La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « didascale »

Didascale

Définitions de « didascale »

Trésor de la Langue Française informatisé

DIDASCALE, subst. masc.

HIST. RELIG. Docteur de l'Église primitive chargé de l'éducation des catéchumènes :
... [au Phanar] vivaient les négociants enrichis par le commerce des grains et des fourrures, les théologiens, les clercs, les didascales voués à l'étude... Morand, Bucarest,1935, p. 54.
Étymol. et Hist. Av. 1752 (Abbé Fleury ds Trév.). Empr. au gr. δ ι δ α ́ σ κ α λ ο ς « professeur, maître ».

Wiktionnaire

Nom commun - français

didascale \di.das.kal\

  1. (Antiquité) Maître chargé de former son disciple en vue d'une vie contemplative.
    • Le choix de cette référence vient de la tradition grecque, qui distingue la tâche du « pédagogue », limitée à la vie pratique, de celle du maître, du « didascale », orientée, elle, vers la préparation à la vie contemplative. — (Après Jésus. L'invention du christianisme, sous la dir. de Roselyne Dupont-Roc et Antoine Guggenheim, Albin Michel, 2020, p. 511.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « didascale »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
didascale didaskal

Évolution historique de l’usage du mot « didascale »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « didascale »

  • « On écrit pour l’œil, alors mes textes sont toujours très bougés, très mis en scène. Dans mes textes, je “didascale” pas mal [les didascalies sont des indications de jeu écrites en marge d’un scénario], j’aime que les textes soient habités. Je les découpe, je mets des intentions. Dans Rumeurs, le personnage de Benoît Dumais [interprété par James Hyndman] jouait au squash parce que mon chum, Claude, jouait au squash. Ça me permettait de situer les personnages dans l’action. C’est la même chose pour Lâcher prise : un personnage jase en faisant à manger, un autre en pliant du linge. Je mets beaucoup de notes et je me dis que les acteurs prendront ce qu’ils veulent. Moi, je l’écris, c’est pas plus cher [rires]. J’aime quand c’est texturé, quand il y a des détails qui ajoutent à la scène. En comédie, le nerf de la guerre, c’est comment on va le raconter. Je cherche toujours la manière, la couleur. » La Presse, Isabelle Langlois : écrire Lâcher prise
  • Voix du public ou voix de l'auteur ? Le chœur peut-il avoir fonction de didascale, de commentateur? Part du lectant, instance critique, partie éthique de la parabole ou voix de la doxa grotesque.  S'il n'est plus en marge visuellement sur scène du reste des intervenants ne l'est-il pas par le fonctionnement et les enjeux de son discours ? Quelle est la validité de la prise du parole du chœur ? , Le chœur dans le théâtre contemporain 1970-200
  • 3L’auteur, maître de conférences en arts du spectacle, commence par distinguer la voix en lien avec le parler, les intonations et le corps du comédien, et la voix en rapport avec l’écriture, qui désigne métaphoriquement le sujet de la parole et les discours pluriels qui composent une énonciation. Les voix qu’elle étudie sont plutôt celles de l’écriture, mais souvent en articulation avec le parler en tant qu’origine et horizon de l’écriture. Les voix off, les voix musicalisées ou les voix « didascaliques » reflètent bien cette indissociabilité. Le travail des voix est donc tout de suite présenté comme multiforme : il va de l’introduction d’un didascale, récitant ou commentateur subjectif, à l’expérimentation chorale, au travail rythmique et mélodique ou encore à la dissémination du personnage en une multiplicité de discours qui le privent d’une identité fixe et mimétique. Le Pors inscrit là clairement son essai dans le sillage des recherches consacrées à la crise du personnage1 et à la rénovation de la forme dramatique. , Plurivocité, polyphonie & choralité des dramaturgies contemporaines (Acta Fabula)
  • 5Dans un deuxième temps, l’auteur effectue une classification des didascalies en fonction de la nature de la voix qui s’y exprime et également de son destinataire. Il distingue ainsi les didascalies appartenant à l’auteur dramatique de celles provenant d’un « didascale », dont le statut serait similaire à celui du narrateur dans l’univers romanesque. Les premières peuvent remplir deux fonctions — diégétique (forme assertive) ou scénique (forme injonctive) — et représentent une sorte de commentaire fait par l’auteur vis‑à‑vis de l’action dramatique. Elles passent pour « sérieuses », par rapport au statut fictif des dialogues, et possèdent un style « impersonnel », c’est-à-dire différent des idiolectes des personnages. Le second type de didascalie n’a pas pour but de référer, mais plutôt de suggérer : les fonctions remplies sont d’ordre poétique ou expressif. Ces didascalies se caractérisent en effet par une certaine stylisation qui peut impliquer la présence d’un « je » locuteur/énonciateur, ou plus précisément d’une instance présentant les événements et ayant accès à l’intériorité des personnages. Dans la conclusion de ce chapitre, A. Petitjean remarque la possibilité d’un mélange des deux couches textuelles qui composent la fiction dramatique sous sa forme écrite — un phénomène présent surtout dans les productions qui essayent de se situer en dehors des normes imposées historiquement : , Les didascalies : les cas de Koltès & de Beckett (Acta Fabula)

Vidéos relatives au mot « didascale »

Traductions du mot « didascale »

Langue Traduction
Anglais didascale
Espagnol didascale
Italien didascale
Allemand didascale
Chinois 双刻度
Arabe ديداسكال
Portugais didascale
Russe didascale
Japonais ディダスケール
Basque didascale
Corse didascale
Source : Google Translate API

Didascale

Retour au sommaire ➦

Partager