La langue française

Désulfurer

Définitions du mot « désulfurer »

Wiktionnaire

Verbe

désulfurer \de.syl.fy.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Retirer le soufre de.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DÉSULFURER (dé-sul-fu-ré) v. a.
  • Terme de chimie. Enlever à un corps le soufre avec lequel il est combiné.

    Ôter le soufre d'une eau minérale. Le contact de l'air désulfure les eaux sulfureuses.

    Se désulfurer, v. réfl. Perdre son soufre. Ces eaux se sont désulfurées.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « désulfurer »

Dé… préfixe, et soufre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De sulfurer, avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « désulfurer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
désulfurer desylfyre

Évolution historique de l’usage du mot « désulfurer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « désulfurer »

  • L'usine de Port-Jérôme, qui doit être construite à côté de la raffinerie d'Exxon, vise à fournir de l'hydrogène aux industriels de la pétrochimie (Exxon, Total, Yara…) pour désulfurer les carburants ou fabriquer des engrais. A Dunkerque, le projet consiste à introduire l'hydrogène dans le réseau de gaz naturel - « power to gas » - alimenté par le gazoduc du terminal méthanier en provenance de Norvège, afin de décarboner ce gaz utilisé pour le chauffage, la cuisine et la mobilité GNL. Les Echos, H2V prêt à déployer ses deux usines d'hydrogène vert | Les Echos
  • Pour les grands spécialistes des gaz industriels, et donc Air Liquide, cela constitue un marché considérable. Aujourd'hui, le groupe réalise 2 milliards de chiffre d'affaires, soit un peu moins de 10 % de ses facturations totales avec ce gaz, essentiellement pour désulfurer les carburants dans les raffineries. Les cent vingt stations-service à hydrogène que le groupe opère dans le monde sont une goutte d'eau à côté de cela, quelques dizaines de millions, mais qu'en sera-t-il dans dix ans ? Investir, L'hydrogène, futur carburant de la croissance, Comment Air Liquide a organisé sa mise au vert - Investir-Les Echos Bourse
  • L’idée est de produire de l’hydrogène « vert » (H2) à partir d’une électrolyse de l’eau et non pas à partir d’hydrocarbures, comme c’est le cas aujourd’hui. Les trois quarts de la production seront commercialisés, ont expliqué les porteurs du projet, notamment auprès des raffineurs, qui se servent de l’hydrogène pour désulfurer les carburants. Les Echos, Un projet d’usine d’hydrogène « vert » à 450 millions en Normandie | Les Echos
  • L’hydrogène et Air Liquide, c’est une vieille histoire. Elle a commencé il y a une cinquantaine d’années avec la conquête spatiale. De nouvelles utilisations de l’hydrogène sont ensuite apparues dans la pétrochimie et le raffinage, grâce à la capacité de ce gaz à désulfurer les carburants. Actuellement, il procure environ 2 milliards de chiffre d’affaires, soit 10 % des ventes totales du groupe. L’industriel français est ainsi le numéro deux mondial de l’hydrogène, derrière l’américain Air ­Products. Il était donc logique qu’Air Liquide veuille être un acteur incontournable de la nouvelle histoire qui commence à s’écrire : celle des nouveaux usages dans la mobilité, le stockage d’électricité ou la production d’énergie propre. Avec Toyota, le groupe a ainsi joué un rôle moteur dans la création du Conseil de l’hydrogène, en 2017, où figure également son concurrent allemand Linde. Ce lobby international a beaucoup œuvré à sensibiliser les pouvoirs publics sur le sujet. Investir, Une réalité aujourd’hui et, surtout, un enjeu pour demain pour Air Liquide, De nouveaux marchés pour un boom de l’hydrogène vert - Investir-Les Echos Bourse
  • Contexte Les habitants des Abruzzes, une région au centre de l’Italie qui concentre de nombreux parcs nationaux et réserves naturelles, se battent depuis plus d’une décennie pour protéger leur région contre les pollutions dues aux forages pétroliers. En 2008, ils ont découvert l’existence d’un projet de plateforme pétrolière vouée à s’installer à proximité des côtes italiennes. Ce projet est porté par la compagnie pétrolière et gazière britannique Rockhopper, qui a obtenu la licence « Ombrina Mare » durant l’été 2014 en prenant le contrôle de la compagnie Mediterranean Oil & Gas. L’investissement, visant à désulfurer du pétrole brut, prévoyait l’installation de puits, de pipelines sous-marins ainsi que d’une raffinerie flottante sur la mer Adriatique et ce, face à l’indignation des habitants. CNCD-11.11.11, Traité sur la Charte de l’énergie : nos États en danger
  • Qalaa Holdings a ainsi construit au Caire, pour 4,3 milliards de dollars, la raffinerie ERC pour désulfurer des carburants de la raffinerie publique Cairo Oil Refinery Company. Des carburants passés par ERC aux normes Euro V, et qui seront vendus notamment par Taqa Arabia. JeuneAfrique.com, Égypte : comment Taqa Arabia veut profiter de la libéralisation du marché du gaz naturel – Jeune Afrique
  • Sur la raffinerie de Fos-sur-Mer (six millions de tonnes de pétrole brut traitées en 2018), il va investir 20 à 30 millions d'euros par an en cinq ans pour diminuer la consommation énergétique, améliorer l'impact environnemental, désulfurer les carburants… En mai, le site commencera à vendre du fioul marin à 0,5% de teneur en soufre pour approvisionner les navires par un carburant moins polluant. L'orientation bénéficiera selon Esso à l'environnement et au port de Marseille-Fos. « Si les productions que nous réalisons étaient importées, nous aurions deux fois plus d'émissions de CO2 sur la zone industrialo-portuaire », assure Benoit de Saint-Sernin, directeur des affaires générales et institutionnelles d'Esso SAF. Nouvelles Publications, Pour l'Ufip, l'essor des véhicules électriques menace le raffinage régional
  • La grande crainte du milieu maritime est que des carburants plus propres lui reviennent beaucoup plus cher. L'armateur français CMA-CGM a calculé que les nouvelles normes sur le soufre en Europe du Nord et en Amérique du Nord lui coûtent déjà 100 millions de dollars par an. Si ces règles s'étendent au monde entier, «ça va être un choc, redoute Jean-Marc Cordier, responsable du trading chez Addax Energy à Genève. La première manière de répondre à la norme sera de mélanger gazole et fioul. Mais le gazole coûte beaucoup plus cher (NB: environ 200 dollars de plus par tonne, aux cours actuels). Et pour désulfurer le brut que l'on a actuellement, il faudra investir des milliards dans les raffineries.» LeTemps.ch, Fioul lourd, le sang impur de la globalisation

Traductions du mot « désulfurer »

Langue Traduction
Anglais desulphurize
Espagnol desulfurar
Italien desolforazione
Allemand entschwefeln
Chinois 脱硫
Arabe نزع الكبريت
Portugais dessulfurizar
Russe обессеривать
Japonais 脱硫
Basque desulphurize
Corse desulphurize
Source : Google Translate API

Désulfurer

Retour au sommaire ➦

Partager