La langue française

Démocratico-libéral

Phonétique du mot « démocratico-libéral »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
démocratico-libéral demɔkratikɔliberal

Évolution historique de l’usage du mot « démocratico-libéral »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « démocratico-libéral »

  • Plus profondément encore, Fukuyama, mettant ses pas dans ceux de Hegel, souligne que le point essentiel n'est pas l'extension réelle du modèle démocratico-libéral, mais le fait qu'on ne peut lui opposer une alternative crédible. L'histoire du 20e siècle est celle du conflit entre trois modèles socio-politiques, le fascisme, le communisme et la démocratie libérale, conflit dont celle-ci, contre la plupart des pronostics, est sortie vainqueur. A ceux qui lui ont opposé l'émergence d'un nouveau conflit mondial, entre démocratie et islamisme, Fukuyama avait d'avance répondu : « Malgré la puissance démontrée de l'islam dans son renouveau actuel, il reste cependant que cette religion n'exerce virtuellement aucun attrait en dehors des contrées qui ont été culturellement islamiques à leurs débuts. Le temps des conquêtes culturelles de l'islam est, semble-t-il, passé : il peut reprendre des pays qui lui ont échappé un temps, mais n'offre guère de séductions à la jeunesse de Berlin, de Tokyo, de Paris ou de Moscou. » On peut, à l'inverse, interpréter l'islamisme comme une réaction à la séduction exercée par le modèle démocratico-libéral en terre d'islam. Même la République islamique d'Iran intègre le critère démocratique de la souveraineté du peuple, et il n'y a guère de doute qu'à terme, celui-ci triomphera du principe théocratique, de même que l'aspiration à la liberté individuelle finira par triompher de la rigueur des prescriptions religieuses. Si l'on veut critiquer Fukuyama, c'est sur le terrain de la philosophie de l'histoire qu'il faut se placer : peut-on concevoir une alternative crédible au modèle démocratique fondé sur les principes de liberté et d'égalité des individus, dont on puisse penser qu'il peut durablement constituer un idéal pour l'humanité et figurer son futur ? Atlantico.fr, Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne | Atlantico.fr
  • La politique du Recteur de la Mosquée de Paris est celle de l’autruche. Il est dans le déni systématique du "problème de l’islam" mais ne veut pas voir non plus que celui-ci nourrit les discours identitaires – celui des islamistes comme celui d’une islamophobie qui peut à tout moment, chez certains, devenir intolérante. Le conflit identitaire ne peut pas bénéficier à la minorité musulmane, et ce n’est donc pas servir celle-ci que de l’entretenir. Il est compréhensible qu’une partie des Français soient irrités par le retour du fanatisme, de l’intolérance et de la haine des Juifs, par la régression de la liberté des femmes, l’exhibitionnisme des pratiques religieuses, la résurgence d’un obscurantisme que les autres religions ont depuis longtemps abandonné. Il est légitime que cette irritation puisse s’exprimer sous la forme d’une "islamophobie" pacifique, c’est-à-dire sous la forme d’une libre critique sur le plan intellectuel et politique. Dalil Boubakeur devrait comprendre que, lorsqu’il répugne à aborder le fond des problèmes pour récuser la critique elle-même ainsi que l’expression de la défiance à l’égard de l’islam, non seulement il ne fait rien pour lutter efficacement contre la "stigmatisation" des musulmans, mais il renforce le camp des musulmans hostiles aux valeurs du monde démocratico-libéral. Pour un musulman doté d’une conscience politique aujourd’hui, il n’y a pas de position neutre, "centriste" ou modérée possible : il faut nécessairement être soit du côté d’une réforme de l’islam permettant d’assimiler la modernité démocratique et scientifique, soit dans le camp réactionnaire qui a pour projet de restaurer l’intégrité de l’islam en l’expurgeant de la contamination des valeurs de la modernité occidentale. Ceux qui, à l’image de Dalil Boubakeur, refuseront de choisir clairement leur camp, seront à terme voués à la marginalisation.  Atlantico.fr, Un habeas corpus républicain pour l’islam de France ? Pourquoi le recteur de la mosquée de Paris se trompe dans sa manière d’aborder la question des musulmans français | Atlantico.fr
  • En avril 2013, le CCIF et une association Salaam (à Sciences-Po) ont organisé un colloque à l’École de Hautes Études de Sciences sociales (EHSS), intitulé  « L’islamophobie en questions », qui présentait le « rejet de l’islam » comme une « négation occidentale de l’altérité ». Cette inversion est intellectuellement intéressante, car c’est justement le monde musulman et la loi islamique qui nient les minorités et l’altérité non musulmanes alors que l’Occident démocratico-libéral accorde une pleine liberté de mouvement et d’expression aux mouvances de l’islam les plus prosélytes et aux musulmans. Le colloque était organisé sous « la direction scientifique du sociologue, chargé de recherche à l’EHESS, Marwan Muhammad », ce qui permettait de donner un vernis « scientifique » à une opération de négation du problème islamiste ramené à une « construction islamophobe ». Dans un jargon sociologisant typique, mais qui véhicule la paranoïa victimaire analysée plus haut, la brochure du colloque expliquait que « dans le contexte hexagonal, la  "question musulmane" est au cœur de nombreuses controverses remettant en cause la légitimité de la présence des musulmans (ou présumés) ainsi que la visibilité de l’Islam pratiqué sur le territoire national. Cette hostilité, revendiquée ou implicite, à l’encontre des musulmans se manifeste, au moins depuis la fin des années 1970, par une forte inflation de discours et de pratiques de disqualification et de discrimination ».  Atlantico.fr, "Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste | Atlantico.fr

Images d'illustration du mot « démocratico-libéral »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « démocratico-libéral »

Langue Traduction
Anglais democratic-liberal
Espagnol democrático-liberal
Italien democratico-liberali
Allemand demokratisch-liberal
Chinois 民主自由
Arabe ديمقراطية - ليبرالية
Portugais democrático-liberal
Russe демократически-либеральной
Japonais 民主的・リベラル
Basque demokratiko-liberala
Corse demucratico-liberale
Source : Google Translate API

Démocratico-libéral

Retour au sommaire ➦

Partager