La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « déprimage »

Déprimage

Variantes Singulier Pluriel
Masculin déprimage déprimages

Définitions de « déprimage »

Wiktionnaire

Nom commun - français

déprimage \de.pʁi.maʒ\ masculin

  1. (Agriculture) Action de déprimer les prairies, c'est à dire de faire brouter les jeunes pousses jaunies par les gelés de printemps.
    • Le déprimage n’a pas lieu et ne peut être pratiqué sur des prairies sèches, sur des terrains peu fertiles. — (Gustave Heuzé, Les paturages des prairies naturelles et les herbages ..., 1887)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DÉPRIMAGE (dé-pri-ma-j') s. m.
  • Terme d'agriculture. Action de déprimer les prairies.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déprimage »

Déprimer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « déprimage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déprimage deprɛ̃aʒ

Évolution historique de l’usage du mot « déprimage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déprimage »

  • Le déprimage des céréales consiste à « faire pâturer les parcelles au stade tallage par des animaux », rappelle le réseau Dephy. Selon les essais réalisés, cette pratique ancienne permet d'améliorer le tallage des céréales et leur densité. Ressource fourragère pour le troupeau, c'est aussi un plus côté fertilisation. Retrouvez des témoignages d'agriculteurs à ce sujet, avec des génisses et des brebis. Terre-net, Témoignages d'agris sur le déprimage des céréales par les ovins/bovins
  • Cet hiver, encore exceptionnel, s’est traduit par beaucoup de douceur (+ de 3 °C en moyenne) accompagnée d’une pluviométrie abondante (350 à près de 500 mm sur décembre – janvier). « Cela a permis de bonnes pousses hivernales, de 5 et 15 kg de MS / jour en Bretagne d’après les mesures réalisées en suivi chez les éleveurs, justifiant un déprimage précoce », explique Florent Cotten. Il rappelle que l’objectif est de pâturer toute la surface avant que la production d’herbe ne dépasse les besoins du troupeau. « Les Anglophones parlent de « golden day » ou jour en or. Si le déprimage n’est pas terminé avant cette date, propre à chaque exploitation, alors la productivité de la prairie ne sera pas optimisée. » Le résiduel, hauteur d’herbe à la sortie des animaux de la parcelle, sera un bon indicateur : « Il devra se situer autour de 3 à 4 cm (1 300 à 1 400 kg MS / ha) afin de permettre à la plante de taller le plus possible ensuite ». Journal Paysan Breton, Un bon déprimage pour garantir un bon tallage | Journal Paysan Breton
  • Les températures douces (mesures moyennes de 30 exploitations bretonnes : 8,2 °C au sol fin février ; 9,5 °C début mars*) et les pluies régulières de ces dernières semaines sont propices au bon déprimage des prairies. L’hiver est la période de l’année où le pâturage sous le stade 1 500 kg de MS / ha d’herbe endommage peu la repousse des graminées productives (ray-grass, fétuque). Les réserves énergétiques (sucres solubles) des plantes sont alors concentrées au niveau de la gaine en raison d’une faible dynamique de croissance et du peu de consommation d’énergie liée aux températures froides*. Journal Paysan Breton, Prairies : le déprimage, phase essentielle d'un bon début de saison | Journal Paysan Breton
  • Le déprimage de sortie d’hiver est préconisé pour que les graminées tallent, faire de la lumière aux légumineuses, homogénéiser la végétation. On dit bien que les parcelles les plus belles sont celles qui ont été déprimées. Si la portance des sols est limitante, on peut sortir progressivement ses animaux : les taries d’abord, les laitières quelques heures… Réussir lait, Conserver longtemps une prairie de qualité en six points | Réussir lait
  • Et le technicien de rappeler les fondamentaux de cette pratique. « Même règle que pour le déprimage, il est important de faire pâturer tout l’accessible. Le tour sera simplement plus long. » En termes de taille de paddocks, le conseiller recommande de « rester sur l’objectif valable toute l’année de 1 are par vache ». Ensuite, la quantité distribuée à l’auge est à adapter dès lors que « la hauteur d’herbe d’entrée est inférieure à 12 ou 13 cm ». Concernant la hauteur d’herbe de sortie, il faut viser le plus bas possible. Pourquoi ? « D’une part, si cela ne repousse plus ensuite pour une petite sortie du troupeau, la prairie est prête pour l’hiver. D’autre part, tout ce qui est laissé est perdu. Gratter 1 ou 2 cm d’herbe dans tous les paddocks pendant un mois, cela représente pas mal de kilos de matière sèche ingérés et donc de stocks économisés. » Enfin, pour réduire le risque de météorisation, Maxime Le Quest conseille de distribuer « quelque chose de fibreux comme du foin » à l’auge avant le pâturage, voire de repousser l’heure de sortie à 10 ou 11 h les jours de forte rosée pour que l’ingéré soit moins humide.     Journal Paysan Breton, Pâturages d’automne et d’hiver | Journal Paysan Breton

Images d'illustration du mot « déprimage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « déprimage »

Traductions du mot « déprimage »

Langue Traduction
Anglais depression
Espagnol depresión
Italien depressione
Allemand depression
Chinois 沮丧
Arabe كآبة
Portugais depressão
Russe депрессия
Japonais うつ
Basque depresioa
Corse depressione
Source : Google Translate API

Déprimage

Retour au sommaire ➦

Partager