La langue française

Désublimation

Sommaire

  • Phonétique de « désublimation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « désublimation »
  • Citations contenant le mot « désublimation »
  • Traductions du mot « désublimation »

Phonétique du mot « désublimation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
désublimation desyblɛ̃asjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « désublimation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « désublimation »

  • Qui, en effet, parle encore aujourd’hui de «désublimation répressive»? C’est le genre d’expressions que les philosophes citent entre eux en clignant de l’œil, activant leur complicité de vieux combattants. C’est pourtant un concept central de la pensée de Marcuse, et il garde sans doute – Collin a raison – toute sa pertinence pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Cette expression aux apparences aujourd’hui désuètes est construite sur l’idée de Freud selon laquelle la civilisation n’a pu s’élever qu’en réprimant les instincts qui rendraient la coexistence impossible. C’est la répression du principe de plaisir, qui contraint les instincts à se sublimer en quelque chose d’autre. Le Temps, Herbert Marcuse a encore des choses à nous dire - Le Temps
  • Marcuse aurait aussi averti ces jeunes devant la récupération marchande de leur idéal de liberté. Il ne faut pas se leurrer : Woodstock, tel que pensé par ses organisateurs, se voulait d’abord, mais est devenu seulement plus tard, une énorme entreprise commerciale. Cette récupération s’observe aussi avec la sexualité qu’on voulait libre. Au lieu de la sublimation non répressive d’Éros, on assiste, avec sa marchandisation, à sa désublimation répressive, c’est-à-dire à son détournement vers le principe de rendement. On n’a qu’à penser à la pornographie, à la sexualité devenue une injonction de performance et à l’imposition des canons de beauté pour saisir ce que Marcuse entend par désublimation répressive. Une sublimation non répressive ne limite pas l’énergie sexuelle à la génitalité ; elle érotise l’univers social, contribuant ainsi du même coup à contenir les pulsions destructrices. Le Devoir, Woodstock et la liberté comme domination | Le Devoir
  • En 1964; j'ai appris avec Herbert Marcuse, L’Homme unidimensionnel Études sur l’idéologie de la société industrielle L’homme unidimensionnel de la société avancée a perdu sa puissance de négation, sa possibilité du grand refus. La société absorbe les oppositions et présente l’irrationnel comme étant rationnel. Il s’agit par conséquent de démasquer la fausse conscience unidimensionnelle qui voit dans la technique manipulée un inévitable destin de la productivité, de l’allègement du fardeau de la vie. Introduction : L’engourdissement de la critique : une société sans opposition La société unidimensionnelle : 1. Les formes nouvelles de contrôle – 2. L’enfermement de l’univers politique – 3. La conquête de la conscience malheureuse : une désublimation répressive – 4. L’univers du discours clos La pensée unidimensionnelle : 5. La pensée négative : mise en échec de la logique de la contradiction – 6. De la pensée négative à la pensée positive : la rationalité technologique et la logique de la domination – 7. Le triomphe de la pensée positive : la philosophie unidimensionnelle Perspectives d’un changement historique : 8. La philosophie et son engagement historique – 9. La catastrophe de la libération –10. Conclusion Il est d’une importance qui dépasse de loin les effets immédiats que l’opposition de la jeunesse contre la société d’abondance lie rébellion instinctuelle et rébellion politique. La lutte contre le système, qui n’est portée par aucun mouvement de masse, qui n’est impulsée par aucune organisation effective, qui n’est guidée par aucune théorie positive, gagne dans cette liaison une dimension profonde qui compensera peut-être un jour le caractère diffus et la faiblesse numérique de cette opposition. J'ai découvert Erich Fromm en 1970. Et aussi Ernest Dichter, un psychologue et un expert en marketing considéré comme le père des recherches sur la motivation. Docteur diplômé à l'université de Vienne en 1934 et installé aux États-Unis à partir de 1937, il y fonde l'Institut de recherche sur la motivation, il en créera deux autres en Suisse et en Allemagne. Professionnellement les études de motivation du consommateur m'ont beaucoup aidé depuis. Il y a donc quelques temps que l'homme n'est âs si indépendant de penser que ça. L'Obs, Comment pense une foule
  • Domination du courtermisme et de l’urgence, extension sans limite de la sphère marchande, globalisation, apologie du changement et de la vitesse de réaction, dématérialisation et crise de nos coordonnées spatiotemporelles, multiplication des espaces pourris et des non-lieux, gouvernementalité par les chiffres et les indicateurs de performance, mise en pilotage automatique des affaires humaines, emprise du consumérisme qui, devenu addictif, s’accompagne d’un vaste processus de désublimation, épuisement des ressources naturelles... Tout indique que nous sommes entrés dans une phase nouvelle où les cadres hérités des Lumières – la raison humaine et son universalisme, l’autodétermination, la domestication de la nature – ont volé en éclats. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Sortons du conformisme : réinventons l’écologie politique
  • L'inclusivité, la posture flagellante, l'indignation affectée, le «et en même temps» sont bien sûr des habitus de classe qui culminent dans le snobisme et le dandysme, mais châtrés de l'ironie qui en faisait l'agrément: pour citer Kundera, c'est la fin des blagues. La légèreté et l'humour, et peut-être aussi la capacité d'oubli, ne sont plus de mise face à l'indignation requise, la rétroactivité pénale et la désublimation qui animent ce nouveau Zeitgeist. L'art qui, avant de nous pousser sur les barricades, devrait nous rendre la vie plus supportable, peut-il y parvenir sans humour? Le Figaro.fr, Isabelle Barbéris : «Il y avait le politiquement correct, il y a désormais l'artistiquement correct»
  • En second lieu, l’homme qui se fait lui-même est à bout de souffle. Le soixante-huitard (caricatural) avait prôné la liquidation du père, c'est-à-dire l’abolition de l’ordre symbolique, pour parler en termes lacaniens. Le nouveau féminisme et la théorie du genre proposent l’abolition du réel, c'est-à-dire de la mère. Il ne reste plus que le moi imaginaire, adonné à la mortelle culture du narcissisme, le moi "délié", affranchi de tous les "déterminismes", comme l’avait demandé un ancien ministre de l’Éducation qui n’est plus nationale. Le mouvement né de la prétendue révolution sexuelle doit pédaler toujours plus vite et plus loin pour se maintenir debout. Mais il apparaît de plus en plus clairement que loin d’être une libération, elle est bien ce que Marcuse avait analysé comme une "désublimation répressive", afin que la sexualité "libérée" soit mise au service du principe de rendement, propre au mode de production capitaliste. Mais tout cela est en train de se renverser et les "nouveaux réactionnaires" se multiplient et commencent à se faire entendre. La toute-puissance infantile de celui qui prétend se choisir et choisir ses enfants comme des productions en magasin est si mortifère que le corps social secrète les antidotes nécessaires. Marianne, Les gilets jaunes : le symptôme d'une nouvelle ère | Marianne
  • Même s’il n’est pas un grand artiste (mais que sont les « grands artistes » devenus ?) et qu’il représente un certain type de créateur efficace pour lequel on ne peut avoir qu’une estime relative, Jeff Koons, en dépit de sa personnalité de savonnette, est un bon artiste. Proposant une vision esthétique cohérente, celle de la désublimation non répressive, qui cherche à produire un art de la joie, un art « rose » de goret (et non de porc), cet authentique disciple de Warhol (que ses contempteurs devraient également détester en tant que pur reflet de notre monde) associe une esthétique du lisse et du bien fait à un goût pour le spectaculaire et la neutralité. Inoxydable et pop, « miroirique » du règne des icônes (de Louis XIV à Michael Jackson), l’art sexy de Koons célèbre le monde tel qu’il va. Le Monde.fr, « Plantons le bouquet de tulipes de Koons à la Chapelle »
  • Ricanez si vous voulez, mais je n’ai jamais considéré comme une faiblesse archaïque et aliénante la croyance aux signes du destin. J’y vois même une résistance à tout ce qui entend nous arraisonner et nous faire plier. Je ne peux m’empêcher de voir, dans cet événement, le condensé ravageur de tout ce qui, ces dernières années, n’a suscité ni larmes collectives, ni stations éplorées dans la rue, ni images chaotiques complaisamment partagées. Soit dit en vrac (au diable l’ordre, dans ces circonstances) : le patrimoine devenu objet de consommation éhontée, la ruine d’un système éducatif qui avait fait les preuves de son excellence, la corruption généralisée d’une langue attaquée et humiliée de toutes les façons possibles, l’identité nationale décrétée péché mortel, la désublimation sans vergogne de toutes les grandes figures qui ont fait ce pays, le rétrécissement dramatique de l’imaginaire collectif, l’amnésie historique et l’impossible adossement à nos traditions les plus fortes, l’anéantissement de toute littérature et de toute pensée par la promotion frénétique et incontrôlable des médiocres – j’en passe à foison, naturellement. Poursuivre l’inventaire ne vous demandera que l’effort minimal de regarder autour de vous. Causeur, La France n'a pas attendu la tragédie de Notre-Dame pour tomber en ruines - Causeur

Traductions du mot « désublimation »

Langue Traduction
Anglais desublimation
Espagnol desublimación
Italien desublimazione
Allemand desublimation
Chinois 升华
Arabe إزالة الذوبان
Portugais dessublimação
Russe десублимация
Japonais 昇華
Basque desublimation
Corse desubinazione
Source : Google Translate API
Partager