La langue française

Donatiste

Sommaire

  • Définitions du mot donatiste
  • Étymologie de « donatiste »
  • Phonétique de « donatiste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « donatiste »
  • Citations contenant le mot « donatiste »
  • Traductions du mot « donatiste »

Définitions du mot « donatiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

DONATISTE, subst. masc. et adj.

Partisan du donatisme, qui se rapporte à cette doctrine. Jansénius représente [saint Augustin] comme ayant fondé et établi plus qu'aucun autre Père ce qu'il appelle les quatre dogmes capitaux du Christianisme, à savoir : (...) 3 la vérité, l'unité, la nécessité et l'énergie du baptême contre les Donatistes (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 128).Avec saint Optat, tout entier absorbé par la controverse donatiste, le mot sacrement semble réservé au baptême (Théol. cath.t. 14, 1, 1939, p. 494).
Rem. L'emploi adj. ou subst. en appos. (cf. aussi s.v. circoncellion) n'est attesté ds aucun dict. gén. des xixeet xxesiècles.
Prononc. et Orth. : [dɔnatist]. Ds Ac. 1835, 1878. Étymol. et Hist. 1704 (Trév.). Empr. au b. lat.donatista « donatiste, partisan de Donat » du nom de Donat, évêque de Carthage, chef d'une secte hérétique au ives., v. Théol. cath., s.v. donatisme. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Nom commun

donatiste \do.na.tist\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Partisan du donatisme.
    • De ces éditions, la plus ancienne fut le fait d’un donatiste qui écrivit un texte sur la persécution de Dioclétien, cause prétendue du schisme africain, et sur l’application de l’édit antidonatiste d’Honorius. — (Jean Louis Maier, Le Dossier du donatisme: De Julien l’Apostat à Saint Jean Damascène (361-750), Volume 2, 1987)

Adjectif

donatiste \do.na.tist\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Relatif au donatisme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DONATISTE (do-na-ti-st') s. m.
  • Nom d'anciens hérétiques, selon lesquels il n'y avait plus d'Église qu'en Afrique, qui niaient qu'il y eût des bons ailleurs, qui rebaptisaient leurs adeptes, et qui tenaient le Fils pour moindre que le Père, et le Saint-Esprit pour moindre que le Fils.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « donatiste »

De Donat avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. donatista, de Donatus, évêque de Carthage et chef de la secte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « donatiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
donatiste donatist

Évolution historique de l’usage du mot « donatiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « donatiste »

  • Que pourrait-on repprocher à un saint ? A ce théologien du Ve siècle, fondateur d’une communauté qui porte son nom, beaucoup. A l’époque, l’Eglise doit faire face à de nombreux schismes, et Saint Augustin prend la tête de la persécution contre les donatistes, une secte qui jugeait l’Eglise trop laxiste. Il organise chasses à l’homme et exécutions sauvages, et se justifie : NEON, 9 rues parisiennes qui mériteraient bien de changer de nom - NEON
  • L’une des réponses réside dans les lignes ci-dessus. Les hérésies pullulaient en Afrique du Nord. Le donatisme, par exemple, qui naquit lors des périodes de persécution, au cours de laquelle des chrétiens, laïcs et clercs, faillirent et renièrent leur religion : les donatistes voulaient les radier de la communauté chrétienne. Ces « purs » finirent par créer une église parallèle. , Le christianisme peut-il disparaître en Occident ? - Evangélisation - Église - famillechretienne.fr
  • En particulier, l'évêque Donatus Magnus qui fut le fondateur d'un groupe chrétien connu sous le nom de donatistes. L'Église catholique du IVe siècle qualifiait les donatistes d'hérétiques, et la dispute a mené à un schisme dans l'église, divisant les chrétiens libyques. L'Economiste, L’Eglise chrétienne au Maroc, du IIe siècle à aujourd’hui | L'Economiste
  • Ces dernières années, les prêtres ont subi les coups des scandales, financiers et sexuels. Le soupçon a rendu les relations considérablement plus froides et formelles ; on n’apprécie plus les dons des autres, au contraire, il semble qu’il soit devenu une mission de détruire, minimiser, faire soupçonner. Face aux scandales, le malin nous tente en nous poussant vers une vision « donatiste » de l’Église : à l’intérieur, les irréprochables, dehors ceux qui se trompent ! Nous avons de fausses conceptions de l’Église militante, dans une sorte de puritanisme ecclésiologique. L’Épouse du Christ est et demeure le champ dans lequel poussent jusqu’à la parousie le bon grain et l’ivraie. Qui n’a pas fait sienne cette vision évangélique de la réalité s’expose à d’indicibles et inutiles amertumes. La Croix, Le pape François aux prêtres de Rome : dans la vocation “l’amertume fait sonner le signal d’alarme intérieur”
  • L’importance théologique de la pratique, répandue de nos jours au sein de l’Église, de la reconnaissance des martyrs chrétiens dans d’autres communautés ecclésiales n’est évidente que si l’on tient compte du fait qu’au cours de l’histoire, la pratique opposée a longtemps prévalu. Dans le passé, seul le chrétien était reconnu comme martyr, celui qui avait témoigné par sa vie de la vérité intacte du Christ. Il n’était pas concevable qu’une adhésion si vitale à la pleine vérité du Christ puisse exister en dehors de l’Église catholique. Par conséquent, il n’était pas possible d’accepter le martyre survenu dans d’autres communautés chrétiennes. Déjà, dès les premiers temps du christianisme, seuls les témoins de la foi de l’Église catholique étaient reconnus comme martyrs, alors que le sacrifice de leur propre vie était considéré sans aucune valeur dans les communautés hérétiques. Lors des affrontements contre les donatistes, Cyprien et Augustin, par exemple, insistaient sur le fait qu’il ne pouvait y avoir de véritables martyrs que dans l’Église catholique. La Croix, Le cardinal Koch : “l’œcuménisme des martyrs et du sang est le signe le plus convaincant de l’œcuménisme actuel”
  • Il reste que la lecture politique qu'il fait de la relation entre l'Eglise d'Afrique et les donatistes est un raccourci de la question théologique vecue à l'époque. En effet, rien n'est moins sûr de considérer les circoncellions comme l'unique représentant des Berbères qui pour la plupart étaient paiens. L'interprétation quoique abusive faite par Kateb Yacine de l'histoire antique de l'Algérie doit être circoncrite dans le contexte historique des événements. André Mandouze refute catégoriqument l'idée de faire des donatistes, les porte-parole des populations défavorisées des campagnes...(3). Et de surcroît, il n'est pas vérifié que les donatistes étaient bien implantés dans les campagnes, et ce qui semble se confirmer A. Mandouze en étant porte-voix de saint Augustin. Et à postériori, K. Yacine a raison de considérer que l'algérianisation de saint Augustin, sert uniquement d'opération de charme envers l'Occident (4). Par contre, il en est autrement lorsqu'il s'agit pour les Algériens de s'approprier toute leur histoire et de faire connaître au plus grand nombre, les oeuvres d'Apulée, Tertullien, Cyprien et Synésios, etc., au même titre que les universaux musulmams tels que le trio composé d'Ibn Tufaïl, Ibn Bajja et Ibn Rochd, sans oublier bien entendu, Ibn Khaldoun. Dans ce cadre, saint Augustin a une place de choix pour l'étude du christianisme africain. Mis à part les diatribes de K. Yacine, il est plus commode de se représenter l'acculturation comme phénomène majeur qui a touché de plein fouet l'ensemble de la population nord-africaine depuis les premières présences étrangères en Afrique du Nord. Nous effleurons uniquement, la question de la diglossie des locuteurs nord-africains pour nous pencher sur l'usage du mot barbare par saint Augustin et l'idée qu'il se fait de son environnant social. Par ailleurs, nous n'aborderons pas la question théologico-philosophique des "derniers temps" tels qu'il les a vecus au moment de l'invasion vandale ou des "temps derniers" contenus dans "La cité de Dieu". (5) Le Matin d'Algérie, Saint Augustin et les Barbares, les effets de l'acculturation | Opinion
  • La ville incarnait la toute-puissance de Rome sur la frontière sud de l'Empire. Sa population cosmopolite a vu se côtoyer les adorateurs des dieux anciens et les chrétiens. Pendant un certain temps, Thamugadi était une place forte de la secte chrétienne hérétique des donatistes. National Geographic, Thamugadi : la sublime cité romaine ensevelie par le Sahara

Traductions du mot « donatiste »

Langue Traduction
Anglais donatist
Espagnol donatista
Italien donatist
Allemand donatist
Chinois 多纳主义者
Arabe المتبرع
Portugais donatista
Russe donatist
Japonais ドナティスト
Basque donatist
Corse donatistu
Source : Google Translate API
Partager