La langue française

Discursivité

Définitions du mot « discursivité »

Trésor de la Langue Française informatisé

Discursivité, subst. fém.,log. et ling. Caractère de ce qui est discursif. La discursivité essentielle de la représentation : possibilité (...) que le discours aura pour tâche d'accomplir et de fixer (M. Foucault, Les Mots et les choses,Paris, Gallimard, 1966, p. 93). [diskyʀsivite]. 1reattest. 1966 id.; de discursif, suff. -ité*.

Wiktionnaire

Nom commun

discursivité \dis.kyʁ.si.vi.te\ féminin

  1. Nature ou état de ce qui est discursif.
    • Les choses se présentent autrement pour Baudelaire, qui sera, pour employer l'expression de Michel Foucault, non pas un grand auteur ou auteur de génie, mais plutôt un « fondateur de discursivité », c'est-à-dire quelqu'un qui n'est pas le scripteur de sa propre œuvre, mais celui qui a « produit quelque chose d’autre : les possibilités et les règles de la formation d’autres textes ». — (David R. Ellison, L'ombre de Victor Hugo, dans Les Modernités de Victor Hugo, sous la direction de David R. Ellison & Ralph Heyndels, Presses Paris Sorbonne, 2004, page 108)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « discursivité »

 Dérivé de discursif avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « discursivité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
discursivité diskyrsivite

Évolution historique de l’usage du mot « discursivité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « discursivité »

  • Pendant cinq jours, le Musée d’art contemporain de Montréal, en partenariat avec le Goethe-Institut de Montréal et le Consulat français, offre — littéralement puisque l’entrée est gratuite — la part belle à la performativité et sa discursivité dans un contexte délicat où des employés du musée sont en grève ce jour-là pour des questions relatives à leurs conditions de travail. Se pose alors la question de ce qu’on célèbre, l’art ou la grève ? Le Devoir, «Emerge»: performer, c’est politique | Le Devoir
  • Figure centrale de la pensée française, Roland Barthes a traversé tous les grands courants intellectuels du XXe siècle. Aujourd'hui encore, il appartient à la catégorie restreinte de ceux que Foucault désigne comme des "fondateurs de discursivité", ces écrivains qui donnent à écrire et à penser. France Culture, Roland Barthes : la passion du langage
  • La discursivité doit être pensée dans sa spatialité, dans sa dimension scénique (scène de la vérité). Dès lors, il faut s’attacher du point de vue d’une histoire de la vérité prise dans le mouvement vivant des « jeux de la vérité », à penser le rapport au corps qu’un sujet entretien comme « être parlant » dans l’énonciation d’une parole singulière. , Michel Foucault, vérité et jeux de vérité (Bordeaux)
  • Les relations entre les savoirs non-littéraires et les œuvres littéraires peuvent s’analyser en termes de rapports inter-discursifs. L’étude de ces relations vise à analyser la présence et le fonctionnement d’un ou de plusieurs discours, appelant plusieurs domaines de réflexion, dans la littérature. On parlera, ici, de l’interdiscursivité voire de la pluridiscursivité. Ainsi que le rappelle Diandué, l’interdiscursivité comme théorie et méthode, se veut une science du texte en littérature. La constitution morphologique de la notion d’interdiscursivité en fait une science du "discours littéraire plus particulièrement". La dénomination même de cette démarche pose le problème de son originalité d’une part et d’autre part, le débat s’ouvre sur son objet. L’interdiscursivité est par ailleurs une notion transgénérique puisqu’elle fait interagir plusieurs disciplines. Depuis la linguistique en passant par l’analyse du discours pour aboutir à la littérature comparée, nombre de critiques ont tenté de la cerner sans pour autant faire preuve d’une clarté suffisante. Cette opacité n’est pas le fait du modèle argumentatif mais, celui de la nature même du rapport nébuleux qui lie texte et discours. De plus, le discours des différentes disciplines se déploie dans le texte littéraire là où la création convertit le discours en texte. L’Art n’est pas en reste de cette poly-structuration. Le tableau comme la sculpture ou l’estampe sont des espaces de convergence de nombreux discours. Si chez Ahmadou Kourouma le discours politique et surtout historique rencontre le discours littéraire, le discours journalistique s’invite aussi dans sa création romanesque. C’est ainsi chez Picasso ou De la Croix où l’histoire s’invite dans la création picturale : Guernica et la liberté guidant son peuple sont des exemples perceptibles. Le poète ivoirien Diasyl Egypt met à l’honneur l’actualité et la géographie des migrations dans sa poésie. Son dernier texte Remords à Lampedusa exprime à la fois l’art poétique et l’art pictural tout en exprimant l’actualité du migrant de Lampedusa. La littérature et les arts se révèlent alors  incontestablement comme des lieux de rencontres des discours. En substance, l’interdiscursivité est science de création lorsqu’elle déploie un réseau interdiscursif dans un texte donné ou une œuvre d’art donnée. Elle devient science d’analyse critique lorsqu’elle décèle et décode ce réseau interdiscursif. , Ouvrage collectif : Les sécantes discursives : inter et pluri discursivité dans les arts et la littérature
  • Ce volume propose un état des lieux de la recherche en droit et littérature. Né aux États-Unis au début du XXe siècle sous l'impulsion de grands juristes américains, le mouvement Law and Literature s'est d'abord fixé pour objectif d'initier le juge aux realia sociales et de lui faire prendre conscience de l'idée que se forgent les citoyens de la justice. Le mouvement se développe en Europe à partir des années 2000 afin de réinterpréter, au miroir de la littérature et des arts rhétoriques, le dispositif et les enjeux du procès ainsi que le rôle des acteurs du droit, moins dans le but de représenter les univers judiciaires que de les problématiser. Le courant « droit et littérature » recouvre alors plusieurs champs d'étude : droit dans la littérature ; mais aussi droit comme littérature (discursivité et narrativité du droit), droit par la littérature (textes militants), ou encore littérature par le droit (romanciers-juristes). Le dialogue entre les disciplines permet en outre d'interroger leurs pratiques rhétoriques et interprétatives, mais aussi comparatistes (littérature comparée et droit comparé), afin de penser, au-delà des rapprochements thématiques, leurs singularités et leurs convergences épistémologiques. , C. Baron, J. Sarfati Lanter (dir.), Droit et littérature
  • De fait, à l’annonce du prix décerné au chanteur, un double discours – comme si la Littérature n’était plus jamais une écriture mais toujours déjà un fantôme social, égaré dans la discursivité folle des uns et des autres – un double discours donc, dont la face première et liminaire a été de poser le Nobel comme une négation de Littérature, comme son antonyme provocateur, comme si Dylan n’appartenait et ne pouvait en rien appartenir à la Littérature. Dylan manquerait alors au grand fantôme insaisissable non pas tant de la Littérature que de la Littérarité, le cœur nu de la Littérature par lequel le Livre devient Livre et le Livre appartient au Livre. Dylan qui, il est vrai, n’a jamais prononcé ni le mot ni le vœu ardent de Littérature, se voit ainsi malgré lui l’otage d’une question à laquelle il ne peut répondre que par la négative : qu’est-ce que la Littérature ? La désormais vieille interrogation sartrienne échoue à trouver en Bob Dylan son chantre exact et lumineux, lui l’homme de la chanson, de la pop, du folk, d’une vulgarisation de la Littérature et de l’idée de poésie, de la poétisation du Réel : le Rimbaud du pauvre, le Whitman à retard. DIACRITIK, Bob Dylan, prix Nobel ou la mort de la Littérature
  • [Il] ne s’agit pas de supposer que la poésie […] constituerait un domaine d’expression clos sur lui‑même, mais de faire l’hypothèse que le vers offre toujours un régime de discursivité différent. Quand il écrit en vers, le pasteur écrit différemment et quand il publie ses vers, sa façon d’être auteur s’en voit modifiée. Quelle que soit la nature de ces vers, quel que soit leur usage programmé, il devient aussitôt poète. Ce sont toutes ces façons d’être poète pour un homme d’église qu’il s’agit d’étudier systématiquement (p. 19). , Suivre la Muse du Consistoire ou comment être pasteur protestant & poète aux XVIe et XVIIe siècles (Acta Fabula)
  • 15De fait, il ne s’agit pas de s’intéresser à l’auteur en tant que personnage, mais, bien plutôt, de mettre au jour la fonction-auteur, en tant qu’elle instaure de la discursivité. , « Qu’importe qui parle. » Autour de la fonction-auteur (Acta Fabula)

Traductions du mot « discursivité »

Langue Traduction
Anglais discursiveness
Espagnol discursividad
Italien discorsività
Allemand diskursivität
Chinois 话语性
Arabe الخطاب
Portugais discursividade
Russe непоследовательность
Japonais 談話
Basque diskurtsibotasuna
Corse discursività
Source : Google Translate API

Discursivité

Retour au sommaire ➦

Partager