Dévernir : définition de dévernir


Dévernir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉVERNIR, verbe trans.

A.− [Le suj. désigne une pers.] Enlever le vernis qui recouvre un objet (en particulier un tableau) à l'aide d'un dissolvant. Anton. vernir.Les restaurateurs, lorsqu'ils dévernissent un tableau, enlèvent presque toujours la pellicule supérieure du vermillon (Moreau-Vauthier, Peint.,1933, p. 189).
P. métaph. Faire perdre à quelqu'un l'apparence de culture :
C'est un type curieux et fin que ce Français. C'est un auditeur au Conseil d'État. Il a juste ce qu'il faut d'intelligence pour être un sot. Il est teinté de tout (...). Au bout d'une demi-heure, toutes ses superficies sont percées. Il est déverni. Une conversation distinguée de contredanse, rien au delà. Goncourt, Journal,1860, p. 799.
Rare, emploi intrans. [En parlant d'une pers.] Ne plus briller intellectuellement ou culturellement. Je peux bien m'user, mais je ne dévernis pas (Flaub., Corresp.,1845, p. 182).
B.− [Le suj. désigne un inanimé] Faire perdre son vernis à (quelque chose). L'humidité dévernit les meubles (Lar. 19e).
P. métaph. [Le compl. désigne une valeur mor. ou soc.] Déprécier, montrer sous un jour défavorable. Toutes les besognes nécessaires vues de trop près dans un ménage pauvre, lui dévernissaient le mariage, fanaient cette fleur de poésie qui séduit, de loin, les fiancés (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Hérit., 1884, p. 483).
P. anal. Enlever à quelque chose son aspect brillant. Une poussière fine avait déverni les buissons (Ramuz, A. Pache,1911, p. 48).
Prononc. et Orth. : [devε ʀni:ʀ], (je) dévernis [devε ʀni]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1653 desvernir (A. Oudin, Dict. fr.-ital. ds Gdf. Compl.). Dér. de vernir*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 2.

Dévernir : définition du Wiktionnaire

Verbe

dévernir transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Dégarnir quelque chose de son vernis.
    • Dévernir une porte en la ponçant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dévernir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉVERNIR. v. tr.
Dégarnir quelque chose de son vernis. Dévernir un tableau.

Dévernir : définition du Littré (1872-1877)

DÉVERNIR (dé-vèr-nir) v. a.
  • Ôter le vernis d'un objet.

    Se dévernir, v. réfl. Perdre son vernis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dévernir »

Étymologie de dévernir - Wiktionnaire

 Dérivé de vernir avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de dévernir - Littré

Dé… préfixe, et vernis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dévernir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dévernir devɛrnir play_arrow

Conjugaison du verbe « dévernir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe dévernir

Évolution historique de l’usage du mot « dévernir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dévernir »

  •  Sur scène, Stanislas Nordey est Edouard Louis faisant face à son père ou plutôt à l'effigie de son père, corps-sculpture à l'hyperréalisme immobile, à la fois présent et absent, inquiétant et inoffensif. Il ne regarde jamais son fils dans les yeux, pas plus qu'il ne lui répond. A chaque noir, une effigie identique apparaît lorsque la lumière revient sur le plateau. Ces multiples seront cinq à la fin du spectacle, saturant l'espace de leur omniprésence, dépassant la seule incarnation du père pour dévernir une figure universelle. L'intensité avec laquelle Stanislas Nordey s'empare du texte, qu'il l'affirme ou qu'il le chuchote, en décuple sa force, révèle son évidence. Rendu incandescent par la scène, l'écrit entre encore un peu plus dans le panthéon des grands livres politiques. ”Qui a tué mon père" n'est pas un texte de colère mais un texte de combat et c'est bien avec la virulence du combat qu'il est porté par le comédien metteur en scène. A la fin de la pièce, alors que le plateau se recouvre petit à petit de neige, Stanislas Nordey porte un à un les corps du père hors de l'espace scénique. Ce sont les corps d'un homme de cinquante ans à bout de souffle, relié la nuit à une machine qui l'aide à respirer, souffrant d'un diabète sévère et d'un taux de cholestérol élevé. "Mais est-ce normal d'être dans cet état à la cinquantaine ?" s'interroge Edouard Louis. Si la violence est omniprésente dans le texte, l'apaisement apparait aussi dans cette lettre d'amour adressée au père. Ce grand texte politique "ne répond pas aux exigences de la littérature, mais à celles de la nécessité et de l'urgence, à celles du feu." précise Edouard Louis. Stanislas Nordey ne s'y est pas trompé, lui qui choisit de mettre en scène des langues plutôt que des sujets, porte haut celle d'Edouard Louis. A l'heure où, pour certains médias français, l'avenir de la gauche semble s'incarner dans un essayiste-héritier représentant si bien l'entre-soi de la reproduction sociale, comment ne pas se réjouir d'entendre enfin un discours politique sincère, de lire un authentique texte de combat, de voir porter un formidable plaidoyer en faveur de ceux que l'on se refuse a voir. Stanislas Nordey rappelle qu'en France, l'interpellation politique au théâtre surprend contrairement à l'Allemagne ou l'Angleterre. Avec sa "littérature de confrontation", Edouard Louis propose une frontalité qui déplait aux spécialistes de l'évitement car il annihile les stratégies de détournement du regard, obligeant à voir la violence sociale en face.  Club de Mediapart, La politique sur un corps | Le Club de Mediapart
  • Pascal Thiell a acquis de nombreuses toiles qui attendent patiemment leur tour pour un petit nettoyage ou un dévernissage plus tenace car les vernis à base de bitume du XIXe sont complexes. Un particulier lui a confié une peinture à dévernir. L’artisan d’art révèle minutieusement le rouge carmin caché sous l’épais vernis sombre. Un travail délicat accompagné de recherches historiques qu’il effectue pour chaque toile confiée. www.paris-normandie.fr, Veules-les-Roses : le prof devenu restaurateur de toiles
  • L'objectif est doté d'un iris à 20 lames et de seulement quatre éléments disposés en trois groupes. Cette construction particulière est à l’origine de son effet soft-focus caractéristique et son bokeh particulier particulièrement rond sur les lumières ponctuelles : sa douceur est due à des aberrations sphériques intentionnellement  sous-corrigées qui sont particulièrement évidentes lorsque la lentille est utilisée à grande ouverture. Ce rendu si particulier peut encore être accentuée par l'utilisation d'un filtre de point central (fourni) qui empêche la lumière axiale de traverser la lentille. Lorsque la lumière provenant du centre de l'objectif est bloquée, la majorité de la lumière provient des bords là où l'aberration est la plus forte.  Cette atmosphère esthétique unique qui se dégage des photos prises avec le Thambar 90 mm ne peut être reproduite à l’identique en post-traitement numérique, ce qui fait tout son intérêt pour les amateurs d’images éthérées et oniriques. Sans le filtre, l’objectif possède un rendu très doux, mais qui peut dévernir plus net si le diaphragme est bien fermé puisque l'aberration dans ces conditions. Le fut du Thambar a des inscriptions d'ouverture jumelles qui montrent en blanc les valeurs d'ouverture réduites lorsque le filtre ponctuel est utilisé, ainsi que la gamme recommandée d'ouvertures qui peuvent être utilisées avec le filtre en place. , Leica Thambar 90 mm : le retour d'une optique unique au rendu onirique et ethéré - ON mag
  • Notre Pays, le Mali, jadis envie, écouté et respecté aussi bien en Afrique qu’à travers le Monde entier, est en passe de dévernir la risée des autres nations, tant il est aujourd’hui balloté et humilié, à cause d’une gouvernance chaotique. La gestion actuelle du régime en place, symbole de la décrépitude d’un système étatique décrié, a fini de précipiter notre Pays dans l’impasse, pire, au bord du gouffre. , Grand meeting des forces patriotiques : Le départ d’IBK réclamé | maliweb.net

Images d'illustration du mot « dévernir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dévernir »

Langue Traduction
Corse impuru
Basque kutsatua
Japonais 汚れた
Russe нечистый
Portugais imundo
Arabe غير نظيفة
Chinois 不干净
Allemand unrein
Italien immondo
Espagnol inmundo
Anglais unclean
Source : Google Translate API

Mots similaires