La langue française

Démotorisation

Phonétique du mot « démotorisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
démotorisation demɔtɔrisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « démotorisation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « démotorisation »

  • Une politique favorisant la résilience des territoires devrait donc encourager une démotorisation partielle, en privilégiant : un aménagement du territoire et des choix de localisation qui réduisent les distances ; le vélo, le covoiturage, les véhicules légers et électriques pour les trajets quotidiens ; le train et les transports en commun routiers, au moins pour les plus longs trajets ; l’autopartage en complément pour les trajets plus exceptionnels. The Conversation, Dépendance à la voiture en zone rurale, quelles solutions ?
  • Il est néanmoins important de nuancer ces propos et de voir le verre à moitié plein. Les Franciliens n’ont pas oublié en l’espace d’un confinement à quoi ressemble le périphérique parisien à 8h du matin. Et les Parisiens demeurent toujours aussi déterminés à vivre dans une ville démotorisée. Ainsi l’enquête menée fin avril auprès de 1425 utilisateurs issus de la communauté Virtuo démontre que la démotorisation urbaine est toujours d’actualité, malgré les nouveaux défis imposés par le Covid-19. , Reconstruire notre mobilité, sans reproduire les erreurs du passé
  • D'autre part, l'étude prouve également que l'autopartage contribue à changer en profondeur les comportements et les habitudes de mobilité de ses utilisateurs. En incitant à la démotorisation et à un usage plus raisonnable de la voiture pour se déplacer, le secteur de l'autopartage a permis de réduire la distance parcourue en voiture par ses usagers de près de 140 millions de kilomètres au total sur l'année. Les Echos, Opinion | C'est aux décideurs politiques de faire décoller l'autopartage | Les Echos
  • Alors que la démotorisation des centres-villes était au cœur des débats publics, notamment prônée par une grande majorité des candidats aux élections municipales de 2020, l’enquête révèle que la voiture reste le moyen de déplacement privilégié des Français, et ce également pour les courtes distances. TendanceHotellerie , Etude Virtuo : 87% des Français comptent privilégier la voiture pour leurs premiers trajets post confinement  -  TendanceHotellerie
  • La tendance forte qui se confirme, c'est que l'autopartage en boucle incite à abandonner sa voiture personnelle. C'est une cause de « démotorisation ». 46 % des usagers d'un service d'autopartage possédaient une voiture avant, et n'en ont plus à l'heure actuelle. Et 23 % déclarent avoir renoncé à l'achat d'un véhicule après avoir découvert l'autopartage. D'après notre étude, une voiture partagée remplace entre cinq et dix voitures individuelles, et libère donc quatre à neuf places de stationnement sur l'espace public. C'est considérable. Il n'y a pas une autre offre de transport qui incite à une démotorisation aussi forte. leparisien.fr, « L’autopartage incite à abandonner son véhicule » - Le Parisien
  • L'objectif fixé est une sortie complète du diesel en 2024 et une sortie de l’essence en 2030. Il devrait participer à l’accélération de la démotorisation des ménages et à la baisse de la circulation motorisée dans Paris, déjà deux fois moins forte aujourd'hui par rapport à 1990. Weelz.fr, [Municipales 2020] Grenoble, Paris, Bordeaux, Strasbourg… ces métropoles où le vélo progresse ⋆ Weelz.fr

Traductions du mot « démotorisation »

Langue Traduction
Anglais demotorization
Espagnol desmotorización
Italien demotorization
Allemand demotorisierung
Chinois 减摩
Arabe تفكيك
Portugais desmotorização
Russe demotorization
Japonais 脱力
Basque demotorization
Corse demotorizazione
Source : Google Translate API

Démotorisation

Retour au sommaire ➦

Partager