'est l'homéothermie. La combinaison de ces deux caractéristiques, l'endo-homéothermie, est apparue au sein des thérapsides, ancêtres reptiliens des mammifères. Il y a 270 à 252 millions d'années, les thérapsides formaient six sous-groupes dont l'un d'eux, les cynodontes, a donné les mammifères. Les chercheurs ont rassemblé 90 fossiles découverts en Afrique du Sud, au Lesotho, au Maroc et en Chine, dont 63 de thérapsides appartenant à 22 espèces différentes, afin d'en étudier la composition isotopique1 de l'oxygène. Les deux isotopes  stables 16O et 18O sont en effet incorporés différemment dans les os et les dents en fonction du métabolisme des animaux. Ainsi, un animal à sang chaud aura une composition isotopique distincte d'un autre à sang froid partageant le même environnement. Les différences de composition isotopiques entre certains thérapsides et d'autres espèces contemporaines ont révélé que huit espèces, issues de deux lignées différentes de thérapsides, étaient déjà endo-homéothermes quelques millions d'années avant l'extinction du Permien-Trias. L'une d'entre-elle, les dicynodontes est maintenant éteinte, mais la seconde, les cynodontes, a donné les mammifères. Toutes deux ont survécu à l'extinction d'il y a 252 millions d'années, alors que 75% des espèces terrestres ont péri. La clé de leur résistance aux changements climatiques brutaux pourrait résider dans leur endo-homéothermie. Au sein d'une collaboration internationale, ces travaux impliquent le Laboratoire de géologie de Lyon : Terre, planètes et environnement (CNRS/ENS de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1), le Laboratoire d'écologie des systèmes naturels anthropisés (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/ENTPE), le Laboratoire de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/Université Paris Diderot), le Centre de recherches en paléobiodiversité et paléoenvironnements (CNRS/MNHN/UPMC), l'Université sud-africaine du Witwatersrand ainsi que l'Académie chinoise des sciences.   CNRS, Nos ancêtres ont eu le sang chaud juste avant l'extinction du Permien-Trias | CNRS
  • Plus exactement, les chercheurs ont montré qu’ils étaient endothermes. Alors que l'homéothermie est le maintien d'une température corporelle constante, l'endothermie est la capacité à produire en permanence une chaleur corporelle interne. Ces deux types de métabolismes thermiques conviennent aux besoins de prédateurs. Les ichtyosaures, tels les dauphins auxquels ils ressemblent, et les nageurs à long cou qu’étaient les plésiosaures étaient des « poursuiveurs », tandis que les mosasaures avec leur corps de varan à longue queue flanqué de membres puissants en forme de pagaies, étaient des chasseurs à l’embuscade. Tous ces animaux étaient manifestement bien adaptés à une vie de chasse, caractérisée par des vitesses de croisière élevées et un métabolisme rapide, comparable à celui d'un… thon ! Pourlascience.fr, Des reptiles marins à sang chaud au Mésozoïque | Pour la Science
  • L’endothermie n’est pas totalement inédite chez les poissons : les thons ou certaines espèces de requins peuvent élever la température de leurs muscles lorsqu’ils chassent. Mais l’endothermie de ces prédateurs redoutables se limite  aux muscles locomoteurs ; le reste de leur corps, y compris des organes vitaux comme le cœur, restent à la température de l’eau ambiante. L’opah, lui, est le seul poisson chez qui l’on ait observé une endothermie du corps tout entier. Club de Mediapart, Samedi-sciences (172) : l’opah, premier poisson « à sang chaud » | Le Club de Mediapart
  • Une autre société conseille un procédé « chimique par pulvérisation avec trois passages à intervalles de 7 à 10 jours dans les deux chambres pour 650 euros HT ou l'endothermie (NDLR : éradication par la chaleur), environ 1 000 euros HT la pièce, c'est cher mais très efficace », promet une commerciale. leparisien.fr, Prolifération des punaises de lit en Ile-de-France : attention aux arnaques - Le Parisien

Traductions du mot « endothermie »

Langue Traduction
Anglais endothermic
Espagnol endotérmico
Italien endotermico
Allemand endothermisch
Chinois 吸热的
Arabe ماص للحرارة
Portugais endotérmico
Russe эндотермический
Japonais 吸熱
Basque endotermikoa
Corse endotermiche
Source : Google Translate API

Endothermie

Retour au sommaire ➦

Partager