La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « écloppé »

Écloppé

Variantes Singulier Pluriel
Masculin écloppé écloppés
Féminin écloppée écloppées

Définitions de « écloppé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLOP(P)É, ÉE,(ÉCLOPÉ, ÉCLOPPÉ) part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de éclop(p)er*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une pers., d'un groupe de pers. ou d'un animal] Qui marche avec difficulté, estropié. Un vieux âne écloppé, maigre et sourd; (...) harassé, boiteux et lamentable. (...) Chaque pas qu'il faisait semblait l'avant-dernier (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 736).Les régiments devinrent plus rares, et un jour on les vit repasser en sens inverse, éclopés, saignants (Zola, Nouv. contes Ninon,1874, p. 207).[Un enfant] un crapaud de cinq ans, éclopé, qui consolidait de béquilles son rachitisme (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 2etabl., 3, p. 78).
B.− P. anal. [En parlant d'un objet quelconque] Qui est abîmé, détérioré. Ce bâtiment, tout éclopé qu'il était, car la mer l'avait malmené, fit de l'effet en entrant dans la rade (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 443).Les chaises et les tables éclopées (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1071).Des masures éclopées (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 89).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. emplois littér. p. compar. ou au fig. Le soir, les nuages revinrent de la bataille [l'orage], éclopés, sanglants, les uns, en hâte, les autres, se traînant à peine (Renard, Journal, 1900, p. 590).
III.− Emploi subst.
A.− Personne estropiée, qui marche difficilement. J'ai vu passer et repasser tout le personnel de l'église, (...) l'éclopé donneur d'eau bénite, affublé comme un personnage de Rembrandt (Delacroix, Journal,1853, p. 70).Il y avait eu des jambes et des bras cassés (...) et les éclopés (...) sacraient, juraient, grognaient dans le froid (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 248).
En partic. Soldat rendu momentanément indisponible pour le service par des blessures légères. On sentait la fatigue : « La pause! La pause! » criait-on en se cachant. Des éclopés sortaient du rang et se déchaussaient, assis au pied du talus (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 35):
1. ... les marches [de l'armée russe] étaient lentes, ruineuses pour les pays que traversait une multitude indisciplinée, et, à chaque étape, l'armée laissait en arrière un grand nombre d'écloppés et de traînards. Mérimée, Histoire du règne de Pierre le Grand,1864-68, p. 558.
Rem. On ne rencontre ds la docum. aucun emploi subst. fém. désignant une pers. Un seul emploi subst. désignant un animal. Elle n'est pas brillante, ma meute, en ce moment! Venez, les éclopées! (Colette, Vagab., 1910, p. 183).
B.− Au fig., littér., dans le domaine de la vie intellectuelle ou sentimentale, déterminé par un compl. du n.Personne qui a subi des épreuves douloureuses ou pénibles. Cette autre série des Invalides du sentiment, où figurent tous les écloppés de l'amour et des passions (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 6, 1863-69, p. 163).Nous avons causé (...) d'Ed. Munier, d'Ed. Raoux et d'autres éclopés de la poésie et de la science (Amiel, Journal,1866, p. 38):
2. Vauvenargues dit que dans les jardins publics il est des allées hantées principalement par l'ambition déçue, par les inventeurs malheureux, par les gloires avortées, par les cœurs brisés, par toutes ces âmes tumultueuses et fermées, en qui grondent encore les derniers soupirs d'un orage, et qui reculent loin du regard insolent des joyeux et des oisifs. Ces retraites ombreuses sont les rendez-vous des éclopés de la vie. Baudelaire, Petits poèmes en prose,Les Veuves, 1867, p. 63.
Rem. Qualifié de fam. ds Ac.
Prononc. et Orth. : [eklɔpe]. Avec 1 seul p ds Ac. 1694 puis 1878 et 1932; mais avec 2 p ds Ac. 1718-1835; 2 p également ds Fér. 1768, Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844, Besch. 1845 et Littré; 1 p ds Rob., Lar. Lang. fr. et ds DG (cf. s.v. écloper). Fréq. abs. littér. : 66.

ÉCLOP(P)É, ÉE,(ÉCLOPÉ, ÉCLOPPÉ) part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de éclop(p)er*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une pers., d'un groupe de pers. ou d'un animal] Qui marche avec difficulté, estropié. Un vieux âne écloppé, maigre et sourd; (...) harassé, boiteux et lamentable. (...) Chaque pas qu'il faisait semblait l'avant-dernier (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 736).Les régiments devinrent plus rares, et un jour on les vit repasser en sens inverse, éclopés, saignants (Zola, Nouv. contes Ninon,1874, p. 207).[Un enfant] un crapaud de cinq ans, éclopé, qui consolidait de béquilles son rachitisme (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 2etabl., 3, p. 78).
B.− P. anal. [En parlant d'un objet quelconque] Qui est abîmé, détérioré. Ce bâtiment, tout éclopé qu'il était, car la mer l'avait malmené, fit de l'effet en entrant dans la rade (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 443).Les chaises et les tables éclopées (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1071).Des masures éclopées (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 89).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. emplois littér. p. compar. ou au fig. Le soir, les nuages revinrent de la bataille [l'orage], éclopés, sanglants, les uns, en hâte, les autres, se traînant à peine (Renard, Journal, 1900, p. 590).
III.− Emploi subst.
A.− Personne estropiée, qui marche difficilement. J'ai vu passer et repasser tout le personnel de l'église, (...) l'éclopé donneur d'eau bénite, affublé comme un personnage de Rembrandt (Delacroix, Journal,1853, p. 70).Il y avait eu des jambes et des bras cassés (...) et les éclopés (...) sacraient, juraient, grognaient dans le froid (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 248).
En partic. Soldat rendu momentanément indisponible pour le service par des blessures légères. On sentait la fatigue : « La pause! La pause! » criait-on en se cachant. Des éclopés sortaient du rang et se déchaussaient, assis au pied du talus (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 35):
1. ... les marches [de l'armée russe] étaient lentes, ruineuses pour les pays que traversait une multitude indisciplinée, et, à chaque étape, l'armée laissait en arrière un grand nombre d'écloppés et de traînards. Mérimée, Histoire du règne de Pierre le Grand,1864-68, p. 558.
Rem. On ne rencontre ds la docum. aucun emploi subst. fém. désignant une pers. Un seul emploi subst. désignant un animal. Elle n'est pas brillante, ma meute, en ce moment! Venez, les éclopées! (Colette, Vagab., 1910, p. 183).
B.− Au fig., littér., dans le domaine de la vie intellectuelle ou sentimentale, déterminé par un compl. du n.Personne qui a subi des épreuves douloureuses ou pénibles. Cette autre série des Invalides du sentiment, où figurent tous les écloppés de l'amour et des passions (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 6, 1863-69, p. 163).Nous avons causé (...) d'Ed. Munier, d'Ed. Raoux et d'autres éclopés de la poésie et de la science (Amiel, Journal,1866, p. 38):
2. Vauvenargues dit que dans les jardins publics il est des allées hantées principalement par l'ambition déçue, par les inventeurs malheureux, par les gloires avortées, par les cœurs brisés, par toutes ces âmes tumultueuses et fermées, en qui grondent encore les derniers soupirs d'un orage, et qui reculent loin du regard insolent des joyeux et des oisifs. Ces retraites ombreuses sont les rendez-vous des éclopés de la vie. Baudelaire, Petits poèmes en prose,Les Veuves, 1867, p. 63.
Rem. Qualifié de fam. ds Ac.
Prononc. et Orth. : [eklɔpe]. Avec 1 seul p ds Ac. 1694 puis 1878 et 1932; mais avec 2 p ds Ac. 1718-1835; 2 p également ds Fér. 1768, Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844, Besch. 1845 et Littré; 1 p ds Rob., Lar. Lang. fr. et ds DG (cf. s.v. écloper). Fréq. abs. littér. : 66.

Wiktionnaire

Adjectif - français

écloppé (Désuet) \e.klɔ.pe\ masculin

  1. Variante orthographique désuète de éclopé.

Nom commun - français

écloppé \e.klɔ.pe\ masculin (pour une femme, on dit : écloppée) (Désuet)

  1. Variante orthographique désuète de éclopé.
    • … : malgré toute l’activité déployée depuis la veille à la gare pour évacuer sur Tours ce qui restait des malades, des écloppés, […], un train considérable […] n’avait pu encore quitter la gare, … — (Général Antoine Chanzy, La deuxième armée de la Loire)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉCLOPPÉ (é-klo-pé, pée) adj.
  • Terme familier. Dont la marche est pénible, en raison de quelque mal aux jambes.

    Terme de blason. Écu écloppé, écu taillé et tranché inégalement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écloppé »

→ voir éclopé
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écloppé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écloppé eklɔpe

Traductions du mot « écloppé »

Langue Traduction
Anglais crippled
Espagnol lisiado
Italien paralizzato
Allemand verkrüppelt
Chinois 残废
Arabe مشلول
Portugais aleijado
Russe искалеченный
Japonais 不自由
Basque elbarri
Corse zoppu
Source : Google Translate API

Écloppé

Retour au sommaire ➦

Partager