La langue française

Élucidable

Sommaire

  • Phonétique de « élucidable »
  • Évolution historique de l’usage du mot « élucidable »
  • Citations contenant le mot « élucidable »
  • Traductions du mot « élucidable »

Phonétique du mot « élucidable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
élucidable elysidabl

Évolution historique de l’usage du mot « élucidable »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « élucidable »

  • Car c’est au tournant des années 1968 que la gauche italienne réalise une percée écologique, malheureusement éphémère : « Giovanni Berlinguer, spécialiste de la médecine du travail, contribue à mettre au premier plan de l’agenda des communistes les questions de santé au travail et d’environnement, dans le souci d’articuler toujours mieux l’écologique et le social » (Audier, II., p. 647). Aux antipodes de leurs camarades du PCF, « les intellectuels communistes qui esquissaient cette rénovation voulaient démontrer que l’écologie, loin de se réduire à un point mineur relevant de soucis ‘bourgeois’, s’avérait un thème clé élucidable dans un horizon marxiste ». Il s’agit de « tirer toutes les leçons des luttes prometteuses se la société civile et du mouvement ouvrier sur les enjeux sanitaires sur le lieu de travail, qui avaient commencé dans les années 1960 (…) Des luttes comme celles de la région des Pouilles pour l’eau et la terre, ou celles de Gênes contre les mauvaises installations post-alluvions, ont pu être définies comme les ‘premières grèves écologiques ‘ de la Péninsule » (Audier, II. p. 648). Club de Mediapart, Du pain et des roses: une contre-histoire écologique du socialisme | Le Club de Mediapart
  • Mais la question centrale de ce livre est de savoir comment on lit un tableau et comment le discours du simple spectateur, et même celui de l’historien de l’art, se heurte à ce qui reste non élucidable. Le natif de Bois-Le-Duc, aux Pays-bas, peintre du XVe siècle, qui n’a pas lu Freud ni aperçu les tableaux surréalistes « n’eût probablement rien compris, note Nooteboom, aux commentaires des érudits qui se sont intéressés à son œuvre ». Télérama.fr, Cees Nooteboom sonde l'insondable mystère de Bosch - Livres - Télérama.fr
  • L’emprise absolue des pouvoirs écrasants des finances et des médias formatent, d’avance, les besoins, façonnent les opinions, réduisent méthodiquement les marges de liberté. Le pouvoir pour le pouvoir anéantit subrepticement les droits fondamentaux de l’être humain, neutralise anticipativement ses velléités de révolte, anesthésie sournoisement son exigence vitale de dignité. L’embrigadement brutal des totalitarismes massifs a laissé place aux circuits tentaculaires de contrôle et de surveillance. Dans la société bureaucratique de consommation dirigée selon la formulation d’Henri Lefebvre, le social est partout évacué au profit de la manipulation politique. Le citoyen opprimé lui-même, est sommé, pour se faire entendre, d’intégrer un ré- seau lobbyiste sous peine de disparaître comme sujet. L’urbanisation technocratique de la planète dénie le droit à la ville jusque dans l’architecture. Le citadin, téléguidé dans des passages obligés, se métamorphose en spectre urbain. Des forces obscures, cependant, forment sourdement, solidairement, inventive ment, des galeries souterraines d’émancipation dans les quartiers populaires. La transversalité sape, dans ses fondements, la prépotence pyramidale. Mai 68, chassé par la grande porte, revient par l’issue de secours. Mai 68, objet politique non identifiable, artefact historique non élucidable, s’invoque pieusement comme un paradigme utopique, une lanterne mythique, un sémaphore symbolique. Alain Touraine cite « Mai 68 ; La Brèche» (éditions Fayard, 1968), ouvrage écrit dans le vif de la Révolution ludique par Edgar Morin, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, en omettant volontairement d’évoquer, élégance intellectuelle oblige, son propre livre du même cru «Le mouvement de mai ou le communisme utopique» (éditions du Seuil, 1968). Visions empathiques de mandarins engagés ne saisissant de la conscience estudiantine révoltée que sa pellicule politique. Et pourtant, sous folklore ouvriériste, il n’eut que la soif de liberté, rien de plus, rien de moins. Au premier rang de l’auditorium, Mustapha Saha, cofondateur du Mouvement du 22 mars à la faculté de Nanterre, animateur romantique du temps des barricades, rêveur impénitent de rivages inaccessibles, calfeutré dans une distanciation de bonne aloi, sourit de la récupération académique et de l’émotion sincère des doctes nostalgiques. Il se contente d’insérer, pendant le dîner, quelques apophtegmes amphigouriques. Mai 68, perceur de traverses transgressives, fécondateur d’idées intempestives, porteur d’intemporalité poétique, germine toujours l’avenir, au-delà des mutations éprouvantes. Le virus politique empêche la pensée de prendre son envol philosophique. La société transversale creuse, irréversiblement, ses cheminements invisibles. Les concepts de pouvoir et de politique sont définitivement obsolètes. Il n’est de salut que par l’art et la poésie. La soirée se prolonge dans l’ambiance exotique et feutrée du restaurant marocain L’Atlas, boulevard Saint-Germain. Une douzaines de convives, triés sur le volet par la direction des Cahiers de l’Herne, puissance invitante, couvent Edgar Morin et Alain Touraine de leur affectueuse présence. Les cellériers lobbyistes de l’événement restent à la porte. Le pouvoir sans pouvoir puise sa raison d’exister dans les secrets d’alcôve. Les deux philosophes partagent bonnes anecdotes et tajines d’agneau embaumés d’effluves orientales. L’universitaire italienne, Maria Giovanna Musso, tête chercheuse des tortilles lumineuses du changement social impulsé par la création artistique, venue spécialement de Rome, engrange les enseignements de la veillée historique. Edgar Morin entonne à voix chaude des chansons classiques des années folles. La sociologue marocaine et complice épouse, Sabah Abouessalam-Morin, savoure en silence la déclaration d’amour. Maroc Diplomatique, L’Institut du Monde Arabe à Paris célèbre Edgar Morin
  • 9Dans une seconde partie, É. Piton‑Foucault affirme en trois chapitres que le mimétique est objet de haine pour Zola et sujet d’un travail de sape orchestré. Il s’agit d’aller de l’autre côté du miroir, d’enlever les masques de l’hypocrisie et de la vacuité, de nier les reflets pour projeter des images fantasmées et autonomes de toute narration. Le monde est irreprésentable, illisible et non élucidable, les fenêtres s’ouvrent sur des murs et les porte‑regards se nient dans leur embrasure. Les romans offrent une galerie d’éclopés : des voyeurs myopes, des visionnaires en déroute, des voyants incompétents. Trois personnages illustrent des cas cliniques de cécité irréversible et absolue: le juge Denizet de La Bête humaine, le docteur Pascal du roman éponyme, et le peintre Claude Lantier de L’œuvre. Cette partie se nourrit des études de Philip Walker1, de Guy Gauthier, de Robert Lethbridge, de Brian Nelson, de Régine Borderie et de François‑Marie Mourad mais surtout de l’étude sur le juge Denizet de Philippe Hamon, de celle du docteur Pascal de David Baguley et des articles des Cahiers naturalistes, de 1983 à ceux de 2001. , Lorsque la description faillit : mal voyeur & non voyant chez Zola (Acta Fabula)

Traductions du mot « élucidable »

Langue Traduction
Anglais elucidable
Espagnol dilucidable
Italien elucidable
Allemand aufklärbar
Chinois 可阐明的
Arabe واضح
Portugais elucidável
Russe elucidable
Japonais 解明できる
Basque elucidable
Corse elucidable
Source : Google Translate API
Partager