La langue française

Déjudaïsation

Définitions du mot « déjudaïsation »

Trésor de la Langue Française informatisé

Déjudaïsation, subst. fém.Perte de l'identité juive. Les détracteurs de celui-ci [Mendelssohn] l'ont rendu, non sans injustice, responsable de la déjudaïsation plus ou moins prononcée qui sévit après sa mort dans la communauté israélite de Berlin (Weill, Judaïsme,1931, p. 42).S'inquiéter des risques de déjudaïsation (M. Catane, Qui est Juif, Paris, Laffont, 1972, p. 104).

Phonétique du mot « déjudaïsation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déjudaïsation deʒydaisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « déjudaïsation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déjudaïsation »

  • La notion de dhimmi se manifeste à plusieurs niveaux : religieux, social, politique, militaire et droit. Contrairement aux affirmations de l’Union européenne, le peuple juif – quelle que soit sa dispersion géographique due aux aléas historiques – reconnait l’historique de sa source et de son développement dans la Bible et sur un lieu géographique bien délimité dont les monuments, les artéfacts archéologiques de la région, les témoignages contemporains d’auteurs de l’Antiquité et la numismatique en attestent l’existence au cours de millénaires. Le monde chrétien partageait cette opinion jusqu’à ces derniers temps. Et d’ailleurs cette notion d’antique appartenance est ressentie par d’autres peuples. Des Arméniens, des Grecs, des coptes, bien qu’établis aux USA et quel que soit leur dispersion diasporique, ne réfutent pas l’origine de leur peuple en Arménie, Grèce ou Egypte. Malgré une occupation ottomane de plusieurs siècles, le Parthénon et les monuments de la Grèce ancienne comme ses œuvres littéraires et philosophiques n’en demeurent pas moins grecques selon le rationalisme occidental. Il n’en est pas de même pour les Israéliens dont la patrie historique est niée par le consensus de l’Union européenne, la Ligue arabe et l’OCI, au moyen d’une falsification des noms géographiques et par la déjudaïsation de l’histoire et des monuments d’Israël. Car les caractères de la dhimmitude s’attachent non seulement à la population autochtone soumise mais aussi à la terre conquise devenue terre d’islam. Le peuple juif de retour dans sa patrie doit obligatoirement se conformer aux contraintes islamiques de la dhimmitude. Or le sionisme, mouvement de libération nationale juif les abolie et les remplace par l’émergence d’un Etat hébreu moderne et démocratique avec la réappropriation de la langue, de l’histoire et de la culture du peuple autochtone du pays. C’est cette transformation que j’appelle la libération du dhimmi. Elle signifie la résurgence d’un peuple libéré de l’esclavage de la dhimmitude dans sa patrie historique. Cette situation s’était déjà manifestée dans l’histoire, d’abord en Sicile, puis dans la péninsule ibérique, en Hongrie et dans les colonies ottomanes en Europe jusqu’à la Première guerre mondiale. Ces révoltes de peuples dhimmis chrétiens avaient bénéficiés de certains soutiens d’Etats chrétiens sans lesquels elles n’auraient jamais pu aboutir. Par contre le sionisme, bien qu’ayant de nombreux sympathisants chrétiens, fut combattu par l’Europe et le monde musulman dans une étroite collaboration allant de la démonisation d’Israël au génocide et aujourd’hui à la négation de son histoire.        Atlantico.fr, Du Dhimmi à la dhimmitude : chronique d’une soumission annoncée de l’Europe, rencontre avec l’écrivain islamiquement incorrecte Bat Yé’or | Atlantico.fr
  • L’organisation islamiste terroriste qu’est le Hamas (créé en 1987) est l’héritière de cette tradition islamiste judéophobe. Cependant, loin de se limiter au Hamas, l’islamisation des passions judéophobes s’est aussi répandue au sein du Fatah, supposé non religieux, et même de la « progressiste » et « anti-impérialiste » OLP, et ce, dès l’époque d’Arafat qui, par exemple, en 2002, déclarait : « Nous ne défendons pas la Palestine en tant que Palestiniens, nous la défendons au nom de la nation arabe, au nom de la nation musulmane ! » Une terre palestinienne sans juifs, tel est le message que répercutent toutes les tendances du mouvement palestinien. Aujourd’hui, dans le cadre d’un djihad culturel judéophobe teinté de négationnisme, le lien historique d’Israël avec Jérusalem est contesté par l’ensemble de la direction palestinienne, depuis le « modéré » Mahmoud Abbas jusqu’au Hamas et à d’autres organisations terroristes, mais aussi par des organisations internationales comme l’Unesco, soumises à la pression des pays musulmans. La revendication de « désionisation » de Jérusalem, c’est-à-dire son nettoyage ethnique et sa « déjudaïsation » par l’exclusion des juifs qui la « souillent », va de pair avec la revendication de la « désionisation » d’Israël lui-même par la création d’un État multiethnique et, dans sa version la plus radicale, par l’appel à la destruction de l’État juif. Telos, La dernière vague de la nouvelle judéophobie - Telos
  • Et petit à petit se construit à partir du IIIe et du IVe siècle une très lente christianisation des lieux saints, qui s'accompagne aussi d'une déjudaïsation. C'est-à-dire que petit à petit, une mémoire chrétienne va se surimposer sur des lieux juifs. Geo.fr, Jérusalem au temps des croisades : trois questions à l'historien Vincent Lemire - Geo.fr
  • Parmi ces 38.000 réfugiés, 72% sont érythréens et 20% soudanais. Ils sont arrivés entre 2006 et 2012 à travers la frontière égyptienne –avant qu’elle ne soit définitivement verrouillée par une clôture électrifiée. Majoritairement musulmans, ces travailleurs participent, aux yeux des Israéliens, à la déjudaïsation du pays. Une loi approuvée par la Knesset au mois de décembre 2017 stipule que le ministère de l’Intérieur commencera à expulser les demandeurs d’asile au Rwanda et en Ouganda dès le mois de mars. Les responsables israéliens se justifient en qualifiant ces migrants «d’infiltrés» économiques, qui ne sont donc pas éligibles au droit d’asile. Slate.fr, Israël remplace des clandestins africains par des Palestiniens | Slate.fr
  • La cousine d'extrême gauche de la LICRA, le MRAP, fut encore plus radicale dans son entreprise de déjudaïsation. Les initiales MRAP voulaient dire Mouvement Contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. On garda le sigle en en modifiant le contenu. Et le MRAP devint le Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples ! Bien trouvé non ? Il ne fallait désespérer les quartiers et les cités ou le mot “Juif” est toujours précédé de “nique le”... Atlantico.fr, Et ainsi mourut la LICRA … | Atlantico.fr
  • Carl Schmitt s'impose alors comme le théoricien du droit le plus talentueux de sa génération. Obsédé par la "déjudaïsation" des sciences juridiques et des bibliothèques, il propose d'ajouter la mention "Jude"à chaque citation d'auteur juif dans un livre. Ses collègues juristes glosent sur la nécessité de rompre avec des siècles de droit romainet de culture classique. D'éminents constitutionnalistes s'attaquent avec violence aux légistes "ergoteurs".   LExpress.fr, Dans la tête des nazis - L'Express
  • Comme il fallait s’y attendre, ces enchères rencontrèrent un franc succès. Le produit dépendant de la réalisation de la vente fut remis à l’administrateur provisoire : l’instrument de Vichy au service de la ­« déjudaïsation » de la France put ainsi s’emparer des liquidités générées par la vente de la collection Dorville. Le Monde.fr, L’art, butin de guerre : un cas concret de spoliation
  • De plus, les Juifs ont eu le sentiment d’avoir été trahis et abandonnés deux fois par la France, par Pétain en 1940 puis par De Gaulle en 1962. Une sorte de ressentiment les a habités. Jusque-là un sentiment historique de fond, de reconnaissance absolue existait vis-à-vis de la France ; « Heureux comme Dieu en France » disait-on. Jusqu’en 1962, la tradition juive en France était d’être juif à la synagogue et en famille mais pas en public. L’arrivée massive de la population juive d’Afrique du Nord a redynamisé une population en voie d’assimilation et de déjudaïsation. Ils ont importé d’Algérie un sentiment de communauté, qui n’existait pas jusqu’alors. Dans les instances juives anémiées, les juifs d’Afrique du nord ont pu trouver des fonctions qui leur permettaient de vivre et d’exercer leur foi. C’est à mon avis un grand tournant de la « communauté » juive. Sans parler de la question ashkénaze/séfarade qui n’existait qu’au niveau larvé jusqu’ici et qui est devenue plus sensible à partir de 1962. Actualités Juives, Pierre Nora: « S’il n’y avait eu que les morts de l’Hypercacher, il n’y aurait évidemment pas eu la même manifestation » - Actualité Juive
  • Il faut commencer par se remettre dans l’atmosphère de l’époque. Né en URSS en 1945, arrivé avec ses parents à Paris à l’âge de quatre ans, éduqué à la yechiva de Brunoy, il conclut plus tard ses études auprès du Rabbi à New York. Il s’y marie avant de se voir demander par le Rabbi, en 1968, de revenir en France pour entreprendre une action auprès de la communauté. Rav Azimov ne trouve pas, à son arrivée, un terrain préparé ou facile. La Shoah, la déjudaïsation sont passées par là. Dans ces années-là, marcher dans les rues de Paris avec l’aspect extérieur d’un Juif pratiquant – un chapeau, une barbe – résonne comme un défi lancé à la société et à la modernité. Tout est à construire. Mais, déjà, le Rabbi le lui a indiqué : il doit habiter dans le centre de Paris. Ce sera près de la République. Actualités Juives, Rav Azimov, l’homme d’une révolution. Par Haim Nisenbaum - Actualité Juive
  • J. A.: Le peuple juif existe à peu près depuis trois mille ans. Sur ces trois millénaires, il n'a été réellement un Etat que pendant cent vingt ans, et tout au plus trois siècles si on compte, par extension, la période des Asmonéens. Trois siècles sur trois mille ans ! Donc, le judaïsme ne se résume pas à l'Etat d'Israël. Il est fondamental qu'Israël fasse tout pour survivre, mais si, dans mille ans, il devait disparaître, ou s'il devait un jour cesser d'être un Etat juif, le judaïsme pourrait encore poursuivre sa grande aventure. Même si la tendance est aujourd'hui à l'assimilation des juifs, notamment aux Etats-Unis. Même si Israël connait un processus de déjudaïsation et fait partie du contexte moyen-oriental.  LExpress.fr, Les racines et le doute de l'identité juive - L'Express
  • J’emploie le mot « encore » car le quartier est en voie de déjudaïsation comme le montre précisément la vingtaine de commerces passés ces dernières années dans les mains de « goyim » (non-juifs) principalement vendeurs de vêtements. AgoraVox, 21 rue des Rosiers - AgoraVox le média citoyen
  • On parlait justement de déchristianisation et de déjudaïsation. Chroniques orientales, Iran : nouveau catalogue de coiffures — Chroniques orientales
  • Un type différent de déformation de la Shoah est, encore une fois, sa déjudaïsation. Cela consiste en une variété de manipulation de la mémoire. On peut y procéder, par exemple, en minimisant le caractère juif des victimes. L’Union Soviétique a mené une politique pour dé-judaïser la Shoah en intégrant les victimes juives parmi les locales. On ne prêtait alors aucune attention au fait qu’elles avaient été tuées parce qu’elles étaient juives. Une autre sous-catégorie de cette distorsion de la Shoah provient de l’extension de la Shoah au point d’inclure beaucoup de gens autres que les Juifs, qui ont été assassinées ou tuées au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Les actions contre d’autres groupes avaient effectivement un caractère génocidaire, mais pourtant, ne visaient pas leur extermination systématique et totale. JForum, L'antisémitisme consistant à déformer ou inverser la Shoah - JForum
  • Prônée par les assimilationnistes, la naturalisation est combattue par les traditionalistes parce qu’elle leur semble accélérer la déjudaïsation, par les sionistes qui militent en faveur d’une solution nationale de la question juive et par les marxistes qui souhaitent que les juifs lient leur destin à celui de leurs compatriotes musulmans. JForum, Les juifs de Tunisie plein d'espoirs dans le protectorat français© - JForum
  • Anne Frank “la Palestinienne” est un processus d’inversion de la Shoah.Une autre déformation majeure de la Shoah concerne sa déjudaïsation[9]. En 1952, une traduction anglaise de son journal a été publiée sur le marché américain. Elle s’intitulait Anne Frank : le Journal Intime d’une Jeune Fille. David Barnouw, un chercheur ayant autrefois travaillé avec l’Institut Néerlandais de Documentation de la Guerre (NIOD), a écrit que la préface àa été rédiée par Eleanor Roosevelt, la veuve du Président de la période de guerre, Franklin Delano Roosevelt. Dans ce texte, les termes “Juif” ou “Persécution” des Juifs n’ont pas du tout été mentionnés[10]. JForum, Les abus fréquents de la mémoire d'Anne Frank© - JForum

Images d'illustration du mot « déjudaïsation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « déjudaïsation »

Langue Traduction
Anglais diversion
Espagnol desviación
Italien diversione
Allemand umleitung
Chinois 导流
Arabe تحويل
Portugais desvio
Russe отвлечение
Japonais 転用
Basque desbideratzea
Corse diversione
Source : Google Translate API

Déjudaïsation

Retour au sommaire ➦

Partager