La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ekphrasis »

Ekphrasis

Variantes Singulier Pluriel
Féminin ekphrasis ekphraseis ekphrasis

Définitions de « ekphrasis »

Wiktionnaire

Nom commun - français

ekphrasis \ɛk.fʁɑ.zis\ féminin

  1. (Antiquité) Description précise et détaillée, évocation vivace d’un sujet donné.
  2. (Rhétorique) Évocation d’un objet ou d’une œuvre d’art, réelle ou fictive, description souvent enchâssée dans un récit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « ekphrasis »

Du grec ancien εκφραζειν (« expliquer jusqu’au bout »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ekphrasis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ekphrasis ɛkfrasi

Citations contenant le mot « ekphrasis »

  • « Historiographie, enargeia et ekphrasis à l’époque de la Seconde Sophistique »Colloque international / International Conference(23-24 juin 2022 / June 23-24, 2022)Appel à communications / Call for PapersL’enargeia, cette qualité de l’expression visant à « mettre sous les yeux » et à susciter une représentation mentale, était considérée par les rhéteurs anciens comme un puissant outil rhétorique. Elle s’exerçait en particulier dans le cadre de l’ekphrasis, dont la pratique était recommandée aux écrivains : cet exercice avait souvent pour sujet des scènes à caractère historique (batailles, prises de ville) et puisait des exemples au sein de l’historiographie. Appliquée à l’écriture de l’histoire, l’enargeia pouvait donner à celle-ci la prétention de faire voir le passé, de le réexpérimenter, d’en retirer des impressions et des leçons. Cette manière d’écrire, que l’on peut rapprocher de l’immersion, tend aussi à estomper les frontières entre l’historiographie ancienne, la littérature et la fiction, ainsi que le font des formes modernes de représentations historiques (romans, bandes dessinées, docu-fiction, films, muséographie, jeux vidéos…).Si nos sources sur la formation à la rhétorique montrent les liens entre l’usage de cette technique et l’historiographie, ils préfèrent renvoyer aux modèles classiques (Homère, Thucydide…), et on s’est paradoxalement encore peu interrogé sur l’influence que cette formation a pu exercer sur l’écriture de l’histoire à l’époque où cet enseignement semblait largement répandu. Dans l’histoire de la rhétorique, cette période correspond, de façon large, à la Seconde Sophistique (Ier- IIIe siècles de notre ère) et se prolonge dans l’Antiquité tardive. Quelles sont les modalités de l’usage de l’enargeia et l’ekphrasis chez les historiens grecs et latins de cette période ? Quelles en sont les fonctions idéologiques, les intérêts et les écueils ? Quels rapports ces techniques entretiennent-elles avec les fonctions de l’historiographie et, en particulier, le souci de vérité ? En somme, que nous apprend-elle sur l’écriture de l’histoire à l’époque impériale ? Ce sont à ces questions que le présent colloque entend apporter des pistes de réponses. Enargeia, the quality of language that aims to “place before the eyes” by creating a mental representation was considered a powerful tool by ancient orators. It was practised in schools and by adult authors in the exercise of ekphrasis which often dealt with scenes of a historiographical nature (battles, sacks of cities) and used models from the historians. The use of enargeia could allow historiography to claim to make the past visible, enabling readers and listeners to (re-)experience it and to take away both impressions and lessons. This manner of writing, which can be compared to immersion, also tends to blur the boundaries between ancient historiography, literature and fiction, as do modern modes of historical representation (novels, docufiction, films, museum displays, graphic novels and video games). Although our sources on rhetorical education show the links between the use of this technique and historiography they refer only to archaic and classical models (Homer, Thucydides) and there has comparatively little discussion of the impact that this training may have had on history writing during the period when it was widespread. In the history of rhetoric, this period includes the Second Sophistic and continues into Late Antiquity. We will ask: How were enargeia and ekphrasis used by Greek and Latin historians at this period? What were the ideological implications, the advantages and the risks involved in their use? What relationship do they have with the functions of historiography and in particular with the concern for truth? What can they tell us about history writing in the Imperial period?Direction scientifique : Benoît Sans (chercheur postdoctorant)Ruth Webb (Professeure des Universités) Laboratoire « Savoirs, Textes, Langues » (UMR 8163), Université de Lille Cet événement est financé par la Région des Hauts de France dans le cadre d’un appel STaRS. Invités/ Confirmed participants : Rutger J. Allan (Vrije Universiteit Amsterdam), Pauline Duchêne (Université Paris Nanterre), Andrew Feldherr (University of Princeton), Sophie Gotteland (Université Bordeaux Montaigne), Luuk Huitink (Universiteit van Amsterdam), Liza Méry (Université Paris Nanterre).* , Historiographie, enargeia et ekphrasis à l’époque de la Seconde Sophistique (Lille)
  • 10.  “Entendons par ekphrasis la parole issue de l’image : non pas celle que nous pouvons prononcer à propos d’elle mais celle qu’elle nous propose ou suggère elle-même.” Jean-Luc Nancy, “Ekphrasis”, Toucher des yeux. Nouvelles poétiques de l’ekphrasis, Études françaises, vol. 51 (2), 2015, p. 25-35 , Restituer le verbe. Ce que l'art fait à l'édition
  • 1Tout commence avec une double interrogation : comment se fait-il que tout le monde emploie aujourd’hui le terme d’« ekphrasis » pour désigner des représentations verbales d’œuvres d’art, alors que ce terme grec a son origine dans une époque qui n’accordait aucun statut spécifique aux œuvres d’art ? Et est-ce que cette spécialisation sémantique n’a-t-elle pas eu pour résultat une vision réductrice et limitée de l’histoire de l’écriture descriptive ? , L’ekphrasis comme description de lieux : de l’antiquité aux romantiques anglais (Acta Fabula)
  • Également historien et critique d’art, Cora a publié de nombreux ouvrages sur l’art contemporain. Il a été entre autres directeur de plusieurs musées renommés en Italie. Pour Ekphrasis, il a sélectionné une quarantaine d’artistes internationaux, dont certains sont des amis proches. Ils s’expriment avec les mots, qu’ils soient clairs ou illisibles, avec humour ou engagement, ou jouant sur la notion de paradoxe. Le Suricate Magazine, Ekphrasis (exposition à la Villa Empain) • Le Suricate Magazine
  • L'ADAGP (organisme de gestion collective, Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques) s'associe à l'Association Internationale des Critiques d'Art France et au Quotidien de l'Art pour mettre en relation 10 artistes et des critiques et permettre également la rédaction et la diffusion des textes. 10 bourses Ekphrasis seront attribuées pour encourager l'analyse critique d'une œuvre. ActuaLitté.com, Création de la bourse Ekphrasis, pour faire se rencontrer artiste et critique
  • La troisième édition de la bourse Ekphrasis, fruit de la collaboration entre l'ADAGP (Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques), l'AICA France (Association internationale des critiques d'art) et le Quotidien de l'Art, est lancée. Son objet est de rapprocher artistes et critiques par le biais de dix dotations de 2000 euros pour l’édition et la traduction d’un texte monographique. Les artistes (membres de l'ADAGP depuis au moins 3 ans et sans texte critique conséquent sur la même période) ont jusqu’au 29 mars pour soumettre leur candidature. Dix d'entre eux seront sélectionnés fin avril par un jury composé d’un critique de l’AICA France, d’un artiste de l’ADAGP et d’un journaliste du QDA. L'AICA France aura ensuite la charge de déterminer d’ici début juillet les dix critiques qui écriront sur ces dix artistes, ces duos ayant ensuite près de quatre mois – jusqu’à fin octobre – pour échanger, la remise du texte devant intervenir début novembre. Ces dix textes paraîtront dans le Quotidien de l’Art en 2023. Les lauréats de la deuxième édition sont actuellement en cours de publication dans nos colonnes, le deuxième jeudi de chaque mois. Après Claude Como analysée par Julie Crenn (QDA du 13 janvier), c’est Christophe Doucet qui a fait l’objet d’une analyse de Charlotte Cosson la semaine dernière (QDA du 10 février). Le Quotidien de l'Art, Appel à candidatures pour l'édition 2022 - Le Quotidien de l'Art
  • La Compagnie Ekphrasis avance à deux vitesses, la création en salle et le travail sur le territoire, qui est axé sur les lectures, en lien avec les associations, les écoles et les médiathèques. Installée depuis deux ans avec son mari dans le Perche, elle cherchait un domaine qui pourrait laisser place à un lieu de travail mais aussi d’accueil. actu.fr, Théâtre et lectures à voix haute avec Arlette Desmots, à Saint-Fulgent-des-Ormes | Le Perche
  • Cycle de 5 conférences sur l'ekphrasis par Ruth Webb:Les lundis de 16h à 18h, bâtiment L, salle 212, Université de Nanterre, séances ouvertes à tous, enseignants et étudiants. , Ekphrasis, enargeia et persuasion dans la rhétorique impériale (cycle de conférences de Ruth Webb sur l'ekphrasis)

Ekphrasis

Retour au sommaire ➦

Partager